Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Francesco Colonna [Italie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeVen 8 Juin 2012 - 9:56

Francesco Colonna [Italie] Aa34
Hypnerotomachia Poliphili.
Venice: Aldus Manutius, 1499


Citation :
Francesco Colonna ou Columna (né en 1433 à Venise – mort en 1527 dans la même ville) était un moine dominicain italien à qui l'on attribue l’Hypnerotomachia Poliphili (1467).

Biographie
Nous savons très peu de choses sur Colonna : il vécut à Venise et servit à la basilique Saint-Marc.

Il aima une dame nommée Lucrèce et sous son inspiration écrivit Le Songe de Poliphile, un traité maçonnique ampoulé orné d'admirables planches, achevé vers 1467. Cet ouvrage a été traduit en français en 1546, non pas par Rabelais mais par Jacques Gohory. Les 188 planches sont l'œuvre d'architectes et de peintres, sans doute Andrea Mantegna, Raphaël et Giovanni Bellini.

En dehors de Hypnerotomachia Poliphili, il écrivit également des poèmes épiques dont Delfili Somnium (le rêve du dauphin), poème qui ne fut publié qu’en 1959.

Colonna passa une partie de sa vie dans le monastère de Saint-Jean et de Saint-Paul à Venise.
source: wikipedia



Le songe de Poliphile

J'ouvre le fil. Qui sera alimenté au fil du temps, car ce trésor ne se donne pas en résumé de 10 lignes.

Pour donner le ton, car tout est codé, commençons par le petit jeu des superbes lettrines des débuts de chapitres.

En les rapprochant, l'auteur se livre un peu :

POLIAM FRATER FRANCISCUS COLUMNA PERAMAVIT :
Le frère Francesco Colonna brûla d’amour pour Polia.

Comme je l'ai dit ailleurs, polia est la sagesse, la connaissance, l'absolu, appelez cela comme vous voulez, de toute façon vous êtes libres, l'auteur évoquant sans cesse le libre arbitre humain. Tu as plusieurs chemins, plusieurs choix et tu construis ta voie.

Je reviendrai plus en détail sur les images, les situations et les allusions savantes.

A retenir : ce livre aurait été apporté par Leonard de Vinci à François 1er. Moi qui vais justement aller à l'expo du Louvre tout à l'heure, je m'interrogeais pour savoir si le grand Leonard l'avait lu.

Ben, à question idiote...

Plus que lu : fait connaître.


Dernière édition par tina le Ven 8 Juin 2012 - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeVen 8 Juin 2012 - 10:05

"Résumé" (réducteur, schématique, donc débile, donc faux, mais faut bien commencer par quelque chose...)

Poliphile est un jeune homme, dont on ne sait à peu près rien. Dès les premières lignes, il s'endort.
Commence le périple intérieur. Il se réveille en milieu sylvestre, vierge. Aucun être vivant. (Et là, on songe à Leonard et à ses fonds de tableaux (de Mona à Ste Anne) qui évoqueraient un monde primordial, c'est à dire avant toute forme d'existence humaine, animale ou végétale).
Notre héros a peur et soif.
Il est seul et désorienté.
Commence l'aventure de l'inconnu et le voyage à travers des vestiges titanesques de civilisations antiques considérées comme des jalons de sagesse : la Grèce et l'Egypte notamment. Les romains sont présents aussi.
C'est presque un livre "pictographique". Par l'accumulation de mots, FC nous fait visualiser les lieux, et le lecteur est donc happé par cette matérialité au point d'avoir la sensation D'ETRE DEDANS.
Dès les premiers moments, Poliphile entend une mélodie, qu'il ne peut pas saisir. D'où vient-elle ?

Et pour lui, et pour nous, c'est le début de l'enchantement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeVen 8 Juin 2012 - 10:48

une présentation très alléchante, tina, merci pour cette mise en bouche !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeMer 13 Juin 2012 - 11:00

Je continue doucement ma lecture. En déchiffrant / défrichant au mieux (avec l'aide toutefois de spécialistes de la Sorbonne !) car chacun y va de sa théorie pour spéculer sur ce livre unique.
J'en suis au moment où Poliphile a retrouvé Polia, sauf qu'il ne l'a pas reconnue. (Ce qui n'étonnera personne).
On continue à évoluer au milieu d'architectures idéales, imaginaires, vraies constructions mentales élaborées à partir des modèles antiques. Certains ont dit qu'Alberti était l'auteur de l'oeuvre.
Ce qui expliquerait à la fois la nostalgie des bâtisseurs anciens et la conviction qu'on peut encore aller plus loin, plus haut en quelque sorte.
Il y a de nombreuses allégories de triomphes, dont certaines me passent à des années lumière. C'est que le narrateur est vicieux, il parle au passé, raconte son expérience, mais ne nous livre pas les clefs de lecture.
A la fin peut-être ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeJeu 21 Juin 2012 - 12:35

Ca y est, Poliphile est initié !
Je vais tenter de vous recopier le passage où il vit la "transformation" qui laisse son "entendement rude et grossier" à l'état de souvenir.
Je n'ai pas fini la lecture, mais je suis à une grande étape, celle qui mènera le héros à Cythère, au temple de Vénus (point de non retour j'imagine).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeJeu 21 Juin 2012 - 18:19

Oui, c' est intrigant cette oeuvre dont a entendu parler mais qui semble perdue dans le temps..
merci de nosu en avoir parlé, Tina !

Au fait tu l' a lu dans une traduction moderne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeJeu 21 Juin 2012 - 22:12

Et non ! Quand je trouverai le temps de poster l'extrait, tu comprendras ma douleur !
Mais ça reste un très belle langue. Je dois simplement relire 2 à 3 fois certaines phrases + capter le sens toujours allégorique. Les érudits s'y perdent, alors moi...
Le fait est que de nombreux peintres se sont inspirés des descriptions de monuments, fontaines, autels...
Je me sens bien petite en lisant ce texte majeur de la Renaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire
Madame B.

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 45

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeVen 22 Juin 2012 - 17:49

Merci Tina pour ce fil consacré à la passionnnate oeuvre de Colonna.

Citation :
"Résumé" (réducteur, schématique, donc débile, donc faux, mais faut bien commencer par quelque chose...)


Forcément, par définition, tout résumé est réducteur mais le tien est loin d'être débile et donne vraiment envie de se replonger dans cet univers allégorique. Continue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeVen 22 Juin 2012 - 21:01

Merci de tes encouragements ! Je trouverai 2 minutes pour copier un passage éloquent (je ne sais pas quand, mes WE sont bien chargés pour diverses raisons !).

Il est conseillé de lire René d'Anjou aussi : Le coeur d'amour épris, en support de FC.
Je viens de le commander aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeLun 25 Juin 2012 - 10:05

2 mots pour dire que Polia et Poliphile sont arrivés sur l'île de Cythère, sur une embarcation fluviale, guidés par Cupidon en personne !
L'auteur en est à la description de Cythère, qui se présente comme une terre bordée de haies végétales sophistiquées et il a pris un plaisir infini à conceptualiser cela.
Bref, je lis un traité horticole. Avec un plan très géométrique.
C'est très technique et on raconte que Le Nôtre s'en est inspiré pour Versailles. La nature totalement sous contrôle et comme il y a des gravures, je suis comme au paradis. Au passage, il y a des tas d'animaux aussi, qui s'entendent tous bien. Plus le rapport prédateur/proie.

En gros, Cythère est un âge d'or. Ou un état de conscience bien reposant, j'ai envie d'y aller...

A noter que Watteau en a fait quelque chose de plus galant, mais l'esprit originel de l'image, donc l'île de Vénus, est l'équivalent mythologique du Paradis, ultime étape de l'amour divin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeMer 27 Juin 2012 - 11:48

Arrivés à Cythère, le couple sacré Polia/Poliphile rencontre Vénus.
Ultime transformation (je présume) : ils fusionnent sous l'effet d'une cérémonie dont seuls les dieux ont le secret.

Passage de la dualité à l'unité.

Il y a d'ailleurs une belle tripotée de nymphes autour de Vénus, on a dit que ce roman était sensuel. Je n'irais pas jusque là car il est trop cérébral pour ça. En revanche, il traite de l'EROS, ça oui.

Certains ont même une interprétation jungienne de l'ouvrage, d'autres alchimiques (entrer dans la forêt = oeuvre au noir).

Je dois avoir passé l'oeuvre au rouge, car après le flamboiement, tout est très blanc dans ces derniers chapitres (y compris Vénus, blanche comme l'albâtre).

Ca reste ardu, je m'accroche, je m'accroche.

Encore 50 pages et on verra si j'en sors grandie.

Ce qui me rassure : un nombre incalculable de thèses ont été écrites sur ce livre, dont certaines en ligne sur le net et personne ne voit la même chose ! Chacun balance son érudition plus ou moins bancale.

En tout cas, pour ceux qui se contentent de définir la Renaissance comme la réhabilitation de l'Antiquité et l'humanisme, il y a du boulot car ce livre et ses impressionnantes gravures incarne aussi un tout autre esprit, qui nous échappe complètement. Néoplatonicien, diront certains.

Mais ça va plus loin car l'art et l'esthétique ont une place MAJEURE, et participent à toutes ces recherches.

C'est un peu comme regarder un tableau de Leonard, on sombre, on sombre dans l'énigme, et pourtant on SAIT que c'est lumineux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeMer 27 Juin 2012 - 14:11

Sur cette idée que la Renaissance est néo-platonicienne, il convient de nuancer sur la question de l'art.

Dans "République", Platon expose sa vision de la peinture, à travers un dialogue entre Socrate et Glaucon.
Socrate démontre au second que l'art est un artifice, une tromperie qui empêche d'accéder à l'essence du monde intelligible.
Le monde sensible étant déjà une pâle copie du monde intelligible, alors l'art étant une pâle copie du monde sensible, on imagine vers quelle impasse il mène.

Extrait:
SOCRATE : "Pense maintenant à ce que je vais te dire; quel est l'obet de la peinture ? Est-ce de représenter ce qui est tel, ou ce qui paraît, tel qu'il paraît ? Est-elle l'imitation de l'apparence, ou de la réalité ?
GLAUCON : De l'apparence.
SOCRATE : L'art d'imiter est donc bien éloigné du vrai"...

Au passage, pour Aristote (dans la "Poétique"), c'est le contraire : l'art mène à la connaissance. Pour lui, l'imitation n'est pas source de tromperie, mais plaisir esthétique et cognitif.

Dans le Songe de Poliphile, c'est l'architecture qui est la reine des arts. Peut-être parce qu'elle permet de se mouvoir dans l'abstraction pure, basée sur la géométrie, les mathématiques, bref toutes ces sciences "de l'harmonie".




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeMer 27 Juin 2012 - 20:14

tina, tu connais peut-être ce livre : Alchimie & Mystique (édité de nombreuses fois et qui n'utilise pas la même iconographie en fonction des pays, j'ai une version espagnole et une version française qui se complètent même si le texte est identique), d' Alexander Roob. C'est une sorte de petite encyclopédie des symboles alchimiques, on y trouve par exemple des chapitres sur la musique des sphères, le travail des métaux, l'arbre philosophique, mais aussi l'échelle, l'oeuf cosmique, le serpent, l'androgyne... le texte est très succinct et le livre repose essentiellement sur une superbe iconographie mais il a le mérite de synthétiser certaines images, certaines correspondances fascinantes.

Francesco Colonna [Italie] Roob10

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeJeu 28 Juin 2012 - 11:49

J'ai un pavé édité chez Gründ, je ne sais pas si c'est le même. Mais en dehors de toute érudition, j'ai lu que l'image parlait directement à l'âme. C'est un langage en soi pour lequel on ne trouve pas forcément les mots. Des archétypes et de ce point de vue, FC a fait fort ! On se sent étrange dans son livre. On flotte, on lévite, c'est très bizarre.

J'ai omis de dire d'ailleurs que Poliphile s'endort et rêve...qu'il s'endort. Donc, il y a double rêve.

Je voulais poster hier soir mais pas le temps le travail architectural de Tomaso Buzzi (mort en 1981), qui s'est largement inspiré de FC, pour créer sa cité idéale.

Tapez son nom sur youtube et ça sort.

C'est intéressant car ça reflète bien le livre : tous les repères visuels sont chamboulés, c'est alambiqué, comparable à rien.

Maintenant, ce qu'il faudrait : c'est visiter. C'est en Ombrie. Quelqu'un y est allé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitimeDim 1 Juil 2012 - 18:58

J'ai "fini" le livre.

C'est idiot à dire car ça ne fait que commencer, car je passerai ma vie entière à m'interroger sur lui et à écouter ce qu'en disent les savants.

Polia "meurt". Autrement dit : Poliphile se réveille et tout ce qu'il a vécu lui semble fumée.

"...je m'éveillai (...) et demeurai plein d'amertume, voyant absenter de moi celle par qui je devais vivre, laquelle m'a conduit et élevé à si hautes pensées" (p. 408)

Une drôle de fin. On pourrait concevoir ce livre comme une sortie astrale à certains moments.

"Ce qui me rendait si ravi de merveille et transporté d'ébahissement, qu'à peine pensais être là présent, mais du tout en tout, hors de moi" (p. 65)

"...j'étais indignement arrivé en ce lieu (...), témérairement entré en région défendue à profanes." (p. 77)

Un contact avec des lieux imaginaires, toutefois inspirés de l'Antiquité, mais meilleurs qu'elle. Cela correspond bien à cette Renaissance, éblouie et révulsée à la fois par l'Antiquité, qui véhicule un paganisme importun pour l'époque, mais formellement universelle.

Il y a tout un travail mental derrière cette forêt de symboles qui tourne vite la tête. Je suis loin d'avoir tout compris.


Pour ceux qui auront le courage...

A noter : les notes explicatives n'apportent rien, obscurcissent encore plus l'esprit !

Seule idée admise par tous : Rabelais serait l'un des héritiers spirituels de Colonna.

Un jour, je me replongerai dedans, un jour...




Dernière édition par tina le Dim 1 Juil 2012 - 19:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Francesco Colonna [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Francesco Colonna [Italie]   Francesco Colonna [Italie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Francesco Colonna [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» Tremblement de terre en Italie
» Italie: des feux rouges truqués pour multiplier les amendes
» FOOT – Pourquoi l’Italie joue-t-elle en bleu ?
» WESDIEP en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: