Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Harper Lee

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeDim 4 Mar 2012 - 20:50

odrey a écrit:
Tu t'es arrêtée où? Honnêtement, au début, je n’accrochait pas trop (l'écriture encore un fois) et puis je trouvais le livre lent. Je n'ai su que j'avais aimé qu'un fois fini. Parce que quand on en sort on se rend compte qu'il marque et sa démonstration du racisme ordinaire (ça se passe de la sud américain dans les années trente mais franchement c'est encore valable de nos jours ailleurs qu'aux USA) est quand même brillante. J'ai vraiment pensé que j'allais descendre le bouquin pendant ma lecture. Mais non.

La lenteur, et le manque de dynamisme est éliminatoire chez moi jypeurien j'aime ce qui est rondement mené, ce qui ne traine pas, et ce qui a du nerf .
Un livre mollasson au début, ne passera pas, je cale avant, je n'ai pas la patience d'attendre le dernier mot pour me dire que les dernières pages valaient le coup.

dans ce livre, c'est ça, c'est lent, lent, lent
En d'autres termes, pour qu'un auteur me tienne comme lectrice , il se doit d'être bon dès le début !!! Je ne donne aucun crédit aux promesses tenues tardivement . jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeVen 6 Juin 2014 - 20:10

"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Souvenirs d'une femme (la narratrice) sur son enfance en Alabama, ancien état confédéré, dans les années 30, alors que la Grande Dépression sévit toujours. La vie de celle-ci, alors petite fille, Scout Finch, et de son regard sur ce qui l'entoure sur une durée de 3 ans. Entourée d'Atticus, son père, avocat, et de son ainé, Jem. Elle et ce dernier explorent le quartier et découvrent ses habitants, Miss Maudie, charmante voisine qui leur propose souvent de venir manger des gâteaux et Miss Cindy, la langue de vipère du coin. Ils découvrent aussi les rumeurs sur ceux qu'on ne voit jamais ou qu'ils croisent, qui lui inspirent la fascination ou la crainte - parfois les deux en même temps.

A la fois chronique et roman initiatique, ce livre transporte par cette vision que l'on croit enfantine - on oublie vite que la narratrice écrit ses souvenirs d'enfance - d'un comté d'un Etat du sud des Etats-Unis. Au fur et à mesure que Scout grandit, elle découvre, grâce à ses proches, Atticus, Calpurnia, la bonne noire, Jem et Dill, qu'elle voit lors des vacances que ce qu'elle pensait des différents voisins ou habitants du quartier, des idées reçues liées à l'époque et aux moeurs de l'endroit est plus complexe, moins manichéen que ce qu'elle pensait.

Un livre d'une grande délicatesse, où plusieurs histoires et personnages s'assemblent à la manière d'un puzzle dans la vie de Scout, et qui, malgré cette suite de petites histoires et de personnages arrive à un final qui relie (presque) chacun de ces évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeDim 9 Nov 2014 - 23:41

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Située en Alabama, dans la petite ville fictive de Maycomb, cette histoire est celle de Scout et de son frère Jem. Scout adulte raconte un bout de vie de 3 ans, dans les années 30 pendant la grande dépression. Elle a 6 ans, son frère en a 9, ils sont élevés par leur père et la gouvernante noire Calpurnia.

La première partie est plutôt lente, comme ces longs étés brûlants du sud passés dehors, où chacun n’a rien de mieux à faire que cancaner et épier les faits et gestes des uns et des autres. Scout et son frère sont fascinés par leurs voisins et surtout par la maison de Boo Radley, un homme qui ne sort jamais et qu’ils n’ont jamais vu. Avec leur ami d’été Dill, ils imaginent toutes sortes de stratagèmes pour le faire sortir, l’apercevoir, ne serait-ce qu’un instant.

Scout est un garçon manqué, fière et bagarreuse, elle est intelligente et n’a pas la langue dans sa poche. Elle a l’innocence et la franchise de son âge. Curieuse, observatrice même si elle ne comprend pas toujours totalement ce qu’elle voit ou entend, elle ne craint pas de poser les questions qui peuvent fâcher ou mettre mal à l’aise les grands. C’est sa prérogative d’enfant pas encore atteinte par l’hypocrisie sociale, les préjugés, les bonnes manières. Elle fait souvent preuve de bonne volonté mais est parfois considérée comme « difficile ». Pourtant son père la soutient toujours, il lui apprend à être autonome, à penser par elle-même, lui inculque ses propres valeurs, s’adresse à elle comme à une adulte.

Citation :
Tu ne comprendras jamais aucune personne tant que tu n'envisageras pas la situation de son point de vue

Jem est le grand frère qui se veut courageux et protecteur mais il a ses propres peurs et ses croyances qui le freinent souvent. Il est tout de même beaucoup plus sage et discipliné que sa sœur et c’est un idéaliste. Encore un enfant dans la première partie du livre, avec plus ou moins les mêmes intérêts que sa petite sœur, il entre peu à peu dans la préadolescence, sa conscience s’éveille, ses opinions personnelles se forment. Une période déjà difficile, et qui coïncide en plus avec le drame qui secoue la ville. Scout perçoit ces changements sans les comprendre et les interprète avec son regard d’enfant espiègle, ce qui est souvent très drôle.

Et puis bien sûr, il y a Atticus Finch, le père. Avocat, issu d’une famille aisée, c’est un homme honnête et juste, aussi bien avec ses enfants qu’avec la communauté, blanche ou noire, dans laquelle il évolue et qui le respecte. Pourtant il s’attire des ennuis lorsque le bruit commence à courir qu'il va défendre un noir accusé d’avoir violé une blanche. Car Atticus est l’exemple que, même dans le sud profond où la ségrégation est un état de fait tellement banal, il existe des gens plus ouverts qui croient en l’égalité des droits, que les noirs doivent avoir les mêmes chances que les blancs. Lorsqu’il est commis d’office par le très perspicace Juge Taylor qui, le connaissant bien, sait qu’il ne se contentera pas d’une parodie de défense, de vilaines rumeurs courent sur son compte.

Citation :
-Vois-tu Scout, il se présente au moins une fois dans la vie d'un avocat une affaire qui le touche personnellement. Je crois que mon tour vient d'arriver. Tu entendras peut-être de vilaines choses dessus, à l'école, mais je te demande une faveur: garde la tête haute et ne te sers pas de tes poings. Quoi que l'on dise, ne te laisse pas emporter. Pour une fois, tâche de te battre avec ta tête... elle est bonne, même si elle est un peu dure.
-On va gagner, Atticus?
-Non, ma chérie.
-Alors pourquoi...
-Ce n'est pas parce qu'on est battu d'avance qu'il ne faut pas essayer de gagner.

Ce sont les trois personnages principaux mais tous les autres sont mémorables à leur façon. Miss Maudie, tolérante et compréhensive, la tante Alexandra qui rêve de faire de Scout une vraie fille, Calpurnia la domestique noire, digne et ferme, Boo le reclus, les Ewells, père et fille accusant injustement Tom Robinson, ce sont des personnages bien définis, chacun ayant un rôle clé dans l’histoire.

Un des personnages les plus intéressants est Boo Radley, cette figure fantomatique, de plus en plus attachant au fil des pages alors même qu’on ne le voit jamais. Au début du livre, les enfants en ont peur, l’imaginent comme un monstre. Petit à petit pourtant, leur attitude change, Boo devient plus réel, il laisse de petits cadeaux aux enfants, répare le pantalon de Jem, les protège de Ewell. De monstre effrayant, il devient une figure paternelle bienveillante et touchante qui agit toujours dans l’ombre.

Dans la deuxième moitié du livre, tout s’accélère, Atticus est l’objet de critiques et du mépris d’une bonne partie de la ville, le procès a lieu, Scout et Jem découvrent leur père sous un jour nouveau, apprennent que le courage n’est pas forcément spectaculaire, que les apparences et la réalité sont deux choses bien différentes. Ils apprennent également ce qu’injustice et préjugés signifient et font l’expérience de la violence à leur encontre. En quelques jours, ils mûrissent très vite, une période qui les marquera toute leur vie, qui leur ouvrira les yeux sur la violence raciale et les inégalités.

Le ton est délibérément enfantin mais pas trop, c’est Scout l’adulte qui se remémore et raconte, son récit est donc enrichi de ses réflexions et pensées d’adulte mais le parti pris de faire passer ses idées par la voix des enfants permet à l’auteur de délivrer son message sans détournement. Si le ton est souvent humoristique, il s’assombrit considérablement à mesure que l’on avance dans le roman, tout en conservant une certaine fraîcheur. C’est l’un des atouts de ce livre, qui traite de sujets graves de manière souvent comique.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeLun 10 Nov 2014 - 6:49

bravo il va me falloir faire deux voyages dans l'Alabama Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeLun 10 Nov 2014 - 10:16

J'avais beaucoup aimé ce livre. Dommage qu'elle n'en ai écrit qu'un! J'ai bien aimé rencontré Truman Capote enfant aussi. sourire

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeMer 12 Nov 2014 - 20:16

kenavo a écrit:
bravo il va me falloir faire deux voyages dans l'Alabama Wink
Ah oui oui tu peux y retourner sans crainte Wink

pia a écrit:
J'avais beaucoup aimé ce livre. Dommage qu'elle n'en ai écrit qu'un! J'ai bien aimé rencontré Truman Capote enfant aussi. sourire
Effectivement, c'est très dommage, ce livre n'en est que plus précieux.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeMer 12 Nov 2014 - 23:30

J'en entends souvent parler, de ce livre...
Pourquoi ne l'ai-je pas encore lu.

Merci, Epi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeVen 14 Nov 2014 - 22:32

Alors, si tu finis par te décider, je te souhaite une bonne lecture Sullien Very Happy

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire
Madame B.

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 45

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeVen 5 Déc 2014 - 11:26

Résumé le livre de poche : Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès.


A chaque fois que je lis Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur je suis saisie du même sentiment : j’ai l’impression que l’action ne se situe pas au milieu des années 1930 mais plutôt au XIXème siècle tant le temps semble figé dans la petite de Maycomb (ville fictive qui rappelle Monroeville, lieu de naissance de l’auteure). En effet, même s’il y a des références au contexte de l’époque avec par exemple les conséquences de La Grande Dépression et le lot de pauvreté qu’elle a apporté (l’Alabama, état très rural a été d’ailleurs très fortement touché par la crise) les habitants sont très ancrés dans la tradition, on dirait que le progrès est resté à la frontière de l’état. De plus le souvenir de la Guerre de Sécession (finie depuis 70 ans) est très vivace, tellement qu’on croirait que ces événements datent de la veille. Ainsi, les enfants sont obligés une fois par an d’écouter les souvenirs d’un membre de leur famille qui a été un combattant confédéré.
Ainsi Harper Lee rend très bien la mentalité du sud de cette époque ainsi que l’ambiance, la chaleur moite.

Cependant loin de ne faire qu’une peinture locale elle donne à son texte une portée plus large en abordant le thème du racisme et une portée universelle en montrant des personnages qui quittent le monde de l’enfance et son insouciance. C’est pour cela qu’il s’agit aussi d’un roman d’initiation car Scout et Jem vont être plongés dans la terrible découverte de l’hypocrisie, du racisme et du mal à l’état pur qui culminent avec la scène du procès et avec la terrible nuit d’Halloween (un choix bien symbolique comme on peut s’en douter) qui va faire passer les deux enfants d’un univers faussement inquiétant (incarné par la réclusion de Boo Radley dans sa maison sinistre et sombre) à l’horreur à l’état pur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeSam 6 Déc 2014 - 22:58

Le plaisir reste intact même quand c'est une relecture on dirait. Merci Madame B. tu me donnes envie de le reprendre déjà rire (je vais me forcer à attendre un peu quand même)

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeDim 28 Déc 2014 - 17:58


J'ai avalé ce livre, mais vos commentaires sont si justes et reflètent si bien mon ressenti que je n'ajouterai rien.

merci à Epi qui sur sa traversée des USA a choisi ce livre et l'a conseillé.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeDim 28 Déc 2014 - 20:39

Ah tant mieux, je suis bien contente qu'il t'ai plu Very Happy

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeMer 4 Fév 2015 - 8:22

Harper Lee publie un second roman 55 ans après « Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur »


Citation :
Quand, en 1963, un journaliste américain interrogea Harper Lee sur l'état d'avancement de son deuxième roman, l'écrivaine, alors âgée de 37 ans, répondit dans un soupir : « J'espère être encore de ce monde quand il sera publié. » Elle l'est encore, cinquante-deux ans plus tard, pour s'associer à la nouvelle que des millions de lecteurs attendaient depuis cette époque, et qui a été délivrée, mardi 3 février : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (1960) ne restera finalement pas dans l'histoire comme l'unique roman de cette grande représentante du Sud américain, ainsi que chacun avait fini par se résoudre à le croire. La maison d'édition Harper a annoncé dans un communiqué qu'elle fera paraître à l'été prochain Go Set a Watchman (« Va, place un guetteur », citation du livre d'Esaïe, 21.6). Tirage de départ : deux millions d'exemplaires, pour un ouvrage de 304 pages.

Il ne s'agit pas d'un livre que Harper Lee aurait passé cinq décennies à écrire : Go Set a Watchman a été rédigé au mitan des années 1950, avant Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, dont il est la matrice, tout en racontant des événements postérieurs. Son personnage principal est une femme adulte, Scout, qui vit à New York et retourne voir son père en Alabama, où elle a grandi ; dans le communiqué de Harper, l'écrivaine explique que l'éditeur auquel elle présenta le texte à la fin des années 1950, « enthousiasmé par les flashbacks dans l'enfance de Scout », la persuada d'écrire un roman du point de vue de Scout petite. « J'étais une débutante, et j'ai fait ce qui m'était demandé », poursuit-elle, tout en disant qu'elle voyait à l'époque dans le texte initial « une réalisation acceptable ». Elle en avait oublié l'existence jusqu'à ce qu'il soit retrouvé cet automne par son avocate, Tonja Carter, accroché à un tapuscrit original de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur. « Après avoir beaucoup réfléchi et hésité, je l'ai fait lire à une poignée de personnes de confiance, et j'ai été ravie d'apprendre qu'ils jugeaient le texte digne d'être publié. »

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeMer 4 Fév 2015 - 9:19

La meilleure nouvelle du jour !

enthousiaste

J'ai tellement hâte !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitimeMer 4 Fév 2015 - 10:22

joie

Je ne comprends tout de même pas pourquoi un auteur qui a du talent a tant de difficultés à écrire plus d'un ou deux livres. Enfin je comprend et je ne comprend pas. C'est un livre qu'elle a écrit avant "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"?  Donc elle n'a pas écrit (ou n'a pas publié) depuis cinquante ans? intense reflexion Mais c'est une très bonne nouvelle!Et peut-être que je n'ai pas besoin de comprendre après tout.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Harper Lee - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Harper Lee   Harper Lee - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Harper Lee
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Anthony O. Harper & ft. Stephen Amell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: