Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Raphaël Jerusalmy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Raphaël Jerusalmy   Jeu 6 Sep 2012 - 23:01



Né à Montmartre en 1954, Raphaël Jerusalmy, a un parcours atypique puisque diplômé de l’Ecole Normale Supérieure et de la Sorbonne il a fait une carrière au sein des services de renseignements militaires israéliens avant de mener des actions à caractères humanitaire et éducatif.
Il est aujourd'hui marchand de livres anciens en Israël.
Sauvez Mozart est son premier roman, après deux précédents ouvrages totalement différents : Shalom Tsahal, récit autobiographique en 2002, et , Et si…nous étions frères, politique fiction en 2006


Sauver Mozart, Raphaël Jerusalmy
Actes Sud éditions (17 Mars 2012)
150 pages

Note de l’éditeur :

Citation :
De juillet 1939 à août 1940, le journal d'Otto J. Steiner, critique musical salzbourgeois reclus dans un sanatorium en déshérence au cœur d’un monde qui tombe en miettes. En orchestrant la vengeance de la musique contre l’Histoire, Raphaël Jerusalmy signe le roman irrésistiblement cruel et drolatique d’un destin à deux doigts de changer celui du siècle.

Citation :
« Faire du festival un vulgaire outil de propagande, un amusement troupier, c’est un comble. Prendre Mozart en otage. L’avilir ainsi ? N’y a-t-il donc personne pour empêcher un tel outrage ? »
Et s’il n’en restait qu’un ? Ce serait Mozart !!! Telle est la dernière obsession d’Otto Steiner, critique musical, qui se meurt dans un sanatorium de Salzbourg.
Nous sommes en 1939, Otto est tuberculeux « un peu juif », mais cela ne se sait pas, complètement absorber par la musique. Au sanatorium, il voit arriver Hitler, le début de la guerre, et les humiliations qui vont avec, l’appropriation de la culture par le régime. Il navigue dans la clinique au grès de ses revers de fortune. Le festival de Salzbourg, initialement consacré à Mozart, doit avoir lieu, ce sera son ultime baroud d’honneur….
Pas évident de concilier Hitler, la tuberculose, et la musique….et pourtant, Raphaël Jerusalmy réussit un ouvrage enlevé, sous la forme d’un journal, en se permettant toutes les audaces, et l’humour décalé en plus.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Raphaël Jerusalmy   Jeu 22 Aoû 2013 - 14:57

La confrérie des chasseurs de livres

Une de mes découvertes de l’année dernière a été le petit roman fin et plein d’idée écrit par Raphaël Jerusalmy, Sauver Mozart, qui m’a laissé un délicieux souvenir (et qui vient d’ailleurs de sortir en poche !)
Autant dire que j’étais ravie de savoir que l’auteur récidivait, et j’ai acheté son deuxième roman sans trop m’attarder sur la quatrième de couverture. Roman historique, roman d’aventures qui imagine ce qu’il est advenu de François Villon lorsqu’il fut libéré des cachots de Louis XI où il attendait son exécution, là où les historiens perdent sa trace… Voilà qui était engageant ! Le temps des premiers imprimeurs, un périple de Paris à Jérusalem, des complots et des rebondissements… J’imaginais une sorte de Nom de la rose, dans d’autres paysages.
Le début m’a bien plu, lorsque l’évêque Chartier vient trouver Villon dans sa prison pour lui proposer un marché qu’il ne peut guère refuser. Le récit manifeste beaucoup d’érudition, l’intrigue est intéressante, mais, car il y a un mais… le style m’emballe vraiment moins que dans Sauver Mozart qui, écrit sous forme d’un journal, était très dynamique. Dans ce roman, la narration peine par moments à donner une existence aux personnages et aux lieux, et malgré quelques jolies images, j’ai fini par m’engluer dans des péripéties qui ne me passionnaient guère et par n’ouvrir le livre qu’avec effort. Bref, pas du tout le moment de ravissement attendu.
Je crois que cela tient surtout au style qui ne me convient pas, et sans doute l’histoire n’est-elle pas pour moi non plus ! Je n’ai lu que des avis très positifs par ailleurs, aussi suis-je sûre que c’est moi qui suis passée à côté, qui n’ai pas vu les qualités de ce roman. Ce sont des choses qui arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Raphaël Jerusalmy   Lun 4 Nov 2013 - 14:34

La confrérie des chasseurs de livres



Même ressenti que Kathel : je perdais le fil conducteur, je m’embrouillais dans les multiples rebondissements, je trouvais le temps long et j’avais hâte que cela se termine. Ouille. Les personnages quant à eux brillent par leur inconsistance et on finit par se demander ce que ce pauvre Villon vient faire là-dedans. J’attendais de l’aventure, des péripéties et de l’érudition et le roman n’en manque pas mais toute cette énergie s’est diluée au fur et à mesure pour laisser place à un magma embrouillé et sans grand intérêt.

Reste la très belle couverture.

Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Raphaël Jerusalmy   Dim 8 Déc 2013 - 16:22

Même avis que Kathel et sentinelle.

sentinelle a écrit:
La confrérie des chasseurs de livres



Même ressenti que Kathel :  je perdais le fil conducteur, je m’embrouillais dans les multiples rebondissements, je trouvais le temps long et j’avais hâte que cela se termine. Ouille. Les personnages quant à eux brillent par leur inconsistance et on finit par se demander ce que ce pauvre Villon vient faire là-dedans. J’attendais de l’aventure, des péripéties et de l’érudition et le roman n’en manque pas mais toute cette énergie s’est diluée au fur et à mesure pour laisser place à un magma embrouillé et sans grand intérêt.

Reste la très belle couverture.

François Villon est un écrivain fascinant, plus encore que Arthur Rimbaud et pas seulement parce qu'on a perdu sa trace après sa sortie de prison et son bannissement de Paris, à 31 ans. Sans doute est-il banalement mort dans une rixe en une quelconque taverne mais ce mystère permet au romancier de pouvoir imaginer un autre destin au poète. Les premières pages de La confrérie des chasseurs de livres sont prometteuses. Au moins jusqu'à son arrivée à Jérusalem. Et puis, tout se dilue, dans un embrouillamini d'intrigues dans lesquelles Villon, manipulé, n'est plus que passif. Où est passé le héros effronté, querelleur et rebelle ? Avalé par les péripéties de plus en plus opaques d'un récit qui étouffe littéralement sous le poids de l'érudition. Louis XI, Laurent le Magnifique et même Jésus, entre autres, s'invitent dans ce roman qui nous plonge en terre sainte au milieu de complots dont on finit par se lasser, faute de clarté. Quant au style, à mi-chemin entre Eco et Zafon, il déçoit par son manque de fluidité. Le roman d'aventures picaresque que l'on espérait n'est pas au rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
MartineR
Main aguerrie
avatar

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

MessageSujet: Re: Raphaël Jerusalmy   Sam 11 Jan 2014 - 10:12

Avis très mitigé pour ce roman. quoique très érudit l'auteur nous perd par cette intrigue à beaucoup trop de rebondissements

Par contre je n'ai pu l'abandonner...alors ??? Rolling Eyes 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Raphaël Jerusalmy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raphaël Jerusalmy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Raphaëla le Gouvello
» Raphaël (chanteur)
» Raphaël ne veut pas dormir le soir
» telethon 2011
» resumes des directs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: