Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Furukawa Hideo

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Furukawa Hideo   Ven 6 Avr 2012 - 13:44



Citation :
Né en 1966 à Fukushima, Furukawa Hideo est un des principaux romanciers de la nouvelle génération, dont l’œuvre est portée par une imagination baroque et une puissance lyrique hors du commun. Dramaturge, il publie son premier roman 13 en 1988. En 2002, son roman-fleuve, La Tribu des mille et une nuits, est doublement couronné par le prix des auteurs de romans policiers et le grand prix de la science-fiction. En 2006, il obtient le prix Mishima (concurrent du prix Akutagawa) pour Love, un recueil de longues nouvelles ciselées. Alors Belka, tu n’aboies plus ? est sa première œuvre traduite en français. Dans ce récit haute tension, quatre chiens valeureux traversent sur un rythme haletant l’histoire du monde depuis la seconde guerre mondiale jusqu’à la guerre froide.

Alors Belka, tu n’aboies plus ?, traduit par Patrick Honnoré, Philippe Picquier, 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 10 Avr 2012 - 14:34



Alors Belka, tu n'aboies plus ?
Citation :
En 1943, l'armée impériale japonaise en déroute abandonne sur une île de l'archipel des Aléoutiennes trois chiens. Un quatrième chien soldat, d'origine américaine, les y retrouve. Leurs descendants se répandront sur la Terre, deviendront chiens soldats pendant la guerre du Vietnam, chiens domestiques d'un chef yakuza, chiens tueurs au service du KGB. Une humanité vue du côté des chiens.

Des chiens et des hommes. Mais surtout des chiens. De la deuxième guerre mondiale à la fin du XIXe siècle, Furukuwa Hideo raconte, dans Alors Belka, tu n'aboies plus ?, la saga d'une dynastie canine qui essaime sur tous les points chauds de la planète. Chiens soldats, renifleurs anti-drogue, tireurs de traineaux, ... Ils participent à la marche du monde de l'Alaska à l'URSS, en passant par les conflits du Vietnam et de l'Afghanistan. L'histoire, les multitudes d'histoires plutôt, sont narrées à hauteur du chien. Logique, ce sont eux les héros, au service de la folie des hommes, dans le chaos d'une époque sanglante. Le roman de Furukawa a tout de l'OVNI : parfois semblable à un précis passionnant de géopolitique, le plus souvent odyssée invraisemblable, dans un style tout en scansion, proche de l'oralité. Difficile de démêler la fiction de la réalité dans ce livre au rythme haletant dont certains passages flirtent avec la SF. Une oeuvre inclassable dans laquelle la célèbre chienne cosmonaute Laïka fait un signe de la patte à ses congénères combattant sur terre. Ce livre est à offrir à nos amis à 4 pattes, même si les humains peuvent y glisser leur truffe. Ils en ressortiront secoués et n'auront plus qu'une envie : hurler à la lune. Wouff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 10 Avr 2012 - 19:24

traversay a écrit:
Ce livre est à offrir à nos amis à 4 pattes, même si les humains peuvent y glisser leur truffe. Ils en ressortiront secoués et n'auront plus qu'une envie : hurler à la lune. Wouff !
Hum, je ne te sens quand même pas extrêmement enthousiaste... Peut-être parce que c'est un OVNI ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 10 Avr 2012 - 19:30

Enthousiaste, ce serait un peu fort. Un peu mitigé mais assez impressionné par la façon dont Furukawa retombe toujours sur ses pattes. C'est surtout son style qui est surprenant, qui ne ressemble à aucun auteur japonais. Evidemment, je ne les connais pas tous.
Je ne regrette pas de l'avoir lu, en tous cas. Picquier a prévu de traduire d'autres romans. J'y retournerai sans problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 10 Avr 2012 - 21:15

Comme je n 'aime pas trop les chiens, je passe mon tour. dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Lun 16 Avr 2012 - 12:52

Hum hum!
Je viens de terminer ce livre et je suis très partagée! J'ai relevé une phrase bizarre ... Shocked surpris Suspense!
Je reviens vous en dire un peu plus très vite! dentsblanches

A plus. flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Lun 16 Avr 2012 - 13:13

ce livre m'intrigue, et contrairement à Arabella j'aime les chiens !

(je me souviens du livre de Ferney "dans la guerre" où l'un des héros est justement un chien)

je note ce livre

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Lun 16 Avr 2012 - 17:25

Me voici donc.

Je ne suis pas totalement séduite par ce livre. Les passages qui m’ont « barbée » sont ceux où il est question des différents conflits politico-mafieux. J’ai, en fait, trop eu la sensation de lire le journal ou un manuel scolaire (enfin, peut-être est-ce volontaire ?). Par contre, l’idée de donner la parole aux chiens donne un regard décalé à l’histoire ce qui est intéressant.
Les passages centrés sur la jeune fille japonaise sont mes préférés : le portrait de cette gamine qui n’hésite pas à remettre en place « un caïd » est alerte, vif, naturel, bien trempé. Ses réparties fusent :

Citation :
« - Putain, ce que je te déteste ! T’es rien qu’un Rosuke de merde, c’est comme ça qu’on vous appelle chez nous. Tu peux crever.
Comme s'il réfléchissait aux paroles de la gamine, le vieux répéta en japonais :
- TPiu crrrevé!
» (p.105)

Ce sont les chiens qui vont la révéler à elle-même.
Quelques trucs exaspérants : les chiens font beaucoup trop « Wouff » et les flingues ‘Pfun-Pfun-Pfun. » Non, ce n’est pas « fun » (désolée !).
Et là une erreur de traduction :

Citation :
« En juillet 1986, le secrétaire général Gorbatchev déclara : « La perestroïka est une révolution ! » mais les agents de S étaient accueillent surpris scratch ce slogan avec un petit sourire ! »

Tout de même, pour le plaisir de vous montrer un aperçu de cette adolescente japonaise, je vous mets un petit passage :

Citation :
« - Alors t’es contente, la Vieille ? Tu crois me faire peur avec ton flingue ? Tu me prends vraiment pour un cave ! Ces joujoux-là, j’en ai l’habitude, tu parles. J’y suis encore plus habituée que vos chiens. Tu croyais que pan pan, ça allait me faire peur ? Faut pas prendre une princesse yakuza pour une dinde ! cracha-t-elle.
En paroles.
Parce qu’en réalité …
Une tache sombre gagnait rapidement du terrain à l’entrejambe de son jean. Elle le savait. Et elle savait que l’autre l’avait remarqué. Alors, histoire de l’intimider, elle dit à la vieille, qui n’avait pas baissé sa garde d’un poil, le revolver toujours en main :
- Putain … un jour, je te plante, la Vieille, avec ton couteau de cuisine, je te promets …
Une petite dizaine de minutes plus tard, la gamine était de retour et se changeait dans la chambre qui lui avait été attribuée. Elle changea de slip. Jeta le jean trempé d’urine. Mit un pantalon qu’on lui avait donné comme rechange – que la vieille lui avait donné, parce qu’elle était chargée de son trousseau et de sa lessive. C’était la première fois qu’elle le mettait. Un pantalon de pauvre, trop minable, que la gamine haïssait. Vous vous foutez de ma gueule ? Vous allez me faire porter des fringues de gosse, merde ! Celui que je viens de jeter, c’était pas un truc nase de travailleurs ! C’était un Gucci, tu saisis la différence ? Des fringues de marque, quoi, fait chier ! C’est pour ça que je le mettais tous les jours, sans le laver une seule fois. Un jean délavé Gucci que je kiffais à mort, tu piges ?
Et maintenant, il est plein de pisse, fait chier …
La gamine ressentait quelque chose. Une sensation que ses mots ne pouvaient pas exprimer. Le déshonneur.
» (p.138-139)

Comme vous pouvez le constater, la gamine n’a pas beaucoup de vocabulaire ! Razz Mais elle a le sens de la formule même si ses interlocuteurs ne comprennent rien à ce qu’elle raconte : elle est Japonaise, ils sont Russes. Elle peut alors s’en donner à cœur joie !
Quelques petits moments magiques : Lorsque la chienne Laïka apparaît dans l’espace, tous les chiens de la planète lèvent les yeux en sentant comme une présence bienveillante qui veille sur eux ! La gente canine a sa déesse de l’espace ! Alléluia !!
Comment faites-vous le chien en onomatopée « Wouarf » ? Razz

PS : Si vous remarquez des coquilles, faites-moi signe!! Merci. Je me suis relue mais parfois cela ne suffit pas! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 17 Avr 2012 - 17:21

Une idée me traverse l'esprit en repensant à la scène où les "mafieux" s'écroulent discrètement "Pfun" un à un "Pfun". Cela me fait vaguement penser à l'atmosphère de Pulp Fiction ... Je délire ou bien est-ce une piste possible? intense reflexion
Je n'ai pas revu ce film depuis un moment ... sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 17 Avr 2012 - 18:39

Oui, il y a un côté comic-book dans le roman. Entre autres choses. C'est riche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 17 Avr 2012 - 21:12

traversay a écrit:
Oui, il y a un côté comic-book dans le roman. Entre autres choses. C'est riche !

Euh, tu peux développer pour la néophyte que je suis!! STP!! Merci. sunny
Donc ma piste est plausible? cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 17 Avr 2012 - 22:42

Tu n'es pas plus néophyte que moi. Ce style comic-book est dans les onomatopées, le langage parlé, cette façon qu'à Furukawa d'imager son récit à certains moments. Qui s'opposent à d'autres passages purement historiques et géo-politiques. C'est ce qui rend le livre déroutant et excitant, ce mélange très Pulp Fiction, en effet. Comme quoi Tarantino n'est pas si loin. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mar 17 Avr 2012 - 23:27

Ah non, c'est toi l'expert en cinéma! Wink Je ne suis qu'un bébé à tes côtés!! rire

Oui, ce livre est assez déconcertant, en effet. J'aime bien trouver des débuts d'influences et partager mes questions. Les différences de ton donnent du piquant au récit, et le côté oral dynamise l'histoire.

Une scène assez osée : le passage où Anubis se retrouve face à un mammouth congelé! Elle est très visuelle et se lit comme un flim d'animation. Qu'en penses-tu? Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mer 18 Avr 2012 - 9:55

Le passage "voyage au centre de la terre" est époustouflant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   Mer 18 Avr 2012 - 12:28

Ah oui, j'aime bien ton rapprochement que je valide.
joie

Sinon, je cherche d'autres pistes! Waourf!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Furukawa Hideo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Furukawa Hideo
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [seinen] Ichi the Killer - Koroshiya Ichi par Hideo Yamamoto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: