Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 [BD] Robert Crumb

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 19:09

[BD] Robert Crumb 220px-13

Robert Crumb (1943)

Citation :
Après s'être exercé tôt au dessin en compagnie de ses deux frères, rôdant le bientôt célèbre Fritz the Cat dans des publications amateur, Robert Crumb débarque à San Francisco sans grande expérience professionnelle et en plein mouvement hippie. Dès 1967, ses premiers strips sont publiés dans les Zap Comix, mais le succès est véritablement retentissant l'année suivante alors que Fritz the Cat, le chat paillard, fait ses premiers pas aux yeux du grand public. C'est le point de départ d'une monumentale carrière pour Crumb, qui va peu à peu s'imposer comme un incontournable de la bande dessinée underground.

« Fritz est le plus connu [de mes personnages], curieusement, à cause d’un dessin animé avec lequel je n’ai rien eu à voir (…). Je l’ai trouvé horrible, gênant, mal réalisé. Dans mes histoires, Fritz est gonflé, je dirais que c’est un personnage qui ne fait pas partie de moi. Peut-être que je souhaitais être celui-ci quand j’étais jeune. »
Citation :

Il enchaîne les séries - dont 'Mr Natural', le gourou cynique - multiplie les collaborations avec les plus prestigieux des magazines spécialisés des deux côtés de l'Atlantique, dessinant notamment aux USA pour Snarf ou Village Voice, en France pour Actuel, Pilote ou L' Echo des Savanes. Son dessin exubérant et précis fait mouche. Sa description de la société marginale et psychédélique interpelle. Ses excès, pornographiques ou provocateurs, dérangent parfois.

« L’une des clés pour vous exprimer dans l’art est d’essayer de casser la maîtrise de soi, de voir si vous pouvez transcender la part socialisée de votre esprit, le surmoi — quel que soit le nom que vous lui donnez. (…) L’art, heureusement, est un domaine où vous pouvez dépasser cela, vous en débarrasser et révéler quelque chose de plus profond. Je sais que dans mon travail, je dois sortir ces trucs, ça ne peut pas rester à l’intérieur : toute cette folie, ces trucs sexuels, l’hostilité envers les femmes, la colère contre l’autorité. »

Citation :
Dans les années 1980, Robert Crumb recentre son travail en prenant pour cible les yuppies de l'Amérique de Reagan et affirme son goût pour le blues, participe aux aventures des revues Weirdo et Raw, et du magazine d'art Spiegelman. Au début des années 1990, il s'installe dans le sud de la France, prend du recul par rapport au métier en ne travaillant qu'à de rares albums, ce qui ne l'empêche pas de recevoir en 1999 un prix à Angoulême pour l'ensemble de son oeuvre. Phénoménal dessinateur, Robert Crumb reste dans les esprits initiés comme l'une des figures de proue de la bande dessinée alternative.
Biographie Evène

La liste de ses publications :
ICI

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 19:11

Amerika (2004 en VF) de Robert Crumb

[BD] Robert Crumb 2700-medium

Résumé Editeur (Cornélius) :
Citation :
Ce volume de la grande anthologie que nous consacrons à Robert Crumb met en avant la veine pamphlétaire de ce dernier. Le constat lucide et acerbe qu'il dresse de son pays vaut pour tout l'Occident, tant nos modes de vie semblent s'être calqués sur le rêve américain. La soif de destruction, la folie consumériste, la volonté de puissance, les réflexes racistes et communautaristes, tous les instincts primaires qui animent l'homme moderne sont ici taillés en pièces.
Un livre noir, à la rage salvatrice, qui redonne un peu de colère à l'heure où semble s'installer la résignation.

Cet album réunit des histoires écrites par Robert Crumb entre 1969 et 1993. Souvent acerbes et jetant un regard critique sur les Etats-Unis, elles faisaient alors partie de ce que l’on appelle la BD « underground », comme en parle si bien le principal concerné :

« ... Et quel pays de dingue où l'on peut dessiner comme on veut les choses les plus dégradantes, les plus irrévérencieuses sur les puissants, et tout le monde s'en fout ! Pas de taule, pas de poursuites... On vous exclut simplement du marché !! »

Robert Crumb s’attaque au fanatisme, à la politique, à l’écologie, au star system, sans jamais oublier de s’inclure dans les critiques qu’il fait de ces différents mondes. S’il se rend bien compte que les comportements des hommes politiques ne sont jamais tout à fait honnêtes, il déplore de son côté son manque d’idéaux politiques et une certaine forme de démission.

« Je n’y comprends absolument RIEN ! Comment autant de gens peuvent-ils être aussi cons ? On vit pourtant une époque moderne ! »

Le tout bien sûr ponctué d’un humour acide et féroce. Sur le ton de la plaisanterie, les critiques passent mieux.

Comme le dit Blogalire :

Citation :
Cette anthologie s'intitule faussement Amerika, avec un "K" façon Kafka. En effet la société décrite dans ces 93 pages est aujourd'hui celle de tout l'occident, pas seulement des U.S.A. Et puis « Pourquoi les foules sont-elles si écœurantes ? », demande Crumb en dessinant une file d'attente au guichet d'un fast food. « Parce qu'en général, les gens qui les composent sont encore pires pris individuellement, j'imagine... » Notez qu'il n'en est pas sûr...
Source : ICI

L’album est enrichi d’une postface de trois pages rédigée par Jean-Pierre Mercier. Elle nous éclaire sur le contexte d’écriture de chacune des histoires qui composent cet ouvrage.

Les plus beaux coins de Détroit (1969) : Sur le ton d’un dépliant touristique, ces pages décrivent les hauts lieux supposés de Détroit, alors surnommée « Motor City » du fait de sa production automobile.
Motor City (1969) : Continue dans la même veine que l’histoire précédente en imaginant une métropole entièrement dédiée au dieu automobile.

« L’ironie du propos se teinte avec le recul d’une certaine mélancolie, quand on sait qu’il ne reste pour ainsi dire aucune trace de ce qui fit la puissance économique de Détroit, agglomération aujourd’hui sinistrée. »

Monsieur Je-Sais-Tout dans « Quatre ans de plus » (1973) : Dans cette histoire, Crumb réagit directement à un évènement politique : l’élection présidentielle américaine de 1972 qui avait porté au pouvoir Nixon face au démocrate George McGovern.

[BD] Robert Crumb 9782909990972_pg

Jumpin’ Jack Flash (1971) : Histoire mettant en scène un personnage calqué sur le modèle de Charles Manson :

« Charles Manson est le modèle du méphitique héros de cette courte histoire. Le 9 août 1969, Manson persuada The Family, un groupe de cinq disciples, dont quatre femmes, de massacrer les occupants de la propriété de Cielo Drive (Californie du Sud). Parmi eux figurait l’actrice Sharon Tate, alors enceinte. Charles Manson se voyait comme l’incarnation du cinquième ange du Livre des Révélations et interpréta la chanson Helter Skelter des Beatles, sortie peu de temps auparavant sur l’Album Blanc, comme un appel crypté au massacre généralisé. Arrêté quelques temps après, jugé et condamné à la perpétuité, il croupit depuis en prison. »

C’est le gros méchant plein d’soupe (1970) : Histoire d’un personnage inventé par Crumb lors d’un mauvais trip LSD dont les effets durèrent plusieurs mois.
Parlons sérieusement de l’Amérique moderne (1975) : Constat de l’impuissance de Crumb à articuler une pensée politique structurée.

[BD] Robert Crumb 2810

Les bandes dessinées profondes (1969) : Retranscrivent les situations que Crumb vivait alors qu’il était sous l’emprise de substances qui modifient les états de conscience.
Space day symposium (1977) : Crumb dresse dans ces pages une vision dénuée d’aménité de la conquête spatiale.
Frosty le bonhomme de neige et ses copains (1975) : Ces courtes histoires illustrent l’ambivalence de Crumb quant à l’engagement politique avec Frosty, qui fait l’apologie ambigüe de l’activisme révolutionnaire, et Débilos, qui incarne une certaine image de l’engagement radical de l’époque.
Déchets (1982) : Histoire initialement dessinée pour la revue écologique CoEvolution Quarterly, cette histoire qui se veut une constatation politique et écologique des conséquences provoqués par les déchets des populations occidentales a provoqué des réactions incendiaires des lecteurs outrés par le mauvais esprit de ces pages.

[BD] Robert Crumb 5010
« Hy » perbole et Al E. Gory (1981) : Dans cette histoire en apparence sans queue ni tête, Crumb suit librement le déroulement de sa conscience en enchaînant les associations d’idées et les clichés de langage.
Pointons du doigt (1989) : Réquisitoire dirigé sur Donald Trump, prototype dans les années 80 du golden boy flamboyant à qui tout réussit. Cette histoire est marquée par une double fin typique de Crumb dans l’autodénigrement sardonique.
Academy awards (1992) : Commande de l’édition américaine de la revue Première, Crumb raconte son expérience aux Oscars.
Quand les nègres prendront le pouvoir en Amérique (1993)[b] et [b]Quand ces satanés Juifs prendront le pouvoir (1993) : Ces deux histoires constituent l’attaquent la plus frontale jamais dessinée par Crumb contre le racisme et les préjugés. Elles véhiculent tous les clichés racistes que les Américains expriment vis-à-vis des Noirs et des Juifs.

« Certains amis dessinateurs de Crumb (Art Spiegelman, Diane Noomin et Bill Griffith) ont brutalement mis en cause l’utilité d’une telle démarche, tandis qu’un groupuscule néo-nazi américain l’a pris pour argent comptant et s’est réjoui de compter le père de Fritz le chat dans ses rangs. »

Les gros méchants plein d’soupe prennent le pouvoir (1987) : Reprise du Gros Méchant plein de soupe crée en 1970 pour illustrer la frange la plus réactionnaire de la population américaine qu’il oppose à un président, figure de Jimmy Carter.

[BD] Robert Crumb 8710

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 19:11

Parle-moi d’amour (2011) d’Aline & Robert Crumb

[BD] Robert Crumb Robert10
Immobilisée en 1972 après s’être cassé le pied, Aline Kominsky se morfond. En plein rêve hippie, la vie lui semble soudainement moins reluisante, clouée sur un fauteuil. Pour la réconforter, Robert Crumb, son compagnon, lui propose de réaliser une bande dessinée avec lui. Et c’est le début d’une collaboration à quatre mains qui s’étendra sur trente-cinq ans et près de 260 pages. Projet qui aurait pu tomber à plat si l’histoire entre Aline et Robert avait été un feu de paille, mais ces deux là se sont bien trouvés et l’entente qui sévit sur le papier se retrouve également dans les évènements de leur vie quotidienne.

[BD] Robert Crumb 124
Trente-cinq ans ne s’écoulent pas sans changements, et suivre l’évolution d’un couple sur cette période permet de mettre en relief les caractéristiques de leur entente, base solide d’un bon « Manuel à l’usage des couples qui durent ». On y retrouve ainsi deux personnalités qui se complètent avec Robert, le bédéphile introverti et dominé, et Aline, la femme robuste et extravertie. Bien conscients de ce que chacun s’apporte mutuellement, ils savent aussi s’éloigner l’un de l’autre pour se pas s’entredévorer. Leur humour et leurs références culturelles s’abreuvent à la même source et se retrouvent dans des dialogues clinquants bourrés de bons mots et d’idées saugrenues. Surtout, Aline et Robert sont honnêtes et ne cachent pas les exaspérations qu’ils ressentent l’un envers l’autre ou les infidélités qui ont pu être commises…

[BD] Robert Crumb 1_511
Cette honnêteté se retrouve également dans le texte adressé au lecteur. La pudeur n’est pas de mise et l’introspection est poussée encore plus loin que dans un journal intime, puisque les pensées de l’un sont confrontées à celles de l’autre mais aussi à celles qu’ils s’imaginent naître dans les esprits des lecteurs. Mais plutôt que de craindre les conséquences d’un tel étalage de vie privée, qui passe par la mise en scène de spectacles sexuels rarement valorisants, de préoccupations futiles ou de pensées désespérées lors de la naissance de leur fille, Sophie, Aline et Robert Crumb font le pari d’assumer entièrement ce qui pourrait parfois s’apparenter à de l’obscénité si leur esprit d’insouciance et d’innocence presque enfantine ne surplombait pas le tout.

[BD] Robert Crumb 1_228

L’évolution est également intéressante sur le plan artistique puisqu’en trente-cinq ans, il apparaît clairement que les styles d’Aline et de Robert ont évolué. Les premières planches cherchent avant tout à répondre à des exigences d’ordre dramatique et les représentations des auteurs se font dans le cadre d’une histoire rythmée par un début, des péripéties et un final. Mais les années passent et, la notoriété et la confiance aidant peut-être, ils arrivent à se détacher de cette habitude et n’hésitent pas à dessiner des planches dans lesquelles ils ne font que parler, évoluant paisiblement dans leur microcosme. Le ton est alors davantage tourné à l’introspection. C’est dans ces moments-là que les dialogues sont les plus savoureux.

[BD] Robert Crumb 1_610
Pas besoin d’être passionné par l’œuvre de Robert Crumb pour se plonger dans cet album. Au contraire, ce seront peut-être ses plus fervents admirateurs qui seront déçus de découvrir un homme finalement pas aussi déséquilibré qu’on pourrait le croire à la lecture de ses autres œuvres. Un mythe qui s’éteint ? Finalement, dans la vie privée comme dans l’œuvre, Aline Crumb arrivera peut-être une nouvelle fois à prendre le dessus…


[BD] Robert Crumb Aline-10

Citation :
- Et c’est vrai que les juifs sont en général plus malins, plus intelligents que les chrétiens… Et pourquoi ? Pourquoi l’éducation est-elle plus importante chez les juifs que chez les ploucs, les italiens, les polonais, les noirs et autres peuples obtus ? Pourquoi les juifs sont-ils le « peuple du Livre » ? Tu sais pourquoi, Aline ??
- P-parce qu’on préfère le schmaltz à la mayonnaise ?

Citation :
Finalement, mes propres addictions sont assez banales, comme George Bush… Je me demande si je vais devenir une chrétienne super-disciplinée comme lui, maintenant que je suis sobre. Peut-être que je ferais mieux de rester une ivrogne inoffensive !

Citation :
Je crois que la seule raison pour laquelle tu me supportes encore est que tu n’as pas été monogame un seul jour depuis notre mariage !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 19:16

Crumb fait l'objet d'une rétrospective jusqu'au 12 Août au Musée d'Art Moderne de Paris :

[BD] Robert Crumb Affich14
Plein d'images sur Bodoï, plus quelques-unes ici :

[BD] Robert Crumb Crumb_10

[BD] Robert Crumb Crumb_11

[BD] Robert Crumb Crumb_12

[BD] Robert Crumb Crumb_13

[BD] Robert Crumb Crumb_14

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeJeu 11 Avr 2013 - 12:15

Crumb (1984) de Terry Zwigoff


[BD] Robert Crumb Couv22

Il fallait bien s’appeler Terry Zwigoff pour filmer un documentaire aussi intimiste que celui-ci sur le dessinateur de bande dessinée Robert Crumb. Et même pour le réalisateur, ami depuis plus de vingt ans avec ce grand nom du neuvième art, la tâche ne s’est pas effectuée avec limpidité. Il lui aura fallu neuf ans pour que son projet finisse par prendre forme. Le lien d’amitié a peut-être ici compliqué les choses : que peut-on montrer au public ? quelles sont les limites du voyeurisme ? toute la vie privée de Robert Crumb nécessite-t-elle vraiment d’être étalée aux yeux de tous pour que son œuvre soit mieux comprise ?

Ces questions sont légitimes car le film Crumb, à l’image de l’homme dont il cherche à cerner l’existence et les aspirations, semble n’avoir rien à cacher. Terry Zwigoff ne se borne pas à filmer Robert, sa femme (ses femmes) et son art. Il semble plutôt vouloir creuser et effectue un travail presque psychanalytique en revenant sur la famille et l’enfance du dessinateur –les explications et interprétations en moins. Le film permet au spectateur de découvrir un pan de l’existence de Robert qu’aucune interview classique ne nous avait permis de connaître jusqu’alors. Et plus encore, malgré l’abondance des planches publiées par Robert Crumb, malgré la densité de leur prose, on réalise que le dessinateur était loin de nous avoir tout dévoilé. Beaucoup plus facile de parler de ses fantasmes, de ses amours et de ses orgasmes que de revenir sur les failles d’une famille américaine « modèle » qui aura chu à force de vouloir exceller. On rencontre ainsi la mère de Robert Crumb mais aussi ses deux frères, Charles et Max. Au moment du tournage, Charles vit toujours chez leur mère : dépressif, il survit grâce à des calmants qui annihilent en lui toute volonté et accentuent sa réclusion misanthrope. Max ne s’en sort guère mieux. S’il peut se passer de psychotropes, en revanche, il peine à contrôler des pulsions sexuelles qui rendent son rapport avec ses congénères difficiles, et il n’arrive à garder un certain équilibre qu’en se mortifiant sur une planche cloutée et en avalant un long ruban purificateur, qu’il fait passer très régulièrement de sa bouche à son sphincter, avec un petit détour par le système digestif. Robert Crumb, avec ses délires dessinés, apparaît comme le rescapé de la famille, le seul qui semble mener une vie équilibrée. Est-ce le dessin qui lui a permis de se détourner de cette immondice familiale ? Peut-être, mais on ne comprend pas, alors, pourquoi cette activité n’a pas sauvé Max qui est l’initiateur de cette pratique dans la fratrie. Sans Max, Robert n’aurait peut-être jamais dessiné…


D’une durée de deux heures, le documentaire Crumb peine parfois à retenir pleinement l’attention. On comprend que certaines scènes ont pu sembler indispensables à Terry Zwigoff, ami de longue date de Robert Crumb, mais même le plus fervent lecteur de ce dernier –sauf peut-être le plus fanatique- ne sera pas forcément passionné par toutes les anecdotes empilées en vrac et en désordre entre deux interprétations de planches. Il règne en effet une impression d’autosatisfaction très agaçante. Peut-être n’est-ce que le reflet de l’admiration de Terry Zwigoff, mais Robert Crumb, tel qu’on veut nous le présenter –homme libre, détaché des conventions, surplombant la masse du commun des mortels par le maniement de ses crayons-, semble très vaniteux et sûr de lui. Son onanisme, qu’il aime à représenter dans ses planches, prend alors un double sens : il n’est plus seulement sexuel, mais aussi égocentrique. C’est parce qu’il s’aime que Robert Crumb croit nécessaire de livrer au su de tous ses frasques, jusqu’au plus subtil détail de sa libido. On ne lui en tiendra pas rigueur. Après tout, ce sont nous, lecteurs, qui lui permettons de continuer à dessiner ses monologues bavards. Crumb permettra dorénavant de les considérer non plus seulement comme un amusement, mais comme la preuve de survivance d’un homme qui aurait pu finir condamné comme ses deux frères.


[BD] Robert Crumb Crumb310
Robert et Charles (l'adepte de la planche à clous)


[BD] Robert Crumb Crumb710
Le fils de Robert, Charles et Robert

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeJeu 11 Avr 2013 - 16:02

CRUMB ! Une émanation de l' esprit de l' époque. 1968-70 et la suite... Libération sexuelle, revendications, féminisme, pétards, créativité. Crumb fait partie de ceux qui ont cristallisé tout cela, avec un humour cre et dru.

Il a Aussi, parmi tant d' autres, Gilbert Shelton, qui a décrit le milieu de la défonce, les junkies en perpétuelle quete de joint ou d'acide et des équipées à bord de minibus Volkswagen pour aller draguer et écouter des concerts de rock. Shelton a un don d' observation aigu, de dérision et d' autodérison et c' est follement drole !


[BD] Robert Crumb Freak_10

[BD] Robert Crumb Images27

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeJeu 11 Avr 2013 - 18:41

Crumb, c'est aussi le banjo des "Primitifs du futur" (si, si, c'est le même. Si vous regardez un peu, vous verrez les pochettes, c'est lui qui les dessine).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeLun 10 Juin 2013 - 14:00

Fritz the Cat a été réédité le 7 mai 2013. Un article de Bodoï en parle :

Citation :
Mais qui est Fritz ? Un personnage de chat dessiné par Robert et son frère Charles durant leurs prime jeunesse, soit. Oui, mais encore ? Un bon à rien alcoolique et imbu de lui-même, un poète raté, un dragueur pathétique, un Américain patriote d’une ignorance crasse, une star hollywoodienne déchue… Les histoires s’enchaînent, les facettes se multiplient, car les travers de la société, dont il se fait le reflet, sont nombreux.

Un personnage est né, un félin rugissant l’absurde de son temps. Que ce soit celui des beatniks, plus occupés à boire qu’ils ne le sont à vivre, ou alors celui de la Guerre froide, où la haine du communisme prend le pas sur le bon sens le plus élémentaire. Robert Crumb s’attaque à toutes les causes qui fédèrent un peu trop rapidement, qui s’adressent à l’enthousiasme et non à l’intelligence. Par le biais du personnage de Fritz, Crumb nous démontre avec ironie et mordant qu’il est possible d’être vraiment idiot et de se sentir génial en même temps. C’est là même le point aveugle de la condition humaine. À travers des aventures rocambolesques et pleines d’humour, Fritz le chat débarrasse le lecteur de ses œillères. Tel un Jésus des temps modernes, Fritz le poil-à-gratter paye pour nos pêchés, pour que chacun se rende compte des dangers d’une pensée unique, même si celle-ci se pare des ornements d’une liberté facile et trop vite gagnée.

Côté dessin, comme le dit le dessinateur Terreur Graphique: « La fausse naïveté du trait, l’usage de l’animalier et le côté cartonnesque de l’épopée de Fritz ne font que renforcer la satire de son époque et l’idiotie des hommes. » Et d’ajouter : « En deux mots : ça bute. »

Il ne faut donc pas faire l’économie de sa lecture, c’est un fait. Et pour compléter, plus que l’inutile adaptation animée de Fritz, il vaut mieux regarder le documentaire de Terry Zwigoff sur Robert Crumb, pour comprendre qui était son frère, Charles. Vivant chez sa mère toute sa vie durant, reclus dans sa chambre, obèse, ayant tout lu, il s’est suicidé à 51 ans… Longue vie à Fritz !


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeLun 10 Juin 2013 - 18:56

Mais c'est la vraie BD ou une retranscription du dessin animé ?

C'est à dire (A n'ouvrir que pour ceux qui ont déjà lu la BD ou ceux qui s'en fichent de connaître la fin) :

Spoiler:
 

Dans ce cas, je l'inscris en LAL illico (le dessin animé ne m'a pas laissé une marque indélébile.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeMar 11 Juin 2013 - 22:20

Je croyais que le dessin animé n'était qu'une adaptation de la BD... mais là tu me mets un doute avec cette question.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeSam 1 Mar 2014 - 13:47

Fritz the Cat (1964-1972)


[BD] Robert Crumb Robert13

Les premières histoires de Fritz sont écrites par Robert Crumb à la fin de son adolescence et ne sont alors destinées qu’à ses frères et amis. Exutoire sans pudeur et amusé de pulsions sexuelles qui ne savent pas à quel objet s’attacher, ces histoires constituent surtout des blagues privées que Robert Crumb ne destinait pas à la publication, jusqu’à ce que Viking Press s’intéresse de près aux mœurs endiablées de Fritz et lui fasse connaître le succès qui lui permet aujourd’hui encore d’être réédité.


Si le dessin porte déjà la signature incontournable de Robert Crumb et nous ravit par ses inventions organiques les plus tordues, Fritz n’apparaît pourtant pas comme un personnage messianique. Ce n’est d’ailleurs certainement pas son but. Produit d’une génération à la fois désenchantée et exaltée par la révolution hippie, Fritz trimballe sa carcasse d’une troupe de femmes à une autre, ponctuant son parcours de rhum et de cocaïne. Comme Henry Miller et sa trilogie de la Crucifixion en rose, ses rêves sont hantés par des projets intellectuels et artistiques qu’il ne trouve pas le courage de porter à leur aboutissement. Fritz le lâche fuit les autres comme il se fuit lui-même et ne valorise ses pires penchants qu’afin de stigmatiser les valeurs plus dégoûtantes d’une société qui l’a fait croître de guingois.


Fritz représente le dégoût maniaque et survolté, préférant courir sans fin à sa perte plutôt que de se retirer de la course. En 1972, alors que l’adaptation cinématographique de Fritz connaît un succès commercial inespéré, Robert Crumb met un point final à ses aventures en publiant « Fritz the Cat Superstar ». Avili, vieillissant, corrompu par les succès faciles, Fritz ne peut pas aller plus loin. Robert Crumb a su le faire disparaître avant que ses vices ne deviennent les leitmotive creux et répétitifs d’un succès commercial aliénant.

Citation :
Oui, oui… je me souviens, quand tout ça me donnait l’inspiration et m’illuminait… L’histoire, la littérature et la sociologie, de la merde…
On croit qu’étudier est « le » truc incontournable et on devient un grand connard d’intellectuel qui passe son temps à essayer de dépasser les autres grands connards d’intellectuels…
On perd des années et des années le nez enfoui dans ces putains de bouquins et devoirs, le monde continue de bouger…
Tous les trucs à voir, toutes les filles et tous les plaisirs sont là, et on est assis sur une pile de vieux livres à se remplir la tête de foutaises…
Et moi, écrivain et poète, qui devrais avoir des aventures et expérimenter toutes les diversités, les paradoxes, les ironies de la vie, et passer par toutes les routes du monde et visiter toutes les villes, les rivières et les océans, en me faisant toutes les filles… Mon Dieu !
En tant qu’écrivain et poète, mon devoir est de sortir d’ici et de visiter le monde, de me lancer sur la grande scène pendant qu’il en est encore temps !!! Merde alors !!

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeVen 31 Juil 2015 - 15:47

Kafka
(avec David Zane Mairowitz)
[BD] Robert Crumb 51JD1iM-5GL._SX287_BO1,204,203,200_
Ouvrage hybride contenant du texte, parfois illustré d’image mais aussi des bandes dessinées, Kafka m’a permis de mieux découvrir l’œuvre et la vie de ce maître de la littérature mondiale.
Instructif et plaisant donc. J’aimerais avoir entre mes mains des ouvrages similaires sur certains de mes auteurs fétiches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeVen 31 Juil 2015 - 17:24

Merci pour la piquouse de rappel...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeVen 31 Juil 2015 - 17:36

GrandGousierGuerin a écrit:
Kafka
(avec David Zane Mairowitz)
[BD] Robert Crumb 51JD1iM-5GL._SX287_BO1,204,203,200_
Ouvrage hybride contenant du texte, parfois illustré d’image mais aussi des bandes dessinées, Kafka m’a permis de mieux découvrir l’œuvre et la vie de ce maître de la littérature mondiale.
Instructif et plaisant donc. J’aimerais avoir entre mes mains des ouvrages similaires sur certains de mes auteurs fétiches.

Et Pajak ?

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitimeVen 31 Juil 2015 - 17:47

bix229 a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Kafka
(avec David Zane Mairowitz)
[BD] Robert Crumb 51JD1iM-5GL._SX287_BO1,204,203,200_
Ouvrage hybride contenant du texte, parfois illustré d’image mais aussi des bandes dessinées, Kafka m’a permis de mieux découvrir l’œuvre et la vie de ce maître de la littérature mondiale.
Instructif et plaisant donc. J’aimerais avoir entre mes mains des ouvrages similaires sur certains de mes auteurs fétiches.

Et Pajak ?
Pas compris ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




[BD] Robert Crumb Empty
MessageSujet: Re: [BD] Robert Crumb   [BD] Robert Crumb Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] Robert Crumb
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le centre de loisirs de l'école Robert Doisneau
» Le Havre - Rue de la Comédie > Rue Robert de la Villehervé
» Groupe scolaire Robert Doisneau : informations, photos et vidéos
» Groupe scolaire Robert Doisneau : Appel à mobilisation
» Robert Bob NOODY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: