Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Louis de Bernières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 51
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Louis de Bernières   Jeu 1 Mar 2012 - 10:16



Louis de Bernières, né à Londres le 8 décembre 1954, est un romancier britannique. Il est notamment connu pour son livre La Mandoline du capitaine Corelli écrit en 1994. En 1993, il avait été remarqué comme étant l'un des 20 meilleurs jeunes romanciers britanniques par le magazine Granta.

Louis de Bernières a grandi à Surrey. Il tire son nom d'un ancêtre français huguenot. Il fait ses études au Bradfield College et rejoint l'armée à 18 ans, mais la quitte après quatre mois de service. Il continue ensuite ses études à la Victoria University of Manchester et à l'Institute of Education de l'Université de Londres. Avant de devenir romancier à plein-temps, il a pratiqué de nombreux métiers, dont ceux de mécanicien, professeur d'anglais en Colombie et de gaucho en Argentine. De ces expériences en Amérique du Sud, il tirera une truculente trilogie sud-américaine, œuvres s'inscrivant parfaitement dans le réalisme magique de Gabriel García Márquez.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 51
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Jeu 1 Mar 2012 - 10:16

Louis de Bernières : un immense asile de fous (récits d'un village anglais), édité chez Mercure de France

"La Grande-Bretagne est vraiment un immense asile de fous... Nous, les Anglais, avons une conception très souple de la normalité. Sous certains aspects nous sommes rigides et formels, mais nous croyons au droit à l'excentricité, à condition qu'elle soit de taille. Nous ne sommes pas très tolérants envers les petites. Malheur à vous si vous tenez mal votre couteau, mais tout va bien si vous portez un pagne autour des reins et si vous vivez dans un arbre...
En route donc pour un village du Surrey, très semblable à celui où Louis de Bernières a passé son enfance, à la rencontre de certains de ses habitants, disons, un peu particuliers.
Voici Mrs Mac, qui sort se promener en tenant son mari par le bras, paie leurs deux tickets dans le bus, prend le thé avec lui. L'ennui, c'est qu'il est mort depuis longtemps, mais personne ne s'étonne de l'étrange balade.
Voici le colonel en retraite qui perd la mémoire au point d'oublier de mettre son pantalon quand il va faire ses courses. Mais le policier du village est très courtois.
Voici John et Alan, les deux jardiniers qui, à l'heure de la pause, aiment bien bavarder avec la jolie Sylvie, qui travaille à l'écurie. Tous trois n'hésitent jamais à confier leurs soucis ou leurs joies à George, toujours présent. Sauf que George est une araignée qui tisse sa toile dans la serre.
Voici des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des enfants, dont les histoires vont nous faire rire, mais aussi, souvent, nous serrer le coeur."

Avec beaucoup d'humour et de tendresse, Louis de Bernières nous décrit un village peuplé d'excentriques de la campagne anglaise en pleine mutation même si l'époque n'est pas vraiment précisée. Loin de porter un regard simplement nostalgique ou d'idéaliser la réalité, il nous décrit toute une galerie de personnages attachants.
J'aurais bien noté tous les passages qui m'ont fait rire ou sourire ou même émue, mais il y en avait tant que j'aurais recopié le livre !
Un véritable régal de lecture, j'en redemande Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Jeu 2 Jan 2014 - 16:53

La mandoline du capitaine Corelli



Citation :
La guerre a été pour moi une expérience qui a formé toute ma pensée, c'est le choc le plus profond que j’aie jamais subi, le drame le plus grave et le plus intime de ma vie. Elle a détruit mon patriotisme, changé mon idéal, elle m'a fait contester la notion même de devoir, elle m’a  horrifié et a fait de moi un homme triste.


Encore un roman qui unit fabuleusement l'Histoire et la petite histoire, et, sous l'égide d’Homère, nous fait traverser l'histoire de la Grèce de 1939 à la fin du  siècle, à travers les heures heureuses et malheureuses des habitants de Cephalonia, île qui fut radieuse, dans un souffle romanesque qui vous emporte de la page un à la page 680 sans aucune envie de jamais poser le livre.

Une bonne partie du roman porte sur la guerre, où l’Italie attaque la Grèce et n’ aurait dû en faire qu'une bouchée sans l’ arrogance et la mégalomanie du Duce, et l’impréparation de la campagne qu'il organisa., Mais Hitler veille , et s'ensuit une période d'occupation italo-allemande. Louis de Bernières entre dans l'intimité des Grecs, des Italiens, des Allemands, les soldats comme les civils, multiplie les points de vue, croise les destins pour nous offrir une histoire où le romanesque est toujours savamment dosé, emprunte au meilleur du roman populaire. Les personnages sont magnifiques avec un mélange de sagesse et de folie qui n'est pas étranger à la tendresse et la sympathie qu'on leur porte. Ils sont mené vers un destin voulu par les grands de ce monde, et essayent, à travers l’ horreur de la guerre de tirer à eux de petits moments de bonheur, vivre leur amour, préserver une part de liberté sans atteindre à leur dignité.

À mi-chemin entre A l’Ouest rien de nouveau, Roméo et Juliette, Le silence de la mer, c’est un roman extrêmement généreux et foisonnant, sombre à ses heures mais souvent très joyeux où l’humour reste  toujours en filigrane.

Citation :
L'émotion commençait à le secouer un peu trop et il essaya de se contrôler. « Nous devenons sentimentaux. De vieux fous sentimentaux. »

Louis de Bernières a un style d'une grande fluidité, qui accélère et devient vif au moment opportun, tout en douceur et en émotions quand il le faut. Il n'est qu'à voir comme il porte en quelques pages l'enthousiasme aventureux et fraternel de jeunes gens partant à la guerre, jusqu'à leur désespoir complet devant l'absurdité absolue de l'atrocité des combats, en passant par le doute, l'amertume, la révolte,
ou les  pages où il nous présente le fameux capitaine Corelli, (que nous avons attendu courageusement 260 pages) où tout est dit en une seule scène de son charme, de son côté pitre comme de ses interrogations existentielles, et de sa mandoline car, une fois de plus, la musique constitue un étrange messager pacificateur.

Fortement sentimental sans être niais, ce roman historique est particulièrement réussi, on alterne le tragique et le drôle, l'émotion et le sourire,. C'est un livre beau et triste (j'ai bien failli pleurer dans mon casque) mais aussi joyeux, facétieux et captivant, le genre de livre à déconseiller aux faibles qui remettent à demain les obligations plus fastidieuses que la lecture : « Topocl, qu’as tu fait de tes deux jours de vacances ? » « Euh… j’ai lu  dentsblanches ! »


Dernière édition par topocl le Ven 3 Jan 2014 - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Jeu 2 Jan 2014 - 19:00

Je note, j'ai vérifié, ce n'est pas celui-là que j'ai mais Des oiseaux sans aile..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Ven 3 Jan 2014 - 20:47

J'étais complètement passée à côté de ton commentaire, et j'ai failli râter un livre qui m'intéresse fichtrement. Parce que la Grèce, parce que la petite histoire mêlée à la grande, parce que des personnages forts. Et un humour qui ne gâche rien.
Je ne suis pas contre une petite lecture qui me scotcherait 2 jours durant. Wink

Tu écris que l'histoire se déroule "sous l'égide d'Homère" ; quelle forme prend cette référence ? Est-elle présente en filigrane tout au long du livre ?

C'est décidé, je le commande au plus vite. (Après, le lire, ça c'est une autre histoire, ma PAL me vampirise. Wink)
Revenir en haut Aller en bas
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Sam 4 Jan 2014 - 9:58

Oui, il y a perpétuellement des références aux personnages d'Homère, à Ulysse (Ithaque n'est pas loin) à l'Iliade et l'Odyssée d'une façon générale. Les personnages grecs ont vécu bercés par ces légendes. Et Louis de Bernières s'y réfère sans cesse . Et fait un parallèle entre ces aventures héroïques et humaines. Il y a aussi une couverture qui ne finit pas de se tricoter et de se détricoter. Et possible qu'il y ait d'autres choses du même genre que je n'ai pas vues au passage, habilement glissées dans le récit.

Ah! Je suis contente de t'avoir fait envie! C'est incroyable comme ce livre, qui est fondamentalement tragique, laisse une impression de joyeuseté!

Une petite citation pour la route


Citation :
L'amour est une folie passagère, il entre en éruption comme un volcan et se calme ensuite. Et quand il se calme, il faut prendre une décision. Il faut voir si vos racines se sont emmêlées à tel point qu’il est inconcevable de vous séparer. Parce que c'est ça, l'amour. L'amour, ce n'est pas la respiration coupée, ce n'est pas l'excitation, ce n'est pas l'échange de promesses de passion éternelle, ce n'est pas le désir de s'accoupler à chaque minute de la journée, ce n'est pas resté éveillée la nuit en t’imaginant qu'il embrasse chaque recoin de ton corps. Non, ne rougis pas, je te dis certaines vérités. Ça, c'est simplement être « amoureux », ce qui est à la portée du premier imbécile venu. L'amour vrai, c'est ce qui reste quand on a cessé d'être amoureux, et c'est à la fois un art et un heureux accident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Sam 4 Jan 2014 - 10:33

Alors, si en plus il y a de constantes allusion à Homère…  Et ton extrait me renforce dans l'idée que ça pourrait bien être un livre pour moi.
Peut-être d'ailleurs relirai-je enfin l'Odyssée, ensuite. Wink
Revenir en haut Aller en bas
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Sam 4 Jan 2014 - 12:25

Dommage collatéral = je l'ai rajouté dans ma LAL ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Sam 4 Jan 2014 - 13:28

GrandGousierGuerin a écrit:
Dommage collatéral = je l'ai rajouté dans ma LAL ...

GGG, mon plaisir à lire cela est juste entaché par le fait que j'ai appris que pour un livre, le fait de passer sur la LAL d'un Parfumé implique un objectif de lecture à 5 ou 10 ans, avec un peu de chance. Mais je suis ravie quand même!

Armor, plus j''y pense plus je trouve que ce livre est construit comme beaucoup de beaux romans indiens que j'ai aimés fut un temps. Du romanesque à l'état pur qui frise le mélo sans s'y rouler, la petite histoire dans la grande, des personnages multiples et extrêmement attachants, avides de bonheur et de liberté (ça fait un peu cucu, non?? mais ça ne l’est pas tant que ça) dont le destin est asservi aux décisions des grands de ce monde et éclairé/consolé par les mythes et les légendes, références fondatrices...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Louis de Bernières   Sam 4 Jan 2014 - 16:17

topocl a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Dommage collatéral = je l'ai rajouté dans ma LAL ...

GGG, mon plaisir à lire cela est juste entaché par le fait que j'ai appris que pour un livre, le fait de passer sur la LAL d'un Parfumé implique un objectif de lecture à 5 ou 10 ans, avec un peu de chance. Mais je suis ravie quand même!

Armor, plus j''y pense plus je trouve que ce livre est construit comme beaucoup de beaux romans indiens que j'ai aimés fut un  temps. Du romanesque à l'état pur qui frise le mélo sans s'y rouler, la petite histoire dans la grande, des personnages multiples et extrêmement attachants, avides de bonheur et de liberté (ça fait un peu cucu, non?? mais ça ne l’est pas tant que ça) dont le destin est asservi aux décisions des grands de ce monde et éclairé/consolé par les mythes et les légendes, références fondatrices...

Ce que tu dis sur les romans indiens me fait également penser furieusement aux beau romans sud-américains comme ceux de Vargas Llosa ou encore Lezama Lima ... Un tropisme pour ce type de littérature à mesure qu'on se rapproche des tropiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis de Bernières   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis de Bernières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de petit Louis
» changement de lit pour Louis ?
» Bléville - Rue Aristide Briand > Rue Louis Ganne
» Zabeth, André Louis
» Louis Beuve, Lettres à des amis aurevilliens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: