Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Maurice G. Dantec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 11:11


Né à Grenoble en 1959, Dantec passe la plus grande partie de son enfance en banlieue parisienne auprès d'un père journaliste scientifique et d'une mère couturière, tous deux étant de fervents communistes. Au lycée, Dantec rencontre Jean-Bernard Pouy en 1971, qui lui permet d'affiner sa passion pour le roman, les écrits psychédéliques et la science-fiction. L'adolescent lit Nietzsche et Deleuze, deux lectures qui seront très présentes dans l'oeuvre future de Dantec. A partir des années 80, Dantec se lance dans la musique et participe à plusieurs groupes de rock. Après des études de lettres non achevées, il trouve un boulot dans la publicité.

Un peu blasé, Dantec décide au début des années 90 (après l'échec d'une société multimédia) de se consacrer à l'écriture. Il contacte Pouy, lequel le présente à Raynal, éditeur chez Gallimard. Ce dernier devine chez Dantec un potentiel énorme, le lance comme étant le nouveau messie des lettres françaises avec La Sirène rouge (à mi-chemin entre le polar et le roman feuilleton). Le livre est un succès. Dantec enchaîne avec Les Racines du mal, qui fera la sensation d'une bombe dans le paysage littéraire franchouillard. Un écrivain est né, il s'appelle Dantec, il va révolutionner l'édition. Le livre est un mélange de SF, de thriller et d'essai, Dantec signe ici ce qui fera sa marque distinctive : mélange des genres, explosion des frontières, narration survoltée, écriture qui happe.

En 94/95, Dantec se rend en ex-Yougoslavie et cette expérience va bouleverser son regard sur la société. Il va d'abord du côté croate catholique puis il soutient les bosniaques musulmans contre les troupes communistes de Milosevic. Cette expérience très marquante le pousse à quitter la France (trop frileuse) et l'Europe (en pleine déliquescence) pour s'exiler au Canada à Montréal. (je crois d'ailleurs qu'il a été naturalisé, Bulle ou Jack-Hubert pourront peut-être confirmer cette information).
A partir de ce moment, Dantec le Grand, commence à chavirer. En 99, il publie Babylon Babies, qu'il considère comme une oeuvre de transition (mais vers quoi ?). Un texte halluciné et hallucinant écrit entre amphétamine et Gai Savoir, entre leçon d'organisation militaire et délire génético-informatique. Une nouvelle forme de méta-roman, un hybride démentiel, une somme à la mesure d'un Saint Augustin...

En 98, il s'associe à Richard Pinhas (musicien et ancien élève de Deleuze) et à Norman Spinrad (lui-même exilé en France et écrivant des livres de SF remettant en question les choix politiques et sociétaux de l'Amérique, ce grand pays en perdition...). Ils forment un groupe alternatif qui propose des performances lectures (de Nietzsche ou Deleuze ou Dantec...).

En 2000, Dantec publie le premier tome de son journal métaphysique et polémique qui comportera trois volumes. Le livre fait scandale, la plupart des positions de Dantec éloignent ses lecteurs. L'homme s'enfonce dans les polémiques, il est de plus en plus discrédité, considéré comme réactionnaire, royaliste, il écrit dans une revue d'extrême-droite des articles qui n'arrangent rien et qui dénoncent la croisade menée par les Islamistes. Dantec ne se fait plus d'amis, il en perd même pas mal.
Il écrit dans Le Théâtre des opérations qu'il cherche à dégager : "une éthique de la lame, donc, la recherche d'une cohérence entre l'arme et l'organe, comme la fulgurance d'un sabre mise au service d'un désordre baroque, c'est-à-dire de ce méta-ordre qui surgit de la saturation et de la prolifration". On a ici l'exemple typique de la prose enchâssée de lourdeur d'un type qui commence à battre la campagne.

En 2001, sort le deuxième tome de son journal : Laboratoire de catastrophe générale.
En 2003, Dantec revient au roman et publie Villa Vortex, incompréhensible, rebutant, délirant, quasiment illisisible. Dantec est-il mort ? Le livre est suivi par Cosmos incorporated en 2005. Puis, après bien des déboires, le troisième tome du journal (American Black Box) est publié par Albin Michel, après ce qui sera appelé le transfert de la décennie (non il ne s'agit pas d'un joueur de foot mais bel et bien d'un écrivain). Toute cette activité autour du journal de Dantec que Gallimard ne voulait pas publié en l'état, craignant une série de procès à rallonge, tant le livre semble truffé de dénonciation mal-sonnante, fait écho jusqu'en Amérique où les livres de Dantec finissent par envahir les bancs et les cours des universités. Reconnu aux USA, Dantec redevient en France une super star (?) seule capable en 2007 avec la sortie d'Artefact : machines à écrire 1.0 de concurrencer l'indéboulonnable tête de gondole : Michel Houellebecq. Artefact est salué par la critique et les lecteurs semblent retrouver le chemin pavlovien de l'auteur fétiche. En 2009, Dantec publie Comme le fantôme d'un jazzman dans la station Mir en déroute, concrétisant ici un vieux projet. Le livre trouve son public. Dantec, une renaissance ?

En 2010, publication de Métacortex (suite de Villa Vortex) et on nous promet pour août 2012 : Satellites sisters (suite de Babylon Babies). Dantec écrit une oeuvre globale, chaque livre reprenant des discours ou des personnages déjà existants dans d'autres récits. Il crée au fil des publications un patchwork de thèmes qui forment un univers particulier, unique.
Dire que l'homme Dantec est controversé est une lapalissade, le lire est un véritable voyage (parfois sans retour, parfois désespérant), il n'en reste pas moins que l'écrivain rôde dans l'univers éditorial, qu'il y a trouvé une place de trublion, d'électron libre, de libre-penseur qui ne laisse pas indifférent.

Bibliographie sélective :

La Sirène rouge (1993)
Les Racines du mal (1995)
Babylon Babies (1999)
Le théâtre des opérations (2000)
Laboratoire de catastrophe générale (2001)
Villa Vortex (2003)
Cosmos incorporated (2005)
Grande Jonction (2006)
American Black Box (2007)
Artefact : machines à écrire 1.0 (2007)
Comme le fantôme d'un jazzman dans la station Mir en déroute (2009)
Métacortex (2010)
Satellites sisters (2012)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille


Dernière édition par shanidar le Mar 28 Juin 2016 - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 11:48

Babylon Babies

j'ai lu pour la première fois ce livre en 2003, disons plutôt que je l'ai dévoré en me disant que j'aurais toujours le temps de revenir plus en détails, plus tard, sur les nombreux éléments scientifiques de l'histoire. Je voulais absolument savoir quel allait être le destin de Marie Zorn. Dix ans plus tard (glups), je me souviens toujours aussi bien de Marie Zorn (une sorte de jeune femme pas tout à fait comme les autres) et de Toorop, un soldat lettré, je me souviens aussi de Gorsky et Romanenko, rescpectivement maffieux sibérien affublé d'un kit de survie hypersophistiqué pour lutter contre la maladie qui le ronge et un militaire russe jouant double jeu et spécialiste de Kriegspiel, une simulation guerrière sur ordinateur. Je me souviens très bien des situations, des cyborgs vivant dans un immeuble rempli de skunk à Montréal, des délires de chacun, de la formidable puissance narrative que parvient à dégager Dantec dans cet opus. J'y retrouve avec plaisir le médecin allumé et atrabilaire Darquandier (des Racines du mal) et puis l'écrivain Dantzik, double mimétique de Dantec (qui ne sert pas de mise en valeur mais de mise en abyme du livre dans le livre, sorte de vache-qui-rit sophistiquée). L'aventure est trépidante, je l'ai à nouveau avalée comme une gourmandise, regrettant juste que Dantec se laisse trop souvent aller à la vulgarité d'un style sans prétention, d'une accumulation de grossièretés inutiles et souvent lourdes.

Il est absolument impossible (et il serait insensé) de vouloir résumer Babylon Babies, ce livre est un creuset alchimique, cosmique, neurologique et informatique dans lequel les hommes du futur dessinent leur avenir. Bien sur, ils laisseront l'humanité en rade, non pas que Dantec déteste les hommes mais il a une tendresse particulière pour ceux du futur, ceux qui vont naître de la révolution et de l'union entre le technologique, la génétique et le cerveau. Hyper documenté, se nourrissant des essais de Nietszche et de Deleuze, s'abreuvant aux expériences sur la génétique et l'ADN ( de Dolly au création cyborg), le livre de Dantec est fascinant, nimbé d'une aura prédictive qui effraie et intrigue. Le clonage, le développement cognitif, les nouvelles technologies se mêlent pour créer un monde schyzophrène dont la maladie sert de propulseur. L'idée pourrait paraitre... folle , elle n'en est que plus géniale et surprenante. D'autant plus que Dantec, appuie sa réflexion sur des bases le plus souvent solides. Bien sur, parfois il se laisse dériver sur les ondes hertziennes (sic) d'un univers où se croisent magnétophones et pensées incompréhensibles pour un néophyte mais quel plaisir de se laisser porter par l'aventure toujours mouvementée de Marie et Toorop !

Sans doute, Dantec dans cet opus a-t-il  à nouveau tenté l'impossible : l'oeuvre totale, la fusion des genres, y mettant un flot ininterrompu et parfois complexe de personnages, d'entités amies et ennemis, de propos politiques, cybernétiques et scientifiques difficiles à débrouiller, mais il tient son histoire, il a sous la plume des personnages inoubliables et attachants (même si, je le redis, sa prose est d'une certaine pauvreté) et il parvient à attraper l'esprit du lecteur et à le tenir captif tout au long de la lecture, qui est malgré beaucoup de défauts un grand plaisir.

j'envisage donc une relecture pour 2022 !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille


Dernière édition par shanidar le Mar 28 Juin 2016 - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 12:28

Moi aussi, je me suis dit que j'y reviendrai car il mérite le détour et puis le temps passe et je me souviens d'un melting-pot d'idées, de genres...
J'ai lu "Les racines du mal".
Un type qui cogite beaucoup, ce Dantec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 13:33

Les racines du mal

petit extrait du début du roman pour vous mettre en appétit (ou pas) :

Andreas Schaltzmann s'est mis à tuer parce que son estomac pourrissait.
Le phénomène n'était pas isolé, tant s'en faut : cela faisait déjà longtemps que les ondes cosmiques émises par les Aliens faisaient changer ses organes de place. Son cerveau était soumis à un tir de barrage de radiations destinées à le transformer, lui aussi,
comme tous les autres, en un robot sans conscience au service de l'inhumaine machinerie.
Depuis des années les nazis et les habitants de Vega s'étaient installés dans son quartier, et il était certain qu'ils ne s'en tenaient pas là. Partout, et jusqu'aux plus hautes arcanes de l'Etat, le complot des Créatures de l'Espace étendait ses ramifications destructrices. Adreas pouvait s'en rendre compte chaque jour, en regardant les émissions de télévision. Il y a avit cet animateur de jeu qui complotait contre le Pape, et le Premier ministre Balladur dont tout laissait croire qu'il transformait les gens en poupées.


rien ne va dans la tête de Schaltzmann, un psychopathe persuadé d'être habité par des aliens... jusqu'au jour où les autorités l'accusent de meurtres qu'il n'a pas commis. Pour parvenir à comprendre ce qui se passe dans le cerveau de Schaltzmann et tenter de dénouer le vrai du faux, un médecin spécialiste en neurotique, appelé Winter, va mettre au point une neuromatrice, capable de décrypter la pensée du fou.
Réflexion tourmentée sur le Bien et le Mal, sur le darwinisme et l'évolution de l'espèce humaine, sur la Cabbale et autres mystiques de l'élévation, ce roman de Dantec n'a pas été une partie de plaisir. Lecture laborieuse, non seulement parce qu'il brasse des réflexions pseudo-scientifico-philosophiques mais aussi parce qu'il est d'un certain ennui, je n'ai aucune envie de m'y replonger. En revanche, je crois que Igor y avait trouvé son compte (ou en tout cas en garde un souvenir moins pénible que n'est le mien).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille


Dernière édition par shanidar le Mar 28 Juin 2016 - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 13:39

Villa Vortex

dernier livre que j'ai lu de Dantec. Un roman qui s'est totalement effacé de ma mémoire, ce qui m'étonne peu lorsque je lis les premières lignes de la 4° de couv :

Maintenant je suis en mode cyborg de combat amplification de lumière par connexion directe avec mon système nerveux central. Methedrin Starship. Artifices de la neurochimie en sautoir, le monde est d'une pureté inhumaine [...]

trop, c'est trop.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille


Dernière édition par shanidar le Mar 28 Juin 2016 - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 14:08

Du coup, à lire ton extrait, je pense que je m'y mettrai aussi en 2022 !

rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 14:25

Je n'ai tenté qu'un seul roman de Dantec et ce fut un abandon après une centaine de pages. C'était Grande Jonction si mes souvenirs sont bons. Il ne m'en reste rien si ce n'est qu'il demandait une grande attention, aussi exigeant que malheureusement ennuyant.
En lisant les quelques extraits que tu cites, je me dis que cet auteur n'est décidément pas pour moi, vraiment trop compliqué à suivre No
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 27 Avr 2012 - 15:16

oui, quand on lit la liste des remerciements (elles sont souvent longues et fournies chez Dantec) des Racines du mal, le dernier est ainsi libellé : "[je remercie] Le Tout-Puissant, pour le Delta-tetrahydrocannabinol". Moralité : pour éviter de flinguer sa carrière et son esprit il vaut mieux éviter Dieu ou le THC, ou les deux... Sinon, dans les années 90, Dantec était absolument incontournable dans les librairies, il apparaissait vraiment comme oeuvrant pour une nouvelle ère littéraire, mais je crois que sa réputation, même alors, était largement surfaite, en particulier à cause de son style qui n'a rien de transcendantal ou de neuf. Il a des idées, il a un formidable esprit de synthèse capable de céer des liens entre les rebelles ouïgours et une secte millénariste canadienne, capable de construire tout un monde géo-politique cohérent (il suffit d'adapter certains noms de pays pour avoir une carte assez exacte du monde actuel), capable d'offrir une vision du futur complètement délirante mais reposant sur des expérimentations réelles, en revanche il n'est absolument pas novateur dans sa manière d'écrire et son style est assez vide.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oceanelys
Main aguerrie
avatar

Messages : 449
Inscription le : 21/06/2014
Age : 33
Localisation : Sud

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Sam 19 Juil 2014 - 21:39

shanidar a écrit:
Les racines du mal

petit extrait du début du roman pour vous mettre en appétit (ou pas) :

Andreas Schaltzmann s'est mis à tuer parce que son estomac pourrissait.
Le phénomène n'était pas isolé, tant s'en faut : cela faisait déjà longtemps que les ondes cosmiques émises par les Aliens faisaient changer ses organes de place. Son cerveau était soumis à un tir de barrage de radiations destinées à le transformer, lui aussi,
comme tous les autres, en un robot sans conscience au service de l'inhumaine machinerie.
Depuis des années les nazis et les habitants de Vega s'étaient installés dans son quartier, et il était certain qu'ils ne s'en tenaient pas là. Partout, et jusqu'aux plus hautes arcanes de l'Etat, le complot des Créatures de l'Espace étendait ses ramifications destructrices. Adreas pouvait s'en rendre compte chaque jour, en regardant les émissions de télévision. Il y a avit cet animateur de jeu qui complotait contre le Pape, et le Premier ministre Balladur dont tout laissait croire qu'il transformait les gens en poupées.





Mon avis

J'avais déjà tenté de lire du DANTEC avec La Sirène rouge mais je n'avais pas terminé ma lecture : c'était son 1er roman, pour se faire connaître, il a écrit un Polar mais tellement classique que cela m'a ennuyé.

Les Racines du Mal m'a marqué : ce n'est pas un polar classique où les policiers traquent les criminels. C'est un scientifique accompagné de sa neuromatrice qui croit en certaines choses et qui se bat jusqu'au bout.


J'ai été happé par le début avec l'histoire de Schaltzmann, le récit est raconté de sa propre personne. Etre dans la tête d'un homme qui se sent persécuté et qui va devenir un tueur en série, je ne trouve pas cela banal et cela est très bien fait ici. Ce qu'il commet est atroce, il mérite de grands soins psychiatriques mais ne mérite pas d'être accusé à tort de crimes qu'il n'a pas commis. Il devient assez attachant ce personnage, on a envie que justice soit faite mais cela est plus facile de lui mettre sur le dos ces crimes là que d'envisager d'autres pistes. C'est là qu'entre en scène 3 psycologues, dont Darquantier, un des personnages principal du roman.
Il est certain que ces crimes ont été commis par un autre tueur en série, il arrive à avoir des raisonnements grâce à sa neuromatrice mais les policiers et la justice ne peuvent croire en théorie d'une machine (surtout début année 1990). Le roman se base sur ce combat pour trouver le réel tueur, ce qui va entrainer une série d'évènements loin d'être prévisibles.

Certains passages sont très longs à mon goût, j'ai failli laisser tomber.

Après cela, le livre se dévore. La science-fiction se mélange au polar et c'est très vite addictif. J'ai adoré certains passages "étouffants", je respirais aussi mal que Darcandier dans la situation où il était, c'était surprenant. J'ai eu parfois du mal à m'en dormir. Riche en rebondissements auxquels, la plupart du temps, on ne s'attend pas.

La fin est elle aussi surprenante, loin de tout ce que j'avais pu imaginer comme scénario et j'ai adoré.

En le refermant, je n'arrivais pas à avoir d'avis à cause de certaines longueurs et à cause de la relation avec la neuromatrice (j'ai toujours quelques difficultés avec les robots) mais finalement, je le conseille vivement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsoceanelys-over-blog.com
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Dim 20 Juil 2014 - 10:53

J'avais vraiment beaucoup aimé les Racines du Mal, mais j'ai lu ce livre dans une autre vie, et ne me souviens de rien (peut-être bien, une petite gêne par rapport au style, comme tu le soulignes, parfois laborieux).
Je m'étais promis d'en lire un autre, un jour. J'ai d'ailleurs Babylon Babies dans ma PAL (ce qui n'a pas l'air d'être une mauvaise chose d'après le message de Shanidar  sourire 
Peut-être que je le lirais en 2022, comme ça on se fera une lecture commune, hein Shanidar !)

Je n'ai pas vérifié si tu avais déjà tenté de ce côté là, mais je pense que tu ne serais pas insensible aux livres de William Gibson, du coup, oceanelys.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oceanelys
Main aguerrie
avatar

Messages : 449
Inscription le : 21/06/2014
Age : 33
Localisation : Sud

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Dim 20 Juil 2014 - 11:53

Queenie a écrit:

Je n'ai pas vérifié si tu avais déjà tenté de ce côté là, mais je pense que tu ne serais pas insensible aux livres de William Gibson, du coup, oceanelys.

Je ne connais pas, je vais jeter un coup d'oeil, merci pour le conseil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsoceanelys-over-blog.com
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Ven 25 Juil 2014 - 11:08

oceanelys, ton commentaire me redonne envie de lire Satellites Sisters et je pense que le conseil de Queenie est tout à fait judicieux, Gibson est vraiment fabuleux !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 70
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Lun 27 Juin 2016 - 20:40

L"écrivain Maurice G . Dantec est décédé le 25 Juin dernier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
oceanelys
Main aguerrie
avatar

Messages : 449
Inscription le : 21/06/2014
Age : 33
Localisation : Sud

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Lun 27 Juin 2016 - 20:55

c'est un drame pour mon copain, comme Bowie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsoceanelys-over-blog.com
Exini
Zen littéraire
avatar

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 43
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   Lun 27 Juin 2016 - 22:05

shanidar a écrit:
oui, quand on lit la liste des remerciements (elles sont souvent longues et fournies chez Dantec) des Racines du mal, le dernier est ainsi libellé : "[je remercie] Le Tout-Puissant, pour le Delta-tetrahydrocannabinol". Moralité : pour éviter de flinguer sa carrière et son esprit il vaut mieux éviter Dieu ou le THC, ou les deux... Sinon, dans les années 90, Dantec était absolument incontournable dans les librairies, il apparaissait vraiment comme oeuvrant pour une nouvelle ère littéraire, mais je crois que sa réputation, même alors, était largement surfaite, en particulier à cause de son style qui n'a rien de transcendantal ou de neuf. Il a des idées, il a un formidable esprit de synthèse capable de céer des liens entre les rebelles ouïgours et une secte millénariste canadienne, capable de construire tout un monde géo-politique cohérent (il suffit d'adapter certains noms de pays pour avoir une carte assez exacte du monde actuel), capable d'offrir une vision du futur complètement délirante mais reposant sur des expérimentations réelles, en revanche il n'est absolument pas novateur dans sa manière d'écrire et son style est assez vide.
A lire ce post, on est bien loin de ton premier commentaire...

J'allais te demander si c'est aussi fort que "Le goût de l'immortalité" ou si ça s'en rapproche beaucoup, auquel cas j'aurais tenté. Mais avec ce post, j'hésite... jemetate

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maurice G. Dantec   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maurice G. Dantec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maurice G. Dantec – Satellite Sisters
» Saint Maurice d'Etelan FENESTRE
» Maurice revient de chez le médecin et apprend à sa femme qu'il ne lui reste que 24 heures à vivre
» Maurice André
» général Maurice CHALLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: