Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie]

Aller en bas 
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Empty
MessageSujet: De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie]   De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Icon_minitimeLun 2 Juil 2012 - 22:31

De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] De-la-10

De la dignité de l'homme

Citation :
Lorsqu'il écrit l'Oratio de hominis dignitate, qui aurait dû introduire ses Neuf cents thèses philosophiques, théologiques et cabalistiques, Pico della Mirandola (1463-1494) a vingt-quatre ans. Bien conscient du fait que «ses façons ne répondent ni à son âge, ni à son rang», c'est pourtant une philosophie nouvelle qu'il propose à ses aînés ; philosophie ouverte, accueillant tout ce qui, depuis les Mystères antiques jusqu'aux religions révélées, émane de ce que l'on pourrait appeller la «volonté de vérité».
L'homme est au centre de cette philosophie, en ce que le divin a déposé en lui ce «vouloir», cette volonté dont il use à sa guise, le créant « créateur de lui-même ». Et cette puissance du vouloir, cette volonté de  «se connaître soi-même», Pico la retrouve chez les Sages grecs et orientaux, mais aussi dans la kabbale juive, la pensée arabe, la scolastique et les auteurs chrétiens. S'agit-il pour autant d'un œcuménisme sans discernement ? Plutôt de la fusion en l'homme de cette intelligence, dévoilée dans le contact entre les différentes sagesses. L'Oratio reste inédite; les thèses sont publiées en 1486, mais l'Église ne voudra pas entendre – quelle église pourrait vouloir entendre ? Pico devra s'exiler en France avant d'être fait prisonnier et incarcéré au donjon de Vincennes en 1487.
Dans sa ferveur juvénile, le propos de Pico demeure intact, vierge, intempestif. Il fait appel, encore et toujours, à l'homme digne, vagabond de la vérité, lui offrant « l'un des plus sincères monuments de la philosophie morale de la Renaissance italienne».
source : lyber-eclat.net

à noter pour ceux qui ont raté l'épisode précédent que le texte est disponible aussi en intégralité sur le site de l'éditeur (L'Éclat) donc.

Et je reprends en guise d'introduction l'extrait de la préface déjà posté sur l'autre fil :

Citation :
(...)il ne suffit pas de rappeler que l'homme a une mission particulière, qu'il lui revient d'articuler le matériel au spirituel, qu'il peut s'unir au divin comme Dieu s'unit au monde créé; et il n'y a guère de pertinence à glorifier le corps de l'homme, à souligner sa double nature, à fonder son excellence sur sa qualité de microcosme ou de reflet de l'univers. Immortalité de l'âme, rationalité, ressemblance au Créateur, autant de raisons invoquées à la gloire de l'être humain, mais dont on ne saurait se satisfaire. Ce qui importe au jeune Pico, ce n'est pas d'insérer l'homme - entendons l'homme générique, que le discours appelle Adam - dans un réseau de similitudes; c'est de repérer sa différence, et de l'affirmer radicale. Loin d'occuper un poste fixe au milieu de la chaîne des êtres, Adam reçoit le privilège d'être seulement ce qu'il devient, et de devenir ce qu'il se fait: dès lors, c'est moins une place hiérarchique que l'exercice d'une liberté qui garantit sa dignitas. Hors échelle, arraché à la structure scalaire chère aux penseurs du Moyen Age, il est promu «quatrième monde», à distinguer des trois premiers; et n'ayant pas de nature propre en tant qu'il est toutes les natures, il apparaît comme l'artisan de sa propre destinée. Par le plus fécond des paradoxes, c'est sur l'absence de nature humaine que se fonde l'humanisme mirandolien.

Yves Hersant

Le texte en lui même est en fait une défense ou une justification de cette démarche de comparaison, discussion, fusion entre des sagesses d'horizons divers, face à l'Église principalement mais aussi à un courant figé de la pensée. C'est donc du discours et de l'énumération et argumentation à but dynamique avec un accent mis sur ce principe d'évolution de la pensée qui se fait dans une lecture chrétienne croyante sans doute tout en cherchant à éviter un dogme trop réducteur. Le positionnement en plus de sa valeur documentaire pour cette époque avec l'ouverture sur un monde différent (les autres religions et d'autres approches pratiques d'une spiritualité philosophique) devient un objet, un instantané de pensée dans lequel on trouve une très motivée continuité qui remonte à l'antiquité et se nourrit à cette source et aussi aux intermédiaires. Un témoignage d'une pensée consciemment dépendante de ses précédents dont la diversité est troublante, vertigineuse en fait (et les pistes pour aller soi-même à la rencontre de ces pensées sont nombreuses, notamment, peut-être Platon et Aristote). On pourrait dire un manifeste pour la pensée en mouvement devant être éprouvée.

Avec l'intérêt pour la sphère méditerranéenne ce n'est donc pas très surprenant que ce texte particulier soit un étendard de cet éditeur.

Une lecture brève et tentaculaire qui nécessite très certainement une culture, plusieurs en fait, que je ne maitrise pas mais qui avec un peu de recul se révèle éclatante dans sa démarche et très stimulante non seulement pour les pistes offertes mais pour la continuité de pensée, de forme de la pensée (avec les bases et les limites) dans notre contexte actuel judeo-chrétien (facultatif, je ne sais pas ce dernier qualificatif, par précaution ça doit valoir le coup de le maintenir).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Empty
MessageSujet: Re: De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie]   De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Icon_minitimeMar 3 Juil 2012 - 11:28

Et comment est son style ?
J'aimerais tenter "900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques".
J'ai peur que ce ne soit trop abstrait pour moi.
En même temps, sa pensée est incontournable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Empty
MessageSujet: Re: De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie]   De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Icon_minitimeMar 3 Juil 2012 - 20:05

ce titre laisse penser qu'il s'agit plus ou moins de la suite programmé à La dignité de l'homme ?

Il doit être tout à fait possible que le style puisse changer puisque dans ce texte d'exposition il y a une part d'argumentaire ou les références peuvent manquer (mais les notes de traduction permettent de suivre sans difficulté, c'est très bien fait cette édition... bilingue !) et une part d'effet du discours qui est recherché et qui sans rechercher le mensonge est plus dans une optique "littéraire" que dans la démonstration mécanique. C'était très lisible en tout cas il me semble... mais que reste-t-il des articulations s'il n'y a pas les notes pour aider le néophyte (ou moins néophyte aussi) à bien attraper certaine articulation de la pensée... difficile à prédire. Et c'est un point, cette articulation, qui peut vraisemblablement être présent dans une énumération choisies de thèses comme annoncée à la manière de De la dignité de l'homme.

réponse de normand, normand optimiste ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Empty
MessageSujet: Re: De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie]   De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
De la dignité de l'homme (Giovanni Pico della Mirandola) [Philosophie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les objets nécessaires à l'homme....et dans la vraie vie
» Les 10 animaux les plus dangereux pour l'homme
» Actualités judiciaires des droits de l'homme en Ukraine
» L'arrestation de "l'homme le plus recherché d'Europe" devrait poser des questions et exiger une réflexion...
» LORENZO : L'HOMME VOLANT - VOYAGE EN CAMARGUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: