Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Paul Cleave [Nouvelle-Zélande]

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Empty
MessageSujet: Paul Cleave [Nouvelle-Zélande]   Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Icon_minitimeMer 25 Avr 2012 - 20:39

Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Paul-c10
Paul Cleave est né à Christchurch en Nouvelle Zélande, en 1974. Il a travaillé comme prêteur sur gages pendant sept ans avant de se tourner totalement vers l'écriture. Il avait écrit son premier roman à 19 ans, et depuis ses premiers jours à l'école, a toujours voulu être un écrivain.
Un employé modèle est son premier roman. Il a connu un succès international retentissant, se classant dès sa parution en tête des meilleures ventes en Allemagne, au Japon, en Nouvelle Zélande et en Australie.
En 2011, est paru, chez Sonatine, Un père idéal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Empty
MessageSujet: Re: Paul Cleave [Nouvelle-Zélande]   Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Icon_minitimeMer 25 Avr 2012 - 20:49

Un père idéal


Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] 97823515
Sonatine Editions(06/10/201)
405 pages

4ème de couverture

Citation :
Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s'attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour arrêter le premier serial killer de l'histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d'avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c'est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu'il va se tourner pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L'instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu'Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l'horreur. Après Un employé modèle, Paul Cleave récidive avec ce thriller noir et glaçant, au suspens omniprésent, et impose définitivement un style tout à fait nouveau dans l'univers du polar.

Citation :
« Je pourrais tuer en ce moment, et si le monstre avait son mot à dire, c’est ce que je ferais. La question est : Pendant combien de temps pourrais-je le faire taire ? Non, attendez-la vraie question est : Est-ce que je peux vraiment le faire taire ? »
Edward, longtemps catalogué comme le fils du tueur, trouve finalement une place honorable dans la société : un bon travail, une épouse, une ravissante petite fille, un projet de maison…..et puis….soudain, la machine s’enraye……son monstre revient…..son père aussi……

L’auteur, dans les premiers chapitres, plante le décor, nous présente un homme socialement incéré, mais déjà psychiquement marqué par une histoire familiale qui aurait pu le détruire comme il a détruit sa mère et sa sœur.

Et puis, le rythme s’accélère au fur et à mesure de la descente aux enfers d’Edward. Paul Cleave nous entraine sur les pas d’un serial killer, avec méthode et précisions. L’ambiance est particulièrement sombre, les scènes décrites avec précisions et visuellement sans équivoques…..veillez à avoir l’estomac bien calé, sinon…..Tout cela passe bien, nous n’avons pas affaire à des anges, qu’on se le dise !!!

Si le suspense est bien entretenu, il peut sembler, que parfois, les évènements arrivent un peu trop facilement, un peu trop fortuitement….parfois…

Je n’ai pas lu un employé modèle, je n’ai donc pas d’élément de comparaison, et j’aborde ce livre sans à priori venant d’un auteur dont j’aurais apprécié ou pas le premier opus ; je l’aborde donc avec les attentes classiques d’un polar…

.Plus qu’un polar, c’est un mélange de policier avec une enquête classique, qui au fond n’est pas l’objet principal, de thriller psychologique, à mon avis intéressant car la personnalité complexe du fils, et par -delà du père aussi est bien abordée, et un soupçon de roman noir de par la tristesse, et le climat général.

Un livre qui se lit facilement, écrit la plupart du temps avec la voix d’Edward et la voix de son monstre……, et de temps à autre une narration plus impersonnelle. Les chapitres sont courts, le rythme soutenu, il est ensuite difficile de s’extraire de ce livre.

Peut-on échapper à ses gênes, à son histoire familiale ? Le mal se transmet-il ? Ou faut-il un malheureux concours de circonstances pour basculer ? Telles sont les questions que l’on se pose tout au long de ce livre.

Les éditions Sonatine, proposent des publications de qualité, et qui s’écartent un peu des standards…à chaque fois pour mon plus grand bonheur.


NB: j'ai lu le second ouvrage bien avant le premier.....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Empty
MessageSujet: Re: Paul Cleave [Nouvelle-Zélande]   Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Icon_minitimeMer 25 Avr 2012 - 20:52

Un employé idéal

Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] 97822512
Sonatine (20/05/2010)/ Le livre de poche (31/08/2011)
423/477 pages

4ème de couverture
Citation :
Christchurch, Nouvelle-Zélande. Célibataire, aux petits soins pour sa mère, Joe Middleton travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d'être au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un serial killer accusé d'avoir tué sept femmes dans des conditions atroces. Pourtant, même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu'une de ces femmes n'a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu'il est le Boucher de Christchurch. Contrarié, Joe décide de démasquer le plagiaire. Et, pourquoi pas, de lui faire endosser la responsabilité des autres meurtres… Variation sublime sur le thème du tueur en série, ce roman d'une originalité confondante, au-delà des clichés du genre, révèle un nouvel auteur, dont on n'a pas fini d'entendre parler.
Homme de ménage sans histoire et benêt le jour, Joe-le-Lent, se défoule la nuit, et devient un redoutable tueur. On lui donnerait le bon Dieu sans confession, il excelle dans l’art de passer pour plus attardé qu’il n’est, se laisse « materner » par sa collègue Sally parce qu’elle fait de bons sandwichs, et surtout pour ne pas laisser dire ou penser.
Joe vit dans un monde étriqué, un appartement proche de l’insalubrité, entouré d’une mère crampon qu’il aime autant qu’il déteste, et de 2 poissons rouges.
Citation :
« Quand je rentre dans mon appartement, je vois que deux messages m’attendent. Tous deux de ma mère. Je les efface, en me demandant deux choses à la fois. Un : pourquoi est-ce que j’aime tant ma maman ? Et deux : pourquoi je ne peux pas l’effacer aussi rapidement que ses deux messages ? »
Au fond, une partie de son problème, c’est sa mère…cela n’excuse pas tout, malgré tout !!!
Autant sa vie « in » est morne, autant sa vie « off » est d’une violence inouïe. Il planifie, traque, piège, mutile, et tue, épargne parfois.
Citation :
« C’est mon humanité ».
De plus, jaloux, il ne supporte pas qu’un autre puisse le copier. Certaines scènes peuvent d’ailleurs rendre mal à l’aise.
L’intérêt de ce roman ne réside donc pas dans la résolution d’une enquête policière classique. Et ce qui lui donne son originalité.
Tout au long des pages, nous allons vivre avec Joe, et le suivre dans sa folie et son intelligence, car, contrairement à l’apparence, Joe ne laisse rien au hasard, et réfléchit au moindre détail.
J’ai aimé les « pauses » narratives, laissant souffler le lecteur durant quelques pages en le détourant vers la gentille Sally.
Le propos est acerbe, cynique. Le rythme est rapide, le style peut-être un poil répétitif au début, mais rien de rédhibitoire pour moi, j’ai dévoré ce thriller, un peu différent des autres, et qui illustre parfaitement la « patte » des éditions Sonatine.
Ce premier roman de Paul Cleave laisse penser à d’autres très prometteurs ; le second, Un père idéal en est la preuve !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Empty
MessageSujet: Re: Paul Cleave [Nouvelle-Zélande]   Paul Cleave  [Nouvelle-Zélande] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Cleave [Nouvelle-Zélande]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle garderie 4 places à 25$ à terrebonne ouest
» La Nouvelle Star est de retour sur D8
» Une nouvelle laveuse a besoin de conseil!
» Amiral Paul Romé
» CHEVALIER PAUL (EE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: