Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Werner Herzog

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeVen 6 Juil 2007 - 12:27

Werner Herzog 223_410

Citation :
Werner Herzog, de son vrai nom, Werner H. Stipetic, est né le 5 septembre 1942 à Munich.
Il est issu d'un milieu bourgeois, mais peu conformiste. Sa mère d'origine yougoslave, était biologiste. Son père, un homme fort intelligent et doué, n'a jamais vraiment exercé de métier et, à en croire ses proches, était une sorte de vagabond génial. Après son baccalauréat, passé en 1961, il poursuit des études d'histoire et de littérature à Munich, puis à Pittsburgh, aux États-Unis.
Il est autodidacte en matière de cinéma et se félicite de cette carence. De retour en Allemagne, il travaille la nuit, deux ans durant, à la chaîne dans une aciérie. Son salaire, scrupuleusement économisé, lui permet en 1962 de réaliser son 1er court métrage en 35mm, Héraklès. À partir de ce moment, il produit lui-même ses films. Durant les 6 années très dures qui séparent le projet Signes de vie de sa réalisation effective, Herzog voyage, notamment en Grèce, et tourne 4 courts métrages. En 1968, il tourne son 1er long métrage, Signes de vie qui obtient un Prix spécial au Festival de Berlin. Mais c'est en 1972 que son travail sera internationalement reconnu avec Aguirre, la colère de Dieu qui recevra le Prix du syndicat de la critique française. La consécration viendra avec L'Énigme de Kaspar Hauser, qui obtient en 1975 le prix spécial du Jury au festival de Cannes. Dès lors, il devient l'un des chefs de file du renouveau du cinéma allemand avec Volker Schlöndorff, Rainer Werner Fassbinder ou encore Wim Wenders.
Ses excentricités mêmes (il dirige ses comédiens sous hypnose dans Coeur de verre; il descend les rapides du fleuve Amazone sur un radeau dans Aguirre, il fait construire un bateau au sommet d'un arbre en pleine jungle pour Fitzcarraldo...) concourent à donner de lui une image du génie spécificiquement romantique, que son association, tour à tour orageuse et idyllique, avec Klaus Kinski ne fera qu'entretenir.
La meilleure introduction - si l'on excepte ses films, évidemment - à l'oeuvre de Herzog est le petit carnet, publié en 1978 sous le titre Sur le chemin des glaces, où le cinéaste a consigné les impressions d'un voyage à pied, de Munich à Paris, effectué entre le 23 novembre et le 14 décembre 1974. Ces trois semaines de marche nous donnent quelques clés de son univers. L'exploit sportif et la quête poétique sont en effet indissociables chez lui.

source

site officiel


Citation :
Filmographie/Index (Cliquez sur les chiffres pour accéder directement aux pages)

Longs métrages
Fictions
1968 : Signes de vie (Lebenszeichen)  Page 7
1970 : Les nains aussi ont commencé petits (Auch Zwerge haben klein angefangen)  Page 2
1972 : Aguirre, la colère de Dieu (Aguirre, der Zorn Gottes)  Pages 2, 3
1974 : L'Énigme de Kaspar Hauser (Jeder für sich und Gott gegen alle)
1976 : Cœur de verre (Herz aus Glas)
1977 : La Ballade de Bruno (Stroszek)
1979 : Nosferatu, fantôme de la nuit (Nosferatu: Phantom der Nacht)  Pages 4, 10
1979 : Woyzeck  Page 1
1982 : Fitzcarraldo  Pages 9, 10
1984 : Le Pays où rêvent les fourmis vertes (Wo die grünen Ameisen träumen) Pages 11
1987 : Cobra Verde Pages 12
1991 : Cerro Torre, le cri de la roche
1992 : Leçons de ténèbre (Lektionen in Finsternis)
2001 : Invincible
2005 : The Wild Blue Yonder
2006 : Rescue Dawn  Page 2
2009 : Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans (Bad Lieutenant: Port of Call New Orleans)1  Page 7
2009  : Cœur de verre, Page 1
2009 : Dans l'œil d'un tueur (My Son, My Son, What Have Ye Done?)  Page  10
Documentaires
1971 : Au pays du silence et de l'obscurité (Land des Schweigens und der Dunkelheit)  Page 2
1971 : Fata Morgana
1990 : Écho d'un sombre empire (Echos aus einem düsteren Reich)
1992 : Lessons in darkness    Page 1
1993 : Les Cloches des profondeurs (Glocken aus der Tiefe - Glaube und Aberglaube in Rußland) Pages 11
1997 : Little Dieter Needs to Fly  Page 2
1999 : Ennemis intimes (Mein Liebster Feind)
2003 : La Roue du temps (Rad der Zeit)
2003 : The White Diamond  Page 4
2005 : Grizzly Man  Page 2
2007 : Rencontres au bout du monde (Encounters at the End of the World)
2010 : La Grotte des rêves perdus (Cave of Forgotten Dreams)  Pages 8, 9
2011 : Into the Abyss  Page 11
Courts et moyens métrages
Fictions
1964 : Jeu dans le sable (Spiel im Sand)
1969 : Les Docteurs volants de l'Afrique de l'Est (Die Fliegenden Arzte von Ostafrika)
1974 : La Grande Extase du sculpteur sur bois Steiner (Die Grosse Ekstase des Bildschnitzers Steiner-ski-flug-chanze Planic)
1988 : Les Français vus par...: Les Gauloises
2001 : Pèlerinages
2002 : Ten Thousand Years Older, segment de Ten Minutes Older : The Trumpet
Documentaires
1959 : The Lost western
1962 : Herakles
1967 : La Défense sans pareil de la forteresse Deutschkreutz
1968 : Dernières paroles (Letzte worte)
1969 : Mesures contre des fanatiques
1976 : Personne ne veut jouer avec moi
1977 : La Soufrière  Page 3
Téléfilm
1971 : Avenir handicapé (Behinderte Zukunft)
1976 : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck
1980 : Fric et Foi (l'homme de Dieu en colère) (Glaube und Währung)
1980 : Le Sermon de huie (Huie's Sermon)
1984 : Ballad of the Little Soldier
1984 : La montagne lumineuse  Page 2
1984 : The Dark Glow of the Mountains
1988 : Les Français vus par
1989 : Wodaabe, les bergers du soleil (Wodaabé, die Hirten der Sonne)  Page 3
1991 : Jag Mandir
1992 : La Donna del lago
1994 : The Transformation of the World Into Music
1995 : Gesualdo: Mort à cinq voix  Page 3
2000 : Wings of Hope

Citation :
mise à jour le 06/03/2013 à la page 11

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.


Dernière édition par animal le Sam 17 Oct 2015 - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeVen 6 Juil 2007 - 12:37

pour planter le décor et inaugurer le nécessaire fil...

et découvrir par la même occasion le petit carnet qui suscite un intérêt certain cyclops

comment commencer à en parler scratch

c'est énorme, même quand c'est petit, par les films (avec ou sans Kinski) ou les documentaires non moins saisissants...

il va falloir avoir recours aux images, qui nous hantent et nous manipulent...

des mots en vrac pour les impressions : ambigu, beau, hypnotique, sombre, fort... effrayant... perturbant !

avant d'avoir le courage de rentrer dans le détail pour tel ou tel film... voir ses documentaires comme Little Dieter Needs To FLy, Grizzly Man ou Lessons Of Darkness ça m'a aidé à le dissocier du souvenir très lié à Kinski que je pouvais en avoir...

ça s'est aggravé en voyant Aguirre au ciné (si si si... Cool ), les interviews, les autres films...

comme si ça faisait un peu plus froid dans le dos à chaque fois.

je le qualifierai bien de "vital" ce réalisateur un peu enragé et terre à terre !

c'est parti...

en attendant la sortie ( ... ?) de son Rescue Dawn dans notre riante contrée...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeLun 9 Juil 2007 - 22:06

Werner Herzog Herz_a10

Coeur de verre

emprunté sur devildead.com

Citation :
Au XVIIIème siècle, en Basse-Bavière, le patron d'une verrerie est accablé par la mort d'un de ses collaborateurs, décédé sans avoir transmis le secret de verre-rubis. Cet entrepreneur tente, par tous les moyens, de mettre au point une formule lui permettant d'obtenir à nouveau cette précieuse variété de verre. En vain. Le village sombre alors dans le désespoir et le chaos, et Hias, un vacher doué du pouvoir de lire l'avenir, déclame des prédictions apocalyptiques.

Plutôt qu'un fil narratif bien précis, COEUR DE VERRE décrit, en une suite de tableaux, la chute d'un village dans la folie et la déchéance. Cette chute, annoncée par Hias l'extralucide, le directeur de la fabrique de verre, qui fait vivre le village, l'attribue à la disparition d'un secret, le secret de fabrication du superbe verre-rubis. Il va se mettre en quête de ce secret, jusqu'à sombrer dans l'obsession. Et ce ne sera pas la perte du secret qui va accélérer la chute du village, mais bien plus cette obsession elle-même, cette quête poussée jusqu'à l'absurde et à l'autodestruction. L'échec inéluctable du verrier fait peser sur la communauté une ambiance délibérément apocalyptique, que Herzog a souhaité retranscrire à travers le jeu hébété et les attitudes imprévisibles de ses comédiens, littéralement en transe.

arf arf arf... qu'est ce que je peux bien vous dire ? ... que c'est horriblement frustrant de vous piocher trois images dans le film, que ça l'est encore plus quelles soient fixes... que l'atmosphère du film vous rentre dans les os et ne vous quitte plus...

que l'on reste suspendu à ces personnages désincarnés (acteurs sous hypnose à l'exception du berger ?) et à ces paysages mouvants... c'est bel et bien une succession de tableaux.

c'est les prédictions et le doute qui s'installe chez nous entre la fascination et la folie, à tenter en vain de savoir qui voit clair on est entrainé au delà de la pensée et des mots... on dérive un peu angoissés selon le bon vouloir du réalisateur (et de la musique).

Je ne l'ai vu que récemment, il y a quelques mois, c'est un de ceux qui reste le plus (c'est dire... ), les images... les images qui bougent, le mouvement de la nature, la vie de ou à travers une nature... toute la force de ces images qui hantent...

entrecoupé par ces paysages il y a les prophéties de Hias et des scènes perturbantes et loin d'être gratuites, une ou des folies, logiques ou non... des folies dont on ne peut pas vraiment se séparer puisqu'elles font un peu partie de nous mêmes...

j'enrage pour les images, je ne peux pas en mettre trop pour ne pas gâcher la découverte si elle a lieu...

Werner Herzog Coeurd10

Werner Herzog Coeurd11

Werner Herzog Coeurd12


pour la musique (Popol Vuh) et le mouvement :

la fin (mais vous ne perdrez pas le film pour autant)


la puissance des images de ce film est absolument monstrueuse...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeLun 9 Juil 2007 - 22:26

Et encore un que je n'ai pas encore vu...Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeLun 9 Juil 2007 - 22:45

je peux te confirmer que les deux coffrets (le noir et le orange) sont très très biens !

je ne sais pas si coeur de verre est sorti par chez nous en "édition simple"...

nous pondraient un coffret avec ses documentaires que ça serait une super bonne idée...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMar 10 Juil 2007 - 6:12

J'ai du mal, justement ,Animal à penser à Werner Herzog sans penser à Klaus Kinski.
J'avais vu un documentaire sur le tournage de Fitzcarraldo, je crois...
Aussi partisans de la démesure l'un que l'autre, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMar 10 Juil 2007 - 7:27

oui probablement, bien que pas tout à fait de la même manière. Les performances de Kinski était très "physiques" et ont toujours l'air très loin d'un hypothétique second degré. C'est un peu cette force originelle que je peux ressentit devant les films de Herzog en général sauf que ça dépasse un peu plus...

il y a de la démesure, il faut que ça colle ou que ce soit une vision, on n'imagine mal le compromis dans la conception du film... et on peut se demander aussi où se cache l'improbable second degré...

Démesure chez les deux (bien que l'un comme l'autre sache faire preuve de retenue mais à force (d'en voir) Herzog me fait un poil plus peur, c'est aussi du à la vision en ciné de Aguirre : il canalise, il utilise Kinski. C'est son métier c'est vrai à Herzog mais tout de même...

j'imagine mal Aguirre ou les autres sans Kinski, il devait y avoir un besoin de l'intensité du personnage, plus j'y pense et plus je trouve les films "autour" complets...

ils sont au croisement de la démesure et de la sincérité.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMar 10 Juil 2007 - 20:22

Citation :
il canalise, il utilise Kinski.
Oui, il le manipule. Sauf que je crois que Kinski était déjà ce que l'on appelle un état-limite en psychiatrie, et qu'il a utilisé cela.
Est ce qu'au théâtre, dans la mise en scène, il y a autant de manipulation des acteurs qu'au cinéma, Coline?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMar 10 Juil 2007 - 20:35

mmmmh... je ne sais pas... peux tu préciser "l'état limite" ?

il se dégage du personnage beaucoup de finesse aussi derrière la force brute, indispensable à l'échange créatif et humain un peu bizarre qui semble avoir eu lieu entre les deux hommes au delà de leurs personnages respectifs. Les deux étant parfaitement à même d'être dur l'un avec l'autre.

Une sacrée lecture que l'autobiographie de Kinski... beaucoup de sexe, pas mal de venin... beaucoup d'amour aussi, une part de pureté naïve et forcenée... c'est assez excessif, assez émouvant par moments (super lecture estivale vous trouvez pas, dit comme ça ?). Personnage bizarre dont on ne sait pas trop quand il joue ou est lui même.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMar 10 Juil 2007 - 20:43

Etat-limite? Tu as les névroses et les psychoses. Et ,au milieu, des états susceptibles de décompensation vers la psychose dans certaines circonstances. Borderline. Et ce genre de personnalités se révèle très fragile quand il est manipulé !Alors, je suppose que pour un rôle, ce sont des personnages intéressants. Maintenant, ça ne les aide pas, eux.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMar 10 Juil 2007 - 22:49

mmmmmh je me questionne depuis tout à l'heure... sur l'utilisation ou manipulation... le qualificatif de "fragile" me semble convenir... je crois que quand j'écris "il l'utilise" c'est d'abord son talent d'acteur, de "vrai acteur", le reste m'apparaissant à travers les interviews et les divers documentaires comme un mélange d'acceptation, de faire avec... et de rapport de force... je pense qu'ils ont des points communs, un drôle de rapport à l'absolu, la question me reste mais je n'intègre pas l'angle du réalisateur qui taquinerai son acteur (et ami) afin d'en tirer toute la démesure ?


et à propos du rapport de force, Herzog apparait plus fort car plus en contrôle. Etrangement je n'ai été qu'à moitié surpris de le voir parler de peur dans les premières pages de son carnet.

dont voici un court passage, parce que... parce que voilà ! cat

Citation :
Par la fenêtre, j'ai vu un corbeau se poser sur le toit d'en face. La tête dans les épaules, il ne bougeait pas, sous la pluie. Longtemps après, il était encore là, inerte, grelotant, solitaire et calme, plongé dans ses pensées de corbeau. Alors, un sentiment de fraternité est monté en moi et la solitude a envahi mon coeur.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeMer 11 Juil 2007 - 0:55

J'aime bien son histoire de corbeau..

Citation :
je n'intègre pas l'angle du réalisateur qui taquinerai son acteur (et ami) afin d'en tirer toute la démesure ?
Oh, mais il n'est plus question d'ami, là......Et ce n'est pas de la taquinerie, c'est-justement parce qu'ils ont des caractères un peu similaires- savoir très vite trouver la faille . Enfin la faille sur le plan psychologique, et quelquefos le génie sur le plan artistique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Lessons of Darkness   Werner Herzog Icon_minitimeDim 18 Nov 2007 - 19:35

je viens de revoir Lessons Of Darkness de Herzog... voir ce film, c'est comme devenir un fantôme...

je peux vous proposer que 3 images, et les images ça sert à peu près à rien pour montrer Herzog :

Werner Herzog Lake10

Werner Herzog Black10

Werner Herzog Smoke10

j'en avais déjà parlé (un peu non ?), ce sont des images, des paysages sans dimension et de la musique... un commentaire... on ne peut pas se détacher du film, on ne peut pas "comprendre", on ne peut pas interpréter, on ne peut même pas savoir si c'est beau...

c'est quasi monstrueux...

ps : c'est une sorte de documentaire ( ... ?) autour des puits de pétrole et des feux au Koweit à la sortie de la première guerre du golf

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.


Dernière édition par animal le Ven 12 Déc 2008 - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeSam 15 Déc 2007 - 22:11

brrrr... la chair de poule rien qu'à revoir les images au dessus...

Werner Herzog Ta_110
Woyzeck
Citation :
19e siècle. Une garnison allemande. L’histoire du soldat Woyzeck qui fut systématiquement poussé à la folie et au meurtre. L’histoire du soldat Woyzeck dévoué à Marie et à son enfant illégitime. L’histoire du soldat Woyzeck sous-fifre du capitaine et cobaye du médecin militaire. L’histoire du soldat Woyzeck qui apprend que Marie fricote avec le tambour-major. L’histoire du soldat Woyzeck qui plante un couteau sanglant comme la lune est rouge. L’histoire du soldat Woyzeck au visage traqué, le soldat Woyzeck qui pense trop, qui court le monde comme un rasoir ouvert. L’histoire de Kinski. Woyzeck, les fragments d’une pièce de théâtre inachevée de Georg Büchner, un opéra d’Alban Berg, un film de Werner Herzog.

source : la cinémathèque de toulouse

je ne vais pas m'embarquer dans un avis complet, je n'ai pas revu le film, je suis seulement tombé sur des extraits :

premières minutes

la scène du meurtre

si, on peut dire que ça impressionne... on se souvient aussi de l'actrice qui joue Marie qui dit dans une interview que Kinski est très gentil (ou quelque chose de cet effet... l'interview est un beau souvenir aussi)

peut être quelqu'un peut nous parler de la pièce ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitimeSam 15 Déc 2007 - 22:27

Marie a écrit:
Citation :
il canalise, il utilise Kinski.
Oui, il le manipule. Sauf que je crois que Kinski était déjà ce que l'on appelle un état-limite en psychiatrie, et qu'il a utilisé cela.
Je ne sais pas trop s'il avait une personnalité que l'on nomme état-limite, mais un état-limite est une entité psychiatrique à part entière et pas seulement un type de personnalité bâtarde se situant entre la névrose et la psychose.
Un "état-limite" a ses propres types d'angoisses et ses propres types de défenses, notamment l'instauration d'une relation que l'on nomme anaclitique.
Une personnalité état-limite peut sembler au premier abord totalement saine, et de ce fait, peut s'avèrer extrêmement manipulatrice si on n'a pas vraiment conscience à qui on a affaire (et je sais de quoi je parle, j'ai eu affaire à ce type de personnalité et j'ai mis du temps à comprendre où j'avais mis les pieds Rolling Eyes).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Werner Herzog Empty
MessageSujet: Re: Werner Herzog   Werner Herzog Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Werner Herzog
Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre - THIERRY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: