Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Paul-Marie Lapointe [Québec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mer 1 Fév 2012 - 9:33

Je vous partage ma découverte la plus récente du poète Paul-Marie Lapointe. Je le connaissais de nom, encore qu'il fallait que je daigne m'intéresser à sa poésie. Je me suis procuré le recueil de poèmes Le vierge incendié. Paul-Marie a eu la chance de concevoir ce recueil à l'âge de 19 ans. L'un des poètes les plus émérites en notre contrée, il est aussi l'un des secrets les mieux gardés jusqu'à ces dernières années, au moment de sa mort. Les surréalistes québécois du Refus Global ont bénéficié de l'oeuvre émergente de Paul-Marie. Le dramaturge Claude Gauvreau vantait les mérites de la poésie de Lapointe.

Le vierge incendié, p. 23

Je suis une main qui pense à des murs de fleurs
à des fleurs de murs
à des fleurs mûres

C'est pour regarder la vie que je lis interminablement
le cristal du futur du cristal

Le réservoir de cendrier
pourquoi des villes de café y surgir?
des plantations de pauvres gens
soleils de fagots fertiles
violoncelles senteur de mauves

C'est en songeant à construire un verger de frères
que pour pleurer je descends mon bras
que je mets ma vie dans mes larmes

Les grands châteaux poires pourries
avec quoi des vieillards à femmes mutuelles
lapident leurs vacheries
les églises de faux sentiments
l'écroulement des cadavres
les haines dans les schistes séculaires

Quand le marteau se lève
quand les bûcherons vont flamber noir
sur le peuple déterminé

Les cadavres purifiés par le feu
et le fracassement des crânes de béton

L'horizon que je vois libéré
par l'amour et pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mer 1 Fév 2012 - 9:47

Cet extrait me donne l'envie de découvrir ce poète, merci Jack-Hubert. bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mer 20 Fév 2013 - 11:56

La session dernière, je me suis retenu de faire un travail sur Paul-Marie Lapointe. Entre autres, écRiturEs semble exiger une forte connaissance de l'oeuvre pour mieux comprendre l'ampleur de la démarche. C'est pourquoi je me suis attaqué à Jacques Brault pour un premier survol de son oeuvre.

Un texte reprend le parcours de Paul-Marie Lapointe et pallie aux lacunes de la biographie assez rudimentaire publiée plus haut. Le voici :

Citation :
Paul-Marie Lapointe (1929-2011) - La revendication fondamentale
20 août 2011 | Robert Melançon | Livres

L'œuvre commence par un coup d'éclat, Le Vierge incendié, en 1948. Paul-Marie Lapointe n'a que dix-huit ans et il arrive à Montréal pour entreprendre des études d'architecture à l'École des beaux-arts. Refus global vient de paraître aux éditions Mithra-Mythe. Lapointe présente ses poèmes à Claude Gauvreau, qui reconnaît immédiatement la portée de l'œuvre et la fait publier. Coup d'éclat, ce livre d'un génie adolescent ne l'est pas moins que Refus global dans le Québec de l'après-guerre, mais il ne fait aucun bruit hors du petit milieu de l'Automatisme et de l'avant-garde artistique d'alors.

Gilles Marcotte, alors jeune journaliste, se souvient d'avoir récupéré dans une corbeille à papier l'exemplaire envoyé au critique littéraire en titre du Devoir de l'époque. Le Québec de 1948 n'était pas prêt à recevoir un tel livre. Le Vierge incendié poursuivra néanmoins jusqu'aux années soixante un cheminement souterrain, comme Refus global qui ne deviendra que bien après sa publication la référence qu'il est aujourd'hui.

L'aventure poétique de Paul-Marie Lapointe aurait pu s'arrêter là: Le Vierge incendié a été suivi de douze années de silence. Lapointe entreprend en 1950 une carrière de journaliste, notamment à La Presse, au Nouveau Journal, et à Radio-Canada. L'enjeu consiste bien entendu à gagner sa vie, à trouver un métier, mais plus largement à s'insérer dans la société. Lapointe s'est fermement expliqué sur cette question dans une entrevue avec Michel Roy en 1964: «On doit assumer, dans la société dans laquelle on vit, à l'intérieur de cadres, un rôle... Un homme doit participer à la communauté... Chacun a un rôle à jouer.» La poésie se situe «au-delà de ce plan», mais elle entretient avec lui une relation étroite dans la mesure où elle est «la critique de la vie quotidienne». Lapointe ne fut pas ce qu'on appelle un poète engagé: il n'a jamais réduit la poésie à un instrument de propagande. Il n'a pas été non plus un poète de tour d'ivoire: le poète, écrivait-il, «doit vivre son époque, participer au monde».

Tout au long des années cinquante, il écrit peu ou pas, ne publie rien. Mais il est de l'équipe de fondation de la revue Liberté en 1959, puis, de 1961 à 1964, il participe à la direction des éditions de l'Hexagone. Ce sont des années fastes pour sa poésie: le premier numéro de Liberté comprend le plus connu de ses poèmes, «Arbres», splendide célébration de la beauté du monde, repris en plaquette, l'année suivante, puis, en 1965, paraît Pour les âmes, le livre majeur de cette décennie, le plus beau peut-être de toute la poésie québécoise, un des livres essentiels de la poésie de langue française dans son histoire millénaire, un des grands livres de la poésie moderne en toute langue. On réduit souvent, à tort, la poésie de Lapointe à Pour les âmes. Il importe quand même de dire que ce livre suffirait à lui seul à situer Paul-Marie Lapointe au niveau de Montale, de Pasternak, de Wallace Stevens, de Neruda. Gaston Miron disait, comme Jean-François Nadeau le rappelait ici même cette semaine, que Paul-Marie Lapointe était «le plus grand poète qu'ait produit le Québec depuis le Régime français». Le public ne s'y est pas trompé: Pour les âmes, depuis sa publication, n'a cessé d'être lu.

Les oeuvres d'art

Ces poèmes du début des années soixante ont un peu éclipsé les livres qui ont suivi. En 1974, Tableaux de l'amoureuse sur des oeuvres de la peintre Gisèle Verreault, sa femme, avaient inauguré une nouvelle phase, marquée par le dialogue avec des oeuvres d'art. Bouche rouge, avec des lithographies de Gisèle Verreault encore, en 1976, puis Tombeau de René Crevel, avec des eaux-fortes de Betty Goodwin, en 1979, avaient prolongé cette recherche sans trouver plus qu'un succès d'estime; il est vrai qu'il s'agissait de livres d'artiste, tirés à peu d'exemplaires. Mais le silence ou même le refus qui ont accueilli la publication d'écRiturEs, somme ou encyclopédie poétique sans équivalent, ne s'explique pas aussi facilement par des considérations éditoriales. Plusieurs ont été effrayés par cette masse de poè-mes «illisibles», que certains ont vite écartés comme un égarement lettriste. Rarement un grand poète s'est-il ainsi lancé dans une démarche aussi radicale en semblant se détacher de son oeuvre antérieure. Même la réputation de l'auteur de Pour les âmes n'a pas permis qu'écRiturEs soit accueilli. Mais si difficile, si abrupt qu'il soit, ce livre est une oeuvre majeure, et il réserve à ceux qui s'y aventurent d'immenses bonheurs de lecture. C'est le centre, le foyer de l'oeuvre.

Il se peut que cette fin de non-recevoir ait blessé Lapointe. Il se peut aussi que l'effort pour écrire une telle somme de poésie l'ait momentanément épuisé. Quoi qu'il en soit, un silence de dix-huit années suivra, avant la publication du Sacre en 1998. Une fois de plus, Lapointe déconcertait, et certains ont évoqué, cette fois, une dérive oulipienne. Partant de tabarnac, le juron et le substitut universel de tout mot dans la langue de certains Québécois, qui leur a valu au Mexique le sobriquet de «Tabarnacos», Lapointe construit, par divers procédés, une suite de poèmes ludiques, incongrus, d'une inventivité folle, parfois d'une irrésistible drôlerie, qui culminent dans l'invention de constellations nouvelles dans une sorte de big bang du langage. Le dernier recueil, Espèces fragiles, en 2002, se présentait comme une somme de toute l'oeuvre et il a été mieux accueilli parce qu'on y retrouvait dans certaines pages un lyrisme proche des poèmes qui avaient imposé sa poésie au cours des années soixante.

Aucune volte-face

Ce parcours trop sommaire suggère une question. La poésie de Lapointe, si constamment séduisante qu'elle soit, est-elle constituée d'une succession de livres disparates ou forme-t-elle une oeuvre cohérente? La question se posait dès la publication de Choix de poèmes/Arbres en 1960, au point que Lapointe avait senti le besoin de publier une mise au point: «Il n'y a, entre Le Vierge incendié et le Choix de poèmes aucune volte-face. Ma conception de la poésie reste la même et le recueil d'aujourd'hui ne me paraît pas plus "social" ni moins individualiste que celui d'il y a dix ans.» Il n'y a pas de volte-face non plus entre écRiturEs et Pour les âmes, entre Le Sacre et Bouche rouge, entre Espèces fragiles et Le Vierge incendié. Le principe d'unité de l'oeuvre de Lapointe, qui n'a jamais cédé sur l'exigence pour le poète d'inventer des formes nouvelles, se trouve dans un appel constant à la liberté, et dans l'exercice même de cette liberté. Paul-Marie Lapointe n'a imité personne, bien qu'une immense culture vivifie son oeuvre, et il ne s'est pas non plus imité lui-même. Sa poésie se reconnaît immédiatement, à quelque page qu'on ouvre ses livres, à une justesse infaillible de la formulation, à une concentration qui peut faire tenir un monde en trois mots. Elle se reconnaît aussi à la permanence de préoccupations que Lapointe appelait «sociales» et «morales», à l'attention qu'elle porte à «l'irremplaçable petit homme». Elle est à la hauteur du monde magnifique et terrible qui est le nôtre; elle ne le reproduit pas, elle lui répond au nom de ce que Lapointe appelait «la revendication fondamentale»: exister pleinement.

***

Collaboration spéciale

http://www.ledevoir.com/culture/livres/329678/paul-marie-lapointe-1929-2011-la-revendication-fondamentale

Finalement, une photo qui le caractérise bien à travers les époques :


_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Jeu 28 Fév 2013 - 9:35

Paul-Marie Lapointe, à l'instar de Jean-Simon Desrochers, fut ambitieux dans son entreprise littéraire. Il a passé plusieurs années dans le silence après la publication du recueil Le vierge incendié. Pour les âmes est considéré comme son recueil le plus abouti. Outre ces considérations, l'intermède d'écRiturEs et un deuxième silence prolongé le font revenir en force. Comme je l'ai lu dans une des éditions critiques, le génie de Lapointe tient à la simplicité des images qu'il exprime. Là-dessus, j'entreprends la lecture de «Fragile journée de mica» :

Citation :
«Fragile journée de mica»

fragile journée de mica où pourrissent les flaques
anémones d'un hiver soleil désirable

père les copeaux te peuplent
une rivière aux poissons durs
des hirondelles croix fichées dans le coeur
des villages
les feuilles ne sont plus

mais par les bois que tu ordonnes
mais par les villes allumées
où allons-nous?

le métal s'effrite dans la lumière
terreau vorace pour annuler les corps
et la mémoire même

poussière du bois poussière du feu ta cécité veille
menuisier qui vas mourir

les compagnons tressent des cordes
ô navire pendu haut et court
amours bercés si la nuit ne les arrache et les jette
claironnants dans le soleil

ancêtres et vifs

futiles époux des golfes et des caps d'où les mères
allaient enfanter le temps pour le perdre

pour les enfants coffrés par l'espoir
les artères de la malédiction suppliaient la nuit
noire de les nouer de les tordre de les
trancher

pour les enfants à la tâche de la rage
les coffres cumulaient les patiences bêtes à la
gorge tranchée résignations peuples à genoux

pour les enfants délivrés de leurs mères
les autels croassant immobiles avec des menaces
tombales des chèvrefeuilles et les pensées
longtemps entretenues par des mains pieuses
parmi les pierres

pour les enfants livrés à eux-mêmes
pieds et poings liés les capitaux et les lois
bouches cousues lames condescendantes
servilités

ton souffle retiré tentative quotidienne
d'apprivoiser la mort
comme annihiler la terre
(le plongeur caresse ainsi - provoque - la
tentation d'être possédé par l'eau définitive
ou de franchir interminablement l'espace,
démembré, muet, jusqu'à ne plus être)

mais les membres pour crier
pour terrasser l'acier
mais les membres pour aimer

où allons-nous? haies de cèdre maisons chaudes
peaux des amants qui frissonnez au vent des astres
parmi les terres possédées
les maîtres vous admirent
ainsi qu'une porcelaine
leur caprice vous annule

les voix sont terrées
les plaintes suffoquent de jour en jour plus opaques
et vaines

bientôt le silence ne sera plus que le cri du premier
de tous les morts

Finalement, je vous laisse sur cette perspective d'écRiturEs :

Citation :
420

(Perdue chez les sourds-muets dans les plantes du genre sedum, jupe de danseuse renfermant l'image d'un dieu), le petit tabernacle à prendre les cailles, les perdrix, fait grand bruit, accompagné de désordre, alors qu'Agamemnon seul, éminence souveraine, étreint son poisson d'eau douce jusqu'au charbon, précieux métal du grain pour le gibier. Lâche, austère, dans un grand état de chagrin et de mélancolie, l'énorme lac de la dignité papale fait du vent sur le chemin de halage de l'affection réciproque, mais la pluie de bonne heure enlève la fille d'Inachos. Toronto introduit par la bouche sa trompe dans l'estomac de la niche funéraire à fond plat.


_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Ven 1 Mar 2013 - 13:31

Je vous écris ici un poème que j'ai repéré depuis un ou deux jours, mais j'attendais le moment de le mettre... il est maintenant venu de vous présenter «Barque funéraire» dans Art égyptien :

Citation :
«Barque funéraire»

barque funéraire
sans rames
avec le mort étendu sur une table basse
(très petite mort d'un seul bloc fragile un enfant
sans doute)
sur lequel s'élèvent les bras figés des pleureuses
sous le dais aux deux oiseaux d'angle

les autres sont prostrés
sept parents? sept esclaves?
tournés vers le point central qu'est le gisant

seul
un des personnages adonnés à la douleur
- lui-même tourné vers le mort -
porte la main gauche à son coeur
(dans cette scène fixée pour l'éternité ou le passage)
le bras droit rigide pend
légèrement détaché du corps
le bras d'un homme saisi par l'effroi

quatre passeurs
que les siècles ont privé de leurs rames
se tiennent debout
trois d'entre eux regardant vers l'avant de la barque
- indiqué par les pieds du mort -
le quatrième
tourné vers l'arrière
sans doute préposé au gouvernail

à l'avant de la barque encore
une femme adossée au mât
- résolument détournée de la scène
bien qu'accablée -
les deux bras ballants
regarde au loin
comme quelqu'un qui déjà
à la fin du désespoir
retrouverait la terre

Je vais faire du name-dropping publicitaire, mais Carole David - celle-là même qui figure dans mon avatar (Manuel de poétique à l'intention des jeunes filles, un de ses livres les plus accomplis) - est influencée par Paul-Marie Lapointe dans son choix de figures mises en évidence.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Dim 3 Mar 2013 - 13:39

Paul-Marie Lapointe a émergé de son dernier long silence de 18 ans en émettant Le sacre. Par chez nous, au Québec, l'un des sacres suprêmes, ou jurons si vous préférez, se dit comme tabarnac. Je vous montre un peu ce qui fait l'originalité de sa poésie.

Citation :
«Ta barre n'a qu'os»

Tes champs bénis sarclés,
harnachées les bêtes,
les corbeaux de Satan
se berçaient, salaces
et sacres bêlant,
râlant au clan des étables
où valsaient cent berceaux

Ainsi se berna d'éclats
ta rage et se bâcla ton sort.
Te fut ravi ce banc d'étoiles
où nul oracle ne se bat plus.

La clé des tabernacles
à la taberna s'éclata
et le Tabarnacos
au torse d'Abénaki
s'y bâta de l'éternel cabas.

Aux cieux aberrants
s'étalent, calebasses ou reliques
baroques, des catins écartelées.

Le bâtard qu'a noces
y serine la Chose..........
...............................
..........................Basta!
Ta barre n'a qu'os
(os abracadabrant)
Tel Ossian n'a baroque en Océan!

Citation :
S

silence
signe sibyllin
sidéral
dont la
sirène et la
sainte le
singe le
scribe et le
soleil vous saluent
salve de samares

sourire d'une sonate
soudain et
strette quand les
syllabes et les
strophes en
soupirs signaux
saluts ou
sifflets
surgissent quand
structurent
sang et sagesse

sève dans les séquoias
sacrés

syntaxe suprême

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mar 5 Mar 2013 - 10:40

Carole David en parle. Alors je l'évoque. Paul-Marie Lapointe a écrit beaucoup de belles choses depuis Le vierge incendié. Il nous faut toutefois revenir sur ces entrefaites :

Citation :
kimono de fleurs blanches de fleurs roses la
nuit porte des oranges dans tes mains je voudrais
que nous mourions comme le jour puisque
jamais nous ne pourrons retrouver ce petit cab qui
nous menait dans le fond de la mer bouche de
truite rouge repaire parfumé dans les coraux et
les éponges qui nous examinaient avec leur regard
nombreux tu les chassais avec cette moue de
framboise écrasée le vent qui passait courant
de cuivre et de parfums nous avions fait pousser
un géranium dans la coupe d'une moule assassi-
née dans tes oreilles des papillons coloraient nos
musiques inventées par les lèvres du mirage englouti
d'une ville un grand fauteuil baroque s'en venait
à la dérive de grand'mère à lunettes ovales et
cette étoile de frisson qui montait sur ta jambe gau-
che le long du mollet sur le genou dans le
creux de la cuisse mais soudain comme toute la
mer a disparu et le sel des cheveux et le jour
qui va paraître et qui est plus vide que le reste du
monde


Bémol : il est difficile de reproduire ce que la page imprimée laisse d'espaces pour laisser respirer le texte. Ce serait bien que le forum puisse tenir compte d'une diversité dans les espaces entre les mots de chaque ligne.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mer 6 Mar 2013 - 11:39

Dans Bouche rouge :

Citation :
deux
chambre sous la mer
et le soleil secret
sable chaud du lit

passage de la dame
l'éventail des parfums
se déploie

scène pour l'oeil divin
girouette l'angelot
ne tient plus au ciel
que par un fil
et tournoie

la nuit s'ouvre
l'huis mauve de la nuit
qui recèle en sa fourrure
une perle

obscène
la beauté même

Lapointe apprécie la plume de Gauvreau? Ça semble aller de soi.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mar 4 Juin 2013 - 9:42

Un autre passage de Bouche rouge :

Citation :
jambe de soie noire
ici
la nuit bouge
et là cuisse nue

bouche rouge
au regard fauve
une petite forêt vive
où chasse l'oeil coeur en course
pour la soif et la biche
aux pattes lestes divinité
langue sèche une proie
toujours nouvelle
et celle qui succombe
sous les yeux se relève
la plus belle être vue
nue vêtue de noir
jambe de sang jambe de soie
panthère
griffes douces dans la gorge

Et voici pour mon millième message sur le forum.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   Mar 4 Juin 2013 - 11:18

jack-hubert bukowski a écrit:
Et voici pour mon millième message sur le forum.
félicitations

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul-Marie Lapointe [Québec]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul-Marie Lapointe [Québec]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eric Lapointe laisse partir Marie-Eve Fournier
» DURAND COUPPEL de SAINT-FRONT Marin Marie Paul Emmanuel dit MARIN MARIE
» VOTRE ATTENTION SVP DEMAIN 4 JANVIER 2013 A 19H UN BBQ EST ORGANISE PAR LA FAMILLE DE BRITANY ODIA LA FILLE DU MUSICIEN MARIE-PAUL ET DE MAYIMONA...
» bonjour à tous je me présente.
» Le Havre Marie-Galante GOURNAY GUESNON 17è

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: