Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 D.H. Lawrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: D.H. Lawrence   Sam 30 Juin 2012 - 17:07



Auteur anglais (11 Septembre 1885 - 2 Mars 1930)

D'un père mineur et d'une mère de la bourgeoise intellectuelle, David Herbert Lawrence reçut une éducation contrastée. Jeune homme sensuel qui ne pouvait s'épanouir que dans la recherche des plaisirs, il était d'une santé fragile, ce qui le poussa à désirer ardemment jouir de l'existence. En 1922, il rencontra Frieda von Richthofen, quitta son emploi et partit avec elle, en Allemagne et en Italie. Après leur mariage, sur l'invitation de la romancière Mabel Dodge, le couple s'embarqua pour le Nouveau-Mexique. Les Lawrence se séparèrent et l'écrivain ne cessa de déménager régulièrement, s'installant à Capri, à Ravello, en Suisse, en France, en Espagne. Son oeuvre est touffue et abondante, citons 'L' amant de lady Chatterley', 'Le serpent à plumes', 'L' homme qui était mort', et une correspondance réunie par les soins d'Aldous Huxley qui la tenait pour exceptionnelle.
source: evene.fr


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Sam 30 Juin 2012 - 17:08

En cherchant son fil sur le forum, j’ai réalisé qu’on en n’avait pas pour cet auteur.. et je me suis demandée pourquoi.. et trouve surtout « l’introduction » de la maison d’éditions Arbre Vengeur très percutant :


La brève carrière littéraire de David Herbert Lawrence (1885-1930), devenu célèbre grâce à L’Amant de Lady Chatterley lui vaut une notoriété peu en rapport avec la véritable importance de son œuvre. Car derrière le scandale outrancier apparaît un écrivain qu’Aldous Huxley jugeait « profondément conscient du mystère du monde ». Un regard ultra sensible sur les êtres, la nature, le rapport aux éléments et à la violence de la vie traversent tous ses textes.
De lui, il serait urgent de reconnaître l’importance du romancier (Femmes amoureuses, Amants et fils, L’Arc-en-ciel, Le serpent à plumes), ses sublimes récits de voyage (Crépuscule sur l’Italie, Sardaigne et Méditerranée, Croquis étrusques), ses essais et, bien entendu, totalement négligées, son œuvre poétique et ses nouvelles, sans parler de son travail de peintre.



Et lorsque ce petit livre qu’est L’homme qui aimait les îles m’est tombé entre les mains chez mon libraire, je pensais que le moment était bon pour lui ouvrir son fil !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Sam 30 Juin 2012 - 17:08


L’homme qui aimait les îles

Citation :
Présentation de l'éditeur
Si « aucun homme n’est une île », certains aspirent néanmoins à découvrir celle qui les rendra heureux. Le héros de ce récit, l’un des derniers et des plus intenses de D.H. Lawrence, a choisi de quitter le continent pour se tailler un royaume à sa mesure. Mais où trouver sa plénitude ? Comment être à soi-même un territoire fini ? Botaniste qui tente d’ordonner le chaos du monde ou maître qui organise son domaine au milieu de la mer, l’insulaire volontaire va ainsi aller, île après île, jusqu’au bout de son utopie personnelle.
Voici un texte limpide, beau et méconnu où éclate le génie tourmenté de l’écrivain anglais, un texte à lire seul au milieu du monde.
Un texte qui ne se lit pas 1:1.
Certes, il s’agit d’un homme qui s’achète une île et s’en va vivre sur elle en emportant quelques « domestiques » pour organiser sa vie sur cette île et qui par après va encore déménager à deux reprises sur d’autres îles en diminuant la taille de l’île mais aussi le nombre de personnes qu’il emporte. Mais voilà que la « façade » qui recouvre la philosophie derrière.

On apprend dans la préface de Thierry Gillyboeuf que D.H. Lawrence avait en effet un ami, Compton MacKenzie, qui a effectué ce périple de « island-hopping », mais plus que cette transformation littéraire de la vie d’un de ses amis, il s’agit ici aussi d’un reflet de Lawrence sur sa propre vie.

Comme la préface le suggère on peut voir la communauté, le mariage et l’indépendance dans les trois îles différentes et j’en suis d’accord pour cette vue sur cette réflexion de l’auteur sur sa vie. Bien que je ne connais pas tout de sa biographie, le voilà quand même bien tracé.

Livre qui m’a donné envie d’aller plus loin avec cet auteur. Surtout son côté voyageur m’intéresse pour en faire quelques trajets en sa compagnie.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Dim 1 Juil 2012 - 8:32

j'ai bien sur lu "l'amant de Lady Chatterley" dans ma jeunesse ! (et les films )

faut peut-être mieux le connaître avec un autre livre


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Dim 1 Juil 2012 - 12:49

Et bien je n'ai encore jamais lu, il figure depuis des années sur mes listes, il faudrait un jour que je me décide. Merci pour le fil, Kenavo.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Dim 1 Juil 2012 - 13:03

En tout cas si on fait un film sur la vie de Lawrence on pourra choisir Vincent Cassel ou Lambert Wilson. Sa photo me fait terriblement penser à un mix entre les 2!

"L'amant de Lady Chatterley" m'avait beaucoup plu. L'occasion d'y revenir un de ces jours...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Dim 1 Juil 2012 - 16:31

David Herbert Lawrence a beaucoup écrit durant sa brève vie. J' ai lu quelques romans comme L' amant de Lady Chatterley, L' Homme qui était mort, Femes amoureuses, des nouvelles comme Les Filles du pasteur, l' Amazone fugitive, La Dame exquise... Il y y a longtemps et seules ses nouvelles m' ont vraiment interessé alors, mais je n' ai pas lu la plupart de ses -gros- romans.
En tout cas, l' homme Lawrence était courageux, à la recherche de ce qui remplirai sa vie. Pour cela, il a voyagé et ses séjours en Italie et au Mexique l' ont marqué dans sa vie et sa spiritualité.

Lawrence croyait en l' instinct vital et détestait l' hypocrisie qui recouvrait en Angleterre la xexualité. Il pensait que que c' était le cerveau qui rendait immoral, pas le corps. Il fallait en parler ouvertement. Il a essayé de le prouver dans son oeuvre et dans sa vie... Y est-il parvenu ? Je l' ignore, mais il est certainement à redécouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Jeu 16 Aoû 2012 - 19:13

L'amant de Lady Chatterley

Incontestablement le roman le plus connu de l'auteur, à cause du scandale, et d'une réputation sulfureuse. Un grand malentendu je crois. Lawrence fait la description et le procès d'une société, celle de son époque, en pleine mutation. Et c'est cela qui est réellement intéressant dans ce livre. Lord Chatterley, représentant d'une classe sur le déclin, une espèce en voie de disparition, ce qui ne l'empêche pas de mépriser tout ce qui n'appartient pas à sa caste. Les méfaits de l'industrialisation, ce qui fait ressembler l'homme de plus en plus à une machine. La destruction de la nature. La violence des rapports sociaux. Les milieux littéraires, artistiques décrits au vitriol. Tout cela dans un très beau style.

Reste ce qui fait la renommée du livre, la passion charnelle de Constance avec le garde chasse de son mari, Mallors. C'est là qu'on voit à quel point le temps passe vite : difficile d'imaginer que le livre ait pu être objet d'un procès à ce sujet en ...1960. Je ne crois pas que cela choque grand monde de nos jours. Et je trouve que si le livre a vieilli c'est dans ces pages de passion. Déjà, je trouve globalement les personnages masculin infiniment plus intéressants, consistants que Constance, et tout ce qui touche la sensualité féminine trahit très fortement un point de vue masculin. Mais le livre est vraiment intéressant par d'autres aspects, ce qui donne envie de mieux connaître d'autres aspects de l'oeuvre.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Ven 17 Aoû 2012 - 9:15

Dans l'Amant de Lady Chatterley, j'imagine que ce qui y était aussi très choquant, c'était une liaison entre UN 'roturier' et une femme de la haute société. L'inverse, c.a.d. homme de la bonne société et 'roturière', avait déjà été le sujet olus fréquent d'autres romans. Que ce soit, en plus, une relation charnelle, naturelle et satisfaisante pour la femme était encore plus choquante pour ce monde qui sortait à peine de l'image de la femme du 19ème. (Mutation de société comme tu le dis).

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Ven 17 Aoû 2012 - 9:31

Un monde qui sortait à peine de la vision de la femme du XIX, cela me fait un peu peur, parce que le livre est sorti en 1960. Ce que tu dis me donne le sentiment que la société britannique était restée bloquée au XIX siècle un sacré moment.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Ven 17 Aoû 2012 - 16:17

En effet, une société anglaise puritaine et qui rejetait avec pruderie tout ce qui lui semblait incompréhensible et donc attentatoire. Lawrence, quoiqu' on pense de son oeuvre et de on actualité, a eu le mérite d' échapper à un milieu familial et social où tant que fils de mineur, il était mal à l' aise et à seprécipiter sur la culture comme l' autodidacte qu' il était. Il essaya dans son oeuvre de mettre en pratique ce qu' il ressentait profondément, à savoir, l' unité du corps et de l' esprit. Il écrivait dans la préface de l' édition populaire de L' Amant de lady Chatterley :

"Je reste fidèle à mon livre et à la position que j' ai adopté : la vie n' est supportable que lorsque le corps et l' esprit sont en harmonie, qu' un équilibre entre eux et que chacun des deux a pour l' autre un respect naturel."

Malgré les réactions négatives, Lawrence continua à creuser, à chercher sa propre vérité. Il essaya de savoir en quoi la morale et la religion chrétienne avaient pu entraver les notions de plaisir, de sexualité et d' épanouissment. Il confronta les théories de Freud avec ses propres opinions. Il alla meme au Mexique vivre une aventure personnelle et amoureuse dans un contrexte culturel et religieux très ancien. A-t-il réussi ? Les avis sont partagés, mais chercher est parfois plus méritoire que trouver...

Sa démarche littéraire fut finalement et malgré les apparences, plus lyrique que naturaliste. Question de tempérament. Je n' ai pas encore lu ses dernières oeuvres, mais je pense le faire, pour connaitre leur aboutissement après vingt années de recherche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Sam 18 Aoû 2012 - 10:36

Arabella a écrit:
Un monde qui sortait à peine de la vision de la femme du XIX, cela me fait un peu peur, parce que le livre est sorti en 1960. Ce que tu dis me donne le sentiment que la société britannique était restée bloquée au XIX siècle un sacré moment.

Je disais cela pensant que le livre avait été publié pas très loin de la première guerre mondiale,
puisque le mari de lady Chatterley en revient blessé et que le roman date en fait de 1928. Le monde du roman appartient bien un monde à peine sorti du 19ème, mais pas le scandale !
Je pensais que le scandale avait eu lieu à ce moment là (années 30) sans réaliser qu'en fait le roman n'est paru en Angleterre qu'en 1960, c'est incroyable ! D'autant que la seconde guerre mondiale avait précipité une certaine libération ou liberté des moeurs féminines en Angleterre et que la minijupe n'était pas loin.

Je suppose qu'ensuite tout le monde a dû chercher à se procurer ce roman 'sulfureux' !


_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   Sam 18 Aoû 2012 - 18:29

Suite à ma lecture j'ai fait quelques petites recherches sur le net et j'ai été vraiment stupéfaite. Le livre n'est paru qu'en 60, parce qu'une loi plus "libérale", permettait à un éditeur qui éditait un texte "obscène" de ne pas être condamné, s'il pouvait prouver que le texte avait des qualités littéraires. Il y eut un procès et d'imminent spécialistes sont venus témoigner en faveur du livre, qui fut "relaxé". Et comme tu le dis, Dom, c'est tout juste avant les mini jupes.

Evidemment qu'avec une telle publicité, le bouquin a du s'arracher comme des petits pains. Je crains que de nombreux lecteurs n'aient été déçus par le contenu.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D.H. Lawrence   

Revenir en haut Aller en bas
 
D.H. Lawrence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: