Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Harper Lee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Harper Lee   Sam 30 Juin 2007 - 13:55



Source : Wikipedia.

Nelle Harper Lee dite Harper Lee (née le 28 avril 1926 à Monroeville dans l'Alabama) est une écrivaine américaine particulièrement connue pour son roman To Kill a Mockingbird (Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur), Prix Pulitzer en 1961. Vendu à 30 millions d'exemplaires, ce livre est un classique de la littérature américaine, étudié à ce titre dans de nombreux collèges et lycées des États-Unis, et régulièrement cité en tête des classements des critiques et libraires.

Elle reçoit en 2007 la médaille présidentielle de la liberté du président américain George W. Bush pour sa contribution à la littérature.

Lee Harper travaille quelque temps à New York comme employée de bureau dans une compagnie aérienne où elle se charge des réservations. Mais bientôt elle décide de se lancer dans une carrière d'écrivain, avec le soutien moral et financier de ses amis. Truman Capote l'entraîne en 1959 dans l'écriture d'un roman sur un quadruple meurtre, qui va devenir De sang-froid (In Cold Blood).

Son silence et sa très grande discrétion depuis la parution de son unique livre alimentent les rumeurs, d'autant plus qu'elle aurait déclaré s'être mise à la rédaction d'un second roman peu après Ne tirez pas sur l'oiseau-moqueur. Les bruits courent parmi ses admirateurs qu'elle aurait écrit plusieurs romans, sans en publier aucun, ou qu'elle aurait continué à publier sous un pseudonyme.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est adapté au cinéma sous le titre Du Silence et des Ombres.



J'ai lu et grandement apprécié "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" en avril dernier....et je me demande encore pourquoi, je n'avais pas pensé à ouvrir un fil sur cette auteure!


Les Etats-Unis, Alabama, dans les années 30. Le Sud profond, la Grande Dépression n'en finit pas de laminer les agriculteurs pauvres et les ouvriers.
Alabama, état sécessionniste, état esclavagiste, état ségrégationiste, état agricole, état languissant sous le soleil et le vent.
Atticus Finch, avocat, élève seul ses deux enfants, Jem et Scout (Jean Louise pour l'éta civil), secondé par la gouvernante noire Calpurnia. Le lecteur se laisse emporter par la douceur de la chronique familiale, par le regard de l'enfance, par la plume de la narratrice sous l'emprise de ses souvenirs. Le temps s'écoule lentement, tel un fleuve paressant sous le soleil de plomb: les vacances d'été sont attendues avec impatience, l'école, pour Scout, est un carcan ennuyeux.

Scout est un véritable garçon manqué: elle n'hésite pas à utiliser ses poings et ses pieds pour se tailler une place dans la fratrie mais aussi dans l'espace scolaire. Son frère et elle sont fascinés par le mystère de l'enfermement d'un de leur voisin: Arthur « Boo » Radley, invisible depuis son adolescence agitée. Au fil des étés, ils inventent mille stratagèmes pour tenter de le faire sortir de chez lui...à leurs risques et périls parfois! Un lien se créé, timide communication muette: un creux dans un arbre sert de lieu d'offrande (friandises, statuettes de savons, pièces anciennes), d'autel d'une possible amitié jusqu'au jour où ce creux est cimenté. La vie reprend son cours, les enfants grandissent, la vie coule paisiblement, la chronique pourrait rester douce chronique de l'enfance. Mais la réalité du Sud rattrappe le récit: Atticus est commis d'office pour défendre un Noir accusé de viol sur une femme blanche!
Le monde des adultes vu par les yeux des enfants prend des couleurs criardes et tristes à la fois: le carcan de la tradition, la société sudiste qui ne s'est toujours pas remise de l'abolition de l'esclavage, rendent aveugle à la raison et à la logique du coeur. Le fossé entre Noirs et Blancs est un abysse qui semble impossible à combler: pourtant un frémissement a lieu, un frémissement porteur d'espoir, un frémissement fragile mais existant qui est celui du doute semé dans l'esprit des hommes, le doute s'installe et la parole du Blanc n'est plus Evangile.

D'ailleurs, comme le fait si bien remarquer Scout du haut de ses 8 ans, comment peut-on être choqué et horrifié par la politique d'Hitler et rester injuste et odieux envers les Noirs? L'adulte ne verrait-il que la paille dans l'oeil de son voisin et nullement la poutre qui lui obscurcit la vue (et le jugement)? Les enfants auraient-ils moins de préjugés que les adultes? Auraient-ils plus de capacité à ouvrir leur coeur à autrui, à l'étranger? Auraient-ils moins peur que les grands?
Le personnage du père est une réussite romanesque et un modèle de tolérance et d'amour. L'éducation libre, qu'il donne à ses enfants, ne produit pas, malgré les apparences, de « sauvageons » mais bien des citoyens pensants et dignes, de futurs adultes au raisonnement le plus juste possible. Il veut être la personne en qui ses enfants puissent toujours faire confiance, il veut être un homme debout, un véritable humain: il veut pouvoir toujours se regarder, sans honte, dans une glace mais surtout dans le regard de ses enfants. Il les aide à grandir, à se construire, à être de grandes personnes dignes de ce nom!
La métaphore de l'oiseau moqueur est le fil rouge du roman: le lien qui décille le regard porté sur les gens de couleur. « Tirez sur tous les geais bleus que vous voudrez, si vous arrivez à les toucher, mais souvenez-vous que c'est un péché de tuer un oiseau moqueur! (....) Ton père a raison. Les moqueurs ne font rien d'autre que de la musique pour notre plaisir. Ils ne viennent pas picorer dans le jardin des gens, ils ne font pas leur nid dans les séchoirs à maïs, ils ne font que chanter pour nous de tout leur coeur. Voilà pourquoi c'est un péché de tuer un oiseau moqueur » (p 144)
Un écho se fait entendre p 373 « (Mr Underwood) se contentait de dire que c'était un péché de tuer des infirmes, qu'ils soient debout, assis ou en train de s'évader. Il comparait la mort de Tom au massacre absurde des oiseaux chanteurs par les chasseurs et les enfants.... ».
L'oiseau moqueur, emblème du Sud, de la tradition et des bonnes manières que néglige voire refuse Scout, mais aussi il est une figure mythologique pour certains peuples: il aurait apporter le langage aux hommes et appris le chant aux oiseaux.

« Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur » est le récit d'une enfance qui prend conscience de la brutalité du monde des adultes, mais aussi description d'un Sud rural, reculé qui semble avoir été épargné par la brutalité d'un « Mississipi burning »: une onde légère mais persistante parcourt ce monde figé par les lourdes traditions coloniales, celle du doute, ténue mais insidieuse qui peu à peu fera triompher une égalité. L'égalité certes mais encore le regard, le point de vue....mais sans doute est-ce du ressort des prochaines générations étatsuniennes? Les grands pas de l'Humanité sont souvent une suite de minuscules avancées .


Dernière édition par Queenie le Dim 9 Mai 2010 - 10:37, édité 2 fois (Raison : Ajour d'une photo et d'une bio.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Harper Lee   Dim 1 Juil 2007 - 20:04

Je viens de finir ce livre il y a environ deux semaines et à vrai dire je m'apprêtais à ouvrir un fil car je l'ai trouvé magnifique. Je ne vois cependant pas grand-chose à rajouter à la superbe présentation que vous en avez faite, bien plus complète que ce que j'aurais pu écrire.
Je ne comprends pas pourquoi ce livre qui n'est pas récent, est quasi inconnu ici, alors que c'est un des livres les plus lus outre Atlantique...Bizarre.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Harper Lee   Dim 1 Juil 2007 - 20:34

Sans doute les hasards des errements de l'édition?
Toujours est-il que depuis sa réédition en Livre de Poche cette année, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" gagne un lectorat de plus en plus large et c'est tant mieux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Harper Lee   Dim 1 Juil 2007 - 20:47

Il me semble que l'on a reparlé également de ce livre avec le film Truman Capote . C'est Harper Lee qui a souvent accompagné Truman Capote lors de ses années d'enquête pour "De sang froid"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Harper Lee   Lun 2 Juil 2007 - 9:32

Tu as raison de souligner ce détail qui je pense à son importance dans l'engouement actuel. Comme tu le fais remarquer, Harper Lee accompagnait Truman Capote....depuis l'an dernier, entre la sortie du film et la réédition de ses écrits, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" ne pouvait qu'être remis sous les feux des projecteurs littéraires.
Ne boudons pas notre plaisir et remercions la mise en avant de Mr Truman capote (dont il faudra que je lise certains romans histoire de ne pas rester au bord de la route littéraire Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Harper Lee   Ven 18 Jan 2008 - 13:53

je viens de le terminer et à vrai dire ce livre est super, magnifique
ca faisait longtemps que je m'étais pas aussi plongée dans un livre qui nous invite à la tolérance par l'oeil d'une petite fille de 8 ans
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Harper Lee   Ven 18 Jan 2008 - 15:50

amel a écrit:
je viens de le terminer et à vrai dire ce livre est super, magnifique
ca faisait longtemps que je m'étais pas aussi plongée dans un livre qui nous invite à la tolérance par l'oeil d'une petite fille de 8 ans

Ah tu me confortes dans l'idée que j'ai eue de l'acheter ce matin ...merci Amel, j'espère que je partagerai vos avis enthousiastes miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Harper Lee   Ven 18 Jan 2008 - 18:50

Bonne lecture aériale cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Harper Lee   Ven 18 Jan 2008 - 18:58

Chatperlipopette a écrit:
Bonne lecture aériale cat

merci Chappy Very Happy ...je l'ai choisi pour le (long) vol et il me fait déjà voyager...(en suis juste au début mais j'aime bien cette ambiance du Sud des annés 30 ...drunken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Harper Lee   Dim 20 Jan 2008 - 23:56

je pense que tu ne seras pas déçue
Revenir en haut Aller en bas
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Harper Lee   Jeu 24 Jan 2008 - 14:33

Merci pour votre présentation de ce roman subtil et profond, qui ne vous lâche pas une fois terminé !
Il m'a donné envie de découvrir aussi Truman Capote !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Harper Lee   Mar 29 Jan 2008 - 9:31

amel a écrit:
je pense que tu ne seras pas déçue

Eh bien non, je n'ai pas été déçue, loin de là Very Happy

Quelle drôle de destinée que ce roman, oeuvre unique qui nous parle des années 30, publié en 60, recut le Pulitzer en 61, un succés phénoménal à sa sortie, et dont l'auteure se terre dans le silence depuis. Cette histoire touchante parce que simple et racontée au travers du regard d'une enfant, n'en révèle que mieux l'obscurantisme et l'injustice que peut revêtir parfois le monde des adultes lorsque s'installe insidieusement une ségrégation érigée en norme . Il y a aussi le très beau portrait d'un homme courageux et foncièrement loyal dans Atticus, lui qui ne cèdera jamais face à la barbarie de ses concitoyens.

Une histoire intemporelle qui ne connait pas de frontière car comme le suggère subtilement Harper Lee, ceux qui s'offusquent du nazisme peuvent tout autant cautionner et donc perpétrer des actes ou pensées sectaires.
De là à percevoir dans la réédition de ce livre, une mise en garde contre l'amérique de Bush tel que le note Isabelle Hausser dans sa postface, oui , pourquoi pas? On peut s' interroger en tout cas . Bref, Un livre sensible et attachant, dont la poésie nous emporte loin, au coeur d'un sud sauvage et cruel mais en forme de happy end, où l'innocence et la vérité parviennent à apporter une note d'espoir. Une belle histoire qui s'imprime en nous pour longtemps grâce à la voix rebelle de Scout, tour à tour naîve et lucide. Découvert gâce à vous, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hellébore
Posteur en quête
avatar

Messages : 92
Inscription le : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Harper Lee   Mer 13 Fév 2008 - 10:14

Je l'ai lu il y a 2 ans grâce que magazine Lire qui en a fait l'écho. J'ai été enthousiasmée par l'ambiance qui se dégage de l'écriture d'Harper Lee. On vit les lieux.

Le regard de la fillette donne une légèreté et une innocence charmante à ce sujet grave si maintes fois traité par ailleurs dans la littérature... C'est un livre à mettre entre toutes les mains ! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lyana79
Envolée postale
avatar

Messages : 208
Inscription le : 04/04/2008
Age : 37
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Harper Lee   Jeu 24 Juil 2008 - 21:59

Un beau roman...récit touchant et des personnages très attachants.
Les thèmes du racisme et des préjugés sociaux sont abordés à travers les yeux de deux jeunes enfants qui découvrent le monde des adultes.

A lire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.partagelecture.forums-actifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Harper Lee   Jeu 24 Juil 2008 - 22:23

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est le premier roman écrit par la romancière, qui connaîtra un succès immédiat et sera couronné par le Prix Pulitzer en 1961, au grand dam de son ami Truman Capote qui en fut très jaloux (et qui n’hésita pas à colporter des rumeurs concernant sa participation active à l’écriture du roman). Premier roman qui ne sera suivi pas aucun autre, malheureusement jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harper Lee   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harper Lee
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bud Harper, du 401st au 327th GIR
» Un aspirateur qui aspire ?
» Bastogne ; the "Nuts" story
» Drew Harper. Vivre dans un quartier riche ne signifie pas avoir de l'argent [Terminé]
» Anthony O. Harper & ft. Stephen Amell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: