Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 [BD] Lewis Trondheim

Aller en bas 
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: [BD] Lewis Trondheim   Mar 17 Juil 2012 - 10:16

Lewis Trondheim (1964)


Citation :
Lewis Trondheim est un auteur de bande dessinée français. A la fois dessinateur et scénariste, Trondheim a été primé a plusieurs reprises pour la qualité de son oeuvre, prix d'Angoulême 1994, Totem de la bande dessinnée en 1996 à Montreuil et Prix de la meilleure série pour Lapinot au festival d'Angoulême 2005. Lewis Trondheim est le fondateur en 1990 la maison d'édition de BD indépendante L'Association, avec six autres dessinateurs.
Source

La liste de ses oeuvres ICI

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Mar 17 Juil 2012 - 10:21

Le dormeur (1993)


Rassurez-vous, le titre est mensonger… Heureusement d’ailleurs, car les aventures d’un personnage qui se contenterait seulement de dormir –si on exclut les péripéties de ses rêves- ne sauraient être exaltantes. Un lit, des ronflements, et tournez les pages ? Bof…

Toutefois, le personnage du Dormeur de Trondheim n’est pas loin de plonger à son tour dans l’immobilisme du pays des rêves… Comme chaque nuit se ressemble, les strips de trois cases rassemblés dans cet ouvrage présentent le même personnage, installé dans les mêmes conditions. Pour faire simple : toutes les cases de cet album sont identiques. Si ce n’est l’audace que représente cette idée, à part ça, pas de quoi s’émerveiller du dessin, du tracé ou de l’expressivité du personnage –qui est nulle.


Trondheim part donc avec un énorme désavantage qu’il se doit de pallier. Comme l’intrigue est réduite elle aussi à néant, il ne reste au Dormeur plus qu’une chose à nous prouver : que la teneur de ses propos suffit à elle seule à compenser tout le reste. Le risque est grand de provoquer un bide monumental, mais Trondheim réussit à convaincre en proposant à son lecteur une version nouvelle des recueils d’aphorismes. Il permet toutefois à son personnage de sortir de la seule sphère de ses pensées en faisant parfois intervenir la femme du dormeur –que l’on ne devine qu’à travers l’apparition plus ou moins régulière de phylactères, parvenus depuis le fin fond de la chambre. Les deux personnages sont cyniques et remplis d’idées saugrenues qui donnent lieu à des affrontements verbaux caustiques ou à des considérations absurdes dont la chute est toujours inattendue –sortes de blagues Carambar pour désabusés.


Le Dormeur est un ouvrage difficilement catégorisable. Dans la forme, il tient de la bande dessinée dans sa version minimaliste. Dans le fond, il fournit un mélange d’aphorismes qui tournent parfois au sketch lorsque le second personnage de l’épouse intervient. L’idée plaît mais le charme tient surtout à la surprise de la découverte. Au-delà de cet enchantement, aucun doute que l’idée trouve rapidement ses limites…

Encore quelques strips ?






_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Mar 17 Juil 2012 - 11:04

du OneShot-BD:

Queenie a écrit:

Omni-visibilis, Lewis Trondheim & Matthieu Bonhomme

Hervé, gars normal, fade, à la vie banalement ordinaire, le mec un peu grinçant et grincheux. Puis un matin, il se rend compte que les gens, partout, voient, entendent, sentent, ce qu'il voit, entend et sent.
Hervé est alors traqué. Mais comment s'enfuir quand tout le monde a accès à son cerveau ?


Première fois que j'entre dans l'univers du ultra connu Trondheim (apparemment pas de fil sur Parfum, mais je suis certaine que pas mal doivent le connaître). J'y suis allée sans grande conviction, juste parce que le côté bleu électrique me sciait un peu les yeux.
Et puis, j'ai été happée par l'histoire.
Ça tient son suspens.
Les personnages sont crédibles au point d'avoir l'impression de voir son voisin ou soi-même. Plein de cynisme et d'humour, de critique bien placée sur la société.
Un vrai plaisir.
Et puis, finalement, les dessins et les couleurs donnent un aspect film noir réaliste, et m'ont bien plongées dans une atmosphère à la fois très réelle et onirique.

-

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Mar 31 Juil 2012 - 10:39

A.L.I.E.E.N. (2004)


Nouvel exercice de style pour Trondheim…

Après un pique-nique à la campagne, le dessinateur nous explique avoir trouvé dans l’herbe un vieux magazine gondolé et racorni. A l’intérieur : des planches de bandes dessinées écrites dans un dialecte qui ne ressemble à rien de ce qu’on peut trouver sur Terre… Solennel devant ce miracle de l’univers, Trondheim décide de mettre le magazine dans son panier de pique-nique et de publier les planches telles quelles… même si on le soupçonne d’y avoir largement apporté sa contribution personnelle !

Le texte dans les phylactères des aventures de bandes dessinées est-il utile ? Outre le fait qu’il nous permet de comprendre qu’un personnage est en train de parler, Trondheim nous prouve que l’intelligibilité du galimatias n’est absolument pas nécessaire. Faut-il encore que l’histoire soit découpée de façon telle que seuls les dessins suffisent à la bonne compréhension de son déroulement… C’est le cas avec les aventures de ces A.L.I.E.E.N., bien civilisés puisqu’ils laissent au lecteur la possibilité d’investir ses propres capacités d’interprétation pour donner du sens à des vignettes parfois volontairement ambigües.


Pas si différentes que nous non plus ces bestioles, car leur sens de l’humour emprunte beaucoup au nonsense britannique, à l’humour noir et cynique d’un C’est arrivé près de chez vous, le tout mâtiné de scatologie et parcouru de champs de fleurs et de papillons qui n’ont rien à envier aux champs de méduse de Bikini Bottom.


Tout commence bien : les aliens sont mignons, ronds et colorés. Ils se promènent dans de superbes landes –et c’est à ce moment-là que le mécanisme bien huilé déraille : un alien se fait perforer les deux yeux par une magnifique plante qui semblait innocente ; un alien-martyre est victime d’un massacre organisé dans la plus grande liesse ; une ville est ensevelie sous les déjections d’un alien atteint d’une diarrhée incurable.


L’humour se dote ici de caractéristiques aptes à amener un second degré de lecture plus cynique et malsain qu’on n’aurait pu le croire. C’est une grande surprise pour un album « muet », qui nous prouve qu’une fois le langage et ses concepts assimilés, il n’est plus besoin de longs discours pour transmettre ses idées critiques : l’humour noir suffit.




Voulez-vous jouer au jeu A.L.I.E.E.N. ? C'est

ICI

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Dim 4 Nov 2012 - 16:05

Bludzee (2010)




Le couguar du haut de son territoire balaie des yeux l’horizon… En fait simple chaton d’appartement qui, du haut d’un vieux tas de détritus, s’imagine être une bête sauvage et gracieuse, Bludzee se suffit à lui-même, solitaire félin de building qui n’a jamais connu son maître. Des paquets de croquettes, un ordinateur connecté à l’Internet et beaucoup d’imagination suffisent à son bien-être.


Mais dans une ville de la taille de New-York, où les buildings plongent les uns sur les autres, il n’est pas permis de rester seul bien longtemps. Qu’il s’agisse de malfrats cherchant à pénétrer de force dans l’appartement de Bludzee, investissant chaque porte et chaque fenêtre, de Doodaï, l’ami Facebook porteur de bons conseils, ou de la curiosité naturelle de Bludzee, le portant à fureter sans mal y penser dans les appartements voisins, la solitude relève du concept qu’il est difficile de véritablement expérimenter.


Bludzee est un personnage séduisant de bout en bout. Sa gueule de petit chaton ne dépare pas à ses croyances naïves qui lui permettent de s’amuser de chaque nouvelle situation avec une bonne humeur qu’on n’oserait pas remettre en question. Ses compagnons de route, beaucoup moins charmants, brillent soit par leur stupidité abyssale, soit par leur méchanceté criminelle (souvent, les deux se confondent). Aucun d’entre eux ne semble échapper à la règle. Si Bludzee parvient malgré tout à survivre en leur compagnie, sans doute doit-il son salut à son innocence : elle lui donne une foi inébranlable en l’avenir, ce qui le conduit bien entendu à assurer sa survie.


Super-héros des villes, Bludzee, sans vraiment le chercher, élimine les méchants les uns à la suite des autres, après bien des cabrioles dignes d’un chat de cirque. Les aventures ne s’arrêtent pas un instant, au risque que le rythme devienne parfois très fatigant. Les évènements s’enchaînent de manière cohérente mais finissent souvent par prendre les mêmes tournures, si bien que la surprise qui caractérisait la première partie de l’album devient peu à peu de la lassitude. Après plus de trois-cent pages des aventures de Bludzee, on espère avec lui que la farandole des méchants va enfin prendre fin pour permettre au chaton de retourner chez lui et de bouffer ses croquettes en paix.


Lewis Trondheim semble avoir voulu compenser la légèreté d’apparence de son trait et de son scénario (légèreté toute relative puisque, comme d’habitude, les dialogues sont truculents et personnalisés par l’humour caractéristique du dessinateur) par l’épaisseur de l’album. En d’autres termes, Lewis Trondheim semble s’être fixé l’objectif de partir de rien (l’histoire d’un chat dans un appartement vide) pour aboutir à une somme de près de quatre-cent pages. Moitié moins aurait été suffisant. Mais qui sait, peut-être sous-estimons-nous les capacités d’imagination de nos félins domestiques ?
Citation :


- Mais enfin… On ne mange pas les gens.
- Bin, si… On mange quoi sinon ?
- Des croquettes…
- Et avec quoi pensez-vous qu’elles soient faites, les croquettes ?
- Euh…
- Il n’y a qu’à vérifier sur la boîte.
- …
- Qu’est-ce qu’ils entendent par « Contient plein de choses bonnes pour votre chat » ? Peut-être des billets d’avion pour des vacances au soleil ?


D'autres bonnes planches pour la route :










_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Dim 10 Aoû 2014 - 10:26

Deux ou trois mois d'éternité
(T6 de la série Les petits riens de Lewis Trondheim)



Dans un monde où les humains ont des têtes d'oiseau, mais des cœurs et des caractères d'humains, avec tout ce que cela implqie de petites angoisses bêtes et de grosses angoisses légitimes, de petits ridicules et de vagues compromissions pour garder la tête hors de l'eau, de plaisirs de l'instant et observations clin d'oeil, Lewis Trondheim raconte  plein de petites anecdotes d'une page, qui mêlent le drôle, le tendre et le bien observé. Pas souvent que des héros de BD nous ressemblent à ce point!
Avec son dessin au trait noir enrichit par des aquarelles légères, parfois stylisé, parfois plus proche du carnet de voyage,  ce petit livre nous émeut et nous amuse avec légèreté.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Ven 21 Aoû 2015 - 5:37

Images : Stéphane Oiry


Maggy Garrison T1 – Fais un sourire, Maggy
Citation :
Présentation de l’éditeur
Même dans l'agence miteuse d'un détective alcoolique, un boulot, ça reste un boulot. Et depuis le temps qu'elle en cherche un, Maggy Garrisson veut bien faire quelques concessions. D'autant qu'il y a toujours moyen de se faire quelques billets, quand on est prêt à aider son prochain et qu'on sait faire preuve d'un minimum de présence d'esprit. Ce qui semble d'ailleurs sacrément manquer à Anthony Wight, son patron, qui s'est fait passer à tabac cinq jours après qu'elle eut commencé à travailler pour lui et qui ne reprend connaissance que pour lui demander de lui apporter son vieux portefeuille à l'hôpital. Menue monnaie, facturette, reçu de parking, coupons pour une salle d'arcade… Pas de quoi faire le déplacement, et pourtant, quand Maggy constate qu'elle est suivie dans la rue, elle flaire le coup fourré. Car sous leur aspect anodin, les coupons semblent susciter une vraie convoitise. Une enquête décalée signée Lewis Trondheim et Stéphane Oiry, qui campent en Maggy Garrisson une héroïne hors norme, dotée d'un fichu caractère et d'une bonne descente. Un récit découpé en chapitres autonomes, reliés par le fil rouge d'une intrigue qui nous mène des rues de Londres aux côtes de Brighton, dans une ambiance de polar stylisée par le talent de Stéphane Oiry.

Belle atmosphère d’une histoire de petit détective comme on l’a vu dans plus d’un film. Et voilà que Maggy va venir pour lui donner un coup de main.

Un scénario qui fait vraiment plaisir. On ne sait pas à quoi s’attendre et voilà qu’on part pour l’aventure qui donne tout plein de frissons.

Je trouve surtout l’aspect des rues de Londres si bien captés, j’adorais de la première à la dernière page !

Hâte de découvrir le deuxième volet…




_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Ven 21 Aoû 2015 - 5:38

Images : Stéphane Oiry


Maggy Garrison T2 – L’homme qui est entré dans mon lit
Citation :
Présentation de l’éditeur
Après l'épisode de la plage de Brighton, Maggy attend que ça se tasse. Elle a de quoi patienter : un nouveau mec, un joli magot de 15 000 livres qui attend son heure, et même une nouvelle enquête pour gagner un peu d’argent frais. Le principal, c'est de ne pas donner prise aux possibles soupçons de Sheena qui, tout flic ripou qu'elle est, n'en reste pas moins flic... avec une revanche à prendre.
Une nouvelle étape dans le quotidien de Maggy Garrisson, dont la vie n'est pas exactement un roman mais bien plutôt un polar, avec ses dialogues bien serrés, ses hasards qui n'en sont pas forcément et ses pintes sans faux col au pub du coin.
Accompagné de Stéphane Oiry au dessin, Lewis Trondheim confirme la très bonne surprise avec ce tome 2 sans concession et blindé d'un humour qui n'est pas chargé à blanc.

Tout le bien que j’ai éprouvé lors du premier tome, s’est reproduit dans cette suite.

J’adore Maggy et bien que ses choix dans sa vie ne semblent pas toujours être les bonnes, on la suit avec beaucoup de plaisir.

Encore une fois une atmosphère qui est bien rendue sur ces planches.




_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Ven 21 Aoû 2015 - 23:07

Merci Kenavo pour cette présentation. Je ne savais pas que Tronheim travaillait parfois avec quelqu'un d'autre sans dessiner par lui-même.
J'ai adoré son "Approximativement" (Editions Cornélius) où il est obligé de travailler pour une maison d'édition japonaise et se moque un peu des japonais. Trop drôle pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   Mar 20 Sep 2016 - 5:46

Images : Stéphane Oiry


Maggy Garrison T3 – Je ne voulais pas que ça finisse comme ça
Citation :
Présentation de l’éditeur
Il pleut encore sur les rues de Londres, et dans le portefeuille d'enquêtes de Maggy Garrisson, détective privée inventive et malicieuse, on trouve de surprenantes énigmes du quotidien : vols de dents en or sur les cadavres d'un crématorium, petits larcins dans la caisse d'une librairie, un album de photos à rendre à une famille... Rien d'insoluble pour la flegmatique jeune femme qui a bien besoin d'argent. Et pour plus d'action, elle pourra toujours compter sur son récent petit ami, petit malfrat au grand coeur...
Loin des clichés du genre, Maggy Garrisson est une série policière contemporaine à l'ambiance toute british. Avec ce troisième tome, Lewis Trondheim et Stéphane Oiry livrent la fin du premier cycle d'un polar réaliste et pince-sans-rire. Un scénario à multiples facettes, des personnages attachants, un graphisme noir, les raisons ne manquent pas pour rejoindre Maggy au pub du coin !

C’est la fin du cycle… et c’est bien dommage.

Je m’étais attachée à Maggy et son monde.

Voilà une belle conclusion de cette série et je félicite Lewis Trondheim pour un scénario digne d’un bon polar.

Et les planches de Stéphane Oiry ont donné une belle ambiance tout au long des trois tomes.




_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BD] Lewis Trondheim   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] Lewis Trondheim
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DANIEL DAY-LEWIS
» Beth Lewis – La Voie du Loup (2017)
» Hommage à Jerry Lewis : le comique de légende s'est éteint
» Telethon 2008 : 7 et 8 decembre
» Erik Blake Thornock [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: