Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Toshio Shimao

Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Toshio Shimao   Ven 22 Juin 2012 - 20:48



Shimao Toshio (島尾 敏雄), né le 18 avril 1917 à Yokohama et mort le 12 novembre 1986, était un romancier et nouvelliste japonais. Auteur d'une trentaine de romans, son œuvre la plus connue est le roman semi-autobiographique Shi no toge.

Biographie
Diplômé de l'université de Kyūshū, l'officier Shimao Toshio est sélectionné durant la Seconde Guerre mondiale dans une escouade de kamikaze, basée sur les îles Amami. Toutefois, la guerre se termine avant qu'il ne reçoive de missions. Au lendemain de la guerre, il se marie et s'installe à Tokyo, vivant maigrement de ses écrits. Ses premiers travaux sont marqués par un certain surréalisme ; son expérience de la guerre (notamment l'attente de la mort comme kamikaze) se retrouve dans ses premiers écrits, comme Shima no hate (1946) et Shutsukotō-ki (1949), ainsi que d'autres plus tardifs, dont Shuppatsu wa tsui ni otozurezu (1962) et Gyoraitei gakusei (1985).
Un second thème majeur dans son œuvre est la folie des femmes, comme illustré dans Ware fukaki fuchi yori (1954) et Shi no toge (1960), son œuvre la plus connue. Sa propre femme, qu'il a rencontrée à Kakeromajima (Okinawa) où ils se sont mariés, souffrait en effet d'une maladie mentale. En 1955 et jusqu'à la fin de sa vie, il retourne à Amami-Ōshima, île principale de l'archipel d'Amami, d'où vient sa femme ; sa nouvelle Shi no toge décrit cette période de leur vie de façon autobiographique, utilisant directement leur nom. Il s'immerge dans la culture de l'archipel et enseigne à l'université locale.
Son roman Shi no tage a été adapté au cinéma en 1990 sous le titre L'Aiguillon de la mort.
Style
Shimao Toshio s'approprie dans ses œuvres le style littéraire watakushi shōsetsu ; sa prose est caractérisée par des phrases longues, sinueuses et subtiles.

source: wikipedia

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Ven 22 Juin 2012 - 20:48

(*) /
L’aiguillon de la mort
Citation :
Présentation de l’éditeur
L’entremêlement inextricable de la littérature et de la vie peut donner parfois des oeuvres magistrales. Ainsi en est-il de L’Aiguillon de la mort, un roman autobiographique d’une sincérité stupéfiante où le narrateur tente de révéler ce qu’est l’amour dans une écriture vécue comme une expérience des limites.
Un couple s’est lié autrefois d’amour passionné dans une petite île du Japon pendant la guerre. Elle apprend un jour que son mari a une maîtresse. Pour elle, qui croyait à sa vie d’amour et de confiance absolue, tout à coup, l’univers s’effondre et l’emporte progressivement vers la folie. Commence alors l’histoire extraordinaire d’un couple vivant l’extrémité du possible, au rythme d’une vie quotidienne faite de suppliques, d’aveux et de dévouement que nous fait partager le narrateur dans le même souffle où lui les a éprouvés au quotidien. Et le lecteur en vient à entrer avec fascination au cœur de cette histoire et à vivre de l’intérieur cette vertigineuse descente dans les abîmes du désespoir, qui est aussi une recherche obsessionnelle, éperdue, de la vérité.

Oubliez Scènes de la vie conjugale d'Ingmar Bergman ou Qui a peur de Virginia Woolf d'Edward Albee – voici le summum d’une guerre entre époux.
J’ai choisi de lire ce livre en allemand, tout simplement à cause du nombre de pages !
En français il a 642 page, en allemand pas tout à fait 300.
Cela s’explique dans la postface. Comme tout livre japonais, il est d’abord publié dans les journaux, il s’agit donc en quelque sorte de plusieurs nouvelles qui constituent ce roman et l’éditeur allemand s’est décidé de publier 8 des 12 nouvelles qui composent ce roman (ils se sont basés sur l’édition publié en 1963). Je dois dire, pour moi c’était suffisant. J’en ai eu ma dose... et je n’ai pas l’impression qu’il m’a manqué quoi que ce soit pour en savoir plus des détails de ce déchirement mutuel entre ces deux personnes.

J’ai lu dans un commentaire (allemand) qu’on pourrait déduire du fait que Shimao Toshio a converti au catholicisme en 1956, que ce roman est en quelque sorte sa confession, mais dans la postface j’apprends qu’il a effectivement écrit dans un essai (1958) qu’il considère que sa femme est une épreuve de Dieu comme gage, mais qu’il n’y aurait pas assez d’indications dans les œuvres de l’auteur pour prouver à 100% cette justesse.

N’importe les faits autour, ce récit m’a étrangement passionné, bien que je ne pouvais pas, hormis toute compassion pour le mal de la femme, très bien comprendre pourquoi elle a perdu tout son sens de vie et que je n’arrivais certainement pas à saisir ce dévouement du mari pour les crises et les attaques de sa femme, n’importe qu’il était la cause de son état.
Mais « la petite musique » des mots m’a happé, je ne pouvais pas m’extraire de cette ‘danse’ des deux à partir du moment que j’étais entré dans leur monde.

Avec un tel sujet, pas possible d’en dire que c’était un ‘bon moment de lecture’, mais certainement c’est un livre important et je considère qu’il fait partie des livres incontournables dans la littérature japonaise.



Charlotte Gastaut illustre la chronique du livre L'aiguillon de la mort de Toshio Shimao, Télérama 7 mars 2012

(*) la couverture du livre allemand montre une scène du film de Oguri Kohei avec Keiko Matsuzaka et Ittoku Kishibe, Japon, 1990

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Ven 22 Juin 2012 - 20:51

diablotin

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Ven 22 Juin 2012 - 21:59

Un livre comme ça, ça pourrait me plaire.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Sam 23 Juin 2012 - 9:13

Spas un truc à filer à Traversay en ce moment...


Elle est terrible l'illustration de Charlotte Gastaut !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Dim 18 Oct 2015 - 9:21

L'aiguillon de la mort

Comme je ne parle pas allemand j'ai choisi la traduction en français (640 pages) du livre de Shimao et je dois dire que je rejoins kenavo dans ce qu'elle écrit. Il ne s'agit pas d'un roman agréable à lire (disons qu'il s'agit en réalité d'une accumulation de longues nouvelles qui n'évitent pas certaines répétitions un peu décourageantes) mais d'un roman sans doute important dans la littérature japonaise et même mondiale. L'affrontement du couple que forme Shimao et Miho son épouse est à la fois symptomatique de la vie au Japon mais aussi de la vie conjugale tout court. Shimao a eu une liaison et lorsque Miho découvre cette trahison elle s'enfonce progressivement dans l'hystérie, entraînant dans sa chute son époux et leurs deux jeunes enfants. Le narrateur/héros ne peut qu'accompagner la femme qu'il aime et qu'il continuera à aimer et à protéger malgré le nombre impressionnants d'épreuves qu'elle lui fera subir. Le sommet étant sans doute atteint au moment du pugilat entre les deux femmes (la maîtresse et l'épouse) auquel assiste Shimao pas totalement impuissant, ni innocent.

Si cette plongée dans l'enfer de la folie a quelque chose de fascinant, ce n'est pas dans l'écriture que j'ai trouvé la force de poursuivre une lecture qui a pour moi manqué cruellement d'un peu de chaleur, mais bien parce que les attitudes respectives des deux protagonistes atteignent peu à peu une démesure totalement pathologique (coups, chantage, faux suicides, mensonges, fuites et poursuites se succèdent à un rythme effréné et répétitif qui rend le lecteur à un étourdissement étrange, écœurant mais en même temps attirant).

Il n'est peut-être pas nécessaire de lire l'ensemble du livre d'un trait comme je l'ai fait car les scènes sont à peu près identiques d'un chapitre à l'autre, avec une petite évolution chronologique guère sensible. Et si ce livre plaît par le paroxysme de son histoire (bien réelle), il tient à la marge par la froideur de l'écriture, le ton haché, décousu pris par le narrateur et cette espèce de fine pellicule de glace sur laquelle croit souvent marcher notre narrateur est également celle sur laquelle le lecteur évolue, craintif, frileux et pourtant désireux d'atteindre l'autre côté de la rive, dans l'espoir, tout comme Shimao, d'un improbable apaisement.

Merci kenavo d'avoir parlé de cet auteur qui me permet de renouer avec cette littérature japonaise dont les méandres continuent à dangereusement m'attirer !


_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Dim 18 Oct 2015 - 10:51

oh, contente de voir remonter ce fil... avec un si beau commentaire
en plus que cette lecture t'a donné envie de renouer avec la littérature japonaise Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Mar 20 Oct 2015 - 23:52

Shanidar a écrit:
cette littérature japonaise dont les méandres continuent à dangereusement m'attirer !
Les méandres rire

J'ai lu l'aiguillon de la mort (Shi no togé) quand j'étais lycéenne. Je ne l'ai pas aimé. Je l'ai trouvé très sinistre, car j'avais encore plein de rêve pour la vie de couple ? Peut-être.
Pourtant j'ai bien aimé Scènes de la vie conjugale d'Ingmar Bergman et Qui a peur de Virginia Woolf d'Edward Albee que j'ai sûrement vu quand j'étais au lycée. scratch
Mais je comprends bien ce que Shanidar et Kenavo disent. J'aurai un avis très différent que autrefois si je le lis maintenant.

Par contre j'ai beaucoup aimé ses œuvres qui traitent la vie d'un candidat kamikaze - "Le Départ n'est finalement pas arrivé" (Shuppatsu wa tsui ni otozurezu) et "L'étudiant torpilleur" (Gyoraïtei gakusei). C'était vraiment horrible.
Il y avait un film magnifique sur le même sujet : "Nikudan" (obus en chair ?) de Kihachi Okamoto.

Merci beaucoup Shanidar, Kenavo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Ven 23 Oct 2015 - 16:49

merci à toi Ariane. Je regrette que d'autres livres de Shimao ne soient pas disponibles à la médiathèque, je les aurai empruntés avec intérêt !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Toshio Shimao   Ven 23 Oct 2015 - 20:00

shanidar a écrit:
merci à toi Ariane. Je regrette que d'autres livres de Shimao ne soient pas disponibles à la médiathèque, je les aurai empruntés avec intérêt !
Disons que si d'autres livres de Shimao étaient disponible à ta médiathèque, ça ne t'aurait pas servi à grand-chose, je le crains, parce qu'ils auraient été en Japonais... dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toshio Shimao   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toshio Shimao
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: