Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Mo Hayder

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeSam 30 Juin 2007 - 11:14

Mo Hayder Mo_hay10

Pêché sur Wikipedia:

"Mo Hayder, fille d’universitaires anglais, est née à Londres en 1962. Enfant terrible, elle quitte brutalement sa famille à l’âge de 16 ans pour enchaîner les petits boulots dans la capitale.

À 26 ans, après dix années de vie mouvementée sur fond de « sexe, drogue et rock’n’roll », elle décide, un aller simple en poche, de s’envoler pour l’empire du Soleil-Levant. Une fois arrivée à Tokyo, c’est la désillusion. Mo Hayder mène une existence austère, vit dans une seule pièce et n’en sort que pour aller travailler. Elle y exerce les métiers de barmaid, éducatrice et enfin professeur d’anglais. Attirée par le cinéma d’animation, elle quitte à 28 ans le Japon pour les États-Unis afin d’y suivre des études de cinéma. Le caractère violent de ses réalisations lui interdisant tout espoir de large diffusion, Mo Hayder décide de retourner en Angleterre. Elle y occupera un poste dans la sécurité comme « garde du corps » puis se consacrera entièrement à l’écriture. Elle vit désormais près de Bristol, avec sa fille et son compagnon.

Marquée à vie par les expériences traumatisantes dont ont été victimes plusieurs de ses proches, elle reconnaît volontiers sa fascination pour le morbide et la cruauté qui hantent ses livres. Birdman (Presses de la Cité, 2000), son premier roman, est devenu en très peu de temps un best-seller et s’est vendu à 130 000 exemplaires en Grande-Bretagne. Avec Tokyo, Mo Hayder confirme son statut unanimement reconnu d’étoile montante du roman noir, très noir… Elle vient d'ailleurs de recevoir pour ce roman le Grand Prix des lectrices de ELLE 2006 catégorie Policier.

Ses trois livres, Birdman, L’Homme du soir et Tokyo, sont traduits dans une quinzaine de pays."

le site de Mo Hayder: http://www.mohayder.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeSam 30 Juin 2007 - 11:22

C'est incroyable comme un visage doux et beau peut cacher une imagination glauque et angoissée, non?
j'ai lu "Birdman" et j'en ai eu des frissons tout au long de la lecture. Je suppose que Coline fera l'impasse sur cette proposition de lecture Wink

Depuis « Mordoch » de Patricia Cornwell, je n'avais pas lu de roman policier aussi angoissant que fascinant: une atmosphère pesante, sombre, un tueur en série ayant sombré dans la folie, une enquête difficile et harassante. Plus d'une fois j'ai eu envie de fermer le livre et à chaque fois je l'ouvrais à nouveau pour continuer la lecture. C'est un des secrets bien gardés des maîtres du suspense et de l'angoisse!
L'inspecteur Jack Caffery se coltine avec une enquête bien sordide et un collègue plein de morgue et peu efficace. Des corps de jeunes femmes sont retrouvés dans un terrain vague, près d'un chantier. Très vite, le ballet des médecins légistes entre en action et parvient à une conclusion surprenante: mort rapide, sans résistance, viol post-mortem et opération sauvage de chirurgie esthétique de la poitrine. Quelques détails sordides supposent un certain degré de folie: un pinson est retrouvé mort, côté coeur, les femmes sont outrageusement maquillées et ont porté une perruque. De quoi faire passer à Jack Caffery nombre de nuits blanches.

Il y a des scènes très difficiles à lire au cours desquelles le lecteur n'a qu'une seule envie: juguler son imagination face au pire! Nous sommes bien loin de l'ambiance, presque tranquille, des romans policiers nordiques et très proche des enquêtes du docteur Scarpetta. Mais, on ne peut nier le brio avec lequel Mo Hayder mène l'intrique et embarque son lecteur: j'ai cru, à un moment, être en présence d'une enquête à la Columbo (on connaît le tueur très tôt et on tente de deviner comment l'inspecteur le confondra) et j'ai très vite déchanté...à mon grand enchantement. En effet, de vrai piste en fausse trouvaille, le lecteur est balloté au coeur de l'enquête, partage les atermoiements de l'équipe policière, les affrontements entre inspecteur, la vie privée de Jack Caffery et ses obscessions angoissantes.
J'ai apprécié le côté humain de cet inspecteur se débattant avec ses souvenirs d'enfance ternis par la disparition inexpliquée de son frère...dont on n'a jamais retrouvé le corps. Ce traumatisme fait de lui ce qu'il est à présent: un homme bléssé, déchiré par l'incertitude de ses sentiments, par sa solitude, par ses recherches, sans fin, d'indices pour prouver la culpabilité de son voisin d'en face dans la mort de son frère. Ce frère, ombre pesante, ombre sombre empêchant Jack de se réconcilier avec lui-même en raison du lourd poids de son sentiment de culpabilité.
J'ai été déstabilisée par le dénouement de l'intrigue: le Bien et le Mal sont parfois si proches que la frontière en devient très mince et fragile. Il est vrai que le manichéisme rudimentaire est trop simpliste et ne reflète pas le quotidien d'une société, quelle qu'elle soit.

Aussi, le choix de l'auteur, politiquement peu correct, oblige-t-il le lecteur à regarder au-delà des apparences et à tenter de comprendre, sans pour autant accepter, certains actes à la limite de la morale. Mo Hayder a réussi à créer un nouveau monstre de la littérature policière et avec une plume acérée, sans concession, et un art consommé de l'énigme et du mystère angoissant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeMar 3 Juil 2007 - 21:24

Une imagination glauque et angoissée? Incroyable!!! trop pour moi, d'ailleurs, je l'avoue!
Avant de faire un long voyage en train, il y a quelques mois, j'avais acheté Bird, L'homme du soir, qui fait intervenir le même personnage ( et son voisin, son horrible voisin, arghhh) et Tokyo.
A mi trajet, je n'en pouvais plus! J'examinais mes voisins avec suspicion et avais envie de tirer la sonnette d'alarme ( ça doit coûter cher, dans les TGV, de faire arrêter le train parce que les personnages de ses lectures sont trop angoissants? )!!
En fait, Tokyo m'a plus intéressée. Parce que, visiblement, elle raconte le Japon qu'elle a connu. Et surtout pour les détails historiques....
Je suis incapable de parler d'un livre après un certain délai, voilà ce qu'on en dit sur un site de polar: clic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeMar 3 Juil 2007 - 21:35

Merci pour le lien Marie. Very Happy
Euh, heureusement que tu n'as pas suivi ton impulsion: tirer la sonnette d'alarme, cela aurait fait mauvais effet Wink
Je compte lire "Tokyo" dès que je trouverai en poche ou à la bibli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Margot
Posteur en quête
Margot

Messages : 50
Inscription le : 29/06/2007

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeMer 4 Juil 2007 - 9:00

Tout pareil pour moi !
Merci Chatperlipopette, je compte bien ajouter Birdman à mon p'tit panier cet été !

(J'adoooore Kay Scarpetta ! Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Laure
Sage de la littérature
Marie-Laure

Messages : 1190
Inscription le : 12/07/2007
Localisation : Au milieu des couleurs..

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeDim 22 Juil 2007 - 19:19

Je suis en train de lire TOKYO. J'en suis exactement à la page 138.
Rassures-moi Marie, le rythme va s'accélérer, je n'en suis qu'au début :?:

Si ce livre tant conseillé est c'est vrai très bien écrit, je le trouve tout de même assez lent. Je m'ennuie un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeDim 22 Juil 2007 - 21:57

J'ai terminé mon post sur "Tokyo".

quatrième de couverture:

Citation :
Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d'une nurse à la silhouette monstrueuse... Mœurs inavouables, violence, écrasant secret... Ce nouvel univers est pourtant familier à Grey. Le but de son voyage ? Retrouver un mystérieux film à l'existence contestée datant de l'invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait l'aider. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions...

Grey est une étudiante anglaise marginale dans sa mise, son univers personnel et ses centres d'intérêts. Sa quête est originale voire très dérangeante: un film témoignant des massacres et tortures plus odieuses les unes que les autres perpétrés par les soldats japonais lors de la prise puis l'occupation de Nankin (actuelle Pékin). Elle entre en contact avec un des rares survivants de Nankin, professeur de sociologie en poste à Tokyo, le professeur Shi Chongming. Malgré le refus de ce dernier à l'aider, Grey va s'obstiner et de fil en aiguille Shi Chongming va l'utiliser pour tenter de découvrir le secret de longévité (à défaut d'immortalité) d'un chef Yakusa.

Mo Hayder entraîne le lecteur dans un Tokyo sombre, inquiétant, rempli de fantômes des habitants de la fin de la guerre, désespérés et affamés, de maison délabrée craquant au moindre souffle et empreinte de mystères, d'appartement de Yakusa où plane un terrible soupçon au sujet de l'origine des viandes présentées aux convives...
Grey est une jeune fille au passé peu commun: une enfance à l'écart du monde, baignée dans une ignorance inouïe sensée la protéger des horreurs et affres de la vraie vie. L'ignorance est-elle culpabilté? L'ignorance est-elle condamnable? L'ignorance est-elle impardonnable? Ces questions lancinantes jalonnent l'enquête éprouvante de Grey tout au long du récit. Mo Hayder distille discrètement d'infimes détails au coeur de la narration et peu à peu des pans de voiles s'écartent pour laisser apparaître une blessure qui ne demande qu'à se refermer et enfin guérir.
L'intrigue est un va et vient continu entre les recherches de Grey, ses rencontres, ses interrogations et ses souvenirs et le journal intime de Shi Chongming que ce dernier a tenu à Nankin avant et après l'arrivée de l'armée japonaise. Les deux voix se font écho, se mêlent, dévoilent chaque fois plus les deux protagonistes que sont Grey et le professeur. Le lecteur, par touches successives, apprend tout ce qui relie implicitement Grey et Shi Chongming: l'imitation d'un geste due à l'ignorance des choses de la vie. Révélation offerte par Mo Hayder à la fin du roman, révélation qui laisse frissonnant, interloqué mais pas assommé le lecteur.
Ce dernier peut penser que Grey est en quelque sorte un double de Hayder par sa propension à être fascinée par les personnes troubles, sombres, au secret apparent mais bien gardé, par le morbide et l'horreur.

Un thriller mené d'une plume experte et bien renseignée sur le plan historique. Bien que trop fugace, l'interrogation sur le traitement de l'Histoire dans les manuels scolaires fait par des pays comme le Japon sur des épisodes épineux et peu glorieux d'un conflit est intéressante et pertinente: quand on gomme un aspect méconnu, on efface une partie du passé collectif de la conscience humaine, on biffe une partie de la conscience collective d'une nation, on ôte la possibilité de remords et de repentance des générations suivantes, on rend indicible la réconciliation avec ses prédecesseurs mais aussi avec soi-même. Cependant, un rai de lumière apparaît: l'ignorance du passé n'est pas coupable, l'ignorance du passé n'est pas la même chose que le mal.
On sort de ce thriller pas comme les autres, la gorge nouée par l'émotion et les larmes aux yeux: Grey et Shi Chongming sont des personnages qu'on ne peut détester ni oublier. Ils sont attachants car blessés dans leurs chairs et dans leur âme: leur quête les fait se rejoindre, se comprendre et leur apporte enfin la sérénité pour continuer à vivre pour l'une, pour quitter le monde la tête haute pour l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Marie-Laure
Sage de la littérature
Marie-Laure

Messages : 1190
Inscription le : 12/07/2007
Localisation : Au milieu des couleurs..

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeDim 22 Juil 2007 - 22:34

Bon ,je vais donc poursuivre ma lecture... merci pour ces commentaires Chatperlipopette Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeDim 22 Juil 2007 - 23:08

Et bien voilà, Marie Laure, comment Chatperlipopette parvient à dire extrêmement bien ce que je pense, mais suis incapable de dire! Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Laure
Sage de la littérature
Marie-Laure

Messages : 1190
Inscription le : 12/07/2007
Localisation : Au milieu des couleurs..

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeDim 30 Sep 2007 - 16:42

Et bien voilà, j'ai terminé Birdman tout à l'heure. Curieusement, je n'avais aucune envie de me replonger dans le livre en lisant et relisant les dernières pages...
Je ne l'ai pas trouvé aussi bien que je le pensais. J'ai de beaucoup préféré l'ambiance de Tokyo avec une histoire beaucoup moins "embrouillée".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeJeu 15 Nov 2007 - 22:59

J'ai beaucoup aimé Tokyo, seul roman que j'ai lu jusqu'à présent de cet auteur mais à vous lire, j'ai un peu l'impression que c'est aussi son meilleur roman ou je me trompe ? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Le Bibliomane
Zen littéraire
Le Bibliomane

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeJeu 13 Déc 2007 - 19:08

"TOKYO"

Grey, une mystérieuse jeune femme, débarque à Tokyo. Que vient-elle faire dans la capitale nippone ? Du tourisme ? Probablement pas. C'est à l'institut des sciences sociales de l'université de Todai qu'elle se rend sans tarder. Là, se prétendant étudiante, elle obtient un entretien auprès d'un vieux professeur chinois, Shi Chongming. Que cherche-t-elle ? Le vieil homme est en fait l'un des derniers témoins d'un évenement historique sur lequel Grey a beaucoup étudié, une tragédie ayant eu lieu au cours de la guerre sino-japonaise : le sac de Nankin en 1937.

Grey est persuadée que Shi Chongming détient dans ses archives personnelles un film tourné à l'époque des massacres de Nankin. La pellicule dévoilerait et prouverait l'existence d' exactions particulièrement barbares pratiquées par certains membres de l'armée japonaise, exactions dont Grey est convaincue de la véracité historique.
Confrontée depuis toujours au scepticisme de ses contemporains, Grey n'a vécu jusqu'ici que pour prouver le bien-fondé de ce qu'elle avance. Obsédée par cette anecdote, ayant frôlé la folie face aux doutes émis devant ses assertions, une seule chose lui manque pour prouver ses dires, un document irréfutable. Ce document, ce serait le fameux film détenu par le vieux professeur.
Mais Shi Chongming refuse obstinément de répondre à ses interrogations et Grey se retrouve dehors, renvoyée par le vieil homme, perdue dans l'immensité de la mégalopole japonaise. Sans le sou dès sa descente de l'avion, elle se voit contrainte de dormir à la belle étoile dans le jardin d'un temple. C'est là qu'elle va faire la rencontre d'un jeune occidental, Jason, qui va la prendre sous son aile, lui trouver un toit et lui procurer un travail.

C'est dans le quartier de Takadanobaba, dans une vieille et lugubre maison, immense et à demi-abandonnée, que Grey va s'installer en compagnie de Jason et de deux jeunes femmes russes qui exercent l'activité d'hôtesses dans un club privé. Jason lui aussi travaille pour ce club, le « Some Like It Hot » et persuade Grey de travailler elle aussi comme hôtesse dans cet endroit où se réunissent hommes d'affaires et yakuzas. Sans ressources, et fermement décidée à parvenir à ses fins en ce qui concerne le professeur Shi Chongming, Grey accepte de travailler au « Some Like It Hot ».

Introduite dans ce milieu très fermé, Grey va être présentée à la tenancière du club, Mama Strawberry, une japonaise d'âge mûr qui se pique de ressembler à Marylin Monroe, mais elle fera aussi et surtout la connaissance de Junzo Fuyuki, un redoutable chef de clan yakuza infirme et cloué sur un fauteuil roulant assisté de Ogawa, une nurse au physique monstrueux que tout le monde semble craindre au plus haut point.
Peu à peu, Grey va se faire accepter par le cercle gravitant autour de Fuyuki mais ce qu'elle va finir par découvrir au sein de la pègre japonaise ne sera pas sans rapports avec le but de sa quête. Malheureusement pour elle, il est des secrets bien gardés qu'il vaut mieux éviter d'exhumer.

« Tokyo » est un thriller. En cela, on y trouve maints éléments qui ont fait le succès de ce genre littéraire. Une fois entré dans ce roman, on ne peut s'en détacher jusqu'à la dernière page et c'est avec délices, mais aussi avec beaucoup d'angoisse, voire de nausées, que l'on poursuit la lecture de ce récit haletant et terrifiant.
Le petit plus que nous apporte Mo Hayder par comparaison avec les autres grands titres du genre, c'est d'abord le lieu du récit, qui se déroule dans la capitale japonaise, univers étrange et fascinant à nos yeux d'européens où les hautes technologies et le paysage urbain constitué de verre et d'acier, voisinent avec les architectures et les traditions séculaires héritées du japon médiéval.
Mais c'est aussi et surtout par sa dimension historique que le récit se démarque des thrillers habituels avec les chapitres mettant en scène les épisodes du sac de Nankin relatés par Shi Chongming. Pour cela, Mo Hayder s'est remarquablement bien documentée sur cet épisode tragique de la guerre sino-japonaise, ce qui apporte à son roman une épaisseur que bien peu de thrillers actuels peuvent se vanter de détenir.
Original, dépaysant, captivant et effrayant, « Tokyo » est un livre qui se dévore, un trip hallucinant dans un Japon contemporain qui n'en a pas encore fini avec les démons de son passé.

Merci à bounce (elle se reconnaîtra) qui m'a prêté ce bouquin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
audrey
Posteur en quête


Messages : 66
Inscription le : 28/11/2007

Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitimeJeu 13 Déc 2007 - 21:10

Comment résister?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Mo Hayder Empty
MessageSujet: Tokyo   Mo Hayder Icon_minitimeLun 7 Juil 2008 - 19:34

Tokyo

Mo Haider connaît bien le Japon pour y avoir vécu deux années. Elle revient sur le massacre de Nankin et nous livre un thriller très prenant faisant de fréquents allers retours entre le Japon des années 30 et le Japon des yakuzas contemporains.

Grey, jeune fille dont nous ne savons rien si ce n’est qu’elle semble passablement dérangée, connaît une obsession dévorante : retrouver l’unique film, à l’existence plus que contestée, tourné pendant les atrocités commises à Nankin lors de l’invasion de la Chine par les troupes Japonaises en 1937.

Pour ce faire, elle n’hésite pas à débarquer à Tokyo, sans argent ni bagages, à la recherche de celui qu’elle pense être le détenteur du film, un vieux professeur d’université qui ne veut en aucun cas se remémorer cet épisode tragique dont il fut victime et qui réfute l’existence et la possession de ce film. Pour se donner du temps et essayer de convaincre le vieux professeur, Grey s’installe plus longtemps que prévu à Tokyo et trouve rapidement un emploi dans un club privé fréquenté par des yakuzas. Elle le doit à sa rencontre inopinée avec Jason, jeune homme très trouble et assez malsain qui l’invite à squatter en sa compagnie ainsi que celle de deux hôtesses du club une maison délabrée vouée à la démolition…

Difficile de lâcher cette histoire avant de lire le mot fin. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman avec une atmosphère si particulière, aussi sombre et oppressante. Ames sensibles s’abstenir, pour les autres, foncez, ce roman est une grande réussite dans son genre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mo Hayder Empty
MessageSujet: Birdman   Mo Hayder Icon_minitimeLun 7 Juil 2008 - 19:35

Birdman

Citation :
Quatrième de couverture

Greenwich, dans la banlieue de Londres. Cinq cadavres de femmes sont découverts dans un terrain vague, non loin du Dôme du Millénaire. Toutes ont été effroyablement mutilées, selon un étrange rituel... L'autopsie révèle une signature commune a ces cinq meurtres, et un premier profil de l'assassin : un maniaque sexuel de la pire espèce, aussitôt surnommé Birdman pour une raison des plus sinistres. Tout dévoué à sa tâche et endurci, malgré sa jeunesse, par l'expérience et les drames de sa vie personnelle, l'inspecteur Jack Caffery, chargé de l'enquête, sait que le temps lui est compté pour mettre un terme à cette série de meurtres sadiques. Car l'assassin frappera encore, il le sait. La course contre la montre est engagée...

Avant de me jeter goulûment sur le dernier roman de Mo Hayder qui vient de paraître, à savoir « Rituel », je me devais de lire au préalable son premier roman « Birdman ». Et pourquoi donc me diriez-vous ? Et bien parce que nous retrouverons dans « Rituel » l’inspecteur Jack Caffery qui apparaît pour la première fois dans « Birdman » vous répondrais-je. Et j’ai bien fait dans la mesure où Jack Caffery a toute une histoire derrière lui, sans oublier de nombreuses vieilles casseroles qu’il traîne dans son sillage : hanté depuis enfant par la disparition de son jeune frère après une dispute, Jack a toujours soupçonné leur voisin d’être l’auteur de cette disparition. C’est sans aucun doute cette suspicion qui le mènera à la profession d’inspecteur à la criminelle, puisqu’il ne cessera d’enquêter à ce sujet.

Cette obsession de retrouver le coupable de l’enlèvement et la disparition de son frère n’est pas sans répercutions sur sa vie privée : entre cette recherche et son travail plus qu’accaparant, il a décidemment peu de place à offrir à une compagne dans sa vie. Plusieurs femmes ont bien essayé de s’y immiscer mais sans beaucoup de succès. L’actuelle petite amie de Jack prend d’ailleurs petit à petit le même chemin que ces prédécesseurs, à savoir la porte de sortie.

Mais que penser de « Birdman » à proprement parlé ? Il n’est pas du tout étonnant que ce roman ait fait une entrée fracassante dans le monde du polar. Plutôt bien fichu pour un premier roman, nous pressentons d’emblée que Mo Hayder sera un auteur à suivre.

Mais si je devais faire la difficile (ce qui me vient assez naturellement en me laissant un peu aller), là où je suis restée sur ma faim est que « Birdman » a comme un air de « déjà vu ». Dans la lignée d’une Patricia Cornwell dans les descriptions macabres des autopsies, d’un Thomas Harris (« Le silence des agneaux ») dans la construction de l’intrigue, la poursuite de fausses pistes et la traque de serial killers, d’un Michael Connelly dans les descriptions des obsessions et angoisses existentielles de l’inspecteur, Mo Hayder nous concocte un polar efficace mais pas franchement original.
J’ai ainsi préféré son roman « Tokyo » dans la mesure où l’auteur a su y apposer sa propre signature sans faire référence à ses illustres confrères en lui conférant une atmosphère à nulle autre pareille.

« Birdman » est donc un polar efficace doublé d’un premier roman maîtrisé qui ne brille pas par son originalité mais qui marque l’entrée remarquée de Mo Hayder dans le monde du polar. Son troisième roman « Tokyo » a depuis largement confirmé sa place parmi les auteurs les plus renommés dans le genre.

Et voilà, je suis enfin prête pour commencer son cinquième roman paru au début de ce mois !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Mo Hayder Empty
MessageSujet: Re: Mo Hayder   Mo Hayder Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mo Hayder
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: