Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Elena Ferrante [Italie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Elena Ferrante [Italie]   Ven 30 Mar 2012 - 21:14



Elena Ferrante est  née à Naples. Enfin, peut etre. Et  tout le reste de sa biographie est à mettre au conditionnel. On ne sait quasiment rien d' elle. Visiblement Elena Ferrante refuse d' etre un peronnage public.

C' est au point qu' elle n' assiste meme pas à la  remise des prix qu' elle a obtenu. Personnelment, ça me ravit ! Les futilités biographiques, les plateaux télé, les articles dans les médias, si elle peut s' en passer, alors là, j' applaudis des deux mains. Peut etre le succès de ses livres et les prix obtenus lui permettent-elle de couper aux corvées. Je le lui souhaite.

En tout cas, elle en à son troisième roman et ils sont tous traduits en français et publiés par Gallimard.


Bibliographie

L' Amour harcelant
Le Jour de mon abandon
Poupée volée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 30 Mar 2012 - 22:04

POUPEE VOLEE. - Gallimard/Du monde entier


"Le plus diffic ile à raconter, c' est ce que nous ne parvenons pas nous-memes à comprendre." Ainsi pense Leda, la narratrice, au début de ce roman. Après un séjour à la mer, elle a un accident de voiture. Elle dit à ses amis que c' était la faute au sommeil.

"Mais je savais bien que ce n' était pas la faute au sommeil. A l' origine, il y avait ce geste, mon geste privé de sens dont justement parce qu' il était insensé, je décidai tout de suite de ne parler à personne"...

Et, c' est ainsi que Leda est amenée à se pencher sur son passé et à essayer de comprendre pourquoi elle a eu ce geste insensé en apparence... Voler sur la plage la poupée d' une petite fille. Leda est enseignante, une intellectuelle et meme si elle n' a pas lu Freud, elle sait que son geste n' est pas anodin.

A l' hopital où elle a été admise, elle commence à fouiller dans sa vie. Au tout début, quand elle a entrepris volontairement de prendre sa vie en main. Dès l' enfance, elle a commencé à s' opposer à sa mère... Une mère belle, très belle, mais napolitaine ! Une culture populaire et très prégnante. Sa quete d' identité se poursuivra dans sa vie d' épouse puis de mère. Et enfin dans la séparation et le divorce d' avec son mari et l' éloignement de ses filles...

Leda se croit alors libre, enfin elle-meme, mais le séjour qu' elle fait à la mer la met en présence d' une très jeune mère et de sa petite fille. Lui revient alors en boomerang, l' éducation de ses propres filles, leurs relations, leurs malentendus... Et sa vie à elle, ratée.

Inutile de raconter l' histoire... Une confession sans concession. Et qui va dévoiler tout ce qu' elle s' est caché jusqu' à présent. Un confession impudique et et cruelle qui va l' obliger à libérer la violence contenue en elle. Elle n' en finit pas de creuser, encore et encore, parce qu' à creuser ainsi, on se rend compte qu' il n' y a pas de fond en vérité, mais seulement des ombres et des reflets trompeurs.

Leda prend conscience des rapports qui unissent et parfois de façon obsessionnelle, mère et enfants, ici mère et filles. Et de tous les sentiments contradictoires qui ne cessent d' affluer : culpabilité, reproches, amertumes, approches et demandes insatisfaites, tensions.

Le propos n' est pas dans ce roman de dire ce qu' il adviendra, mais seulement de se libérer d' un état de crise trop lourd à porter. Voilà un livre classique et remarquablment écrit, et qui m' a beaucoup appris sur les femmes... En tout cas, sur celle qui nous est présentée ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Envolée postale
avatar

Messages : 100
Inscription le : 04/09/2015

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Lun 7 Sep 2015 - 0:31

Elena Ferrante, c’est mon gros coup de cœur de ces dernières années.

J’ai lu Les Jours de mon abandon. Je chroniquerai peut-être ce roman plus tard : j’ai bien aimé, peut-être même tout simplement aimé, mais il m’a semblé n’être rien en comparaison de sa série ‘napolitaine’.
Je ferai donc la pub de ce corpus de romans qui m’a tellement touchée…

Pour ceux qui lisent en français, seul le premier tome de sa fabuleuse saga ‘napolitaine’, L’amie prodigieuse, est publié. Ceux qui lisent en italien ont la chance de connaître déjà le mot de la fin, et ceux qui lisent en anglais attendent avec impatience de pouvoir se procurer le quatrième et dernier volet, The Story of the Lost Child.

L’intrigue de L’amie prodigieuse est centrée sur deux personnages, Elena et Lila : toutes deux sont issues d’un quartier pauvre, violent de Naples, et cherchent à échapper à leur environnement social. Pour ce faire, toutes deux se lancent à corps perdu dans leur éducation, clairement associée pour elles à la notion de ‘civilisation’, et tentent d’échapper à leur condition de femme du ghetto, de future mère des enfants du ghetto, avec plus ou moins de succès. En effet, si Elena, créature adaptable, malléable, s’avère capable de suivre un cursus de lycée, il n’en va pas de même pour Lila, dont l’intelligence est pourtant prodigieuse : celle-ci est victime de sa propre incapacité à se soumettre à ces nouvelles institutions , de sa propre incapacité (ou force !) mentale ; Lila est folle, Lila est brillante.
La saga napolitaine d’Elena Ferrante est une fiction de l’amitié ; une fiction de l’amitié extrêmement complexe, subtile, presque malsaine, si bien que l’on touche à la question de la rivalité, à la question de la haine entre deux jeunes filles ‘géniales’ dont la relation devient compétitive, et que l’on peut se demander si des tensions lesbiennes n’animeraient pas ces deux personnages. Au fur et à mesure des tomes, l’intrigue se complexifie jusqu’à en devenir politique, sociologique. Avant tout, cependant, la saga napolitaine d’Elena Ferrante est pour moi une analyse, une expression de la condition féminine. Quoique celle-ci soit étudiée à travers la narration d’un grand changement historique, les thèmes explorés sont tout à fait d’actualité.

Il y a beaucoup, beaucoup de choses à dire sur ces romans effarants de complexité, d’ambiguïté … mais je préférerais discuter avec quelqu’un qui les a lus plutôt que disserter toute seule pendant des heures.

Alors j’espère convaincre ne serait-ce qu’une personne.
Lisez-les, ça change une vie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Lun 7 Sep 2015 - 15:43

Pas lu encore mais j' ai beaucoup apprécié Poupée volée, qui est aussi d' une grande richesse psychologique.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Mar 8 Sep 2015 - 18:16

Tu es convaincante Sorcière !! Elena Ferrante est notée. cheers

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Envolée postale
avatar

Messages : 100
Inscription le : 04/09/2015

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Mar 8 Sep 2015 - 18:53

Chouette ! Bix aussi, j’ai bien noté Poupée volée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Lun 14 Déc 2015 - 8:13

J’ai (enfin) découvert L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’en avais lu le plus grand bien, aussi ai-je été un peu surprise de ne pas accrocher plus que ça aux premiers chapitres.
Mais, pas d’affolement, je me suis immergée dans la suite avec un plaisir grandissant. Malgré un propos pas compliqué, ce roman n’est pas vraiment de ceux qui se laissent lire avec l’esprit ailleurs, et où les pages tournent toutes seules ! Il se mérite.
Les premières amours, le collège et le lycée, la vie de famille composent la trame de fond, et surtout la ville de Naples et les années soixante, mais tout cela ne serait rien sans le talent de l’auteur à décrire avec habileté, conflits et douleurs, sentiments et passions adolescentes…
Une suite, intitulée Le nouveau nom va paraître début 2016, qui verra Lila et Elena devenir des femmes, et je me laisserai sans doute tenter. Et petit conseil supplémentaire : L’amie prodigieuse sortira en poche le 1er janvier, voilà une bonne occasion de ne pas le rater !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Lun 14 Déc 2015 - 15:00

Merci Kathel ! Je consacrerai l' attention nécessaire à L' Amie prodigieuse.
Poupée volée se lit beaucoup plus facilement, meme si le contenu est angoissant.
Merci pour l' annonce de la sortie en poche de  L' Amie prodigieuse. Poupée volée l' est aussi..

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Lun 14 Déc 2015 - 19:17

J'aurais aimé partager votre enthousiasme sur Elena Ferrante, mais mes impressions suite à la lecture de Poupée volée sont plus mitigées. Cela commençait bien, l'écriture d'Elena Ferrrante m'a captivée, tout en petites phrases, précises, acérée, un peu clinique mais très juste dans son économie. Le personnage de Leda, entre objectivité et souffrances souterraines capte bien l'intérêt, et l'auteur installe une atmosphère, qui peut devenir angoissante par moments (par exemple, l'incident de la pomme de pin). Les pages tournaient toutes seules.

Mais voilà, au bout d'un moment, j'ai eu la sensation de tourner en rond, de ne plus avancer, d'en être toujours au même point. Les personnages qu'observent Leda restent toujours aussi lointains et ne perdent pas vraiment leur allure de silhouette, elle même répète un peu les mêmes choses, et la symbolique de la poupée volée m'a semblé lourde et pas si signifiante au final. Le côté très descriptifs, plus centré sur les actions que sur les sentiments, s'est mit à devenir frustrant.

Mais l'auteur a des qualités indéniables, et je pense faire une tentative avec L'amie prodigieuse, qui semble être ce qu'elle a écrit de plus intéressant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 5 Aoû 2016 - 0:00



Ça ne m'arrive pas souvent mais je renonce au bout de 20 chapitres à poursuivre ce roman.

Je vois beaucoup d'éloges dans la presse ou ailleurs mais je me suis terriblement ennuyé tout en percevant ce qu'Elena Ferrante semble avoir voulu faire. A savoir raconter une histoire d'amitié profonde à la lisière de la fascination (et du désir peut-être mais je n'en ai pas lu assez pour le savoir même si les prémices sont là) avec un soucis de précision et de détails anecdotiques foisonnants cherchant à créer des personnages avec un relief, un vécu le moins stéréotypé possible, une apparente complexité psychologique par cette observation minutieuse de moments volés qui feraient revivre une époque, un milieu social...

Un soucis d'anticonformisme avec ces gamines pleines de fantaisie (prodigieuses forcément!), un peu "garçons manqués", qui sont d'entrée décrites comme "méchantes" mais qui évidemment ne le seront pas vraiment puisque c'est le regard que porte une petite fille sur ce qui l'entoure (à travers le récit qu'elle en fait à l'âge adulte).

Sauf que je n'ai jamais réussi à m'affranchir d'un sentiment de grande banalité derrière cet enrobage finalement inutile. Et surtout rien ne m'a vraiment accroché. On me dira qu'il y a des styles qui n'en sont pas, qui ne font pas la grande roue pour épater, mais qui par un luxe de petits détails atteignent à une forme de vérité et de subtilité. C'est ce qu'elle veut faire mais aucune phrase ne m'a interpelé ou fait vibrer. J'ai eu le sentiment de voir se dérouler un film naturaliste où il n'y aurait qu'un fil scénaristique finalement banal sans véritable chair. On s'agite mais tout semble artificiel. On observe mais on n'est jamais à l'intérieur.

Il y a des auteurs dont chaque phrase me stimule, m'ouvre des horizons, m'emporte ou me fascine. Ici j'ai vu des mots défiler sans m'accrocher à rien.

Désole d'avance pour tous ceux qui aimeront.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 5 Aoû 2016 - 0:23

Plusieurs fois j'ai eu ce livre entre les mains , je n'ai pas dépassé les 20 premières pages .
Lisant aussi tout le bien qu'on en dit j'avais décidé de retenter , mais là c'est mort !
Je libère de la place dans ma LAL !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 5 Aoû 2016 - 6:39

Marko a écrit:
Je vois beaucoup d'éloges dans la presse ou ailleurs
églantine a écrit:
Lisant aussi tout le bien qu'on en dit
en effet, pour l'instant impossible d'échapper à ce nom... vos avis me refroidissent un peu, je pense que je ne vais pas me précipiter pour la lire

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 5 Aoû 2016 - 8:08

C'est malin , marko, sourire  tu n'aurais pas pu publier cela la semaine dernière? je viens de l'offrir à ma fille jemetate !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 5 Aoû 2016 - 8:33

qui dit qu'elle n'aimera pas ? dentsblanches

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   Ven 5 Aoû 2016 - 10:28

topocl a écrit:
C'est malin , marko, sourire  tu n'aurais pas pu publier cela la semaine dernière? je viens de l'offrir à ma fille jemetate !

Bédoulène a écrit:
qui dit qu'elle n'aimera pas ? dentsblanches
Appramment beaucoup de gens adorent ce livre donc tu as sûrement bien fait ! L'accroche dit que Pennac l'offre à tous ses amis. Mais au moins chez lui (le cycle Malaussène) c'était drôle. J'essaierai de vous mettre un extrait pour illustrer ce que je n'aime pas.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elena Ferrante [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elena Ferrante [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie
» venise (italie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: