Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ingrid Jonker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Ingrid Jonker   Sam 25 Fév 2012 - 22:59



Citation :
Ingrid Jonker est née le 19 septembre 1933 près de Kimberley dans la province du Cap, fille cadette de Abraham Jonker et de Beatrice Jonker née Cilliers. Ses parents s'étaient séparés avant même sa naissance. Béatrice Jonker retourna alors vivre chez ses parents, propriétaires fermiers près de la ville du Cap. Cinq ans plus tard, le grand-père Cilliers mourut laissant démunie toute sa famille. En 1943, Beatrice Jonker mourut à son tour. Ingrid Jonker et sa sœur Anna furent alors élevées par son père et sa troisième épouse au côté de leur demi-frère.

C'est à l'âge de 6 ans qu'Ingrid Jonker commença à écrire des poèmes et à l'âge de 16 ans entama une correspondance régulière avec Dirk Opperman, un écrivain et poète sud-africain.

Si c'est à l'âge de 13 ans qu'elle écrivit son premier recueil de poème (Na die somer - après l'été), sa première publication (Ontvlugting - la fuite) eu lieu en 1956 alors qu'elle a 23 ans.

En 1956 elle épouse Pieter Venter et leur fille Simone naît en 1957. Le couple s'installe à Johannesburg. Cependant, ils se séparent trois ans plus tard. Elle déménage alors pour revenir au Cap.

Son père, député du parti national, fut alors nommé président de la commission de censure du parlement sud-africain. À son grand embarras, sa fille était une opposante politique au pouvoir en place. Leur différend s'étala sur la place publique qui amena le père à renier sa fille en plein débat parlementaire. À la même époque, Ingrid Jonker était la maitresse de deux écrivains engagés, Jack Cope et André Brink. L'un des deux était responsable de sa grossesse non désirée et Ingrid Jonker se fit pratiquer une interruption volontaire de grossesse alors que l'avortement était un crime selon les lois sud-africaines de l'époque.

Le rejet de son père et l'acte d'avortement contribua à la dépression d'Ingrid Jonker qui prit la décision de se faire interner en 1961 à l'hôpital psychiatrique de Valkenberg.

En 1963, un nouveau recueil de ses poèmes fut publié. L'accueil du public de langue afrikaans fut hostile alors que Jonker était désormais cataloguée comme écrivaine progressiste au côté de Breyten Breytenbach, André Brink, Adam Small et Bartho Smit (les Sestigers).

Jonker remporta malgré tout le prix littéraire de la presse de langue afrikaans qui lui permit de partir voyager en Europe. Après le refus de Jack Cope de l'accompagner, c'est au bras d'André Brink qu'elle visita Paris et Barcelone. C'est au cours de ce voyage que Brink lui annonça qu'il refusait de quitter son épouse et c'est prématurément qu'il retourna en Afrique du Sud.

Dans la nuit du 19 juillet 1965, tourmentée dans sa vie personnelle et désespérée par la situation de son pays, Jonker se rendit sur une des plages du Cap, entra dans la mer et se noya.

Après son suicide, Jack Cope établit la fondation Ingrid Jonker qu'il dirigea jusqu'à sa mort en 1991. Simone Venter est l'unique ayant droit de toutes les œuvres de sa mère.
source : wikipedia


Dernière édition par traversay le Sam 25 Fév 2012 - 23:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Ingrid Jonker   Sam 25 Fév 2012 - 23:03

Son poème le plus connu (traduction française un peu plus loin).

The child is not dead
The child lifts his fists against his mother
Who shouts Afrika ! shouts the breath
Of freedom and the veld
In the locations of the cordoned heart

The child lifts his fists against his father
in the march of the generations
who shouts Afrika ! shout the breath
of righteousness and blood
in the streets of his embattled pride

The child is not dead not at Langa nor at Nyanga
not at Orlando nor at Sharpeville
nor at the police station at Philippi
where he lies with a bullet through his brain

The child is the dark shadow of the soldiers
on guard with rifles Saracens and batons
the child is present at all assemblies and law-givings
the child peers through the windows of houses and into the hearts of mothers
this child who just wanted to play in the sun at Nyanga is everywhere
the child grown to a man treks through all Africa

the child grown into a giant journeys through the whole world
Without a pass


Dernière édition par traversay le Mar 28 Fév 2012 - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Ingrid Jonker   Sam 25 Fév 2012 - 23:10

Trois autres :

Your face is the face of all the others
before you and after you and
your eyes calm as a blue
dawn breaking time on time
herdsman of the clouds
sentinel of white iridescent beauty
the landscape of your contesses mouth
that I have explored
keeps the secret of a smile
like small white villages beyond the
mountains
and your heartbeats the measure of
their ecstasy
There is no question of beginning
there is no question of possession
there is no question of death
face of my beloved
the face of love


Begin summer and the sea
a cracked-open quince
the sky like a child's
balloon
far above the water
Under the umbrellas
like stripy sugarsticks
ants of people
and the gay laugh of the bay
has teeth of gold
Child with the yellow bucket
and the forgotten pigtail
your mouth surely is a little bell
tiny tongue for a clapper
You play in the sun all day
like a ukulele


I repeat you
Without beginning or end,
I repeat your body.
The day has a thin shadow
and the night yellow crosses
the landscape without regard
and the people a row candles
while I repeat you
with my breasts
that reforms the hollows of your hands

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Ingrid Jonker   Mar 28 Fév 2012 - 20:16

A l'occasion de la sortie du film Ingrid Jonker, un recueil de poèmes illustré par Frédéric Boulleaux a été édité.


En 1960, à Nyanga, Ingrid Jonker est témoin de la mort d'un enfant tué par la balle d'un policier dans les bras de sa mère.

L'enfant n'est pas mort
l'enfant lève les poings contre sa mère
qui crie Afrika ! crie l'odeur
de la liberté et du veld
dans les ghettos du coeur cerné


L'enfant lève les poings contre son père
dans la marche des générations
qui crie Afrika ! crie l'odeur
de la justice et du sang
dans les rues de sa fierté armée
L'enfant n'est pas mort ni à Langa ni à Nyanga
ni à Orlando ni à Shaperville
ni au commissariat de Philippi
où il gît une balle dans la tête

L'enfant est l'ombre noire des soldats
en faction avec des fusils blindés et des matraques
l'enfant est de toutes les assemblées de toutes les lois
l'enfant regarde par les fenêtres des maisons et dans le coeur des mères
l'enfant qui voulait simplement jouer au soleil à Nyanga est partout
l'enfant devenu homme arpente toute l'Afrique
l'enfant devenu géant voyage dans le monde entier

Sans laissez-passer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ingrid Jonker   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ingrid Jonker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ingrid, maman berjalienne
» Recherche photo
» La passion de la Normandie... et des livres.
» Dentiste à partir de quel âge ?
» Happy Birthday BRIXIE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: