Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Elisabeth Laureau-Dall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Elisabeth Laureau-Dall   Ven 1 Juin 2012 - 16:11

Élisabeth Laureau-Daull a enseigné les lettres et la philosophie. Elle a publié plusieurs ouvrages, dont Sommes-nous vraiment libres? Dans la même collection ou encore Darwin… ainsi va la vie (Seuil), Gutenberg… le rêveur de livres (Seuil), Le jour où Marx a craqué (L’Harmattan).
Le syndrome de glissement est son premier roman.

Pas de photo disponible

Le syndrome de glissement


Arléa, collection 1er/mille (12/01/2012)
184 pages

4ème de couverture :
Citation :
« Je m’échappe de plus en plus à moi-même. J’oublie parfois qui j’ai vu, je dis bonjour trente-six fois. Mes pensées ont le tournis, impossible de les ordonner. Sur les photos sorties de mon tiroir, je ne sais plus qui j’ai été, et personne n’est là pour me désigner. Ma vie devient cotonneuse. Une somnolence entrecoupée de repas. Je ne parle plus, j’oublie ma toilette et je suis pleine de larmes. «Le syndrome de glissement", ils disent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Ven 1 Juin 2012 - 23:27

Citation :
« Le passé est la promenade des vieux. Une promenade immobile. Un rêve éveillé. »
Citation :
« Je ne suis vieille que dans le regard des autres, pas dans le mien. »
S’il ne faut absolument pas prendre pour monnaie courante les faits rapportés dans ce roman, ce dernier a le mérite de lever un tabou, et de dénoncer des comportements qui ne devraient plus être.
Julienne est une dame âgée, tout ce qu’il y a de plus intellectuellement intacte, mais dont le caractère est bien trop fort et le désir de vivre bien trop puissant pour convenir à l’encadrement de la maison de retraite. Elle paiera très cher pour avoir usé de son droit élémentaire à la parole, à la liberté au sein de l’établissement dont elle est pensionnaire.
Comment par des brimades, incivilités répétées, mesquineries, et finalement la négation de l’humanité de chaque personne, on arrive à briser le petit souffle de vie qui reste à Julienne pour la faire rentrer dans un moule qui n’a jamais été le sien.
Julienne est dynamique et a l’esprit tourné vers l’avenir ; et c’est dans cette optique qu’elle va créer son petit groupe de parole, écrire son journal. Tout cela dérange, et Juliette aura tôt fait se faire cataloguer de gâteuse, et de se faire enfermer dans une unité spécialisée, où elle finira par se laisser aller par manque d’égard pour ce qu’elle est. Car Juliette, c’est quelqu’un. Tour cela, nous l’apprendrons par petites touches entremêlées avec le présent de plus en terne qui sera le sien aux Mouettes.
La révolte de Julienne devient la nôtre. Son humour est grinçant, caustique. L’écriture Élisabeth Laureau-Daull donne une once de légèreté pour un sujet lourd et grave qui a su éveiller en moi un certain nombre de chose, et surtout beaucoup m’interroger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Sam 2 Juin 2012 - 10:33

Comme il n'est pas épais, je vais essayer d'y jeter un œil si je le trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Sam 2 Juin 2012 - 10:36

Je peux le faire voyager....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Lun 11 Juin 2012 - 21:39

Le syndrome de glissement

Vous êtes déjà entré dans une maison de retraite ? Vous avez déjà regardé ces brochettes de petits vieux qui attendent qu'on leur donne du « Mamie» et qu’on les secoue en bêtifiant ? Vous pensez qu'ils ne sentent même plus l'odeur de pipi autour d’eux, qu’ils n'attendent qu'une chose c’est que le temps passe ? Qu'ils ne se rappellent même plus avoir été un homme ou une femme comme vous, avec leur vie d’épreuves, de rire, de larmes et d'amour ? Qu’ils n'ont plus de projets, de répondant, plus d’humour, plus de raison en somme ?

Détrompez-vous avec Mme Julienne, sous la prose pleine de verve et d'intelligence d'Élisabeth Laureau-Daull. Vous allez redécouvrir que ce sont des gens comme nous, qui pensent, réfléchissent, construisent, se battent… et s’épuisent quand l’adversité est trop forte. Car malheureusement, trop de personnes travaillant en maison de retraite croient à toutes ces choses dont j'ai parlé au début, et, sans forcément de méchanceté, mais parce que c'est plus simple, parce que ça va plus vite, parce que c’est « sans importance" oublient le respect et la dignité les plus élémentaires.

Cette idée de départ pourrait donner un roman sentencieux, plein de jugements et de leçons données. Voilà au contraire un portrait particulièrement «vivant » d’une vieille dame qui croit n’avoir pas renoncé, et de ses compagnons d’infortune, dans cette atmosphère mortifère. C'est un texte brillant, pétillant d'humour qui nous délivre, sous la forme d'une comédie dramatique, un message des plus graves.

Merci Mimi! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Lun 11 Juin 2012 - 22:18

Contente qu'il t'ai plu, Topocl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Lun 11 Juin 2012 - 22:25

Comme tu le soulignes, la maltraitance commence bien avant les coups, souvent par un regard ou un mot mal posé.
Encore aujourd’hui, une de mes patiente, chez elle, bientôt 98 ans.....avec une de ses amies lors de mon passage, diminuée par l'âge, les douleurs, le manque de force, mais il fallait voir son regard pétiller, quand avec son amie, on lui a parler de champagne.
Il faut voir ses yeux s'allumer quand je lui dit que bientôt, je serai à Rome......elle est italienne......et tout un tas de choses lui reviennent....et soudain elle me parle de Carrare, sa ville natale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Mar 12 Juin 2012 - 9:19

Ça me rappelle un petit bout de texte du livre de Barbara Kingsolver, Les cochons au paradis, que je lis :

Citation :
- C'est dur d'admettre qu'on est vieux, pas vrai ? Souvent je me dis, comment est-ce que c'est arrivé ? Soixante et un ans ! Quand j'étais jeune, je regardais les gens de cet âge et je pensais qu'ils devaient se sentir différents au fond d'eux-mêmes. Aussi différents de moi qu'un chien, ou un cheval. Je croyais que ça devait leur sembler tout naturel d'être ridés et courbés, au bout du rouleau.
- Et pourtant, on se sent pas comme ça, n'est-ce pas ?
- Non, dit Alice en passant la main dans ses cheveux courts. On se sent normal.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   Mar 12 Juin 2012 - 10:00

Queenie a écrit:
Ça me rappelle un petit bout de texte du livre de Barbara Kingsolver, Les cochons au paradis, que je lis :

Citation :
- C'est dur d'admettre qu'on est vieux, pas vrai ? Souvent je me dis, comment est-ce que c'est arrivé ? Soixante et un ans ! Quand j'étais jeune, je regardais les gens de cet âge et je pensais qu'ils devaient se sentir différents au fond d'eux-mêmes. Aussi différents de moi qu'un chien, ou un cheval. Je croyais que ça devait leur sembler tout naturel d'être ridés et courbés, au bout du rouleau.
- Et pourtant, on se sent pas comme ça, n'est-ce pas ?
- Non, dit Alice en passant la main dans ses cheveux courts. On se sent normal.

C'est extra! Exactement ça!
Tout ces gens que je voyais vieux avant, je me rends compte qu'ils étaient en fait NORMAUX (et moi avec )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisabeth Laureau-Dall   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisabeth Laureau-Dall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elisabeth Badinter
» BELNAV - EVERE - QUARTIER REINE ELISABETH
» Leçons de vie, d'Elisabeth Kübler Ross et David Kessler
» beagle elisabeth
» interview d'une éditrice tunisienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: