Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anonyme - Beowulf

Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 21:17


Beowulf




Il s’agit d’un long poème épique composé à une époque non clairement définie, la seule version manuscrite du texte date du Xem siècle. Le texte est en vieil-anglais ou anglo-saxon, il représente à lui seul 10% du corpus de poésie vieil-anglaise. Aucune indication d’un auteur éventuel, le manuscrit a été copié par deux scribes différents, des corrections faites par un autre encore, semblent montrer qu’il s’agissait d’une copie d’un autre manuscrit.

Le texte évoque des personnages et des événements historiques datant du VIem siècle dont on retrouve des traces dans des sources scandinaves. Un certain nombre d’éléments rapproche ce texte de textes germaniques et scandinaves, la notion du destin, le nom même Beowulf est un kenning (périphrase à valeur métaphorique) caractéristique de la poésie scandinave : au lieu de dire ours, on dit « loup des abeilles ». Mais le texte a été écrit par un auteur chrétien, soucieux de replacer l’histoire dans la perspective de sa religion.

Beowulf est un guerrier gaut (Suède du Sud). Il décide de venir à la rescousse du roi Danois Hrothgar, dont le palais est attaqué régulièrement, et ses guerriers dévorés par un ogre, Grendel. Beowulf lutte à mains nues avec le monstre, et le blesse en lui arrachant un bras, ce qui le condamne à mort, même s’il arrive à s’enfuir. On fête la victoire. Mais la mère de l’ogre décide de venger son fils, et tue un homme cher à Hrothgar. Beowulf la poursuit sous la mer où elle a son repère et parvient à la tuer et à achever Grendel. Le roi Hrothgar lui fait des somptueux cadeaux et le héros rentre chez lui.

Après quelques péripéties, il devient roi de son peuple, sur lequel il règne de son mieux pendant une cinquantaine d’années. Mais un redoutable dragon dévaste le pays. Beowulf décide de l’affronter seul. L’ennemi est redoutable, et Beowulf n’a pas le dessus, il est aidé par un jeune guerrier, Wiglaf. Ils tuent le dragon, mais Beowulf succombe.


Je trouve toujours intéressant de lire ces vieux textes, celui-ci est vraiment aux confluences de plusieurs cultures. Evidemment les sagas, mais aussi l’Enéide, on peut reconnaître certaines similitudes. Une curiosité instructive.

Et puisqu’on a évoqué les sources de Tolkien sur le fil de cet auteur, ce dernier, dans ses travaux universitaires, s’est longuement consacré à l’étude de ce texte, dont il a contribué à changer la perception. Et s’en est inspiré pour ses écrits de fiction.



Spoiler:
 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 22:26

après la lecture (morcelée) de Tolkien, j'ai sorti Le Chevalier à la Charette de Chrétien de Troyes, j'ajoute donc ce Beowulf. As-tu une édition en particulier à recommander Arabella ?

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 22:36

Je ne suis pas sûre qu'il existe une autre version que celle du livre de poche. Cela a l'avantage du prix déjà. Ce n'est guère un texte très traduit en français. Disons que c'est une curiosité, si on connaît les sagas, cela montre une adaptation du genre à une autre culture. Mais je trouve cela moins intéressant littérairement que les belles chansons de geste. Peut être à cause du caractère disparate. Et cela malgré Tolkien, qui semble-t-il plaçait ce texte très haut.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 22:41

bien, j'imagine que toute bonne bibliothèque possède ce texte... je note donc le titre et il viendra sans doute en temps et en heure...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 22:42

Arabella a écrit:
Je ne suis pas sûre qu'il existe une autre version que celle du livre de poche. Cela a l'avantage du prix déjà. Ce n'est guère un texte très traduit en français. Disons que c'est une curiosité, si on connaît les sagas, cela montre une adaptation du genre à une autre culture. Mais je trouve cela moins intéressant littérairement que les belles chansons de geste. Peut être à cause du caractère disparate. Et cela malgré Tolkien, qui semble-t-il plaçait ce texte très haut.
Et la traduction, justement, elle est lisible ? Il doit y avoir plein de choix (vers/pas vers ; faire du français ancien / français plus moderne). La traduction doit être terriblement difficile...
On parlait des extraits, là un tout petit extrait, ça pourrait donner une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 22:45

Si tu ne le trouves pas, je peux le cercler. Je ne suis pas sûre que ce soit si facile que cela de le trouver. Dans le réseau parisien, il n'en ont que 5 exemplaires. Plus une version plus ancienne, de 1980, traduite par le même traducteur. Mais il a revu sa traduction.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 22:51

eXPie a écrit:

Et la traduction, justement, elle est lisible ? Il doit y avoir plein de choix (vers/pas vers ; faire du français ancien / français plus moderne). La traduction doit être terriblement difficile...
On parlait des extraits, là un tout petit extrait, ça pourrait donner une bonne idée.

C'est déjà une version bilingue, donc tu vois à quoi ressemble le vieil anglais. C'est vraiment très curieux.
Ensuite, ce c'est pas en vers, et cela n'imite pas le vieil français. Mais ce n'est pas franchement la langue que l'on parle tous les jours non plus. Ce n'est pas si mal au final.

Citation :
Survient alors de la lande, caché par les versants brumeux,
arriva Grendel. La colère divine était sur lui.
Le criminel ennemi de la race des hommes
songeait à surprendre l'un d'eux dans le palais altier.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 23:07

Arabella a écrit:
eXPie a écrit:

Et la traduction, justement, elle est lisible ? Il doit y avoir plein de choix (vers/pas vers ; faire du français ancien / français plus moderne). La traduction doit être terriblement difficile...
On parlait des extraits, là un tout petit extrait, ça pourrait donner une bonne idée.

C'est déjà une version bilingue, donc tu vois à quoi ressemble le vieil anglais. C'est vraiment très curieux.
Ensuite, ce c'est pas en vers, et cela n'imite pas le vieil français. Mais ce n'est pas franchement la langue que l'on parle tous les jours non plus. Ce n'est pas si mal au final.

Citation :
Survient alors de la lande, caché par les versants brumeux,
arriva Grendel. La colère divine était sur lui.
Le criminel ennemi de la race des hommes
songeait à surprendre l'un d'eux dans le palais altier.

Ça va, ils l'ont près de chez moi.
Merci pour l'extrait.

Ce qui est intéressant, c'est qu'il y a périodiquement des nouvelles versions dans le monde anglo-saxon. Je me souviens que quand la nouvelle version de Seamus Heaney est sortie, ça avait donné pas mal d'articles, et que le livre s'était étonnamment bien vendu.
Il en existe même une version audio, lue par Seamus Heaney lui-même.

Bon courage !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 23:10

Faut dire que lorsque tu vois le texte d'origine, cela ne ressemble même pas à de l'anglais, il y a plein de lettres bizarres. Il y a vraiment besoin de traduction. dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Lun 27 Aoû 2012 - 23:34

Arabella a écrit:
Faut dire que lorsque tu vois le texte d'origine, cela ne ressemble même pas à de l'anglais, il y a plein de lettres bizarres. Il y a vraiment besoin de traduction. dentsblanches
Sur Wikipedia, on peut lire :
Citation :
"Heaney's prize-winning translation of Beowulf (Farrar, Straus & Giroux, 2000, Whitbread Book of the Year Award) was seen as ground-breaking in its use of modern language melded with the original Anglo-Saxon 'music'"
Déjà que la traduction de poèmes étrangers, ça ne rend généralement pas grand chose en français, alors s'il fallait traduire la traduction de Heaney...
On n'a pas le choix, il faut maîtriser l'anglais... (et tant d'autres langues) jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Mar 28 Aoû 2012 - 11:14

eXPie a écrit:
Arabella a écrit:
Faut dire que lorsque tu vois le texte d'origine, cela ne ressemble même pas à de l'anglais, il y a plein de lettres bizarres. Il y a vraiment besoin de traduction. dentsblanches
Sur Wikipedia, on peut lire :
Citation :
"Heaney's prize-winning translation of Beowulf (Farrar, Straus & Giroux, 2000, Whitbread Book of the Year Award) was seen as ground-breaking in its use of modern language melded with the original Anglo-Saxon 'music'"
Déjà que la traduction de poèmes étrangers, ça ne rend généralement pas grand chose en français, alors s'il fallait traduire la traduction de Heaney...
On n'a pas le choix, il faut maîtriser l'anglais... (et tant d'autres langues) jypeurien

Et même en maîtrisant l'anglais, on ne sait pas trop à quelle traduction on a affaire vu que le poème original a été transcrit en deux dialectes : Saxon (West Saxon) et Angle (anglian ) et que plusieurs traductions en anglais en ont été faites. J'ai lu une des traductions anglaise il y a 4 ou 5 ans qui m'avait paru plutôt bonne même si elle n'était pas si commode à comprendre. Il m'avait semblé, que cette traduction rendait une réelle dimension poétique au texte et malgré/grâce aux tournures archaïques des images très fortes venaient à l'esprit comme l'immense hall où se réunissent les guerriers et où s'introduit l'ogre, quelques scènes de combat avec l'ogre et surtout avec la mère de l'ogre. Je ne sais pas où elle est passée et du coup je fouille internet pour la retrouver, je l'avais lu 'online'. Je suis quasi sûre que ce n'était pas celle de Heaney, elle était plus ancienne.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Mar 28 Aoû 2012 - 12:19

Il y a 5 ou 6 ans j’ai lu Beowulf avec un groupe de farfadets car un de nos copains avait écrit sa thèse sur Beowulf et était resté un fada du Moyen Age anglais. Nous avions le texte d’origine et sa(ses) traduction(s) modernes.

Je me souviens que Beowulf est écrit dans un dialecte anglo-saxon incompréhensible pour moi (alors que notre copain se faisait plaisir en nous narguant et déclamant le texte ancien à haute voix et par cœur). Par contre j’ai lu avec plaisir l’histoire en anglais moderne (et surtout son réécriture toute poétique par Seamus Heaney, mais ceci est une autre page de littérature). Les hauts-faits de ce prince des Goths me rappelaient la chanson de Roland autant que le Cid espagnol ou la saga des Nibelungen en Allemagne ; Beowulf est une épopée écrite et fondatrice d’une littérature écrite dans la langue nationale (et pas dans un latin de cuisine).

Le début de Beowulf est certainement celui de toute chanson de geste, c.-à-d. orale, et même chantée dans son cas, mais vers l’an 1000 quelqu’un l’a écrit sur du parchemin. Ce manuscrit avait disparu pour longtemps, fut découvert, ignoré, abîmé, rejoignait les fonds du British Museum, ensuite les collections de la British Library, transcrit, édité, traduit en anglais moderne. Et ouf ! Les Romantiques le sanctifiait épopée nationale, les Modernes l’anoblissait en lecture scolaire (en Grande Bretagne) et les informaticiens en ont fait un projet digital énorme pour ne pas dire exhaustif.

Je suis tout à fait d’accord avec eXPie que Beowulf serait un joli projet pour La Pléiade de le sortir une édition bilingue, et pourquoi pas accompagné par les autres textes européens que je viens de mentionner. Au moins, il existe déjà Le Livre du Graal, Le roman du Renard et plus près de nous (XVIe siècle) Les romans picaresques espagnols en Pléiade. Tout espoir est permis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Mar 28 Aoû 2012 - 16:14

La version en livre de poche est bilingue, et comme je le disais, le nombre de pages est insuffisant pour un volume de la Pléiade, il faudrait compléter par d'autres textes. Pourquoi pas, mais je trouve qu'il faudrait déjà enrichir la collection pour le Moyen-Age français, je pense en particulier aux vieilles éditions des années 50, où les textes en ancien français ne sont pas traduits....Et il n'y a pas tant de choses que ça en somme. Il y aurait de quoi faire. Mais c'est une excellente initiative, que cette sortie récente de Beowulf dans une édition accessible, et peu onéreuse (6,95). Au risque de me répéter, je trouve que la collection Lettres gothiques au livre de poche est tout à fait recommandable.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Jeu 20 Sep 2012 - 11:21



Beowulf. Edition revue, nouvelle traduction, introduction et notes d'André Crépin. Lettres gothiques. Le Livre de poche. 254 pages.

Citation :
"Beowulf (prononcez béowoulf) est le plus ancien des longs poèmes (il a 3 182 vers) qui nous sont parvenus en vernaculaire européen, c'est-à-dire en langue autre que le latin : ici l'anglais d'avant la Conquête normande de 1066, le vieil-anglais, ou anglo-saxon. Le poème représente un dixième de notre corpus de poésie vieil-anglais.
Son unique manuscrit date de l'an mil, mais le poème, ou une version du poème, peut avoir été composé plusieurs siècles auparavant. Son titre, donné par les éditeurs modernes, est le nom de son héros, qui aurait vécu au VI° siècle." (page 6)

Première page de Beowulf

Citation :
"Il a pu être composé entre le VII° et le XI° siècle. Il semble que "notre version est l'aboutissement d'une longue tradition, qui a pu ajouter quelques détails d'actualité et donner à l'ensemble une patine uniformisante." (page 6)

"Le héros Beowulf acquiert de nos jours une notoriété de personnage mythique, du moins aux Etats-Unis. [...] Les Britanniques sont plus réticents. Pour eux Beowulf reste avant tout le protagoniste d'un chef-d'oeuvre littéraire, remis en honneur par une conférence du professeur J.R.R. Tolkien, le futur auteur du Seigneur des anneaux, en 1936 et par la traduction, plusieurs fois couronnée, du poète Seamus Heaney (1999) [Prix Nobel de littérature, Seamus Heaney obtient ainsi son deuxième Whitbread Book of the Year]. En France, malgré certains efforts, il reste peu ou mal connu. [...]
Les trois premiers vers constituent l'ouverture, indiquant le genre littéraire du poème. Celui-ci exalte la gloire, au combat, de grands chefs, dans les temps anciens. Le poème appartient donc au genre de la poésie héroïque." (page 8 ).
A noter que "Les Anglo-Saxons du Haut Moyen Âge écrivent leurs poèmes en anglais (mais non la poésie latine) comme de la prose" (page 29). De plus, l'introduction donne des explications sur la langue, les hémistiches, les ornements, les motifs...

Voici le début du poème :
Hwæt! We Gardena in gear-dagum,
þeod-cyninga þrym gefrunon,
hu ða æþelingas ellen fremedon.
Oft Scyld Scefing sceaþena þreatum,
monegum mægþum, meodo-setla ofteah.
Donc - nous dirons des Danois-à-la-lance aux jours d'autrefois,
de rois souverains la gloire telle que nous l'avons reçue,
comment alors les princes firent prouesse.
Que de fois Scyld de la lignée de Scef
arracha à nombre d'ennemis les trônes du festin !
(vers 1-5)


Mais voilà que, déjà :
Him ða Scyld gewat to gescæphwile
felahror feran on frean wære.
Scyld ensuite quitta ce monde à son heure marquée,
en pleine force partit dans la paix du Seigneur.
(vers 26-27)

Comme on l'aurait lu dans certaines sagas islandaises, "il tomba en ayant acquis excellente réputation".

On voit, tout au long du poème, que les bons rois sont ceux qui distribuent avec sagesse (donc généreusement) de nombreux trésors à leurs valeureux guerriers, et savent banqueter.

Nous suivons maintenant un descendant de Scyld. C'est un bon guerrier et un grand roi : le souverain Hrothgar. Mais il se fait un peu vieux, et il a un gros problème : un ogre soudain apparu cause des ravages parmi ses preux.
Ce qu'entendant, notre héros Beowulf, solide guerrier d'entre les Gauts (le Götaland étant une région au sud de la Suède), rapplique à toutes voiles.
Gewat þa ofer wægholm, winde gefysed,
flota fami-heals fugle gelicost,
oðþæt ymb an-tid oþres dogores
wunden-stefna gewaden hæfde
þæt ða liðende land gesawon,
brimclifu blican, beorgas steape,
side sænæssas; þa wæs sund liden,
eoletes æt ende.
Voici parti sur les vagues, sous un vent favorable,
le navire au col d'écume, tout pareil à l'oiseau,
et le jour suivant, au moment prévu,
la proue cambrée avait si bien fendu les flots
que les navigateurs aperçurent terre,
virent scintiller falaises, raides collines,
vastes promontoires. La mer était franchie,
la traversée à son terme. (vers 217-224)

Lorsqu'une sentinelle demande à la petite troupe, à la tête de laquelle se trouve notre ami Beowulf, ce qu'ils sont venus faire, "le chef de la troupe déverrouilla son coffre à paroles" (j'aime beaucoup cette expression) comme suit :
þu wast (gif hit is
swa we soþlice secgan hyrdon)
þæt mid Scyldingum sceaðona ic nat hwylc,
deogol dæd-hata, deorcum nihtum
eaweð þurh egsan uncuðne nið,
hynðu ond hra-fyl. Ic þæs Hroðgar mæg
þurh rumne sefan ræd gelæran,
hu he frod ond god feond oferswyðeþ,
gyf him ed-wendan æfre scolde
bealuwa bisigu, bot eft cuman,
ond þa cearwylmas colran wurðaþ.
Comme tu le sais, et s'il en est
comme nous l'avons vraiment entendu dire,
existe chez les Scyldiens un tueur de je ne sais quelle espèce,
un mystérieux ennemi qui dans l'ombre des nuits
répand la terreur et cause une détresse inouïe,
mêlant humiliation et cannibalisme. Je peux là-dessus,
en ami magnanime, suggérer à Hrothgar
comment, noble et prudent, il triomphera de l'Ennemi,
s'il est dit qu'un revirement doive jamais survenir
dans ses malheurs, surgir une revanche,
et alors la tornade de ses tourments s'apaisera.
(vers 274-283)

Ce monstre terrible est nommé Grendel. Ça va castagner dur, et banqueter plus dur encore. Et, pendant ces banquets, nos grands costauds parlent, se racontent des histoires généralement sinistres pour fêter des temps joyeux ("le choix de cet épisode tragique pour célébrer la joyeuse victoire de Beowulf s'explique par l'effet de contraste cher aux Anglo-Saxons et aussi par l'insistance de notre poème à dénoncer l'inefficacité des mariages diplomatiques", note page 107).
No þæt yðe byð
to befleonne, fremme se þe wille,
ac gesecan sceal sawlberendra,
nyde genydde, niþða bearna,
grund-buendra gearwe stowe,
þær his lic-homa legerbedde fæst
swefeþ æfter symle.
Il n'est point facile
de fuir la mort quoi qu'on fasse :
chacun des êtres pourvus d'une âme,
chaque enfant d'homme, chaque habitant de cette terre,
doit, poussé par l'inexorable nécessité, aller à sa place préparée
où son corps, gisant immobile,
dormira, le festin fini.
(vers 1002-1008)


Il est très fort, Beowulf, quasiment un superman, en tout cas un super-gaut. Par exemple, à un moment, le voici qui plonge :
brimwylm onfeng
hilde-rince. ða wæs hwil dæges
ær he þone grund-wong ongytan mehte.
Le bouillonnement des vagues se referma
sur le guerrier. Une bonne partie du jour se passa
avant qu'il pût constater qu'il avait atteint le fond.
(vers 1494-1946)

Beowulf est intéressant même si, au final, on est presque étonné du peu d'action qu'il renferme, surtout quand on compare ce texte à certaines sagas islandaises... Il ne vise pas au pur divertissement. Car, avant chaque fait d'armes, on prépare le combat, puis il y a la castagne, et après on raconte ce qui s'est passé. Forcément, ça ralentit l'action.
De plus :
Citation :
"Beowulf est doté de vertus chrétiennes, mais il n'est pas chrétien. [...] Le poème montre comment un païen peut pratiquer des vertus chrétiennes." (page 23).
Et, bien sûr, comme il s'agit de poésie, on doit perdre énormément au cours de la traduction. C'est d'ailleurs ce que dit le traducteur :
Citation :
"Il est impossible de transposer intacte en français, où les mots s'accentuent légèrement en finale, la poésie allitérante germanique, fondée sur l'énergie d'accent frappant la syllabe initiale des radicaux. j'ai concentré mes efforts à conserver, autant que possible, l'ordre et la densité des hémistiches." (page 24).

Quand on regarde le texte original, on sent une certaine homogénéité, une régularité dans la taille des vers ; par contre la traduction donne des vers qui peuvent être bien courts, ou vraiment très longs.

Des notes intéressantes indiquent parfois dans quelles oeuvres on peut retrouver des schémas identiques ("Le rôle de la reine au cours du banquet se retrouve tel dans MacBeth 3,4" - note concernant les vers 607-661 ; ou bien encore l'Enéide, vers 1392-1394) à ce que l'on est en train de lire. Tout cela est intéressant.


Pour finir, le texte est lisible dans le texte original et en traduction anglaise moderne sur : http://www.humanities.mcmaster.ca/~beowulf/main.html



Dernière édition par eXPie le Jeu 20 Sep 2012 - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   Jeu 20 Sep 2012 - 12:12

Merci pour cette présentation très complète. Tu mets bien en évidence l'intérêt de la présentation, encore une fois cette collection de livres médiévaux du Livre de Poche est très bien faite en général, et l'appareil critique est toujours très soigné.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anonyme - Beowulf   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anonyme - Beowulf
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Beowulf et Grendel
» Une addict presque anonyme
» La laïcité ou la fraternité anonyme
» CAHIER DES DOUZE ETAPE DES OUTREMANGEUR ANONYME
» Miss'O, Make-Up Addict Anonyme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: