Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Biennale de musique classique de Barcelonnette

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Biennale de musique classique de Barcelonnette - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Biennale de musique classique de Barcelonnette   Biennale de musique classique de Barcelonnette - Page 2 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 21:43

Autre moment fort, L'ensemble Concert Brisé, dirigé par William Dongois, alias Maître Dong Biennale de musique classique de Barcelonnette - Page 2 Maatre10, qui joue du cornet à bouquin, tout comme Liselotte du même ensemble Biennale de musique classique de Barcelonnette - Page 2 Liselo10

Citation :
Le cornet à bouquin est un instrument généralement en bois qui se joue grâce à une embouchure (corne, en ivoire ou en bois), ce qui le classe dans la famille des cuivres. L'étymologie pour bouquin de l'italien bocca (bouche) pour embouchure est souvent invoquée. Le cornet à bouquin est fabriqué à partir de deux planches creusées à la gouge puis collées, suivant une forme conique et courbe, le tout recouvert de parchemin ou de cuir, et percé de sept trous, six devant, un derrière. Le cornet muet est un cornet dont l'embouchure est taillée directement dans la masse du cornet (comme pour le shophar); il est fabriqué en une seule pièce droite et n'est pas recouvert de cuir ni de parchemin. Cette méthode de facture est aussi parfois utilisée pour certains cornets à bouquin.
Cet instrument possède un répertoire très riche. Ses moments les plus féconds se situent entre la fin du XVIe siècle et le milieu du XVIIe, principalement en Italie du Nord et en Allemagne. À la Renaissance, le cornet à bouquin devient l'instrument-roi pour l'interprétation des parties de soprano aux côtés du violon, seul capable de rivaliser en virtuosité avec lui et qui finit par le supplanter. Cet instrument disparaît progressivement au début du XVIIIe siècle. Le cornet peut être utilisé pour le répertoire de beaucoup de musique d'église (sonates, canzone, ricercari ou musique vocale). L'exemple le plus célèbre demeure celui des Vêpres à la Vierge (1610) de Claudio Monteverdi.

La basse des cornets est appelée serpent, du fait de son aspect sinueux.

Biennale de musique classique de Barcelonnette - Page 2 220px-10

Autre découverte instrumentale, la saqueboute, sorte de trombone Biennale de musique classique de Barcelonnette - Page 2 Saqueb10


Citation :
La sacqueboute ou saqueboute est un instrument de musique à vent, ancêtre du trombone.

La première mention du terme sacqueboute date du XVe siècle, mais son étymologie est incertaine : le nom serait dû soit à la contraction des verbes de l’ancien français sacquer et bouter signifiant respectivement tirer et pousser soit à une analogie de forme avec une arme de guerre homonyme. La sacqueboute était jouée dans la musique religieuse et les fêtes populaires

En réalité, cet instrument, dont on a retrouvé des gravures dès le XVe siècle, est très proche du trombone, ayant la même forme et fonctionnant sur le même principe. En Allemagne, ces deux instruments sont appelés par le même nom posaune. Le mot trombone vient d'Italie et s'est avec le temps imposé aux autres langues (en dehors des langues germaniques), il est impossible de dater exactement le moment où la sacqueboute devient trombone. L'apparition des instruments d'époque comme le trombone romantique estompe encore la transition entre eux.

La perce (la taille intérieure du tube) est plus petite, le pavillon est peu évasé et petit sur les instruments les plus anciens, et s'agrandit de plus en plus au fil du temps, jusqu'à devenir le trombone actuel.

La famille comprend :

la sacqueboute soprano (très peu jouée) ;
la sacqueboute alto, en mi bémol ;
la sacqueboute ténor, en si bémol ;
la sacqueboute basse, en fa ou en mi bémol.

Le ténor est incontestablement le modèle le plus répandu. Il est couramment utilisé sur trois octaves et plus et est capable de la plus grande virtuosité, des nuances les plus extrêmes.

Son répertoire s'étend de la musique médiévale jusqu'à son apogée à Venise au siècle d'or, en même temps que son alter ego le cornet à bouquin. Ils étaient reconnus comme les instruments les plus aptes à imiter la voix humaine. La sacqueboute est un des instruments incontournables de la Renaissance et des débuts du style baroque dans l'Europe entière. Sa période d'utilisation maximale se situe approximativement entre 1550 et 1650, principalement en Italie du nord, en Allemagne et en Espagne (et, dans une moindre mesure, en Angleterre et en France). Elle est fréquemment utilisée par des compositeurs tels que Giovanni Gabrieli, Claudio Monteverdi, Giovanno Castello, Giovanni Martin Cesare, Heinrich Schütz etc. La sacqueboute était également jouée dans les fêtes populaires. L'instrument est délaissé au début du XVIIe siècle (Bach l'utilise en soutien des chœurs dans quatorze cantates) et trouve un nouveau souffle chez les classiques (Mozart et Haydn) qui lui confient le rôle de doublure de voix dans beaucoup de messes et oratorios ou des rôles de soliste comme dans le tuba mirum du Requiem de Mozart

Le CD La sacqueboute (Ambroisie) par Les sacqueboutiers de Toulouse avec en invité Michel Becquet offre un excellent aperçu de son utilisation dans la première moitié du XVIIe siècle en Europe.



Et même si l’œuvre ne m'a pas renversée, elle n'en reste pas moins un monument du répertoire; et je vous en laisse un exemple. Le cornet à bouquin et la saqueboute offrent de belles pages musicales.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
 
Biennale de musique classique de Barcelonnette
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» FB et la Musique classique(RTL)
» la musique classique dans les DA
» Weldon Boudreau ( Musique acadienne)
» musique et cirque
» La Biennale du Cirque (Capi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Musique, maestro…-
Sauter vers: