Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Léonor de Récondo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Léonor de Récondo   Mer 4 Avr 2012 - 13:39


Photo Patrick Parage

Léonor de Récondo, née en 1976, débute le violon à l’âge de cinq ans. Son talent précoce est rapidement remarqué, et France Télévisions lui consacre une émission alors qu’elle est adolescente. À l’âge de dix-huit ans, elle obtient du gouvernement français la bourse Lavoisier qui lui permet de partir étudier au New England Conservatory of Music (Boston/U.S.A.). Elle devient, pendant ses études, le violon solo du N.E.C. Symphony Orchestra de Boston. Trois ans plus tard, elle reçoit l’Undergraduate Diploma et rentre en France. Elle fonde alors le quatuor à cordes Arezzo et, grâce au soutien de l’association ProQuartet, se perfectionne auprès des plus grands maîtres du genre (Quatuor Amadeus, Quatuor Alban Berg). Sa curiosité la pousse ensuite à s’intéresser au baroque. Elle étudie pendant trois ans ce nouveau répertoire auprès de Sigiswald Kuijken au Conservatoire de Bruxelles. Depuis, elle a travaillé avec les plus prestigieux ensembles baroques (Les Talens Lyriques, Le Concert d’Astrée, Les Musiciens du Louvre, Le Concert Spirituel). De 2005 à 2009, elle fait partie des musiciens permanents des Folies Françoises, un ensemble avec lequel elle explore, entre autres, le répertoire du quatuor à cordes classique. En février 2009, elle dirige l'opéra de Purcell Didon et Enée mis en scène par Jean-Paul Scarpitta à l'Opéra national de Montpellier. Cette production fait l'objet d'une tournée. En avril 2010, et en collaboration avec la chanteuse Emily Loizeau, elle crée un spectacle mêlant musique baroque et musique actuelle.
Léonor de Récondo a été premier violon sous la direction de Vincent Dumestre (Le Poème Harmonique), Patrick Cohën-Akenine (Les Folies Françoises), Enrico Gatti, Ryo Terakado, Sigiswald Kuijken. Elle est lauréate du concours international de musique baroque Van Wassenaer (Hollande) en 2004.
Elle fonde en 2005 avec Cyril Auvity (ténor) L’Yriade, un ensemble de musique de chambre baroque qui se spécialise dans le répertoire oublié des cantates. Un premier disque de l’ensemble paraît chez Zig-Zag Territoires autour du mythe d’Orphée (plusieurs fois récompensé par la presse), un deuxième de cantates de Giovanni Bononcini en juillet 2010 chez Ramée.
Léonor de Récondo a enregistré une quinzaine de disques (Deutsche Grammophon, Virgin, K617, Alpha, Zig-Zag Territoires) et a participé à plusieurs DVD (Musica Lucida).
En octobre 2010, elle publie La Grâce du cyprès blanc (roman) aux éditions Le temps qu'il fait et, en janvier 2012, Rêves oubliés chez Sabine Wespieser éditeur.

Source : éditeur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Mer 4 Avr 2012 - 13:40


Rêves oubliés
Citation :
Présentation de l'éditeur
Quand il arrive à Irùn où il espère rejoindre sa famille, Aïta trouve la maison vide. Le gâteau de riz abandonné révèle un départ précipité. En ce mois d'août 1936, le Pays basque espagnol risque de tomber entre les mains des franquistes. Aïta sait que ses beaux-frères sont des activistes. Informé par une voisine, il parvient à retrouver les siens à Hendaye. Ama, leurs trois fils, les grands-parents et les oncles ont trouvé refuge dans une maison amie. Aucun d'eux ne sait encore qu'ils ne reviendront pas en Espagne. Être ensemble, c'est tout ce qui compte : au fil des années, cette simple phrase sera leur raison de vivre. Malgré le danger, la nostalgie et les conditions difficiles - pour nourrir sa famille, Aïta travaille comme ouvrier à l'usine d'armement, lui qui dirigeait une fabrique de céramique. En 1939, quand les oncles sont arrêtés et internés au camp de Gurs, il faut fuir plus loin encore. Tous se retrouvent alors au coeur de la nature, dans une ferme des Landes. La rumeur du monde plane sur leur vie frugale, rythmée par le labeur quotidien : les Allemands, non loin, surveillent la centrale électrique voisine, et les oncles, libérés, poursuivent leurs activités clandestines. Écrit comme pour lutter contre la fuite des jours, le carnet où Ama consigne souvenirs, émotions et secrets donne à ce très beau roman une intensité et une profondeur particulières. Léonor de Récondo, en peu de mots, fait surgir des images fortes pour rendre à cette famille d'exilés un hommage où une pudique retenue exclut le pathos.


Voilà un texte intime et très personnel concernant l’exil et la vie à l’étranger. Le tout dans une langue poétique qui renforce l’aperçu d’un récit intimiste.

Finalement, je préférais que rien ne nous attache à ici. Je veux bien y vivre le temps qu’il faudra, y mourir aussi s’il le faut, mais pas m’y attacher.
Rester étrangère, sans racine.


La vie au jour le jour de cette famille est raconté avec les sons des évènements de la guerre civile en Espagne et la 2e guerre mondiale en fond de l’histoire, mais elle ne prend pas le devant.

Personnages attachants, histoire qui se lit d’une traite te qui donne envie de suivre cette jeune auteur.
Je lui donne la parole pour mieux parler de son livre et donner envie à d’autres de la découvrir :




_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire


Messages : 6068
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Sam 11 Aoû 2012 - 21:17

Ouvrage sélectionné pour le Prix Océans 2012

Citation :

« Etre ensemble c’est tout ce qui compte. »

Je retrouve avec plaisir les ouvrages des éditions Sabine Wespieser : format carré, papier doux, et légèrement ivoire, publications rares choisies avec soin et de qualité.
On peut dire que Léonor De Récondo a plus d’une corde à son violon ; outre la musique, elle se défend très bien en littérature.
Rêves oubliés se lit avec gourmandise, d’une traite, mais sans précipitation non plus. Chaque mot, chaque phrase sont pesés au plus juste pour donner à ce texte élégance, harmonie et poésie. Une mélodie douce qui porte et ravit. Le propos se fait bref, sans superflus ; l’essentiel, rien que l’essentiel.
Léonor de Récondo parvient à balayer 13 années intenses d’une famille de Basques espagnols contraints, en 1936 à s’exiler en France, pour des raisons politiques.
Si le narrateur porte un regard extérieur sur les péripéties familiales, les pensées intimes des uns et des autres apportent une touche plus intime à ce roman. Parce que les mots peinent parfois à venir, la pensée se fait plus diserte. Les amours s’y déclament, les secrets s’y dévoilent.
Mais pour aller plus loin encore, Ama s’exprime librement par l’intermédiaire de son journal.
Malgré les aléas de l’exil, les difficultés matérielles, les drames intimes, la joie et l’optimisme s’imposent toujours, comme une politesse que l’on se doit, et que l’on doit aux autres.

Citation :
« Oublions cela et rappelons-nous uniquement la chaleur qui circulait entre nous tous aujourd’hui. Les regards brillaient, les bouches s’enivraient. Malgré ces temps orageux et glacials, nous sommes toujours là, ensemble. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire


Messages : 6068
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Mer 28 Aoû 2013 - 23:06


Pietra Viva, Léonor de Récondo
Sabine Wespieser, août 2013
225 pages

4ème de couverture : (extrait)

Citation :
Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d’Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre.
Lors de ses soirées solitaires à l’auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d’Andrea, il ne cesse d’interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre.
Anéanti par la mort d’Andrea au corps de rêve, Michelangelo, qui a déjà sculpté la si belle Pieta de St Pierre de Rome, déserte Rome pour Carrare à la recherche du marbre qui servira au tombeau que le pape vient de lui commander.
Pietra Viva, la pierre vive est au centre ce superbe roman, voyage à la fois artistique et intérieur  pour le maître.
Si tout au long de ce parcours, Michelangelo façonne dans son esprit sa prochaine œuvre, il fera également des rencontres décisives pour franchir ce deuil si douloureux. Avec Michele, orphelin comme lui, il affrontera son passé pour mieux le dépasser.

Abordant une courte période du maître, Leonor de Récondo parvient avec brio et poésie à toucher le lecteur aussi fort que le font les sculptures de Michelangelo, à  laisser dans son sillon la douceur et la rondeur  d’un marbre.

Tout en délicatesse, Pietra Viva nous livre quelques réflexions sur les mystères de la création, et les tourments des artistes.

Comme dans le très beau Rêves oubliés, Léonor de Récondo emploi chaque mot avec justesse sans s’égarer dans l’infini ; la bonne note, le bon accord, au bon moment ; ni plus ni moins. Chaque ligne de ce roman rappelle que Leonor de Récondo est avant tout une musicienne.  

Un pur plaisir de lecture.


Il en est question dans ce livre....



La pieta, à St Pierre



Moise, à St Pierre aux liens  



Le fameux tombeau de Jules II de St Pierre aux lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Jeu 29 Aoû 2013 - 7:01

Voilà de quoi attiser la curiosité.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie


Messages : 346
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Jeu 29 Aoû 2013 - 17:44

Pietra Viva

Un format agréable, un papier de qualité, une couverture sobre… Sabine Wespieser choisit de publier peu mais «bien choisi » (un seul livre chaque année fin Août)…. Quel courage dans un monde où les éditeurs (pour certains) multiplient les parutions à cette époque de l'année…

Le roman de Léonor De Récondo va nous emmener sur les traces de Michel-Ange, dans une période de sa vie où il doit sélectionner puis travailler les marbres pour créer le tombeau que le Pape Jules II lui a commandé.
On connaît l’homme sculpteur et peintre de génie, on connaît peut-être moins l’anatomiste, le poète et l’homme aux pensées torturées, se questionnant de façon lancinante sur la religion,
Citation :
« ….je ne veux pas croire pour simplement ne pas avoir peur. »
son homosexualité, son art et la place de l’art dans la vie des hommes et bien d’autres sujets…

C’est avec une écriture lumineuse, musicale et un style aérien tout en étant « achevé » que Léonor De Récondo m’a fascinée et m’a ainsi donné l’envie de découvrir plus intimement la vie de ce personnage.
Citant des faits réels, en romançant d’autres, l’auteur réussit à nous plonger dans la vie des carriers, dans cette Toscane où la chaleur et la poussière ont leur place, dans les tourments de Michelangelo, dans son esprit sans cesse en ébullition que ce soit pour ses œuvres
Citation :
« ….la force de la pierre était entrée en lui et ne l’avait plus quittée. »
, mais aussi pour ses interrogations d’homme de chair et de sang :
Citation :
« La mort fait l’éloge de la vie comme la nuit celle du jour. »
Citation :
« Retourner ainsi à la sève de la vie et n’être plus qu’un souffle qui danse au-dessus du gouffre. »
Par la grâce d’un enfant, il se réconciliera avec une partie de lui-même, apprivoisant son histoire personnelle en acceptant de se pencher sur plus petit… Il autorisera ce jeune à entrer dans son espace « réservé », glissant sa main dans la sienne….

Artiste au plus profond de son âme, Michel-Ange est angoissé, troublé par ce qu’il ressent de jour comme de nuit. Il a des difficultés à se positionner, à intégrer la relation avec les autres…

Léonor de Recondo dépeint avec justesse, délicatesse et beaucoup de doigté, comme une broderie à points comptés, le cheminement de cet être …
Et comme dans le titre « Pietra Viva » (Pierre Vive) elle parvient à donner vie à son récit….


Dernière édition par Cassiopée le Jeu 29 Aoû 2013 - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Jeu 29 Aoû 2013 - 18:09

C'est vrai qu'il est bien tentant ce roman!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Jeu 28 Nov 2013 - 22:32

Pietra viva

==========

Michel-Ange avait déjà fourni à Mathias Enard matière à un bon livre « Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ». Ici, Léonor de Récondo, montre un aspect plus ascétique mais tout aussi bougon (le mot peut être parfois faible) et inspiré du sculpteur.

Michel-Ange, très troublé par la beauté de Frère Andréa, ne supporte pas sa mort et fuit, pour les carrières de Carrare, chercher le marbre sans défaut pour sculpter le tombeau du pape en exercice.

Michel-Ange reconnu par tous, appelé Maître avec beaucoup de déférence, est arrogant envers les autres, tourmenté par un monde intérieur. Il s’enferme en lui. Ses seuls instants de quiétude sont au milieu de la carrière de marbre parmi carriers.

Michele, petit orphelin va, petit à petit, apprivoiser le Maître. Michel-Ange va s’ouvrir, trouver une réponse à ses tourments intérieurs, aidé en cela par Cavallino et sa folie douce.

Nous suivons ces chemins, qu’ils soient intérieurs ou géographiques. Léonor de Récondo cisèle, sculpte, peint ses phrases, ses mots pour donner vie à la pietra viva.

Un roman émouvant et beau comme le marbre de la carrière, comme les paysages qu’elle décrit. Un roman à lire sans se presser pour en savourer la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
MartineR
Main aguerrie


Messages : 363
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Dim 31 Mai 2015 - 9:57



Présentation de l'éditeur :
Citation :
Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d’une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s’épanouir le sentiment amoureux le plus pur – et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l’héritier Boisvaillant tant espéré.
Comme elle l’a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s’apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n’a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches.
Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l’enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s’éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles…
Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d’un sentiment qui balayera tout.

Ce livre est récompensé par le grand prix RTL-Lire 2015 et par le prix des libraires 2015..

J'ai commencé hier soir, j'ai dù l'abandonner car il fallait quand même que je me repose...Very Happy Very Happy  mais je vais vite m'y replonger: une belle écriture simple & fluide

Une découverte que le style de Léonor de Récondo (violoniste baroque), l'écriture est fluide, les chapitres très courts,pour décrire ce début du XX° siècle bourgeois dans un bourg du Centre. Pas de jugement, dans tous ces portraits d'hommes & femmes qui se révèlent.

J'entends encore ma grand'mère disant qu'elle n'avait plus héberger la bonne à dater que son fils ainé ait eu 15 ans...!!! Je revois aussi le bureau notarial bien clos dans ce gros bourg du Centre!!!!.



Une très belle lecture que nous réserve encore une fois l'éditrice Sabine Wespieser. enthousiaste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
MartineR
Main aguerrie


Messages : 363
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Sam 13 Juin 2015 - 20:39

Rêves oubliés

Un petit bijou malgré la sévérité du sujet: l'exil

Trois générations se cotoient: des personnages forts,avec chacun leurs secrets, leurs nostalgies,et surtout leurs peurs.

Le livre est écrit sur deux registres: celui du récit mais aussi celui du carnet personnel de la jeune femme.

bravo bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11733
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Dim 14 Juin 2015 - 10:00

Il me tente beaucoup plus qu'Amours, celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Plume15
Posteur en quête


Messages : 70
Inscription le : 25/04/2015

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Dim 13 Déc 2015 - 2:17

Bonjour à tous,

J'ai beaucoup aimé Amours... Très belle écriture, très belle histoire... toute une époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire


Messages : 6476
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Dim 30 Oct 2016 - 7:27

Amours

Fin du 19 ème siècle, une maison bourgeoise, avec leurs maîtres Anselme notaire et sa jeune épousée Victoire. Les domestiques, Pierre revenu de la guerre sourd et muet connaissant tous les secrets de famille, sa femme Huguette au service de la famille depuis la naissance d’Anselme et qui lui évita, comme disait la mère de celui-ci, d’aller se perdre au bordel, et Céleste 17 ans jolie comme un cœur dont Anselme abuse brutalement quand sa femme lui fait comprendre l'abhorration qu'elle a de son propre corps et « l’usage » qu’il en fait.

Classique, les maîtres ont tous les droits, les domestiques se taisent et acceptent leur destin. Céleste tombe enceinte inévitablement et le couple, stérile jusque là décide d’élever l’enfant comme le leur. Mais Victoire ne sait pas s’y prendre et l’enfant dépérit. Secrètement Céleste vient le chercher la nuit pour lui donner l’amour qui lui manque. Jusqu’à ce que Victoire viennent les rejoindre dans la petite chambre du deuxième étage. En premier lieu pour l’enfant, mais après pour Céleste.

C’est assez originale pour une fois de montrer l’amour qui peut naitre, non pas entre un maître et sa servante mais entre une maitresse et sa servante. Un petit livre assez agréable à lire qui met bien en lumière l’impuissance des domestiques et la toute puissance, non seulement des maitres, mais des hommes dans la société de la haute bourgeoisie de la fin du 19ème siècle. Les femmes n’ayant aucun autre recours que de s’occuper de leurs chiffons et d’accepter l’infidélité « légitime » de leur époux indifférent.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadine
Main aguerrie


Messages : 417
Inscription le : 08/10/2016

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Dim 30 Oct 2016 - 8:19

Merci Pia, grâce à ta note de lecture je vois ce fil:
musicienne baroque, Michel Ange, exil, taille de pierre, et editions wespieser : oh làlà mais ça devrait me plaire !
Et je vois que tu as noté Michèle Desbordes, mais en effet ses trames semblent croiser celles de De récondo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10912
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Dim 30 Oct 2016 - 10:09

Nadine a écrit:
Merci Pia, grâce à ta note de lecture je vois ce fil:
musicienne baroque, Michel Ange, exil, taille de pierre, et editions wespieser : oh làlà mais ça devrait me plaire !
Et je vois que tu as noté Michèle Desbordes, mais en effet ses trames semblent croiser celles de De récondo.

C'est vrai que ça rejoint un peu le livre de Desbordes La Demande, mais dans ce dernier il ne s'agit pas vraiment d'une relation amoureuse, c'est plus trouble que cela, plus vieillissant aussi. Bon, je note le titre du livre de De Recondo et plus généralement le nom de cette auteure. Merci.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Léonor de Récondo   Aujourd'hui à 2:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Léonor de Récondo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [info] Comment à coup sûr lire l'échelle d'un plan ou d'une carte sans se tromper et bluffer ses proches ?
» allumage bobine condo
» HABIBA,CONDO ET LE PAPE BENOIT!!
» module de remplacement rupteur condo
» remplaçer son rupteur et condo par un CPM-01 ou Sig-01 ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: