Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lope de Vega [Espagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Lope de Vega [Espagne]   Ven 4 Mai 2012 - 21:19

Lope de Vega
(Madrid, 25/11/1562 - 27/08/1635)


"Félix Lope de Vega y Carpio est un dramaturge et poète espagnol (25 novembre 1562 - 27 août 1635), considéré comme l'un des écrivains majeurs du Siècle d'or espagnol. Surnommé par Miguel de Cervantes « le Phénix, le monstre de la nature », il est le fondateur de la Comedia nueva ou tragi-comédie à l'espagnole à un moment où le théâtre devenait un phénomène culturel de masse.
Lope de Vega a été un auteur extrêmement prolifique : il aurait écrit environ 3 000 sonnets, 9 épopées, des romans, 1 800 pièces profanes, 400 drames religieux, de nombreux intermèdes. Il a cultivé tous les tons et abordé tous les thèmes.

Ami de Quevedo et de Juan Ruiz de Alarcón, ennemi de Luis de Góngora et envié par Cervantes, sa vie a été aussi extrême que son œuvre." (source wikipedia, où l'on pourra lire le récit mouvementé de sa vie : vie amoureuse, vie en exil, mais aussi aventures maritimes puisque, engagé dans l'Invincible Armada, il a survécu miraculeusement au naufrage de son galion. Cervantes avait perdu une main lors de la bataille de Lépante... les auteurs espagnols de cette époque avaient vraiment de quoi s'inspirer pour alimenter leurs oeuvres d'aventures trépidantes).


Dernière édition par eXPie le Ven 4 Mai 2012 - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Ven 4 Mai 2012 - 21:19




Le Chien du jardinier (El Perro del hortelano, 1613). Texte présenté, traduit et annoté en par Frédéric Serralta (il s'agit de la traduction de La Pléiade). Folio théâtre. 254 pages.
Teodoro est le secrétaire de Diana, comtesse de Belflor. Cette dernière n'est pas mariée, mais elle a bien sûr de nombreux prétendants. C'est une femme de caractère.
Teodoro est bien de sa personne, et c'est un secrétaire extrêmement compétent... mais il n'est bien sûr pas de la condition de Diana.

Dans l'Acte I, Diana (la comtesse, donc) se rend compte que Teodoro fréquente en douce Marcela, une de ses femmes de chambre.

Citation :
"DIANA
Le mariage comme objectif est une honnête cible de l'amour. Veux-tu que je m'en occupe ?

MARCELA
Que puis-je espérer de mieux ? En effet, puisque je vois, Madame, tant de modération dans ta colère et tant de noblesse dans ton coeur, je t'assure que je l'adore, car c'est le jeune homme le plus sensé, le plus sage et capable, le plus amoureux et spirituel qu'il y ait dans toute la ville.

DIANA
Je connais son intelligence, grâce à la fonction qu'il exerce à mon service." (page 49).
Tout cela et bel et bon... À un détail près : à y bien réfléchir, finalement cela l'ennuie quelque peu que Teodoro se marie avec sa femme de chambre. Parce qu'il est quand même plus que pas mal, le secrétaire...
Pendant ce temps, Teodoro, lui, craint la réaction de Diana puisqu'il lui semble bien qu'elle a découvert sa liaison avec la femme de chambre... Sera-t-il chassé ? Faut-il qu'il renonce à son amour pour elle ?

Diana convoque son secrétaire. Elle lui parle de choses et d'autres, et en vient à une soi-disant amie qui est dans une situation singulière.

Citation :
"DIANA
C'est là ce que je pense de cette dame, car elle m'a dit n'avoir jamais éprouvé envers ce gentilhomme autre chose que de l'inclination ; et, dès qu'elle l'a vu aimer, mille désirs, tels des brigands, ont bondi sur le chemin de son honneur et ont dépouillé son âme des honnêtes pensées dont elle pensait faire sa règle de vie." (page 61).

Teodoro n'est pas idiot : il pense comprendre que Diana lui faire des avances mais sans jamais le dire ouvertement. Et, de fil en aiguille, il se dit que, finalement, il a le droit d'avoir un peu d'ambition, et que épouser la comtesse, ce serait quand même mieux que la femme de chambre.
Ah, l'amour, ça va et ça vient, très vite, en fonction du droit à espérer, des ambitions...

Diana vient de laisser Teodoro tout seul.
Il gamberge :
Citation :
"TEODORO
[...]
Mais tout n'est que babillage, et la femme en question, c'est elle-même... Mais non, pourtant, car la comtesse est si avisée et si imprévisible que c'est là la chose la plus contraire à l'ambition qu'elle professe. Elle est aujourd'hui courtisée à Naples par des princes dont je ne peux même pas être l'esclave. J'ai peur, car je cours un grave danger. Elle sait que je courtise Marcela : c'est sur cela qu'elle a fondé sa supercherie, et elle s'est moquée de moi. Mais c'est en vain que mes craintes s'émeuvent, car jamais lorsqu'on se moque les couleurs ne montent au visage." (page 74).

Il ne sait plus qu'elle position prendre. Faut-il temporiser par rapport à Marcela ? Diana se fiche-t-elle de lui ? Il semble avoir des preuves qui vont dans les deu sens, c'est à n'y plus rien comprendre...

Comme le dit une femme de chambre dans l'acte III : "Diana est devenue le chien du jardinier." (page 185).

Le chien du jardinier, c'est celui qui "ne mange pas les choux et ne les laisse pas manger" (préface, page 13).
Comment cet imbroglio va-t-il évoluer et finir ?

C'est une pièce très sympathique, amusante (mais moins quand les plaisanteries intraduisibles doivent être expliquées, bien sûr), et le lecteur ne sait jamais exactement comment les rapports Teodoro-Diana vont évoluer.
Mais, une fois la pièce lue, pense-t-on être en présence d'un chef-d'oeuvre d'un des plus grands écrivains espagnol ?
Pas sûr.
A ce propos, Frédéric Serralta, dans sa préface, écrit :
Citation :
"Le chien du jardinier est en effet à nos yeux la pièce de Lope de Vega la plus magistralement orientée vers la production exclusive d'un immédiat, intense et durable plaisir théâtral. Rien que cela, mais tout cela." (préface, page 10).
Voilà. C'est déjà bien.
D'ailleurs, sur wikipedia, Le Chien du jardinier est classée parmi les oeuvres de premier plan, mais pas parmi les oeuvres majeures.

De plus, le plaisir doit être plus important à voir la pièce qu'à la lire. En effet, il y a beaucoup de notes qui partent d'un bon sentiment : faire comprendre au lecteur français le jeu de mots espagnol intraduisible, donner la traduction littérale de certains passages, etc.
Le problème habituel de ce genre de notes, c'est qu'elles coupent souvent trop la lecture. Mais je les lis toujours, de peur de perdre quelque chose d'important...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Ven 4 Mai 2012 - 22:25

Pendant le siècle d'or, l'Espagne a été d'une importance capitale en ce qui concerne la littérature, l'Europe entière a lu et s'est inspirée de ces auteurs, dont Lope de Vega. Il suffit de penser en France au Cid, au Dom Juan...
Mais je dois avouer très honnêtement qu'à chaque fois que j'ai essayé de lire ces auteurs (présents par exemple en Pléiade) j'ai été quelque peu déçue. J'ai du mal à dire à quoi cela tient, mais je me sens très loin de cela. Le fameux roman picaresque par exemple (Lazarillo de Tormes en est le prototype) me semble terriblement datée, une façon de concevoir le roman vraiment dépassée, même si cela a été novateur et précurseur à son époque, et bien le temps a sacrement passé depuis. Plus intéressant comme étape d'une histoire littéraire que par le plaisir à côtoyer des oeuvres qui touchent et qui parlent.
Ce n'est que mon avis personnel bien sûr, et je serais contente d'avoir d'autres points de vue, et peut être des clefs pour aborder cela sous un autre angle.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Ven 4 Mai 2012 - 22:45

Cette pièce ne "fait" pas très espagnol, d'ailleurs elle est située en Italie.

Ma connaissance de cette période se limite pour le moment au Quichotte, que j'avais vraiment bien aimé. Je n'ai jamais lu ce Lazarillo de Tormes jemetate

Je lirai au moins une autre pièce de Lope de Vega, une estampillée "chef-d'oeuvre".
D'autant que Le Chien était très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Ven 4 Mai 2012 - 23:05

Alors tu as pas mal de choses en Pléiade, Le roman picaresque, et aussi le théâtre du XVI et du XVIIe siècle, dans ce dernier, il y a pas mal de pièces de Lope de Vega c'est même l'auteur qui truste le premier volume, le deuxième l'est par Calderon. C'est censé être un panorama représentatif, en terme de qualité et aussi de thèmes abordés.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Sam 5 Mai 2012 - 16:46

J'ai La Dorotea à lire.
Mais j'ai du mal à m'y mettre.
Même si c'est de la prose. Je bloque un peu avec les Espagnols.
Lazarillo de Tormes, j'y pense depuis un moment et en plus, ça a l'air court.
Pour l'instant, j'ai assez à faire avec notre fabuleux 18è siècle français. Quelle langue... coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Sam 5 Mai 2012 - 16:48

Au fait, à part La vie est un songe, qu'a écrit d'autre Calderon ?
Celui-là, j'en ai un bon souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Sam 5 Mai 2012 - 18:55

eXPie a écrit:
Cette pièce ne "fait" pas très espagnol, d'ailleurs elle est située en Italie.

Ma connaissance de cette période se limite pour le moment au Quichotte, que j'avais vraiment bien aimé. Je n'ai jamais lu ce Lazarillo de Tormes

Je lirai au moins une autre pièce de Lope de Vega, une estampillée "chef-d'oeuvre".
D'autant que Le Chien était très agréable.

Lazarillo de Tormes se lit très vite. Dans le meme volume de la Pléiade, il y a aussi La Vie de l' aventurier Don Pablos de Ségovie. A mon avis le meilleurs des romans picaresques, Quevedo étant l' un des très grands écrivains de l' époque, grace à son style, pas facile du tout à traduire.

Le 3e, La vie de Guzman de Allfarache de Matéo Aleman, je ne l' ai pas lu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Sam 5 Mai 2012 - 19:13

MANZANARES

Manzanares claro,

rio pequeno,

por flatarle el agua

corre con fuego

Clair Manzanares,

Rivière minuscule,

Parce que l' eau te manque,

Tu cours comme une flamme

Lope de Vega : Dans : Terre d' Espagne, anthologie poétique, ouvrage déjà cité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: EL PERRO DEl HORTELANO   Dim 6 Mai 2012 - 11:05

On continue a utiliser en Espagne dans les conversations " es como el perro del hortelano"....Sans necéssité de prononcer la fin du proverbe ( " que no come no deja comer"), parce que tout le monde comprend de quoi il s´agit à la simple évocation de ce "chien du jardiner" ...
C´est à dire quelqu´un qui ne fait rien et empêche ( ou critique ) les autres s´ils font quelque chose. Ça peut aller de l´avare qui ne supporte pas les dépenses du voisin, ou de l´egoïste qui ne veut pas laisser aux autres ce dont il ne peut plus/pas jouir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Dim 9 Mar 2014 - 7:32

Un ouvrage ancien annoté par Lope de Vega découvert à Lyon

Citation :
Un universitaire met la main sur un livre racontant le travail du dramaturge

Parmi une foule d'anciens manuscrits, un enseignant de littérature et traduction espagnole, de l'université de Bourgogne à Dijon, a découvert un ouvrage inédit. En fouillant ces archives qu'il trouve un véritable filon que conservait la région : des livres remontant jusqu'au XVIe siècle, en espagnol, dont l'un est annoté de la main de Lope de Vega. Le Shakespeare espagnol...

Alexandre Roquain n'en est pas revenu : sa quête avait commencé dans les fonds de la médiathèque Louis Aragon, il pousse la curiosité du chercheur dans les différentes bibliothèques municipales, et jusqu'à la bibliothèque de Lyon. « J'étais loin d'imaginer tomber sur un livre annoté par Lope de Vega. Un auteur que j'admire tant », explique-t-il à Ouest Francet.

Le livre découvert contient en réalité deux oeuvres Il gentilhuomo (1571) et Avvertimenti morali (1572). Emu, enthousiaste, l'universitaire parcourt le texte et découvre les commentaires de Lope de Vega, des corrections apportées. « Il lit tout. Il annote le livre du début à la fin. Il s'est intéressé à ces deux œuvres écrites en italien. C'est une source pour lui. Tout au long de sa vie, cette lecture l'a influencé. Cela a été déterminant pour son œuvre. »

C'est que, peu de témoignages sont parvenus, au fil des siècles - sinon ses écrits. Avec près de 400 pièces de théâtre, une immense influence en Espagne, et même sur le théâtre de Corneille, Lope de Vega est un véritable monument. « À Madrid par exemple, dans la maison-musée de Lope, là où il a réellement habité, il n'y a quasiment aucun objet qui lui ait appartenu. J'ai la conviction que d'autres objets sommeillent ailleurs, dans d'autres pays. »

Pour cet Indiana Jones des bibliothèques, avoir découvert un manuscrit annoté pourrait donc n'être que la première étape de futurs émerveillements.

Lope de Vega est né en 1562 et mort en août 1635. Miguel de Cervantes l'avait surnommé « le phénix, le monstre de la nature ». Il a également laissé des milliers de sonnets, ainsi que des épopées et des romans. Il a créé une véritable innovation dans le théâtre alors que la pratique devenait un genre populaire en Espagne.

En janvier dernier, des chercheurs espagnols avaient assuré avoir retrouvé une comédie inédite de l'auteur, un manuscrit de 56 pages, égaré dans les archives de la bibliothèque nationale de Madrid.

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Mar 5 Mai 2015 - 15:30

Fuente Ovejuna

Pièce que j'ai dévorée.
Adorée. coeur


Il s'agit des rapports entre un "commandeur" (disons pour faire court, un seigneur) et ses vassaux, dans un petit village de Cordoue.
Ce triste personnage a pour habitude d'exercer un droit de cuissage sur les dames de son territoire, les "manantes" et d'imposer sa tyrannie par les tortures et autres coups de fouets.
Sauf que dans cette histoire, un village entier se rebiffe et tient tête à l'inique despote, en le tuant.

Au moment du jugement, à la question des juges "qui a tué ?", les habitants, femmes, enfants, vieillards, invariablement répondent par le nom du village "Fuente Ovejuna".

Inutile de dire que l'écrivain pose les questions essentielles sur l'arbitraire du pouvoir, la place de la femme (avec une héroïne, Laurence, remarquable dans sa plaidoirie quasi féministe), les droits fondamentaux de l'être humain, la hiérarchie sociale (les castes et leurs prétendus devoirs), les valeurs chevaleresques, etc.

Et même sur la responsabilité morale et criminelle, en l'occurence ici, collective. Le roi aura vent de l'histoire et pardonnera d'ailleurs cette révolte.

Lope de Vega, c'est aussi beaucoup d'humour. Dans le drame, il sait trouver l'image drôlatique. Le détail piquant.

Et puis de toute façon, "on verra toujours les imbéciles prospérer aux dépens des gens intelligents"...


Pièce très actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   Dim 24 Mai 2015 - 21:11

      
A gauche, Le Chevalier d'Olmedo photographié à Madrid le 21/05/2015 à l'une des fenêtres de la maison où Lope de Vega vécut et mourut (1610-1635). Au milieu, la façade de la maison (Calle Cervantes, 11), à droite l'entrée. La maison se visite sur réservation. On pourra voir des photos de l'intérieur (on notera que les meubles ne sont pas ceux de l'auteur), ainsi qu'une vidéo sur : http://casamuseolopedevega.org/en/house-museum

- Le Chevalier d'Olmedo (El caballero de Olmedo, première publication en 1641, mais il existe une copie manuscrite de 1606). Comédie dramatique en trois journées. Texte français d'Albert Camus (1957). nrf, 204 pages.
Dans son introduction, Camus insiste sur le fait que sa traduction a été faite pour être dite (il a d'ailleurs mis en scène la pièce).
"N'importe quel acteur sait qu'il est difficile de dire une réplique qui commence par un participe présent ou par une subordonnée. Une telle phrase, courante dans les traductions dont nous disposons, manque de ce qu'on appelle au théâtre l'attaque. Une proposition principale, le verbe actif, le cri, la dénégation, l'interrogation, le vocatif sont au contraire les éléments d'un texte en action, qui exprime directement le personnage en même temps qu'il entraîne l'acteur. La nécessité de ces formes s'impose plus encore lorsqu'il s'agit du théâtre espagnol du Siècle d'Or qui donne la primauté à l'action et à la rapidité du mouvement. Lope de Vega [...] sacrifie presque toujours la psychologie au mouvement et justifie avec éclat ce que Meredith disait du grand théâtre espagnol qu'il définissait d'abord comme « un battement précipité de pieds ». [...] J'espère que l'on sera sensible en tout cas à la jeunesse et à l'éclat de cette pièce, une des plus réussies de Lope de Vega et qui rappelle souvent Roméo et Juliette par l'entrecroisement des thèmes de l'amour et de la mort."(pages 9-10). Il parle aussi de "l'héroïsme, la tendresse, la beauté, l'honneur, le mystère et le fantastique qui agrandissent le destin des hommes".

Nous sommes à Medina del Campo. Don Alonso, également connu sous le nom de Chevalier d'Olmedo, est riche, beau, intelligent, courageux, considéré avec bienveillance par le roi, et célibataire. Le voici au début de la pièce :
Citation :
"DON ALONSO, seul.

Aimer n'est rien, il faut être aimé ! L'amour solitaire n'est pas digne de son nom, l'amour sans réponse s'épuise en vain vers sa forme ! Mais qu'il soit réciproque, au contraire, et la loi de la nature le fera durable ! Y a-t-il sur toute la terre une seule créature parfaite qui n'ait été engendrée par les noces de deux désirs ?
Cet amour qui a pris feu en moi avec tant de violence s'est allumé à la flamme de deux beaux yeux. Ils ne me regardaient pas avec dédain, j'en suis sûr, et leur expression s'est altérée si doucement qu'une étrange confiance aussitôt m'est venue. Un changement si fugitif suffit à l'amour : il imagine qu'on lui répond et s'abandonne à l'espérance." (Première journée, scène 1 ; page 17).

Don Alonso est tombé amoureux de Doña Inés, qu'il n'a que vue. Mais cela tombe bien, dans les pièces, la beauté physique correspond souvent à la beauté morale (a-t-on souvent vu une Doña très belle mais très sotte, stupide et méchante ?). Son père souhaite la marier avec un bon parti, en l'occurrence un certain Don Rodrigo. Ce dernier, qui est loin d'avoir la vaillance et l'honnêteté de Zorro, est très amoureux d'elle et lui fait une cour assidue. Mais Doña Inés reste très froide à son endroit, alors que le bel étranger fait tout de suite battre son coeur... Voici Doña Inès qui parle à sa soeur Léonor :
Citation :
"DOÑA IÑES

Réfléchis à cela : depuis deux ans que Don Rodrigo me fait une cour officielle, sa personne et ses manoeuvres m'ont laissée de glace. Mais à l'instant même où j'ai vu à la ville ce séduisant étranger, mon coeur m'a dit : « Voilà celui que je veux », et aussitôt je lui ai répondu : « Qu'il en soit ainsi. » Dis-moi donc qui dispose ainsi notre coeur pour l'amour, ou contre lui.


DOÑA LEONOR

L'amour lance ses traits en aveugle, il tombe rarement juste et manque souvent son but." (Première journée, scène 2 ; page 29).

Don Alonso a demandé à Fabia, une entremetteuse un peu sorcière, de faire parvenir une lettre à sa bien-aimée. Voici comment elle parle de Don Alonso :
Citation :
"Tel un Hector, il combat les taureaux à la lance et l'épée. Il a fait hommage aux dames de trente prix gagnés dans les tournois et les courses de bagues. Armé, on dirait Achille contemplant les remparts de Troie. En habits de fête, on croirait voir Adonis. Que les dieux cependant lui donnent une autre mort ! Ah fillette, malheur à la femme mariée à un imbécile ! Toi, du moins, tu vivras comblée près de ce mari incomparable." (Première journée, scène XVII ; pages 75-76).

Arrivé à ce point, le lecteur se demande où va se situer le problème : elle l'aime, il l'aime. Il est noble et a de l'argent. Le père cherche un bon parti ? Mais Don Alonso en est un, certainement. Alors ?
Alors, nos deux amoureux, persuadés que le père veut absolument que Doña Iñès se marie avec Don Rodrigo, vont recourir à des astuces tarabiscotées, sans même s'assurer préalablement que le père ne consentirait pas à leur mariage.

C'est une pièce très plaisante à lire, avec un héros sans défauts et des méchants vils. Mais...
"Cette oeuvre est l'une des plus complexes de Lope : on remarque tout d'abord le matériel habituel de la comédie à intrigue, riche en situations comiques. Mais sur ce fond jaillit la statue équivoque et lubrique de Fabia, l'entremetteuse, soeur spirituelle de la Célestine (voir la Célestine, tragi-comédie de Calixte et Mélibée.)" (Dictionnaire des Oeuvres, Editions Robert Laffont) Sur la page de wikipedia, Le Chevalier d'Olmeda est classé comme une oeuvre majeure, ce qui confirme qu'il y a plus que les apparences...
Il est vrai que Fabia a un comportement parfois étrange.
Je sens qu'il va falloir que j'aille voir dans d'autres éditions, avec notes (Théâtre espagnol du XVIIe siècle dans La Pléiade, par exemple, ou bien dans diverses éditions en poche), pour comprendre ce qui m'a échappé et qui fait la grandeur et la complexité de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lope de Vega [Espagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lope de Vega [Espagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zarzuela (Espagne)
» (ESPAGNE)
» Le camino del Rey au sud de L'espagne
» Modem espagne
» Mac-Addict en Espagne...qui l'aurait dit !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: