Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Café de la Bédé

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Café de la Bédé   Mer 23 Mai 2012 - 21:30

Pourquoi pas ? ...



Pour les annonces, interviews ou bizarreries du monde de la BD...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Mer 23 Mai 2012 - 21:37

On avait parlé de Joshua Cotter et de sa dernière création : Les gratte-ciel du Midwest :


SurBodoï, il se soumet à une interview...

Il explique ce qui l'a motivé à faire cet album :


Citation :
Quand j’ai commencé à plancher sur cette bande dessinée, en 2003, je souffrais toujours de certains « traumatismes », dont les origines devaient remonter à mon enfance. J’ai donc cherché à revenir sur cette période particulière de ma vie, afin de mieux comprendre ce qui avait pu alors clocher. Ma démarche avait clairement quelque chose de thérapeutique, c’était une sorte de catharsis. Je pense aussi que chacun de nous a gardé des histoires comparables en mémoire, et mes lecteurs devraient pouvoir sans peine établir des parallèles avec leur propre expérience…

Une explication à l'animalisation des personnages:

Citation :
Si j’avais dessiné mes personnages de façon réaliste, je pense que le résultat n’en aurait été que plus difficile à lire. Je ne sais pas trop pourquoi j’ai choisi de leur donner l’apparence d’animaux, mais j’ai l’impression que cela permet aux lecteurs de mieux rentrer dans l’histoire que je raconte. Un peu comme avec les Muppets ou les Looney Tunes… Avec des protagonistes à figure humaine, l’histoire serait devenue plus « spécifique », et les lecteurs auraient eu du mal à s’y retrouver… J’ai d’ailleurs bien tenté d’explorer cette voie, mais le résultat ne me convenait pas vraiment.

Joshua Cotter justifie la présence de fausses publicités dans les pages de son album :


Citation :
Avant d’être regroupés en un seul volume, les différents épisodes de mon histoire étaient publiés sous forme de fascicules à couverture souple. J’ai toujours été un grand fan de MAD [magazine satirique américain créé en 1952 par Harvey Kurtzman et William Gaines]. J’adorais leur humour décalé et leurs fausses publicités pour des produits improbables. J’ai alors eu l’idée d’en insérer dans les pages de mon récit, ce qui me permettait aussi de contrebalancer un peu sa noirceur. Sans quoi, je pense que mon livre aurait été trop déprimant à lire…

Et concernant ses projets futurs...

Citation :
Une combinaison entre Les Gratte-Ciel du Midwest et Driven by Lemons. Dans ce livre, il y aura bien une trame narrative, mais l’aspect psychologique sera plus proche de celui de Driven by Lemons. J’essaierai aussi d’y incorporer des considérations politiques et sociales. Enfin, je tracerai des pistes, en me gardant bien de donner mon propre point de vue ! Le tout devrait être un ouvrage de science-fiction, revisité de façon très personnelle.

Toujours dans ma LAL... Jusqu'à quand ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Mer 23 Mai 2012 - 21:43

Au Festival d'Angoulême, un pastiche de Maus d'Art Spiegelman s'est fait connaître... Intitulé Katz, il remplace toutes les souris de l'album original par des chats...

Le site ActuaBD s'interroge sur l'objectif de la parodie :

Citation :
Quelle est l’intention de ce pastiche ? Est-ce une démarche révisionniste qui tenterait de nier la réalité de la Shoah ? Pas du tout. La seule modification faite à l’œuvre est le remplacement systématique des personnages par des chats : plus de souris représentant les Juifs, ou de cochons représentants les Polonais, ni de chiens pour les Américains ou de grenouilles pour les Français : tous les protagonistes sont des Raminagrobis, au pelage différent, certes, mais ressortissant du genre félin.


Peut-être une réponse ?

Citation :
Il pointe du doigt l’une des failles de ce livre central de l’évocation de la mémoire de la Shoah : la volonté de caractériser les Juifs comme différents des autres et sous la forme même qui était celle de la propagande graphique nazie : un rat.


L'auteur, anonyme, donne son propre point de vue:

Citation :
Il espère faire naitre chez le lecteur une vision critique de l’Holocauste et plus précisément de la valeur du témoignage : " - Est-ce que le fait de représenter les acteurs de cette tragédie comme appartenant pas simplement à des races différentes mais à des ESPECES différentes ne rend pas la barrière entre les deux infranchissable, comme si les juifs ne pourraient être jamais capables de telles atrocités, comme si la nature, puisque les conventions animales nous obligent à penser les choses naturellement, avait décidé des rôles dans une telle tragédie."

Le blog de l'auteur se trouve : ICI

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Jeu 24 Mai 2012 - 7:29

colimasson a écrit:
[center]Pourquoi pas ? .....
ah mais oui, bonne idée swing

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Jeu 24 Mai 2012 - 10:19

Entendu parler de ce Katz. Je trouve ça idiot. Cette BD est un symbole, le prétexte : on est tous pareils donc pourquoi représenter les juifs sous un autre aspects, c'est, je pense, ne rien vouloir comprendre à l’œuvre de Spiegelman (et je dis ça, mais je ne l'ai pas lu. Mais je trouve aberrant de prendre le travail de quelqu'un et de dire : ben non cette idée ne me plait pas, donc je vais prendre ce que tu as fait et le modifier à ma sauce).

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Jeu 24 Mai 2012 - 11:36

Et c'est l'occasion aussi de créer de l'évènement...

Depuis que Maüs existe, c'est quand même sacrément étonnant que cette parodie ne soit sortie que cette année, alors qu'Art Spiegelman était l'auteur central du Festival d'Angoulême !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Mar 29 Mai 2012 - 21:43

Une interview de Vincent Bernière qui a réalisé Le château des ruisseaux :


A propos de sa découverte du "Château" (en fait un centre de désintoxication) :

Citation :
Mon oncle m’en avait parlé, ainsi qu’une amie proche. Cette dernière avait une soeur toxicomane, qui connaissait les fondateurs du lieu. C’était en 1994, le centre venait de se monter à l’initiative de Kate Barry [la fille du compositeur John Barry et de Jane Birkin]. Elle-même sortait d’un endroit similaire en Grande-Bretagne. Le modèle adopté est assez connu aux Etats-Unis, en Angleterre, au Portugal ou encore en Suisse, où le journaliste Hervé Chabalier [fondateur de l’agence CAPA et auteur du Dernier pour la route, un livre autobiographique qui aborde sa cure contre l’alcoolisme] a été traité.

Les raisons qui l'ont poussé à évoquer ce passage de sa vie :

Citation :
Mon propos est finalement universel, il évoque l’entraide, la solidarité, le langage des émotions. J’ai commencé à rédiger le scénario il y a deux ou trois ans. On y trouvait le matériau idéal pour une bande dessinée : un huis clos, des personnages forts, des situations riches, un lieu intéressant et méconnu. Narrativement, le sujet est fort. D’ailleurs, de nombreuses personnes l’ont exploité : Hervé Chabalier dans Le Dernier pour la route, James Frey dans Mille morceaux, Christophe Tison dans Résurrection, Amy Winehouse dans la chanson Rehab…


Il explique la manière dont Frédéric Poincelet, avec qui il a collaboré pour cet album, a effectué les repérages dans le "Château" :

Citation :
On n’a pas le droit de filmer ni de photographier le Château. Nous avons donc tous deux participé à un groupe de thérapie. Pour autant, Frédéric n’a pas représenté ceux qui en faisaient partie : le seul “vrai” personnage est celui de Suzy, une thérapeute. Pour le reste, Frédéric a fait poser des gens – dont moi-même, dans un rôle de docteur – et les a intégrés dans le décor. Il a mis trois ans à tout dessiner, en utilisant uniquement des dialogues. Dans son travail, le regard du lecteur se perd souvent dans de petits détails des pièces représentées : comme les toxicos présents, on compte les lattes du parquet, on imagine des opérations mathématiques avec les carreaux des fenêtres… Frédéric a l’habitude de l’introspection, de l’intimité.


Quant à ses projets.. :

Citation :
Avec le dessinateur Erwann Terrier, nous travaillons à la suite d’Une stupéfiante aventure de Viny K. Je me suis aussi attelé à une série policière, sur le milieu du football. Et j’écris des livres : sur la vie et la mort du clochard Daniel Vermeille, sur la révolution sexuelle ou la presse punk.
Source



_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Ven 1 Juin 2012 - 22:46

Citation :
La mort de Jean Giraud, alias Moebius, fait resurgir « cette idée peu originale que certaines choses se refusent à traverser la Manche », écrit « J.C. », l’éditorialiste anonyme du Times Literary Supplement. « Johnny Halliday ; les intestins de cochon ; et les bandes dessinées. En France, on peut acquérir quelque savoir sur Proust en lisant une bande dessinée » (drawn strip, s’amuse-t-il à traduire en anglais). « Il est jugé littérairement respectable en France de lire des bandes dessinées, tandis que, dans le monde anglophone, c’est vaguement déroger. L’Ecosse nous a donné des comics (Dennis the Menace…) et aux Etats Unis il y a les comix, le « x » suggérant peut-être une forme plus accomplie. Mais le « roman graphique » reste le goût d’une minorité. »

Books n°32

Jamais posée la question de savoir comment était appréciée la BD au-delà de la France... ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Sam 2 Juin 2012 - 21:57

Sur Bodoï, une interview de Michel Kichka, l'auteur de Deuxième génération :


Résumé de l'album:
« Tu es ma revanche sur Hitler », lui disait son père quand il était gamin, sans pour autant lui expliquer l’horreur qu’il avait vécue à Auschwitz. De cette relation complexe avec son géniteur, Michel Kichka a tiré Deuxième génération, un livre gonflé, drôle et sensible à la fois. Dans lequel il relate des choses intimes : notamment comment son père Henri, après le suicide de l’un de ses fils, voit soudainement sa parole se débloquer. Le voilà devenu un « témoin », écumant les écoles pour raconter la Shoah, accompagnant des groupes dans les camps, rédigeant un livre. Une transformation qui n’est pas sans conséquences pour son entourage… Désormais installé en Israël, Michel Kichka était de passage à Paris pour la sortie de son album.

Son père est à la source de la réalisation de cet album. Il le décrit:

Citation :
C’est un homme qui a beaucoup souffert, et n’a pas pu parler de ces souffrances, comme beaucoup de sa génération – car ceux qui revenaient des camps et tentaient de raconter, on ne les écoutait pas. De mon côté, je ne me rendais compte de rien : il m’a transmis son goût pour le dessin, était terriblement aimant, nous a beaucoup maternés. Il considérait ses enfants comme une revanche, une victoire sur les nazis. Et avait tout à fait conscience qu’il avait été voué à disparaître, que sa survie était une erreur du système. Mais je n’ai jamais osé l’interroger sur les camps – je me demandais si ça avait un lien avec les camps d’été où j’allais… -, je sentais que ce terrain était extrêmement délicat. Il achetait tous les livres possibles sur la Shoah, pour tenter de la comprendre. Et moi je les feuilletais en secret. Je savais qu’il avait perdu sa famille, mais pas de quelle façon. Ce silence était très pesant, nous empêchait de poser des questions. Je faisais des cauchemars où mon père était mangé par des bergers allemands, pendu, abattu d’une balle dans la nuque…


Par rapport à cette histoire, quel est le rôle de la deuxième génération ?

Citation :
Ma génération – la deuxième, qui donne son nom à l’album – s’est obligée à se conduire de façon irréprochable, pour ne pas peiner des parents qui avaient tellement souffert à cause de la Shoah… J’ai fait ce livre parce que je pensais que ma petite histoire personnelle pouvait avoir une résonance un peu plus universelle. D’ailleurs, des gens de cette deuxième génération m’ont remercié, disant qu’ils partageaient mon sentiment.

La référence à Maüs semble incontournable...

Citation :
Ce ne fut ni une ombre, ni un poids, ni une référence : contrairement à moi – qui ai axé mon récit sur les difficultés relationnelles -, Art Spiegelman a consacré une grande part de son livre au discours de son père ; son but était de le faire parler. J’ai découvert Maus par hasard dans une librairie de Jérusalem, il y a 25 ans. J’avais été scotché, ému, admiratif. À l’époque, mon père n’avait pas encore parlé. J’étais illustrateur et dessinateur de presse, et je savais que j’avais envie de faire une bande dessinée, un jour. Mais je n’avais pas encore assez de matière pour la nourrir. Je serai très flatté si les lecteurs jugent que Maus et Deuxième génération sont des livres complémentaires.

Enfin, Michel Kichka parle de ses futurs projets :

Citation :
J’aimerais raconter l’histoire de ma relation avec Israël, et réaliser entièrement – texte et images – des livres pour enfants . Mais je sais désormais qu’il faut laisser maturer mon écriture, alors je me donne du temps.

Des planches :










_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Sam 9 Juin 2012 - 10:23

pour éviter de polluer le fil de Xavier Coste, je viens ici dire deux mots sur La mort de Staline de Nury&Robin : une bd qui se lit toute seule, un dessin classique, une narration très consensuelle mais le sujet est tellement énorme en lui-même qu'en faire quelque chose de plus imaginatif n'était pas nécessaire. Efficace, en un mot. Les auteurs maitrisent leur sujet, ils ne font pas crouler le récit sous des tonnes de références mais vont à l'essentiel (Staline, le Politburo avec Beria, Kroutchev et consort, les enfants de Staline). Au fil du récit la tension monte, la dramatisation devient palpable avec l'arrivée (tardive) des médecins (enfin de ceux qui restent après les déportations et autres procès, épuration, etc...). Une bonne lecture.

Pour les Incidents de la nuit de David B. (pour lequel j'ai de plus en plus d'estime), nous entrons dans un univers de livres et d'aventures, entre Sherlock Holmes et Umberto Eco disait pour m'allécher le petit bandeau de présentation du libraire et il avait raison. Un récit complètement ahurissant et très stimulant sur lequel je reviendrais quand je l'aurai achevé ! (un régal)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Dim 10 Juin 2012 - 20:59

Tu aurais également pu poster tes commentaires sur le fil one shot BD !

En tout cas, tu me confirmes la nécessité de lire La mort de Staline.
Et j'attends avec impatience que tu reviennes sur ces Incidents que je ne connais pas encore...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Dim 10 Juin 2012 - 21:32

colimasson a écrit:
Tu aurais également pu poster tes commentaires sur le fil one shot BD !

En tout cas, tu me confirmes la nécessité de lire La mort de Staline.
Et j'attends avec impatience que tu reviennes sur ces Incidents que je ne connais pas encore...

en fait je voudrais faire des posts un peu plus évolués pour le one shot si j'ai le temps ! Wink

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Dim 10 Juin 2012 - 21:52

shanidar a écrit:
colimasson a écrit:
Tu aurais également pu poster tes commentaires sur le fil one shot BD !

En tout cas, tu me confirmes la nécessité de lire La mort de Staline.
Et j'attends avec impatience que tu reviennes sur ces Incidents que je ne connais pas encore...

en fait je voudrais faire des posts un peu plus évolués pour le one shot si j'ai le temps ! Wink

oui

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Mar 12 Juin 2012 - 22:09

Les vainqueurs du Grand Prix de l'Imaginaire sont Soil et Fraternity :
Citation :

Les lauréats du 40e Grand Prix de l’imaginaire ont été dévoilés le week-end dernier, lors du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo. Dans les douze catégories de ce trophée honorifique distinguant des ouvrages liés à la littérature de l’imaginaire au sens large (romans, nouvelles, etc.), on retiendra d’abord celle récompensant la meilleure bande dessinée ou meilleur comics. C’est le diptyque Fraternity de José Luis Munuera et Juan Diaz Canales (Dargaud) qui l’emporte, devant Ghost Money, Les Épées de verre, U-Boot, Fluorescent black et Univerne. Pour la catégorie manga, c’est l’excellente série d’Atsushi Kaneko Soil (chez Ankama) qui décroche le prix, devant Hotel, Omega Complex, Hideout et Saving human being.
Bodoi



Soil est dans ma LAL-BD depuis un moment, ça va me pousser à franchir le cap de la lecture. Wink
Par contre Fraternity ne m'intéresse pas trop... lien de présentation

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Café de la Bédé   Mer 13 Juin 2012 - 10:29

Faut franchir pour Soil, il vaut vraiment le détour.
D'ailleurs faut que je m'achète les tomes 7-8-9 !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Café de la Bédé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Café de la Bédé
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» CafézOïde
» café sans perco ?
» Moulin à café ou moulin à graines?
» "Café, pousse-café, l'addition".
» Un papillon et des filtres à café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: