Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Béatrix Beck [Suisse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Béatrix Beck [Suisse]    Lun 2 Juil 2007 - 21:53



Citation :
Écrivaine belge née le 30 juillet 1914 à Villars-sur-Ollon (Suisse). Elle est la fille du poète Christian Beck. Après différents emplois, elle devient la secrétaire d'André Gide qui l'incite à écrire sur ses expériences, le suicide de sa mère, la guerre, la pauvreté.

Citation :
La belge Béatrix Beck est née le 30 juillet 1914 (par hasard en Suisse) d'un père d'origine mi-lettonne/mi-italienne et d'une mère irlandaise. Elle a grandi en France. Ayant obtenu une licence en droit, elle se fait communiste. Mariée en 1936 avec un juif apatride, Naun Szapiro, elle perd son mari à la guerre et, veuve avec une petite fille, elle fait des petits boulots pour gagner sa vie. Elle publie en 1948 son premier roman, "Barny", à la suite duquel André Gide l'engage comme sécretaire. Gide meurt en 1951, mais grâce à "Une mort irrégulière" (1950) et "Leo Morin, prêtre" (1952, Prix Goncourt) elle peut s'acheter un appartement dans le même building que ... Sartre. Elle est nationalisée française en 1955. Suivent encore quelques romans, puis elle part pour l'USA (1966), où elle sera professeur à Berkeley, à Virginie, à Laval et puis au Canada à Sherbrook, Québec, et à l'université Laurentienne. Ce n'est que de retour en France, 1977, qu'elle se remet à publier des romans, entre autres "Noli", sur la vie universitaire au Canada. Mais c'est avec "La Décharge" qu'elle gagne une nouvelle renommée et le Prix du Livre Inter. Béatrix Beck a obtenu le Prix Littéraire du Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre.

dupliqué de l'article de wikipedia

et suite au fil sur les "romans d'amour" et parce que le film m'a marqué (plusieurs fois) et qu'ensuite le livre m'a marqué (une seule fois pour le moment)...


Bibliogrpahie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

1948 Barny, Pages 3. 5.8
1950 Une mort irrégulière, Pages 7. 9
1952 Léon Morin, prêtre, Pages 1. 3, 4. 7. 8, 10, 11
1954 Des accommodements avec le ciel, Pages 2, 10
1963 Le Muet Pages 9
1967 Cou coupé court toujours, Pages 11
1975 Mots couverts (poèmes),
1977 L'Épouvante, l'émerveillement, Pages 2
1978 Noli, Pages 7
1979 La Décharge, Pages 2.  3. 4, 5. 6. 7, 12, 14 ,
1980 Devancer la nuit,
1981 Josée dite Nancy, Pages 8, 10
1983 Don Juan des forêts,
1984 L'Enfant-chat, Pages 2.  3. 4, 7
1986 La Prunelle des yeux, Pages  11
1988 Stella Corfou, Pages 3, 4
1989 Une,
1990 Grâce, Pages 7
1991 Recensement,
1993 Une lilliputienne,
1994 Vulgaires vies,
1994 Moi ou autres (nouvelles), Pages 11
1996 Prénoms (nouvelles),
1996 L'Ile dans une Bassine d'Eau (contes) L'École des Loisirs,
1997 Plus loin, mais où, Pages 11, 13
1998 Confidences de gargouille (recueillies par valérie Marin La Meslée), Pages 9
2000 La Petite Italie (nouvelles),
2001 Guidée par le songe (nouvelles),
2012 Gide, Sartre et quelques autres,
Contes à l'enfant né coiffé,
La Mer intérieure,
La Grenouille d'encrier,
Entre le marteau et l'écume (poésies complètes), Pages 11
La double réfraction du spath d'Islande , Pages 12
L'enfant qui cherchait la petite bête & autres contes inédits et retrouvés, Pages 14

Citation :
mise à jour le 30/11/2015 page 14



Léon Morin, prêtre

Citation :
Un village français pendant l’occupation. Barny est une jeune veuve passionnée qui vit seule avec sa fille. Intelligente et frustrée, elle souffre des élans amoureux qui la portent vers ses collègues de travail. Incroyante, elle se risque à braver un prêtre… Léon Morin. Mais celui-ci est jeune, beau, fort moralement et aussi intelligent qu’elle. Barny se retrouve prise à son propre piège. Une lutte mystique et amoureuse s’engage entre eux, de laquelle personne ne sortira vainqueur...

source

une remarque pour commencer : ce résumé est associé au film de JP Melville tiré du livre de Béatrix Beck. Je suis pour une raison de souvenir d'une part et une raison d'adaptation fidèle d'autre part bien embêté pour vous dissocier totalement les deux. Il y a cependant des petites différences, j'y reviendrai. (et aussi cette adaptation comme les autres de Melville que j'ai pu voir reprenne des dialogues mais aussi du "texte" des livres lu alors par les auteurs... j'adore... et avec la voix de cette actrice c'est pure merveille... c'est ... !!!)

Revenons à nos moutons et à quelques éléments qui reviennent. Le résumé proposé ci-dessus je l'ai choisi parce qu'il me semble juste, un peu plus que celui ci (wikipedia), pour vous donner une idée :

Citation :
Durant l'occupation, dans une ville de province, la jeune veuve de guerre d'un juif communiste, Barny, mère d'une fillette, est intriguée par les questions religieuses. Elle engage un dialogue avec le jeune prêtre Leon Morin. Barny fait connaître le prêtre à quelques-unes de ses connaissances dont l'une d'elle essaye en vain de séduire le prêtre.

Barny est prète à se convertir à la religion quand elle réalise que c'est lui qui l'attire. Mais il la repousse...

Il y a deux choses (au moins) qui courent tout au long du livre : le questionnement (religieux) qui oppose une forme d'égoïsme à une générosité (désintéressée) et l'amour (sans doute) sous de multiples facettes.

Le personnage principal et qui se pose des questions est Barny, elle est aussi seule et cherche (un tas de choses) à l'évidence. Le prêtre il est simple, pas le grand luxe forcément, il a un peu réponse à tout... à la fois blagueur (il dédramatise en quelque sorte) et très sérieux. Il apparait comme quelqu'un de moralement très engagé (à la différence de Barny). Barny qui choisit (c'est bizarre de mettre ça en mots) de se libérer en s'ouvrant aux autres (enseignement et compréhension, mise en pratique de l'enseignement de Léon Morin) et de se libérer de sa solitude, de son isolement par la recherche (de la compagnie) de ce prêtre... qui ne se détourne pas de ses voeux.

Alors quoi y trouver dans ce petit livre : des échanges spirituels (dans les deux sens du terme) jouant sur d'apparentes contradictions entre les deux protagonistes, une réflexion sur ce que peut être l'amour entre un besoin et l'acte ou la pensée gratuits. Aussi un roman de femme la liberté avec laquelle l'auteure exprime sa fascination ou son attirance pour les personnes (d'un sexe comme de l'autre). Un témoignage aussi de l'occupation.

C'est un peu loin...


Il y a du respect dans ce livre, de la générosité (un peu cachée), de la sincérité dans la globalité... totalité des émotions offertes au lecteur... et l'incontournable fascination que peut avoir le rapprochement d'un sentiment "individuel" à quelque chose de plus grand...

Quelques remarques diverses... le côté "bondieuserie" (pour reprendre cette expression chère à ma mère et ma grand-mère) est moins présent dans le film, les questions associées restent (et heureusement) mais elles sont moins attachées me semble-t-il.


Pour répondre au commentaire de Sousmarin ( ?) sur le premier de la classe un peu faux cul... je vois plutôt ça comme un choix (fort) et pas si simple.


Un petit extrait peut être plus tard...


(j'ai encore du en oublier les trois quarts et tourner n'importe comment le quart restant...)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.


Dernière édition par animal le Mar 15 Sep 2015 - 23:01, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mar 3 Juil 2007 - 1:38

Citation :
j'ai encore du en oublier les trois quarts et tourner n'importe comment le quart restant..
D'abord je ne crois pas. Et puis ensuite, si on veut lire une étude universitaire de Léon Morin prêtre, ce n'est pas difficile.
Moi, ça ne m'intéresse pas! Ce qui m'intéresse, c'est ta vision à toi, les questions que tu soulèves, toi, et ton style, à toi!
Merci, Animal!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mar 3 Juil 2007 - 7:26

hahaha Laughing

merci Wink

loin de moi l'envie de faire une "étude" du livre mais jusque dans mes impressions et souvenirs j'en oublie Embarassed

ce que je ne sais pas c'est quelle différence cela aurait fait si j'avais lu d'abord le livre puis vu le film ... qui a beaucoup influencé ma lecture, la voix....

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mar 3 Juil 2007 - 9:15

si jamais je n'ai pas le temps de lire le livre, j'essayerai de me dégoter le film... surtout que je crois n'avoir jamais vu un Melville Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mar 3 Juil 2007 - 19:17

ce n'est certainement pas un moche film pour t'y essayer... et qui ne doit pas laisser un moche regard quand on regarde les autres.

je ne sais plus si j'avais "trouvé" le livre ou si je l'avais commandé... pour le film c'est facile en tout cas.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mar 3 Juil 2007 - 20:39

animal a écrit:
Pour répondre au commentaire de Sousmarin ( ?) sur le premier de la classe un peu faux cul... je vois plutôt ça comme un choix (fort) et pas si simple.
Quand je dis “premier de la classe”, je fais surtout allusion à sa quête de la pureté absolue, véritable fabrique à fanatiques et à psychopathes, un refus à être humain…le comble de l’orgueil ? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mar 3 Juil 2007 - 21:02

mouuuaaaaaarf ! ne serait ce pas oublier qu'il est aussi modérateur d'une quête qui ne serait pas très personnelle ? ... et les êtres humains il les accueille "tous" ... je concède l'idée envahissante d'un idéal... le côté "absolu" mais d'une part il est possiblement indissociable de la profession et la vision que l'on peut en avoir à travers le livre est celle de Barny qui si elle s'énerve un peu ne se cache pas d'idéaliser.

Je vois bien ce que tu veux dire et pour avoir refeuilleté le livre hier, je pourrai y trouver des mots... mais dans le fond je ne veux pas être d'accord rose...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Mer 4 Juil 2007 - 22:42

extrait !

Citation :
Lucienne Bernhardt venait d'avoir une seconde fille. Je lui proposai de venir habiter chez elle jusqu'au retour de son mari, pour l'aider à s'occuper du bébé. J'espérais secrètement un refus, mais elle accepta avec empressement.
J'eus la faiblesse de dire à Morin combien je souffrais de vivre avec une femme qui pensait surtout à l'argent.
- Elle a bien raison, fit il, c'est le principal, et il se mit à rire.
La maison de Lucienne était loin de la ville, et j'allais travailler à bicyclette. Un matin, en sortant de la poste, je constatai qu'on avait volé Rossinante. Je dus donc faire chaque jour quelques kilomètres de marche. Mes pieds mal protégés par des spartiates s'écorchèrent, et je boitillai. Morin s'en aperçut ; il regarda mes sandales avec un intérêt de cordonnier.
- Elles ne sont pas en peau de veau marin, dis-je en riant.
- Qu'est-ce qui arrive à vos pieds ? Ils sont bien vilains.
- C'est la route. On m'a volé mon vélo.
- On vous a volé votre vélo ?
- Oui. Pourtant, il était enchainé.
- Moi, je ne l'enchaîne jamais et on ne me l'a pas encore volé.
Comme je m'apprêtais à partir, Morin alla chercher sa bicyclette :
- Gardez-la quelques jours. Vous n'aurez qu'à la laisser en bas, en passant, quand ça ira mieux.
- Oh ! non, monsieur l'Abbé !
- Je vais baisser la selle, c'est trop haut pour vous. Venez ici que je mesure.
- S'il vous plait, monsieur l'Abbé, ne me la prêtez pas, je vous en prie. On va me la voler aussi.
- Qu'on la vole à vous ou à moi, ça revient au même, répondit Morin en maniant avec entrain la clé anglaise.
- Je vais crever.
- Il y a des rustines et tout ce qu'il faut dans la sacoche.
- Si on vient vous chercher pour un moribond...
- Un moribond ! répéta Morin avec un rire homérique. Je prendrai mes jambes à mon cou, il m'attendra bien, ce moribond.
Il jeta la bicyclette sur son épaule et dévala l'escalier quatre à quatre. Je me précipitai à suite. Dans une course tapageuse accompagnée des bruits de ferraille de la vieille bicyclette cognant les murs et la rampe, de mes protestations auxquelles Morin répondait en chantant : gloria alleluia ! nous atteignîmes la rue.
- On a fait un de ces boucans, qu'est-ce que je vais prendre, dit Morin en jetant un coup d'oeil vers les fenêtres du curé. Allez, roulez, et ne vous faites pas kidnapper.
J'eus des difficultés à enfourcher la selle. Bien que baissée, elle était encore trop haute pour moi. Sa forme de bec pointu me faisait mal. Je me sentais suivie, dans la pénombre, par les yeux moqueurs de Morin. Il me semblait, sorcière, chevaucher une bécane liturgique pour me rendre à la messe noire. Je zigzaguai, et soudain m'écrasai sur le pavé, heureusement hors des regards de mon entraîneur spirituel. Je me relevai contusionnée et me hissai à nouveau, non sans peine, sur le vélocipède ecclésiastique, frémissant à la pensée des brocards de Lucienne qui, déjà, ne se privait pas de me traiter de bête à bon Dieu, de cornichon à l'eau bénite et de bouffeuse de petits Jésus, tout en m'avouant, sous le sceau du secret, qu'elle priait chaque soir pour qu'il n'arrivât rien à Pierre.


extrait pris un peu au hasard des pages, hasard qui fait bien les choses puisque un peu à côté des "évènements" du récit, belle exemple de la tonalité de l'ouvrage... et que le recopier m'a fait ré entendre les voix des acteurs, mélange de souvenirs qui est décidément plus un plaisir qu'une gêne...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Lun 24 Sep 2007 - 2:06

ça y est je l'ai terminé. Quelle bonne idée que ce cerclage et ce forum, je pense que jamais je ne me serai décidée à lire un tel livre. D'abord et avant tout pour le titre qui me fait passer directement à autre chose. Léon Morin, Prêtre... Pineze !! faut être soit chrétien à donf (de préférence catho) soit chercher son "chemin" pour lire un livre comme ça, aurai-je pensé.

et bien c'est une belle surprise. je me suis identifiée à mort aux questionnements de Barny, j'ai retrouvé également tout le sens un peu pourri qui s'est immiscé dans la pratique de la religion. C'est un regard très ouvert sur la foi et la pratique de celle-ci. Et des questionnements très contemporains (surtout pour moi, qui n'est jamais été confronté à aucune religion... peut-être que pour des personnes "connaisseuses" de la chose, le livre semble plus ... creux...).

En fait ce livre parle surtout de la complexité de vivre avec l'autre, et comment deux êtres peuvent s'entendre, voir même se rendre heureux malgré des différences colossales. il montre qu'il suffit de s'accepter soi, d'accepter les autres tels qu'ils sont, et de trouver en chacun d'eux la part d'humanité qui nous fera les aimer. Même si ça ne nous empêche pas de nous moquer de leurs gros défauts pas beaux !

je serai curieuse de voir le film... J'ai vraiment du mal à imaginer belmondo en prêtre beau, fin psychologue et intelligent... Shocked

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Lun 24 Sep 2007 - 6:52

hahahaha cheers

content l'animal cat

belmondo "sérieux" (et jeune) dans les films de Melville c'est quelque chose Wink

(et puis la voix de Barny dans le film... )

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Jeu 4 Oct 2007 - 14:04

je vous colle un petit extrait que je mettrai vraisemblablement dans ma chronique pour mon site

Citation :

"- Alors, où en sommes-nous, grenouille de marécages ?
- Ce qui me répugne, dans le christianisme, c'est son caractère intéressé : on se force à faire ceci, on se prive de faire cela, pour obtenir le ciel.
- Alors, vous, quand vous ensemencez, vous n'avez pas envie que ça pousse ? C'est ça, le ciel, c'est la levée du grain. Vous vous rappelez le sénevé dont a parlé Notre-Seigneur ? demanda Morin d'un ton d'actualité, comme si, la veille, j'avais écouté avec lui cette comparaison de la bouche d'un ami commun.
- Votre Seigneur, rectifiai-je.
- Autant à vous qu'à moi, dit-il avec un sourire attirant.
- Non, si je refuse.
- Vous pouvez refuser que la terre tourne, je ne crois pas que ça y changera grand-chose.
- La messe... Pourquoi est-ce que l'Eglise a fabriqué une telle mascarade ?
- Au séminaire, ça me faisait le même effet qu'à vous. C'est seulement depuis que j'en suis sorti que j'ai compris. C'est un drame en quatre actes, la messe. Et les acteurs, c'est tout le monde, c'est vous (même si nous n'y allez pas), c'est nous, de la même manière que nous sommes les acteurs de notre propre vie, avec le Christ pour partenaire. C'est un drame vécu, la messe."

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirandoline
Envolée postale
avatar

Messages : 107
Inscription le : 15/05/2007
Age : 44
Localisation : Aude

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Sam 15 Déc 2007 - 10:48

drunken J'avais été absolument épatée par la prestation de Belmondo, une interprétation sobre d'une grande pureté!
J'avoue que c'est par ce film que j'ai réalisé quel grand acteur il était, et ce, tout jeune déjà! ❤

Je n'ai pas eu l'occasion de lire encore le livre, et là, il faut que je me remue un peu le popotin, faut que je le fasse!
J'ai beaucoup lu sur la spiritualité, la foi, mais je pense que ça m'apportera encore quelque chose! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souvenirs-d-enfance.forum-free.org
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Sam 15 Déc 2007 - 11:51

le livre est cerclé Wink

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirandoline
Envolée postale
avatar

Messages : 107
Inscription le : 15/05/2007
Age : 44
Localisation : Aude

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Dim 16 Déc 2007 - 18:51

Very Happy Merci! c'est gentil! Wink
En fait, je l'avais vu, mais comme mon fiancé est bibliothécaire (à force, je crois que tout le monde va le savoir! innocent laugh ) je pense ne pas avoir de souci pour le trouver ici....mais j'en prends note! study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souvenirs-d-enfance.forum-free.org
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    Dim 30 Nov 2008 - 15:19

Nezumi a écrit:
Béatrix Beck vient de décéder à l'âge de 94 ans. Elle avait été rendue célèbre par Léon Morin, prêtre, récompensé par le prix Goncourt en 1952.
Je n'arrive plus à me souvenir si je l'ai lu ou pas...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Béatrix Beck [Suisse]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Béatrix Beck [Suisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 14Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Flotte Suisse sur le Lac Léman
» l'armée suisse
» NYX en Suisse
» Velorail de la Suisse Normande
» La Suisse Normande classée site naturel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: