Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Serge Mestre

Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Serge Mestre   Mer 2 Mai 2012 - 18:38

Serge MESTRE



Né dans le sud-est de la France de parents républicains espagnols, réfugiés politiques. Il réside à Paris depuis 1975.
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Les plages du silence (1991), Le  livre des rives (1995) et La lumière et l’oubli (2009)
Traducteur notamment de Georges Semprun et Manuel Rivas

Parallèlement, ses premiers livres paraissent chez Flammarion, dans la collection « Textes » : Quatre cahiers sur la mort de Lira (roman, 1980), Dix rêves d’Io (roman, 1983), et Goya (théâtre, 1986). Christian Thorel et Jean-Paul Archie publient en 1991 dans leur maison Ombres, à Toulouse, Les Plages du silence, aujourd’hui réédité chez Sabine Wespieser éditeur.

En 1995, Le Serpent à plumes publie un abécédaire, Le Livre des rives, avant que Serge Mestre ne se consacre exclusivement, pendant de nombreuses années, à la traduction.
Son dernier roman en date, La Lumière et l’Oubli, paraît en 2009 chez Denoël et a figuré sur la sélection du prix Goncourt 2009.

Serge Mestre a traduit de l’espagnol ou du catalan de nombreux auteurs, notamment Manuel Rivas, Alejo Carpentier, Jorge Semprún, Alan Pauls, César Aira, Josep Pla et Federico García Lorca.

La réédition des Plages du silence (2013), que l’auteur a revu pour l’occasion, marque son arrivée dans le catalogue de Sabine Wespieser éditeur, qui publiera son nouveau roman autour de la figure de Federico García Lorca, Ainadamar (La Fontaine aux larmes) en mars 2016.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Serge Mestre   Mer 2 Mai 2012 - 18:47

la lumière et l’oubli



Voici un roman qui rappelle et apprend des choses essentielles sur la guerre d’Espagne et le franquisme. A travers des faits, des récits biographiques entrecroisés il donne toute leur ampleur aux atrocités qui ont nourri et consolidé à leur façon ce régime politique et son armature pseudo religieuse au nez des démocraties pendant des décennies

Julia et Esther , devenues adultes, essayant d’assumer leurs cicatrices psychologiques et physiques , se rappellent les pans enfouis de leur douloureuse histoire personnelle, les manipulations et tortures dont elles ont été l’objet, a coté des combattants républicains , alors qu’elles n’étaient que des enfants

Leur histoire aux péripéties aussi multiples qu’effrayantes nous est livrée par petits morceaux, selon une chronologie déstructurés (mais balisée), comme le souvenir qui va et qui vient, pour reconstituer peu à peu cette page de notre Histoire .

Ce procédé qui sort de la linéarité est assez plaisant, on découvre par petits morceaux, même si cela demande par moments une certaine concentration pour recoller entre eux les morceaux.. Les personnages sont attachants par ce qu’ils sont mais surtout par ce qu’ils ont vécu (comment ne pas ressentir de l’empathie devant de telles exactions subies en toute innocence). Ce livre grouille d’enseignements, précise nos connaissances, met les points sur les i de l’horreur.

On regrettera donc que le style, plutôt beau et travaillé, soit conservé à l’identique dans les dialogues et les courriers, beaucoup trop écrits et qui paraissent artificiels : tout cela serait beaucoup mieux passé en style indirect. Des ficelles de scénario un peu lourdes, s’appuyant sur une multiplication des coïncidences, entachent le récit que dans la dernière partie qui souffre aussi d’une certaine lourdeur symbolique : la toute dernière vérité (qu’on avait déjà pressentie depuis longtemps en lecteur pas trop naïf) émerge au moment même où l’une des héroïne va se faire opérer des yeux, fragilisés par les tortures de son enfance et retrouver ainsi la pleine jouissance de sa vue.

Bref un roman qui a des défauts, mais il serait dommage que ces erreurs de forme fassent passer à côté de cet excellent travail d’information et de mémoire sur cette période pas si lointaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Serge Mestre   Mer 2 Mai 2012 - 18:57

toujours intéressée par ce sujet, je vais noter ce livre!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Serge Mestre   Sam 23 Avr 2016 - 4:51


La lumière de l’Oubli
Citation :
Présentation de l’éditeur
1953, quelque part en Catalogne, deux adolescentes trompent la vigilance des gardes civils, sautent du train et s'enfuient à travers la campagne.
Filles de Républicains espagnols, Esther et Julia échappent ainsi à leur sort dans une Espagne soumise au joug franquiste. Mais c'est trente-cinq ans plus tard, en France, qu'elles retrouvent la pleine mémoire de leur aventure. Par vagues successives, le souvenir brûlant les submerge et l'Espagne qu'elles ont fuie ressuscite en une fresque irréelle et terrible où se croisent de multiples destins : enfants martyrisés dans les couvents, lourds secrets des familles adoptives, médecins convaincus de pouvoir extirper « le gène du marxisme », résistants passeurs qui risquent leur vie à la frontière…
Bien au-delà d'un classique roman historique, La Lumière et l'Oubli est une épopée du souvenir, où remontent d'étranges coïncidences familiales, révélant à chaque personnage la face cachée de ses origines.

Cela fait un bout de temps que j’ai lu ce livre. Mais en ouvrant ce fil pour Serge Mestre à cause de sa nouvelle publication, je voulais quand même en dire quelques mots.

Divisé en trois parties, on fait connaissance de plusieurs personnages qu’on va accompagner pour la plupart d’entre eux entre 1939 et 1989.

De sa propre biographie, je présume que Serge Mestre était surtout intéressé de raconter une histoire de quelques Espagnols qui ont fui leur pays lors de la Guerre d’Espagne.

Alternant les dates, on saute de 1953 à 1989 pour se retrouver ensuite en 1939… mais ce n’est pas difficile de suivre la trame de son récit.

C’est passionnant et bien écrit.

Puisque j’ai adoré cette lecture, j’étais partante pour découvrir son nouveau livre…


Robert Capa

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Serge Mestre   Sam 23 Avr 2016 - 4:52


Ainadamar : La Fontaine aux larmes
Citation :
Présentation de l’éditeur
La " Guerre civile espagnole " se déclenche après le coup d'Etat de Franco, le 18 juillet 1936. A peine un mois plus tard, le grand poète et dramaturge Federico García Lorca est arrêté dans sa province natale de Grenade et lâchement abattu par des ressortissants d'extrême droite, en compagnie de deux banderilleros anarchistes et d'un instituteur, fervent défenseur de l'école publique.
Serge Mestre, dans ce très beau roman choral, retrace le parcours qui a mené ces quatre hommes à leur exécution sommaire et collective, au petit matin, près de Fuente Grande, baptisée à l'époque par les Maures Ainadamar, autrement dit la Fontaine aux larmes.
Tous à leur façon - Federico García Lorca à la tête d'une troupe de théâtre universitaire -, ils étaient impliqués dans la lutte pour le renouveau républicain.
En de brefs chapitres alternés, Serge Mestre retrace les sept dernières années de leurs vies, avant ce jour fatal du 18 août 1936. Fin connaisseur de l'œuvre de l'écrivain andalou, il suit Federico García Lorca dans ses voyages, ainsi que dans ses succès littéraires grandissants : à New York d'abord, où le poète découvre, en même temps qu'une société secouée par la crise boursière, la musique des Noirs de Harlem, ce jazz si proche du cante jondo et de la musique populaire de son pays ; puis, avant son retour en Espagne, à Cuba, Buenos Aires et Montevideo.
Dans le même temps, les deux banderilleros anarchistes militent depuis Grenade pour une totale refondation de la politique agraire dans l'ensemble du pays, " la terre est à ceux qui la travaillent ", clament-ils. L'instituteur, lui, se bat pour l'établissement d'une nouvelle république en Espagne, sur le modèle de celle de Weimar.
Ces quatre destins parallèles, illustre ou obscurs, sont une formidable évocation du souffle d'espoir et de liberté qui souleva l'Espagne avant qu'elle ne sombre dans le silence.

La présentation de l’éditeur en dit pratiquement tout ce dont on a besoin pour se faire une idée de ce livre.

Tout comme Serge Mestre le dit au début du livre : c’est un hommage chaleureux et respectueux pour Federico Garcia Lorca.

Avec le même procédé comme pour La lumière de l’oubli, les chapitres alternent entre les différents personnages et les différentes dates.

Et tout comme pour l’autre livre, il est facile de se repérer.

On suit Federico lors de son voyage à New York et au Cuba, avec les autres personnages, on reste en Espagne et le lecteur devient témoin des différents mouvements politiques qui ont mené au coup d’Etat de 1936.

C’est un livre très sobre. J’ai beaucoup aimé ce témoignage et l’hommage est très réussi.


Extrait :
Ainsi, ils parcourent le paseo de los Tristes à Grenade, pas besoin de traduire, sordide transparence des langues, jusqu’au gouvernement civil, pour l’exemple, pour que toute la ville assiste au spectacle dégradant de leur tabassage, pour qu’on se tienne à carreau, qu’on apprenne à se taire, s’ils savaient… ça va durer quarante ans, oui, de se taire.




Citation :
Ainadamar (Fontaines de larmes) est un opéra en trois images du compositeur contemporain Osavaldo Golijov. Le livret de David Henry Hwang conte l’histoire vraie d’un épisode de la guerre civile espagnole où, comme le résume avec précision Alex Ross, «le poète Federico Garcia Lorca fut assassiné par les forces de la Phalange. L’opéra Ainadamar est centré sur la scène du meurtre du poète, alors que le personnage principal en est la tragédienne catalane Margarita Xirgu, qui collabora avec Lorca à plusieurs de ses pièces.
source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Serge Mestre   Sam 23 Avr 2016 - 7:31

et deux livres à lire !

merci Kena de donner de la nourriture pour le fil de la LC

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Serge Mestre   Sam 23 Avr 2016 - 15:32

Bédoulène a écrit:
merci Kena de donner de la nourriture pour le fil de la LC
oui, j'ai pensé à votre LC
cet auteur est aussi une 'voix d'Espagne'... très intéressant Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Serge Mestre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Serge Mestre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Cinémas" de Serge Moati
» SERGE ROMANO nouvel entraineur du DFCO
» Serge Gainsbourg
» Le Temps qui reste (Serge Reggiani)
» serge marin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: