Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 votre plus beau roman d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Snark
Main aguerrie
avatar

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : ici

MessageSujet: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 17:43

Je m’étonne à penser que je n’ai pas lu plus de 1 roman où le thème principal était l’amour : Tristan et Iseut. C’est tout. L’Idiot aussi, peut-être, mais comme il s’agit, à la base, d’un amour provoqué par un sentiment de pitié… ce n’est pas exactement un roman d’amour. Je cherche donc des suggestions!

❤ À votre avis, quel est le plus beau roman d’amour? ❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 17:48

"Tristan et Iseult" est un incontournable. Il y a aussi "Belle du Seigneur" d'Albert Cohen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 68
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 17:55

Belle du seigneur, je confirme mais j'ai apprécié à partir du chapitre 35 (p 385 sur 1009); "la conversation amoureuse" d'Alice Ferney.
"Un amour" de Buzatti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 18:37

Il y a aussi "La princesse de Clèves" de Mme de la Fayette, "L'écume des jours" de Boris Vian entre autres. cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 19:38

Tout d’abord, il serait intéressant de savoir : qu’est ce qu’un roman d’amour ?
Pas vraiment un fan de cette catégorisation…

Personnellement je trouve Belle du seigneur ridicule et incohérent…désolé mais cette recherche de l’amour pur, voire religieux, avec des moyens relevant du séducteur primaire de base sur une damoiselle qui finit par tomber amoureux d’un homme qui la traite comme une demeurée…moi je trouve cela ridicule. L’histoire en elle-même est désespérante de cynisme et de toute façon invraisemblable avec les personnalités affichées des protagonistes…un amoureux sincère n’utilisera jamais des moyens pour parvenir à ses fins qui rabaisseraient la personne aimée à ses yeux ; cela ne lui viendrait même pas à l’esprit puisqu’il l’idéalise…
J’admets que littérairement parlant quelques passages sont excellents et que sa satire de la bourgeoisie de l’époque est intéressante mais l’histoire d’amour censé ridiculiser l’amour passion n’atteint pas son but avec moi…

Pour ma part disons que l’histoire d’amour littéraire qui m’a le plus marqué reste celle de Julien Sorel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 20:05

J'ai trouvé que Le tueur aveugle, de Margaret Atwood, en plus d'être un objet littéraire fascinant, est une histoire d'amour bouleversante ❤ .
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 21:03

Pour rester dans la littérature classique: "Le lys dans la vallée" est excellentissime. Et que penser de cette histoire (anti?) d'amour de "Emma Bovary"?

Personnellement, cher Sousmarin, je te trouve très dur avec "Belle du seigneur". Mais chacun a sa sensibilité...la preuve Wink


Dernière édition par le Dim 24 Juin 2007 - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 21:10

Je fais un copié/collé d'un article sur un travail d'Annick Houel, professeur de psychologie social à l'université de Lyon II "Le roman d'amour et sa lectrice Une si longue passion.L'exemple Harlequin" (ed. L'Harmattan)

Cela peut éclairer notre lanterne:

Le roman d'amour
Harlequin
Une passion toujours renouvelée


"10 mai 2000
Femmes en littérature ou histoires de femmes... Annick Houel, professeur de psychologie sociale à Lyon II, ne voit qu'une longue succession dans le temps de romans dits d'amour ou féminins. Ce que l'on nomme encore roman sentimental, avec une connotation péjorative liée à une mysogynie certaine.
Les femmes écrivent à toutes les époques, l'amour est leur terrain privilégié puisque c'est le seul qu'on leur concède dans le grand silence et l'effacement auxquels on les contraint. Il faudra attendre les années 20 pour qu'apparaisse le roman d'amour des collections bon marché, définitivement exclu de la littérature reconnue, qualifié de « populaire », une étiquette qui depuis lui colle à la peau.

A l'époque, Max du Veuzit (une femme), Delly (un frère et une soeur) sont violemment attaqués, déjà ! pour leur érotisme voilé mais très réel et l'exaltation des sentiments à laquelle ils conduiraient les jeunes filles de toutes les classes sociales...
En 1949, l'année où Simone de Beauvoir publie Le Deuxième Sexe, Dino Del Duca, magnat de la presse du coeur lance le premier roman-photo.
A la fin des années 50, Nous Deux, Intimité et l'ensemble des hebdomadaires publiant des romans-photos vendent au total sept millions d'exemplaires par semaine...

On accuse Dino Del Duca de proposer une drogue, celle de la vie simplifiée où le tragique est savamment dosé et le bonheur à portée de toutes les bourses pour 30 F, à ses millions de jeunes femmes lectrices.
S'échapper de la vie quotidienne, vivre le grand amour avec son héros, sans aucun souci, c'est ce que revendiquent l'une des femmes dans un sondage IFOP en 1959. L'institut de sondage constate alors avec étonnement que c'est la femme mariée de 35 ans qui lit presse et romans sentimentaux.

Le roman-photo sera définitiement détrôné par la TV et une presse féminine plus bourgeoise (Marie-Claire, Elle, Marie-France) qui en appelle à la socialisation et au réalisme de ses lectrices.
Le Mouvement des femmes issu de mai 68 débat de l'élaboration d'une écriture féminine. C'est aussi le moment (1978) où la maison d'édition Harlequin se lance à la conquête du marché français !
A l'idée, communément répandue, que cette littérature se démode, répond le succès foudroyant d'Harlequin.

Explication de Anne Houel : Le mode de fonctionnement entre hommes et femmes est globalement le même hier et aujourd'hui et l'amour se dit et se vit socialement, psychologiquement dans le même rapport de domination entre les sexes, même si ce rapport tend actuellement à l'égalité.
Et de remarquer que dans une grande surface, on trouve curieusement un rayon de littérature femme, seule catégorie littéraire affublée d'une telle appelation, comme si l'on qualifiait l'équivalent SAS de Gérard de Villiers de « littérature masculine » ! Et pourtant ce sont les mêmes schémas que les romans Harlequin ! On achète un SAS, comme on achète un Harlequin, un genre.
Mais sans doute la violence sadique engendre-t-elle plus de respect ?

Et la lectrice d'Harlequin, que cherche-t-elle ? C'est l'éternelle question ! Anne Houel répond que les femmes françaises, en tout cas, connaissent très bien le schéma immuable du roman d'amour : une jeune fille plutôt pauvre tombe amoureuse d'un homme mûr, hyper viril et hyper maternel et ayant passablement d'argent.
Il n'y a pas 3 millions de lectrices analphabètes et dupes comme semblent le croire les critiques ! Ces lectrices accro avouent rechercher l'évasion, même si l'on peut être réticent avec Harlequin : ce qu'elles trouvent semble plutôt du domaine de l'addiction, puisque certaines lisent jusqu'à 47 titres par mois...

Le monsieur qui coocoone l'héroïne, ce sont les composantes maternelles - un grand tendre et une bonne mère -, cachées sous l'apparence macho ou simplement masculine, que recherchent et aiment ces femmes. Cela marche, la fin est heureuse.

Avec le risque d'une régression psychologique pour la lectrice, un rêve d'amour de mère bienfaisante qui pose problème, car cela siginifie qu'on ne peut s'en détacher, devenir adulte. Un univers dont on n'a plus envie de sortir, où le mari, l'amant idéal, est riche et sans cesse disponible.
Le rêve d'Harlequin peut être sinon une descente aux enfers, du moins un anéantissement de la femme qui rentre toujours dans le rang, choisit l'amour sur sa réussite professionnelle et sera forcément déçue car l'on sait bien qu'en général l'amour n'est pas pour un homme la chose la plus importante de sa vie.

Alors, faudrait-il interdire la lecture d'Harlequin ? Anne Houel n'est pas si négative :
Le rapport à la mère n'est pas que désastre ! Cette régression peut aussi avoir une valeur subversive, même si elle n'est pas révolutionnaire : rappeler à la femme le meilleur de la mère qui après tout nous a construites, lui faire prendre en compte son féminin, l'acceptation de son sexe.
Il nous faut être bien avec cette image de la mère pour bien vivre, s'y ressourcer à condition de ne point s'y abîmer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 21:17

Un des premier roman d'amour de la littérature classique "L'Astrée" d'Honoré d'Urfé.
D'ailleurs, depuis 1999 il y aun prix "Honoré d'Urfé" organisé par le département de La Loire ( l'action de "L'Astrée" se déroule dans le Forez).

Il y a aussi "Paul et Virginie" de Bernardin de St-Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 21:25

Il ne faut pas oublier "Le Roman de la rose" poème d'un touvère du XIIè siècle, en première partie, et en seconde partie avec une rudition sceptique, au siècle suivant.

Voici que qui est écrit dans l'article, Dictionnaire des oeuvres, consacré au Roman de la Rose:

"Roman de la Rose, poème allégorique, composé de deux parties; la première est l'oeuvre d'un Trouvère du XIIIe siècle, animé de sentiments chevaleresques, qui célèbre la galanterie des Cours d'amour; la deuxième, écrite au siècle suivant, étale une érudition sceptique, et raille toutes les croyances du moyen âge. La conception même du poème est des plus froides. L'Amant, qui n'est autre que le poète, est dans un jardin, et entouré de personnages allégoriques, qui sont les vices et les vertus chevaleresques, Haine, Félonie, Villenie, Courtoisie, Envie, Vieillesse, Papelardie, Pauvreté, et bien d'autres. Il s'éprend d'une Rose que défendent Dangier, Male-Bouche, Bassesse, Haine. Avarice, Chasteté, Honte, Jalousie et Peur. L'Amour adresse à l'Amant un long discours, où il expose les devoirs des amants fidèles, devoirs difficiles et remplis d'épreuves avant d'atteindre au bonheur. Bel-Accueil et Doux-Regard, écuyers du dieu d'amour, conduisent l'Amant vers la Rose; mais Dangier, aussi vigilant que le dragon du jardin des Hespérides, déjoue tous leurs efforts, s'empare de Bel-Accueil, et l'enferme dans une tour construite par Jalousie.
Là s'arrête la première partie du poème; elle comprend environ 4 000 vers. L'auteur, Guillaume de Lorris, imite et traduit souvent l'Art d'aimer d'Ovide; il est ingénieux et naïf, mais il manque de hardiesse et de poésie. c'est à peine si quelques traits heureux rompent parfois la monotonie de sa fade et ennuyeuse allégorie. Son style, doux et coulant, mais faible et langoureux, n'a rien qui puisse saisir et attacher le lecteur.

Jehan (Jean) de Mehun ou Meung-sur-Loire, surnommé Clopinel ou le Boiteux, continua le Roman de la Rose : son oeuvre forme environ 78 000 vers. Tout en acceptant la forme allégorique de la première partie, il s'inquiéta peu d'accorder ses opinions avec celles de Guillaume de Lorris. L'action continue. L'Amant se désole au pied de la tour où Bel-Accueil est enfermé: Raison survient, et lui donne d'excellents conseils pour se débarrrasser de l'amour et des soucis qu'il entraîne; mais elle ne peut persuader l'Amant et se retire. L'Ami prend la place de Raison auprès de l'Amant; il le console, et lui apprend qu'il pourra posséder la Rose, s'il se peut aider de Richesse. Mais il ne peut s'entendre avec Richesse, et serait réduit au désespoir, si Amour ne lui promettait d'assiéger la tour. Le dieu mande toute sa baronnie, et commence le siège avec Noblesse de coeur, Franchise, Largesse, Courtoisie, Abstinence, Contrainte, Faux-Semblant. Celui-ci, déguisé en moine, pénètre dans la tour et égorge la garde. L'Amant se croit vainqueur; mais Dangier survient et le bat. Amour ramène ses barons; la mêlée devient furieuse; la victoire est indécise. Alors Nature envoie son confesseur Génius su camp d'Amour; la crosse en main, la mitre en tête, il harangue les barons avec tant d'éloquence, qu'ils sont tous transportés d'une ardeur nouvelle, culbutent l'ennemi, et demeurent maîtres de la tour. Courtoisie intercède en faveur de l'Amant, et lui fait octroyer enfin la Rose vermeille.

Jehan de Meung continue l'oeuvre de son devancier, mais il n'en conserve pas le caractère. Son récit est semé de satires. Bien différent de Guillaume de Lorris, qui ne parle qu'avec respect de l'amour et des femmes, il fait de l'amour un plaisir tout physique, et de la femme un être capricieux, esclave des sens, dépourvu de tout principe d'honneur et de vertu. La royauté, la noblesse, l'Église, ne sont pas mieux traitées. Jehan de Meung ose écrire que le corps d'un noble "ne vaut pas une pomme plus que le corps d'un charretier." Il explique l'origine de la royauté; il ne la fait point procéder du droit divin, mais de l'élection des hommes, qui tiennent ainsi le roi dans leur dépendance. Le poète ne se contente pas de poser ce principe; il en tire cette conclusion peu conforme aux traditions monarchiques du moyen âge :

Quand ils voudront
Leur aide au roi retireront,
Et le roi tout seul restera,
sitôt que le peuple voudra.


Les attaques contre l'Église tiennent aussi une place considérable dans le Roman de la Rose. Le mysticisme avait poussé beaucoup de monde dans les couvents; les maisons religieuses, en se multipliant, avaient corrompu la pureté de leur institution, et leurs richesses étaient devenues un sujet de scandale. Jehan de Meung attaque ces moines qui s'ingéraient dans toutes les affaires publiques ou privées, et dont l'humilité s'accommodait fort bien des grandes affaires et des grandes pitances, sans se soucier en aucune façon des pauvres. C'est sous la figure d'un moine qu'il représente Faux-Semblant, l'hypocrite, un des ancêtres de Tartufe. Enfin il attaque la vie monastique comme contraire au voeu de la nature. Dame Nature, se confessant à Génius, se plaint de l'homme, qui, seul de tous les animaux, n'obéit pas a sa loi; Génius prêche aussitôt sur ce texte : crescite et multiplicamini, et prononce l'excommunication contre quiconque ne pratique point ce précepte. Jehan de Meung développe une philosophie grossière et matérialiste, que n'arrête aucune monstruosité, pas même la communauté des femmes. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 21:26

Quelle boîte de Pandore a-t-elle été ouverte? Il y a de quoi gloser sur ce sujet brûlant! cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 21:56

sujet qui me laisse un peu perplexe et qui tendrait à me faire presque peur !

courage ou inconscience Snark ?

(qu'ai je donc lu qui pourrait se trouver dans cette catégorie ?)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 22:03

Cher animal, je suis certaine que tu as un petit quelque chose se rapportant à cette catégorie Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 22:35

ah oui... j'ai du Tennessee Williams sur mes étagères... dont on m'a dit ne me confiant un exemplaire de La Nuit de L'Iguane que ça devrait me parler... allusion sans doute à certaines discussions... donc oui, cet auteur me chamboule... et les aléas de ... ? est ce que ça a un nom ? font que maintenant en plus d'être potentiellement chamboulé j'ai un rapport difficile à l'auteur car associé... c'est un mélange... "à part"...


Lui a écrit:
Alors parle moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter). (Il tombe en travers du lit, roule sur le ventre, un bras pendant sur le côté du lit. Il battra de temps en temps le sol de ses doigts. La mandoline continue.) Il y a trop longtemps que nous n'avons pas bavardé amicalement tous les deux. Maintenant raconte-moi. A quoi pensais tu dans le silence ? Pendant qu'on me passait de main en main comme une photo obscène, dans cette ville ! Dis moi ! Parle-moi ! Parle moi comme la pluie, je vais m'étendre ici, et j'écouterai.

Pour me sentir plus moi même et en étrange je citerai aussi Léon Morin, prêtre de Béatrix Beck, c'est aussi une forme de, ne trouvez vous pas ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   Dim 24 Juin 2007 - 22:58

Citation :
ne trouvez vous pas ?
si, si....
Bon, spontanément, "L'écume des jours" Boris Vian, "Le général du roi", Daphné du Maurier.
Une belle réflexion sur le sentiment amoureux( c'est loin d'être la même chose!)Aurélien de Louis Aragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: votre plus beau roman d'amour   

Revenir en haut Aller en bas
 
votre plus beau roman d'amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» rouge à lèvres sur peau noire ?
» Votre plus beau geste par amitié ?
» Un très beau roman...
» Votre plus beau sanglier.
» vote du plus beau poème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Les goûts des parfumés-
Sauter vers: