Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Vladimir Sorokine

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeDim 6 Jan 2013 - 21:13

coline a écrit:
Marko a écrit:
Je n'arrive pas à trouver sa pièce Dostoievski Trip...

Tu as fait allo ici?
Non. C'est vrai je me souviens que tu me l'avais indiqué.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeDim 6 Jan 2013 - 21:42

Marko a écrit:
coline a écrit:
Marko a écrit:
Je n'arrive pas à trouver sa pièce Dostoievski Trip...

Tu as fait allo ici?
Non. C'est vrai je me souviens que tu me l'avais indiqué.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeMar 8 Jan 2013 - 21:48

tina a écrit:


Je viens de prendre le temps de te lire. Waow !
Ca me parle directement au coeur.
Merci Colimasson...

Oui, c'est très surprenant... Sorokine a une manière atypique de remuer.

Marko a écrit:
Le lard bleu sera mon prochain. Je n'arrive pas à trouver sa pièce Dostoievski Trip...

Décidément, il y tient à son Dostoïevski !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeMer 9 Jan 2013 - 12:06

Il doit avoir un côté un peu trash, ce type là ! (moi qui suis tout le contraire...)
Il m'est fort sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeLun 1 Avr 2013 - 15:19

Journée d'un opritchnik (2006)


Vladimir Sorokine - Page 7 Journe10

L’opritchnina d’Ivan le Terrible, milice spéciale représentée sous les signes du chien (celui qui attrape les traîtres) et du balai (celui qui les nettoie pour laisser table rase), symbole de la « Sainte Russie orthodoxe » du 16e siècle, ressuscite cinq siècles plus tard, en 2028, à cause de Vladimir Sorokine.


Vladimir Sorokine a dit : « En Occident, être écrivain est une profession, chez nous, c’est un travail de sape : l’écrivain sape les fondements de l’Etat ». En tant qu’écrivain, on comprendra donc que rien de ce qu’il n’écrit n’est anodin. Quel intérêt aurait-il eu à évoquer cette vieille milice disparue de l’opritchnina si, justement, elle n’avait pas disparu ? si, au contraire, elle n’était pas restée intacte, se contentant seulement de changer de nom, de changer de forme ? Ce n’est un secret pour aucun lecteur : en décrivant la journée d’un opritchnik, Vladimir Sorokine prétend à peine s’emparer de la forme fictionnelle pour nous décrire la Russie politique d’aujourd’hui, à deux ou trois métaphores près.


Vingt-quatre heures, ni plus, ni moins, et nous suivons les tribulations de Komiaga, opritchnik plutôt haut gradé, bien qu’il reste encore sous les ordres du Patron, lui-même dirigé par le Souverain. Au-dessus, bien sûr, Dieu le Saint orthodoxe. Parmi ses aventures, le trivial et le vital alternent sans cesse : entre les orgies de bonne chère/chair, d’alcool et de serpelets, entre les heures de détente passées au sauna et les visites à l’opulente et magistrale souveraine, viennent s’intercaler de tristes affaires d’Etat qu’il vaut mieux régler le plus rapidement possible à coups de perceuses, de lasers et autres moyens que le sadisme technologique rend plus redoutables qu’au siècle d’Ivan le Terrible.


Beaucoup moins dense que cet autre texte de Vladimir Sorokine, Le Lard bleu, la journée d’un opritchnik semble n’en être qu’un extrait ayant subi une légère variation. Lorsque le premier ajoutait à la description viciée d’une hiérarchie politique totalitaire, une intrigue tordue donnant à réfléchir sur de nombreux aspects culturels, le second se contente de lui-même. Sans but, cette journée vouée à la répétition éternelle pourrait revêtir les aspects de l’absurdité, si ce n’est qu’au sein de l’opritchnina, aucune journée ne se ressemble.


Moins d’emphase, moins de délires, moins de crimes, mais encore beaucoup de débauche et de violence : entre le trop et le pas assez, cette journée d’un opritchnik échoue à donner une représentation convaincante du travail de sape recherché par Vladimir Sorokine. L’excès donne naissance à une caricature dont l’écrivain serait le bouffon-créateur, voltigeant sans se laisser capturer par toute une hiérarchie qu’il dénonce. Même si les intentions de Vladimir Sorokine sont louables et tout à fait compréhensibles, Journée d’un opritchnik est un texte décevant pour qui aurait lu son Lard bleu. Léger, bien trop léger, il nous abandonne comme Komiaga lorsqu’il se réveille chaque matin, après une nuit de cuites, la mémoire totalement vierge des méfaits de cette nouvelle opritchnina.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeLun 1 Avr 2013 - 18:22

Excellents résumé et commentaire, colimasson.

J'ai lu ce roman il n’y a pas longtemps. Au fait, tout le monde est terrible et ridicule dans ce livre, les bourreaux comme les victimes. C’est une anti-utopie carnavalesque. Le sujet de « Journée d'un opritchnik » fascine mais la façon dont Vladimir Sorokine le traite m’a laissée sur ma faim. L’histoire et l’écriture m’ont semblé simplistes dans l’horreur, tantôt petite-bourgeoises, tantôt pathétiques. La journée de l’opritchnik est débitée chronologiquement du matin à la nuit, cette lecture en ligne droite m’a fatigué, aucune surprise à en attendre.

Cependant c’est un roman important. Il réveille le lecteur des journaux. Il souligne des faits et envoie des coups de projecteurs sur des activités facilement oubliés par la rapidité du quotidien journalistique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeMer 3 Avr 2013 - 21:44

Merci Maline.

Je pense aussi que c'est un roman important -il n'y a qu'à voir les réactions qu'il a engendrées. Je me dis peut-être que mon statut de citoyenne française, bien éloigné du statut que je pourrais avoir si je vivais en Russie par exemple, me fait passer à côté de beaucoup de références et de réflexions dissimulées dans ce livre ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Hanta
Agilité postale
Hanta

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeDim 28 Aoû 2016 - 18:00

Roman

C'est une expérience littéraire inoubliable, qui nous laisse sur les rotules, non par lassitude ou fatigue mais de la même façon que si nous avions dansé une valse endiablée et que la musique s'arrête subitement.
Le style, ou plutôt les styles d'écriture car Sorokine modifie sa façon d'écrire, la fait évoluer, la décortique, la triture, l'harmonise pour finalement nous lancer dans un rythme soutenu, un peu chaotique mais toujours brillant.
j'ai ressenti la même chose quand je lisais Foster Wallace, une sorte d'objet littéraire qui nous prend en otage pour nous faire découvrir toute la gymnastique linguistique possible.
Les dialogues sont des bijoux, dignes de pièces de théâtre, les descriptions rappellent les belles heures de Tourgueniev, et il est dressé un tableau de la Russie rurale tantôt romantique tantôt véritablement mélancolique qui ne peut laisser indifférent.
La forme prend le pas sur le fond, et c'est un pur plaisir que ce soit le cas, car le fond s'il est intéressant ne semble pas être l'enjeu de l'oeuvre.
Un livre tout simplement époustouflant dans tous les sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitimeSam 3 Sep 2016 - 1:45

Voilà qui fait plaisir à lire. J'espère que d'autres tenteront l'aventure. C'était une lecture marquante.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Vladimir Sorokine - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Sorokine   Vladimir Sorokine - Page 7 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Vladimir Sorokine
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: