Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Thomas Hardy

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Thomas Hardy    Lun 2 Juil 2012 - 18:16



Thomas Hardy, 1840 - 1928. est né dans le comté du Dorset, dans une Angleterre essentiellement rurale. ll a écrit des romans, des nouvelles et des poèmes.

Un lecteur a plusieurs vies, c' est bien connu. C' est ainsi que j' ai lu une grande partie de son oeuvre pendant mon adolescence. Plus tard, j' ai lu Les Forrestiers, Loin de la foule déchainée, Les Yeux bleus, L' homme démasqué, La Bien-aimée et des nouvelles.

Je suis profodément reconnaissant à tous l'es écrvains qui m' ont accompagné ma vie durant. Mais en ouvrant ce fil, j' éprouve une certaine inquiétude, je vais expliquer pourquoi en essayant de nuancer ce qu' est l' oeuvre de Thomas Hardy.

Il faut savoir que Thomas Hardy nous parle d' une époque révolue, le plus souvent antérieure à sa naisance. D' un pays encore agricole et d' une région encore rurale qu' il nomme Wessex, mais en fait le Dorset. L' oeuvre est donc datée. A le lire, il est moins "moderne" qu' un Flaubert, pourtant plus agé.

Le style lui-meme est parfois un peu lourd, discursif, un peu raide, les dialogues sonnent un peu faux. Je crois avoir été conscient de ces défauts, et d' avoir beaucoup aimé Hardy malgré eux. Je crois que ce qui fait que Hardy est un grand romancier, c' est qu' il y a chez lui, comme chez Stevenson, des personnages qui s' imposent, la présence personnelle des femmes, une intensité dramatique qui mène souvent les etres au malheur et à la destrction. Je dirai meme qu' il y a chez Hardy tote la violence qu' on trouvera plus tard chez Faulkner.

Eux aussi sont confrontés à des conditions souvent inhumaines qui les poursuivent, une calamité dont ils ne pourront se débarrasser. L' oeuvre de Hardy est donc sombre, pessimiste, sans illusions. Mais on se laisse emporter par cette puissance qui émane de ces destins fichus. Cette puissance qu' on trouve chez Hugo ou chez Powys et Dostoievski.

J' espère que ce sera le cas des lecteurs du forum.

Bibliographie

- Sous la verte feuillée

- Deux yeux bleus

- Loin de la foule déchainée

- Le Retour au pays natal

- Le Trompette major

- Le Maire de Casterbridge

- Les Forrestiers

- Nouvelles du Wessex

- Tess d' Urberville

- Jude l' obscur

- La Bien-aimée

- Poèmes


On a fait une Lecture en commun pour cet auteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mar 3 Juil 2012 - 23:40

Tu peux poser tes questions ici, Coli ! ça meublera ce fil, enfin je l' espère, mais il faut dire qu' avec la tronche qu' il a, je comprends qu' il n' attire pas les foules ! On dirait un José Bové cacochyme et bouffé aux mites !
Mais il vaut mieux que son image, Hardy ! C' est vrai qu' on a beaucoup attendu en France pour le publier et le traduire....Mais à présent, l' essentiel de son oeuvre a été traduit en français, je suis formel ! On a meme traduit ses poèmes et retraduit une partie de ses romans les plus célèbres... Qu' on se le dise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22888
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mer 4 Juil 2012 - 9:46

Bix a écrit:
Le style lui-meme est parfois un peu lourd, discursif, un peu raide, les dialogues sonnent un peu faux. Je crois avoir été conscient de ces défauts, et d' avoir beaucoup aimé Hardy malgré eux.

Ça donne carrément pas envie, en effet...

Bix a écrit:
Je crois que ce qui fait que Hardy est un grand romancier, c' est qu' il y a chez lui, comme chez Stevenson, des personnages qui s' imposent, la présence personnelle des femmes, une intensité dramatique qui mène souvent les etres au malheur et à la destrction. Je dirai meme qu' il y a chez Hardy tote la violence qu' on trouvera plus tard chez Faulkner.

Bon là, un peu plus...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mer 4 Juil 2012 - 9:56

Oui, la LC va je l'espère bien remplir ce fil. Il fait parti de ces auteurs tardivement reconnus en France, heureusement que maintenant pas mal de textes sont disponibles.
Quand à son style, c'est un peu un écrivain de l'excès, par ce qui arrive aux personnages, comme par la façon dont les choses sont dites, d'où ces expressions qui peuvent sembler maladroites lors d'une lecture superficielle, mais je crois que c'est volontairement un peu too much, et que c'est essentiel dans l'univers. Il y a à la fois la description précise d'une société campagnarde locale, en train de disparaître, et une dimension quasiment de tragédie grecque. Une sorte de grand écart qui fait sa singularité.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mer 4 Juil 2012 - 10:49

Je crois que je vais lire Loin de La foule Déchaînée (j'étais persuadé de l'avoir lu) sinon si je m'aperçois que je l'avais déjà lu je me tournerai vers The Return Of The Native.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mer 4 Juil 2012 - 15:30

Queenie a écrit:
Bix a écrit:
Le style lui-meme est parfois un peu lourd, discursif, un peu raide, les dialogues sonnent un peu faux. Je crois avoir été conscient de ces défauts, et d' avoir beaucoup aimé Hardy malgré eux.

Ça donne carrément pas envie, en effet...

Bix a écrit:
Je crois que ce qui fait que Hardy est un grand romancier, c' est qu' il y a chez lui, comme chez Stevenson, des personnages qui s' imposent, la présence personnelle des femmes, une intensité dramatique qui mène souvent les etres au malheur et à la destrction. Je dirai meme qu' il y a chez Hardy tote la violence qu' on trouvera plus tard chez Faulkner.

Bon là, un peu plus...

Je préfère dire ce que j' ai ' on éprouvé vraiment en lisant Hardy plutot que d' en faire un portrait idéalisé qui ne llui ressemblerait pas tout à fait. Ce qui ne m' a pas empeché d' etre passionné par lui.

Je me suis dit aussi que des lecteurs qui ne le connaissent pas pouvaient avoir du mal à le lire. Et puis, la plupart des grands écrivains ont été parfois maltraités par la critique.. On a reproché aussi à Balzac, Dickens ou Dostoivski de mal écrire (quand on parlait de grands écrivains russes, au début du 20e siècle, c' était Pouchkine, Tolstoi et Gogol), à Proust ses phrases interminables, à Malcom Lowry d' etre ésotérque. A Budelaire et à Flaubert leur immoralité, à Hugo, son narcissisme et son emphase... etc.

Vrai ou faux, peu importe... Si leurs qualités contrebalancent leurs défauts. Si leur modernité n' apparait qu' après coup, si des lecteurs les découvrent et les aime, c' est cela qui impote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Posteur en quête
avatar

Messages : 62
Inscription le : 29/06/2012
Age : 51
Localisation : Hautes Alpes

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mar 21 Aoû 2012 - 12:36

J'ai lu Jude l'Obscur que j'ai dévoré. J'ai trouvé la lecture facile et rien de particulier à redire sur le style;mais je n'en ai lu qu'un seul de l'auteur.
Il ne faut pas oublier non plus que la traduction peut jouer un rôle. J'en parlais au sujet de Jeanne Eyre dont j'ai trois traductions différentes : la différence de style est sensible.
Pour préciser, j'ai lu Jude traduit par W. LAPARRA, ED. Le livre de poche.
Je résume rapidement car une LC va commencer sur ce livre.
L'histoire est prenante, on y trouve un réquisitoire contre l'absurdité du mariage et des principes sociaux dont les croyances religieuses propres à déchirer les êtres dans leurs désirs et passions (point qu'on retrouve nettement dans la Nouvelle Héloïse et Jeanne Eyre; 18 et 19 ème siècle).
Jude est attachant, droit et veut prendre en main sa destinée en voulant rejoindre le savoir universitaire qu'il idéalise. Assidument, il se met à étudier seul pour sortir de son milieu inférieur.
Hélas, il est emporté dans le tourbillon fatal de l'amour, entre deux femmes singulières, et tyrannisé par les dogmes sociaux. Il ne contrôle plus sa perte.
Drame sombre et tragique. L'amour ne peut-être heureux et conduit l'homme vers la souffrance et le malheur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mer 12 Sep 2012 - 21:10

Ravi dans les altitudes, voici que j' étais

Face au Très-Haut

Vers qui m' avaient mandé les enfants de la Terre

pour obtenir réponse à leurs clameurs.



"La Terre, me dis-tu ? La Race humaine ?

Née de moi ? Triste sa condition ?

Non je ne me souviens pas de ces parages,

Je ne suis pas l' artisan de ce monde."

Thomas Hardy : Poèmes du Wessex et autres poèmes. Traduit par Frédéric Jacques Temple. - Poésie/Gallimard. Edition bilingue

Cité par Télérama à l' occasion de la réédition des Poèmes.


Dieu serait-il amnésique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Lun 24 Sep 2012 - 16:59

Quelques notes grapillées dans un texte de Diane de Margerie qui connait bien la littérature anglaise et Hardy en particulier.

... Hardy émerge de son siècle pour appartenir au notre par son audace. Audace à vouloir affirmer la liberté du corps. Là où d' autres Victoriens parlent de quete morale, libération psychologique ou sociale, il nous entretient d' un domaine plus brutal : celui du désir. Il est le premier à dénoncer aussi ouvertement les tabous sexuels, à décrire aussi précisément un monde sans Dieu. On a pu s' y tromper, le croire conservateur et meme puritain; or tout au contraire, il expose sans juger.

Comment juger en effet de lois internes, immuables, inséparables de la nature humaine : l' hérédité, la fatalité, le hasard, le sang sous lesquelles ploient Tess D' Urbervile comme Jude l' Obscur. Ce dernier livre, d' ailleurs paru en 1895, provoqua le scandale au point d' etre appelé Jude l' Obscène, d' où le retrait de Hardy, qui opte alors pour la poésie

Déçu par son mariage, Hardy transfère ses sentiments sur le souvenir d' une cousine jamais épousée. Un poème qu' il écrit à l' époque montre assez combien il est hanté par le passé, mais désire que ce passé ne soit de l' ordre du vécu, car dans l' univers de Hardy la réalisation amoureuse est toujours assassine, comme est meutrière la vérité...

La réalité a trop bléssé Hardy pour qu' il puisse la supporter ; il préfère encore le non vécu, le non réalisé, quoique ce manque et ce vide soient également atroces. Dans Le Retour au pays natal, Hardy exprime assez bien cette distance entre le reve et la réalité : "Etre conscient que la fin du reve est proche, sans qu' elle soit encore consommée, est une des étapes les plus tristes et les plus étranges qui sépare le début d' une passion de sa désintégration."

Dans nombre de ses oeuvres, on touve les memes thèmes obsessionnels de l' écrivain : l' impossibilité de saisir jusqu' à l' image du vécu, toujours mutilée par quelque tour sadique du destin ; l' envoutement de l' absence et du manque, leurs métamorphoses fantasmatiques opposées à la dureté métallique des convenances et du vécu. Que ces hantises fussent toulours les memes chez Hardy avait séduit Proust ; il voyait en elles la "monotonie géniale" propre aux grandes oeuvres. Regrets rétrospectifs, idéalisation...

Peu d' écrivains masculins ont si bien décrit ce mystère féminin : qu' une femme attend son enfant avec toute sa vie secrète où l' acte procréateur n' a qu' un role secondaire. Mais peu d' écrivains aussi ont su à se point se couler, comme Henry James, dans la richesse inviolée de la violence mentale des femmes. Sans doute Hardy avait-il, comme Michelet, l' ame féminine."

Diane de Margerie : posface à L' Homme démasqué de Thomas Hardy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Mar 16 Oct 2012 - 5:09

J'ai fini Jude l'obscur
Avec beaucoup de mal...

Citation :
Il y a à la fois la description précise d'une société campagnarde locale, en train de disparaître, et une dimension quasiment de tragédie grecque
Oui, pour la société campagnarde , mais je parlerais plutôt de vaudeville.. Tragique, oui, mais bon..je me suis assez vite lassée des allers et retours des protagonistes.


Citation :
Audace à vouloir affirmer la liberté du corps. Là où d' autres Victoriens parlent de quete morale, libération psychologique ou sociale, il nous entretient d' un domaine plus brutal : celui du désir. Il est le premier à dénoncer aussi ouvertement les tabous sexuels, à décrire aussi précisément un monde sans Dieu. On a pu s' y tromper, le croire conservateur et meme puritain; or tout au contraire, il expose sans juger.
Importantes ces notes de Diane de Margerie ,je pense , Bix ( tu es où???), pour peut être mieux entrer dans l'oeuvre de Thomas Hardy.
Je crois que la seule chose qui m'a intéressée dans ce roman , c'est plus la description de l'absence complète de sensualité et de désir féminin opposée aux vils instincts masculins.. Les deux hommes ne pensent qu'à cela, les deux femmes, c'est le contraire ( chacune de façon différente, d'ailleurs).
Mais c'est tellement appuyé et répétitif!


_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Dim 16 Aoû 2015 - 20:06

Loin de la foule déchaînée


Paru initialement en 1874, mais plusieurs fois révisé par la suite par l'auteur, Loin de la foule déchaînée est le premier grand succès de Thomas Hardy. Premier livre de Hardy situé dans le "Wessex", nom que l'auteur reprend dans l'histoire, pour transfigurer et styliser le Dorset et les comtés voisins du sud-ouest de l'Angleterre.

L'histoire est très romanesque et complexe, difficile et pas forcément intéressant de la résumer avec toutes ses péripéties. Très sommairement, on pourrait dire qu'il s'agit d'une femme et de trois hommes. Deux de ces derniers, se révéleront des mauvais choix.

Comment expliquer le plaisir fou que cet auteur me donne ? Une écriture superbe, flamboyante, toute en volutes. Une façon de disséquer ses personnages, au scalpel, mais jamais dépourvue de tendresse et de compréhension. Une façon d'envisager la communauté dans son ensemble, dans laquelle l'individu a une place. Un humour et un second degré toujours présents. Une façon d'enchaîner les événements, qui tient en haleine du début jusqu'à la fin. Un sens du tragique et du destin. J'arrête, si vous n'êtes pas convaincus de le lire, rien ne vous décidera.

J'ajoute juste que j'ai lu le livre dans une nouvelle traduction de Thierry Gillyboeuf, qui semble reprendre l'oeuvre corrigée par l'auteur, et qui remplace avantageusement la seule traduction disponible jusque là. Pour montrer à quel point la première traduction n'était pas fidèle, le livre était d'abord paru sous le titre de "Barbara". Or aucune Barbara dans le livre, la traductrice semblait juste avoir rebaptisé le personnage principal, Batsheba.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Dim 16 Aoû 2015 - 20:21

C' est l' un de mes préférés de Hardy.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Dim 16 Aoû 2015 - 21:11

Arabella a écrit:
J'ajoute juste que j'ai lu le livre dans une nouvelle traduction de Thierry Gillyboeuf, qui semble reprendre l'oeuvre corrigée par l'auteur, et qui remplace avantageusement la seule traduction disponible jusque là. Pour montrer à quel point la première traduction n'était pas fidèle, le livre était d'abord paru sous le titre de "Barbara". Or aucune Barbara dans le livre, la traductrice semblait juste avoir rebaptisé le personnage principal, Batsheba.
rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Dim 16 Aoû 2015 - 22:00

Barbara ? Quand meme pas. L' édition que j' ai date des années 80 et la traduction  m' a paru plutôt bonne pour ce que j' en sais.
Elle est de Mathilde Zeys, préfacée par Kenneth White. Et le titre est fidèle à l' original. A savoir Loin de la foule déchainée.
Une traduction ancienne n' est pas forcément mauvaise. Elle est simplement fidèle à l' esprit du temps.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Thomas Hardy    Dim 16 Aoû 2015 - 22:20

La première parution du livre en France date de 1901, traduction de Mathilde Zeys au Mercure de France, sous le titre de Barbara. Le livre est encore paru sous ce titre dans les années 50 du siècle dernier. Peut être que changer le nom de l'héroïne, ainsi que d'autres choses sans doute, était dans l'esprit du temps, mais ce ne l'est pas forcément dans le notre, plus soucieux de fidélité à l'original.

En 1980, toujours au Mercure de France,  le livre est réédité, avec comme nom de traducteur Mathilde Zeys, mais sous le titre de Loin de la foule déchaînée. Si titre est changé et si l'héroïne a retrouvé son nom d'origine, j'imagine que le texte a dû être retouché, mais sans doute pas par la traductrice d'origine, qui ne devait plus guerre être en état de le faire 80 ans après la première parution. J'espère que ton exemplaire donne le nom de la personne qui a revu la traduction.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thomas Hardy    

Revenir en haut Aller en bas
 
Thomas Hardy
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Thomas Gordon
» Thomas Fabius en garde à vue.
» CCFS 6000l THOMAS
» Énigme 106 - La léproserie de Saint-Thomas d’Aizier
» Adjudant Gwénaël Thomas - Un sous-officier de l'armée de l'air décède à Kaboul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: