Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Robert L. Forward

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMer 23 Mai 2012 - 20:47

Robert L. Forward Images11

Robert Lull Forward, né le 15 août 1932 à Geneva, dans l'État de New York et décédé le 21 septembre 2002 à Seattle dans l'État de Washington, est un physicien américain et un auteur de romans de science-fiction.
Ingénieur aéronautique, physicien spécialiste de la gravitation, il a notamment participé à la conception de dispositifs servant à la recherche d'ondes gravitationnelles, telles que prévues par les équations d'Einstein. Ses onze romans de science-fiction sont réputés pour leur crédibilité scientifique, en particulier trois d'entre eux, où la gravitation tient une place essentielle dans l'intrigue:
L 'Œuf du dragon, 1984 (Dragon's Egg, 1980), (prix Locus du meilleur premier roman 1981) et sa suite Starquake (1985)
Le Vol de la libellule, 1986 (The Flight of the Dragonfly, 1984).
Il est également l'auteur d'ouvrages scientifiques et de très nombreux articles, de recherche comme de de vulgarisation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 29 Mai 2012 - 16:18

L'Oeuf du dragon
1980

Voici un roman qui prend vraiment les histoires de contact entre humains et extra-terrestres à rebours...

2020. L'"Oeuf du dragon", une étoile à neutrons (les restes d'une étoile après son explosion en supernova) qui est entrée dans le système solaire, est repéré depuis la Terre grâce à ses pulsations. Une trentaine d'années plus tard, l'évolution de la technologie du voyage spatial permet d'envoyer un vaisseau à sa rencontre. L'exploration de l'étoile par l'équipage de scientifiques est impossible, car l'Oeuf, une boule ultra-dense d'à peine 20 km de diamètre, possède une gravité 67 milliards de fois plus forte que sur Terre, une température de millions de degrés et des champs magnétiques hyper-puissants qui déforment tout d'Est en Ouest...Et pourtant une forme de vie, et qui de plus est intelligente, a réussi à se développer à sa surface, s'adaptant à ces conditions extrêmes...Le problème, c'est que les "cheela", qui ressemblent à des amibes de la taille d'une graine de moutarde, vivent 1 million de fois plus vite que les humains. C'est à dire qu'une heure humaine équivaut à des centaines d'années cheela, et voit la naissance et la chute de civilisations entières...
Cela peut donner le vertige, mais un contact autant scientifique qu'amical va pourtant s'établir et permettre une découverte mutuelle aux retombées étonnantes, une relation de maître à élève qui va s'inverser rapidement...

L'oeuf du dragon est un exemple parfait de "hard science-fiction", c'est à dire que la technologie évoquée correspond à l'avancement des connaissances scientifiques contemporaines. Donc pas de téléportation ici, mais beaucoup de physique nucléaire et gravitationnelle (spécialité de Robert L.Forward), une spéculation rationnelle sur l'existence de la vie en milieu extrême, sur la technologie à mettre en oeuvre pour résister à une gravitation hyper-puissante. Ce n'est pourtant ni rébarbatif ni ennuyeux, et parfaitement lisible par un public non scientifique. Car elle est passionnante (et même émouvante) à suivre cette évolution des cheela, passant de l'état végétal à une civilisation avancée, leur découverte progressive des techniques, de la science, de la culture, de la religion, de la politique, faisant écho en cela à l'évolution humaine.
Il est intéressant de constater que les descriptions de héros cheela sont bien plus fouillées psychologiquement, nous les rendant plus attachants, que celles de leurs homologues humains évoqués - volontairement ou pas - plus sommairement. Le tout avec une touche d'humour tout à fait bienvenue. Un ouvrage de SF original et portant à la réflexion donc, qui peut rappeler Arthur C.Clarke par certains aspects. Je poursuivrai avec la suite, Starquake.

A noter que ce roman est une découverte faite par l'intermédiaire d'un autre livre, Le Fond des Forêts, de David Mitchell : le jeune héros le lisait, ce qui m'a donné envie d'en savoir plus...


Dernière édition par nezumi le Mar 29 Mai 2012 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 29 Mai 2012 - 20:29

Ah, merci pour la découverte, Nezumi ! bonjour
Ça m'intéresse bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 29 Mai 2012 - 21:10

Oui il vaut vraiment le détour, c'est un des livres de SF les plus surprenants que j'aie lus... La traduction en français (Livre de Poche) n'est apparemment plus disponible (par contre en allemand il va être réédité!) mais il doit être trouvable en occasion. Sinon je peux cercler le livre en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeLun 11 Juin 2012 - 22:19

Robert L. Forward Forwar10
L'Oeuf du Dragon (Dragon's Egg, 1980). Traduit de l'américain par Jacques Polanis. 291 pages. Editions Robert Laffont.

Une étoile à neutrons s'approche de la Terre. Rassurons-nous, on n'est pas pas un énième livre-catastrophe.
Cette étoile à neutrons est ce qui reste d'une étoile qui s'est effondrée sur elle-même, après une bien belle supernova aux conséquences assez intéressantes...
Citation :
"Sa masse est environ la moitié de celle du Soleil, mais son diamètre n'est que de 20 km" (appendice technique, page 269).
Les champs magnétiques sont extrêmement forts, et la gravité est inimaginable (67 milliards de g).
Et sa vitesse de rotation démente : 5 tours par seconde.
La matière est terriblement compacte...

Malgré tout, et c'est la fabuleuse découverte que va faire une expédition humaine, en orbite autour de l'étoile à neutrons - l'expédition est décrite en détails, car ce n'est pas une mince affaire -, c'est que la vie existe :
Citation :
"L'espèce dominante s'appelle le cheela. Etant intelligent,le cheela présente une complexité analogue à celle de l'homme. Son corps comporte donc à peu près le même nombre de noyaux atomiques que le corps humain et il ne faut pas s'étonner que son poids soit sensiblement le même : 70 kg. Il se présente sous une forme qui évoque celle d'une amibe aplatie d'environ 5 mm de diamètre sur 0,5 mm de haut, avec une densité de 7 millions de g/cm3." (appendice technique, page 274).
Du fait du champ magnétique incroyablement puissant, il est facile de se déplacer dans l'axe du champ, et très difficile de se déplacer perpendiculairement à cet axe. Et, à cause de la gravité immense et donc de leur aplatissement, les cheelas vivent dans un monde quasiment monodimensionnel (certains passages font un peu penser au fameux Flatland, d'Edwin Abbott, écrit en 1884).

En plus de ces contraintes saisissantes, de cette vie si éloignée de la nôtre - mais, en même temps, elle est un peu pareille : assouvissements des besoins primaires, puis des besoins secondaires... - , un autre phénomène ajoute beaucoup de sel à l'histoire : la relativité du temps. En gros, 30 minutes humaines équivalent à une vie entière de cheela. En quelques heures, on va assister à l'essor d'une civilisation. Ils vivent, pensent et meurent un million de fois plus vite que nous.

Par exemple, la naissance de la pensée abstraite :
Citation :
"Soudain, dans un éclair d'inspiration, l'un des plus grands esprits mathématiques jamais éclos dans l'histoire passée ou future des cheela fit un énorme bond en avant dans le domaine de la pensée abstraite.
J'ai pris une graine de chacune des cosses que j'ai mangées, se dit Grande-fissure. J'ai donc autant de graines que j'ai mangé de cosses.
Sa pensée vacilla un instant : Mais les graines ne sont pas des cosses ! Puis son esprit se raffermit : Mais il y a autant de graines qu'il y a eu de cosses, donc le nombre est le même." (page 79).
Grande-fissure aura beaucoup de mal à faire comprendre le concept de la représentation.

Le temps s'écoule, les générations se succèdent, la société cheela évolue. Les humains et les cheela vont communiquer, et interagir.
Comment chacun parviendra-t-il à prendre conscience de l'existence de l'autre, avec un tel écart temporel et l'impossibilité de se rejoindre ? Et, une fois déterminé qu'il y a quelque chose, comment une communication sera-t-elle possible, se demande-t-on ? (bon, le début de la communication m'a semblé peut-être un tout petit peu poussé, vu qu'il faut réussir à intégrer les premiers concepts, les premiers mots ou signes pour pouvoir communiquer, mais qui sait, avec du temps... et le temps, ce n'est pas ce qui manque, chez les cheelas !).

C'est un livre assez fascinant : on assiste à la naissance et au développement d'une civilisation. En même temps, il y a quelque chose de presque triste dans la coexistence de deux civilisations tellement différentes qu'elles ne peuvent que s'effleurer un moment, pour obliquer chacune vers son destin, tellement différent qu'il en est finalement inimaginable pour l'autre, même en en ayant une connaissance intellectuelle approfondie.
On notera, tout au long du livre, la vision positive de la science de l'auteur. La science, la connaissance, ne rendent pas méchant, mais bon. C'est presque rassurant.

Alors, bien sûr, on ne comprend pas tous les détails - la notice technique, en fin d'ouvrage, explicite quand même certains aspects.
C'est un livre de hard-science et, tout comme dans certains livres de Greg Bear - notamment Eternité, qui explique vraiment tout de l'univers, sa naissance, sa fin, toutes ses dimensions - le lecteur n'a pas forcément le niveau en physique pour apprécier toutes les subtilités théoriques, mais qu'importe le détail, pourvu qu'on ait l'ivresse ! Et, même dans les passages les plus pointus, on comprend ce que veut dire l'auteur. C'est bien cela l'essentiel.

La suite immédiate est racontée dans Starquake (1985 ; jamais paru en français).

Merci à Nezumi pour la découverte ! bonjour
(avec un titre pareil, j'aurais vraiment cru qu'il s'agissait d'un énième livre de fantasy...)


Dernière édition par eXPie le Mar 12 Juin 2012 - 21:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 12 Juin 2012 - 8:42

Et c'est quoi l'explication pour le titre alors ?
Parce que c'est vrai qu'il est un peu mal approprié du coup...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 12 Juin 2012 - 14:48

Merci Expie pour ton commentaire, qui met bien en valeur les qualités et le ton original de ce roman, mélange de rigueur scientifique, de souffle épique, de mélancolie et d'humour (et enfin des aliens intéressants, qui échappent aux clichés du genre!).

Je m'interroge un peu sur la fin, il y a un détail important que je ne suis pas sûre d'avoir compris:

Spoiler:
 


eXPie a écrit:

C'est un livre de hard-science et, tout comme dans certains livres de Greg Bear - notamment Eternité, qui explique vraiment tout de l'univers, sa naissance, sa fin, toutes ses dimensions - le lecteur n'a pas forcément le niveau en physique pour apprécier toutes les subtilités théoriques, mais qu'importe le détail, pourvu qu'on ait l'ivresse ! Et, même dans les passages les plus pointus, on comprend ce que veut dire l'auteur. C'est bien cela l'essentiel.

La suite immédiate est racontée dans Starquake (1985 ; jamais paru en français).

Merci à Nezumi pour la découverte ! bonjour
(avec un titre pareil, j'aurais vraiment cru qu'il s'agissait d'un énième livre de fantasy...)

En effet, même sans avoir des connaissances poussées en physique on arrive à suivre. Et j'imagine que pour un lecteur plus informé , cela doit être plus agréable de lire des descriptions crédibles plutôt que des trucs fantaisistes du style "sergent Bidule, branchez le proto-réacteur laser à propulsion latérale coordonnée et passez en mode plasma-fluoré". dentsblanches
Et c'est vrai que c'est presque une ode à la créativité scientifique, qui arrive à combler l'énorme fossé (autant spatial que temporel) séparant les cheela des humains.

J'ai Starquake dans ma PAL et je le lirai pendant les vacances je pense (si tu lis l'anglais je peux te le prêter). C'est la suite immédiate de l'Oeuf du dragon: les humains essaient de sauver les cheela d'un terrible tremblement de terre (ou plutôt tremblement d'étoile= starquake).

Queenie a écrit:
Et c'est quoi l'explication pour le titre alors ?
Parce que c'est vrai qu'il est un peu mal approprié du coup...

Non, car il s'explique dès les premières pages du livre. L'étoile à neutrons sur laquelle vivent les cheela a été appelée l'"Oeuf" à cause de son apparence: une boule blanchâtre très lisse. Et comme elle a été détectée dans la constellation du Dragon... Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 12 Juin 2012 - 20:50

nezumi a écrit:
Je m'interroge un peu sur la fin, il y a un détail important que je ne suis pas sûre d'avoir compris:

Spoiler:
 
Eh bien, je m'étais fait la même réflexion que toi... et, donc, tu le sauras dans Starquake !

En fait,
Spoiler:
 

Tu me diras si la suite est bien... si c'est le cas, je la voudrais bien, oui, merci ! bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMer 13 Juin 2012 - 11:26

Entendu!

Après Starquake je crois que je jetterai un oeil au cycle du "Monde de Roche" dont juste le 1er volet (sur 5) a été traduit en français: Le vol de la libellule. Ca a l'air pas mal du tout!

Citation :
Le Prométhée est le premier navire interstellaire vraisemblable : une «voile» de mille kilomètres de diamètre propulsée par un jet de lumière provenant d'une batterie de lasers installée près de Mercure. Dans un voyage sans retour, son équipage ira explorer une de nos plus proches voisines, l'étoile de Barnard.

Mais il y découvre un monde encore plus fou que tout ce qu'on avait imaginé, la planète de Roche, deux sphères accolées en forme d'haltère. Et là, à bord de la Libellule, tel un commandant Cousteau sidéral, il fait alliance avec une incroyable forme de vie.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMer 13 Juin 2012 - 19:35

nezumi a écrit:
Entendu!

Après Starquake je crois que je jetterai un oeil au cycle du "Monde de Roche" dont juste le 1er volet (sur 5) a été traduit en français: Le vol de la libellule. Ca a l'air pas mal du tout!

Citation :
Le Prométhée est le premier navire interstellaire vraisemblable : une «voile» de mille kilomètres de diamètre propulsée par un jet de lumière provenant d'une batterie de lasers installée près de Mercure. Dans un voyage sans retour, son équipage ira explorer une de nos plus proches voisines, l'étoile de Barnard.

Mais il y découvre un monde encore plus fou que tout ce qu'on avait imaginé, la planète de Roche, deux sphères accolées en forme d'haltère. Et là, à bord de la Libellule, tel un commandant Cousteau sidéral, il fait alliance avec une incroyable forme de vie.
Ca a l'air d'être une manie, de ne traduire que le premier livre rire
(si ça se trouve, ça ne s'est pas assez vendu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitimeMar 14 Aoû 2012 - 19:04

Starquake
1985

Voici donc la suite immédiate de l'Oeuf du Dragon, commençant même quelques minutes avant la fin de ce dernier, qui racontait la rencontre entre une expédition de scientifiques terriens et les cheela, minuscules habitants d'une étoile à neutrons, et se déroulait sur une seule journée humaine et 3000 ans cheela, ces sympathiques aliens vivant 1 million de fois plus vite que nous.
Au début de Starquake, les Cheela ont largement dépassé les humains technologiquement parlant puisqu'ils ont découvert le voyage à la vitesse de la lumière et même celui dans le temps. Le temps est justement venu de se séparer et pour le vaisseau terrien de quitter l'orbite de l'étoile et rentrer sur sa planète d'origine. Deux événements vont cependant venir bouleverser les choses: le passage d'une météorite mettant sérieusement en danger le vaisseau et un monstrueux "tremblement d'étoile" qui va ébranler l'Oeuf et rayer de la carte la civilisation cheela. Humains et cheela vont à nouveau avoir besoin de coopérer pour survivre...

Cette suite bien réussie propose les mêmes ingrédients que le 1er tome et se lit donc avec le même plaisir. Il y a peut-être plus de descriptions techniques (surtout de la technologie cheela, assez dépaysante et pas forcément facile à se représenter...) mais aussi pas mal de suspense, ce qui fait qu'on ne lâche pas le volume, et cet humour que j'avais bien apprécié dans le premier. On retrouvera ainsi chez les cheela une Jayne Mansfield (physique plantureux et gros QI), un Neil Armstrong et un Attila. dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Robert L. Forward Empty
MessageSujet: Re: Robert L. Forward   Robert L. Forward Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert L. Forward
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le centre de loisirs de l'école Robert Doisneau
» Le Havre - Rue de la Comédie > Rue Robert de la Villehervé
» Groupe scolaire Robert Doisneau : informations, photos et vidéos
» Groupe scolaire Robert Doisneau : Appel à mobilisation
» Robert Bob NOODY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: