Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeVen 21 Sep 2012 - 23:49

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] 450px-12

Ce pianiste et compositeur américain a assis sa renommée au milieu des années 1950. Influencé par le classique, il donne à compositions une facture originale. Ses pièces les plus marquantes ont imposé des idées complexes et des rythmiques atypiques. Avec le disque Time Out, qui comprend les classiques Take Five et Blue Rondo à la Turk, son quartette assure définitivement sa place dans l'histoire. Sa longévité légendaire lui a permis de rester actif et pertinent jusqu'à ses 80 printemps.
David Warren Brubeck naît à Concord, en Californie, le 6 décembre 1920. Encouragé par une mère professeure de piano, il entreprend des études musicales à l'Université du Pacifique, en Californie. Bien qu'il soit incapable de lire la musique, ce qui lui vaut presque d'être renvoyé, il obtient son diplôme en 1942.
Après avoir servi quatre ans dans l'armée, Brubeck retourne à l'école. Il étudie la composition avec le grand composi­teur français Darius Milhaud, qui le persuade de suivre une double carrière en jazz et en composition. Il reçoit également les enseignements d'Arnold Schoenberg.
Les leçons reçues permettent à Brubeck de donner au jazz, idiome musical encore hautement sponta­néiste et élémentaire à l'époque, des notions plus savantes de composition et d'organisation des sons.
Huit, quatre, trois
Avec le Dave Brubeck Octet, formé au milieu des années 1940, il endisque sur étiquette Fantasy des compositions originales d'une grande complexité. Le peu de succès remporté pousse Brubeck à changer son approche. Après avoir travaillé un temps en trio, il fonde le quartette, en 1951, qui assurera sa renommée. La première mouture compte Paul Desmond au saxophone, Bob Bates à la basse et Joe Dodge à la batterie - Bates cèdera sa place à Eugene Wright et Dodge, à Joe Morello.
Brubeck se distingue par son jeu pianistique unique. Il s'appuie sur des séquences d'accords en bloc, jouant principalement dans le registre des graves et des graves moyennes. Il utilise ce registre pour donner des effets de rythme intéressants à la base har­monique de son matériel.

Premiers succès

Des tournées à répétition, notamment dans les campus universitaires, font beaucoup pour la popularité de Brubeck. Son premier disque à paraître chez Columbia, Jazz Goes to College, en rend compte de brillante manière. La consécration vient lorsque le musicien se retrouve sur la couver­ture du magazine TIME en novembre 1954.
Quelques albums plus tard, Brubeck fait paraître son œuvre la plus célèbre. Time Out (1959) comprend des compositions dont l'audace rythmique fait d'abord sourciller la critique. L'accueil populaire est cependant enthousiaste : c'est la première fois qu'un disque instrumental s'écoule à un million d'exemplaires.
Deux des pièces de Time Out, Blue Rondo à la Turk et l'increvable Take Five, une composition du saxophoniste Desmond, font depuis longtemps partie du grand livre des standards du jazz. D'autres albums du même tonneau paraissent dans la foulée. Le quartette, au sommet de sa popularité, fait le tour du monde, jouant au Moyen-Orient et en Asie.
À partir de 1967, Brubeck, qui a dissous son quartette, collabore avec Gerry Mulligan, puis avec différents accompa­gnateurs ou solistes tels le batteur Randy Jones et le clarinettiste Bill Smith, un autre élève de Milhaud.
Dans les années 1970, il forme Two Generations of Brubeck avec ses trois fils musiciens : Darius aux claviers, Chris à la basse et au trombone, et Danny à la batterie.
Les années 1980
Le Festival International de Jazz de Montréal accueille Dave Brubeck pour la première en 1981. On rend hommage au pianiste qui, 30 ans auparavant, imposait un nouveau chapitre à la légende du jazz.
Le programme salue ce « compositeur infatigable et pianiste exceptionnel. Dave Brubeck est bien sûr tout cela, mais plus encore : il est l'un des rares musiciens qui, par la simple évidence de leur talent, ont su livrer l'essence du jazz au grand public. » Pour cette visite à Montréal, le pianiste est entouré des membres de son plus récent quatuor, dont son fils Chris.
À sa deuxième visite au Festival, en 1985, Brubeck voit son influence sur la scène jazz réévaluée à la hausse. Toujours selon le programme, « si un pianiste comme Cecil Taylor fracture le tempo avec frénésie, Brubeck est quand même le premier musicien de jazz à s'intéresser à une musique qui ne se limite pas aux pulsions bi­naires et ancrées dans le bop. »
Une grande partie de l'évolution du jazz-rock et du jazz fusion est tributaire à Brubeck, qui a été le premier créateur du jazz à y apporter des éléments de la pensée européenne classique contemporaine, comme l'atonali­té, la fugue et le contrepoint, et certaines notions nouvelles d'harmonie.
« Je veux donner à ma musi­que la vigueur et la force du jazz simple, les complexités harmoni­ques de Bartok et de Milhaud, la forme et la dignité de Bach et par­fois le romantisme lyrique de Rachmaninoff », a déjà expliqué Brubeck. À défaut de réaliser cette alchimie, le compositeur ne cessera jamais d'y aspirer.
Un Brubeck différent
En 1987, le Festival découvre l'oeuvre orchestrale de Dave Brubeck, en grande partie d'inspiration religieuse, qui reste méconnue bien que présente dans les rites de diverses églises depuis la création, en 1968, de The Light In The Wilderness par l'Orchestre Symphonique de Cincinnati.
Une autre pièce des années 1960, The Gates Of Justice, avait été choisie en 1986 pour célébrer le premier anniversaire national de Martin Luther King Jr. au Colorado. La Fiesta De La Posada, une oeuvre chorale inspirée par des chants populaires sud-américains, a aussi figuré au répertoire du choeur du Fifth Avenue Presbyterian Church à New York, en plus d'être endisquée par le St Paul Chamber Orchestra et les Dale Warland Singers.
Des extraits de ces oeuvres se retrou­vent au programme des performances symphoniques de Brubeck, de même que des orchestrations de ses succès et des piè­ces comme Elementals, pour ensemble de jazz et orchestre, ou They All Sang Yankee Doodle, qui reflète les différentes origines ethniques des américains.
Cette prestation haute en couleur de Dave Brubeck et son quartette est rehaussée par l'apport des 55 musiciens de l'Orches­tre Symphonique de Montréal.
En rappel
En 1991, le musicien qui a célébré ses 70 printemps se lance dans une tournée qui s'arrête au Festival. Pour la soirée d'ouverture, Brubeck fait coup double. Dans un premier temps, l'artiste se produit au sein de son quartette, une formule qu'il privilégie depuis 40 ans. Puis, en deuxième partie de ce grand concert, le Festival lui offre, en guise de présent, le plaisir suprême de présenter son oeuvre To Hope : A Celebration en compagnie d'un orchestre de 25 musiciens et du choeur Tudor, large de 50 voix.
L'une des figures emblématiques du Festival avec Pat Metheny et Charlie Haden, Dave Brubeck rappelle fréquemment son bon souvenir aux jazzophiles montréalais. Il est de l'édition 1993, alors que vient de sortir un coffret CD historique retraçant sa carrière des années 1940 à aujourd'hui, ainsi que l'album Trio Brubeck, qui réunit ses fils Chris et Dan.
En 2002, il se produit avec ses Jim Hall, Toots Thielemans et Angèle Dubeau. Quatre ans plus tard, nouveau passage. C'est à se demander si le grand pianiste et compositeur n'a pas dit : « Time Out ! » à la marche du temps. À 80 ans bien comptés, Dave Brubeck enchaîne avec pertinence enregistrements et tournées sans discontinuer, avec toujours ce même regard pétillant.
En 2008, il tient l'affiche du Festival deux soirs, dans la série Invitation. On peut l'apprécier en trio, en quartette et en octette. L'année suivante, Brubeck revient faire la fête : pour les 30 ans du Festival, il en profite pour souligner le cinquantenaire du classique Time Out. En 2010, le musicien se voit remettre un Prix Miles-Davis « hors série » pour l'ensemble de son oeuvre.


source : Montrealjazzfest.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeVen 21 Sep 2012 - 23:53

La chanson la plus connue de Dave Brubeck avec le merveilleux saxophoniste Paul Desmond.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeVen 21 Sep 2012 - 23:56

et le magnifique Blue Rondo à la Turk extrait de l'album Time out qui pour moi est l'un des plus grands classiques du jazz

Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeSam 22 Sep 2012 - 7:54

Mmmh merci pour ce fil, toujours un plaisir de l'écouter Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeLun 24 Sep 2012 - 11:30

Kierkegaard a écrit:
extrait de l'album Time out qui pour moi est l'un des plus grands classiques du jazz
et pour moi aussi !
oui

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 45
Localisation : Toulouse

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeLun 24 Sep 2012 - 19:01

TAKE FIVE
Kierkegaard a écrit:
La chanson la plus connue de Dave Brubeck avec le merveilleux saxophoniste Paul Desmond.

Le saxophoniste est merveilleux, mais la partition est infernale diablotin ! Un 5 temps dans une mesure, j'avais jamais vu ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeLun 24 Sep 2012 - 23:41

Beaucoup moins connu, mais très beau (trouvé-je) : Fujiyama.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeMar 25 Sep 2012 - 9:15

L'an passé, écoutant l'émission d'Alex Dutilh sur France Musique (Open Jazz à 18h00), je l'ai entendu parler de la parution d'un album du Quartet "Their Last Time Out".
Album réalisé grâce à un enregistrement resté confidentiel directement issu des archives personnelles de Monsieur Brubeck. La qualité technique est très honorable, c'est en mono (et si rétro) mais la qualité musicale est exceptionnelle!
Le Quartet avait décidé de faire là sa dernière performance et chacun y va de son génie...
Indispensable!
Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Dave_b10

Citation :
Le 26 décembre 1967 est assurément un jour qui fait date dans l'histoire de ce quartet mythique. Et savez vous pourquoi cette date devait être gravée dans le marbre ? Figurez vous que ce jour-là, il s'agissait ni plus ni moins du jour de leur tout dernier concert. L'ultime, the very last one, le "encore un petit dernier pour la route", le " encore un et après j'y vais". Car le quartet sous l'impulsion du pianiste avait décidé qu'il s'agirait de leur toute dernière fois après quoi ils iraient chacun vivre leur vie ailleurs. Apres 10 ans à avoir sillonné le monde ensemble ils s'en iraient une fois le public rentré chez lui et les instruments rangés dans leur housse, suivre tous les quatre une route différente.

Il y avait donc ce soir là tout pour faire un événement inoubliable. Les 4 compères font tourner le répertoire, le best of, les tubes : " Three t get ready, Take five etc…" ainsi qu’un certain nombre de standards ( These Follish THings, you go to my head, St Louis Blues etc….).

On fera silence sur la qualité de l’enregistrement qui n’est pas forcément optimale. Il faut dire que ces bandes dormaient quelque part sur une étagère du pianiste ( il a aujourd’hui 90 ans) qui les a en quelque sorte exhumé pour le plus grand plaisir des collectionneurs.

Il y a dans ces prises en live enregistrées le 26 décembre 1967 à Pittsburg un vrai plaisir, une joie de jouer ensemble pour cette dernière fois. Dave Brubeck au piano est une mine d’invention et Joe Morello, l’incroyable batteur qui nous a quitté l’an dernier est véritablement à son apogée dans cette science de la polyrythmie dont on ne dira jamais assez combien elle a contribué à révolutionner l’histoire de la batterie en jazz. Une fois n’est pas coutume, Paul Desmond semble légèrement un retrait, un poil moins inspiré que d’habitude, un poil moins puissant dans la pureté de son son. Peut-être les prémisses de sa maladie qui rendront à partir de cette année 67 ses apparitions plus épisodiques ( Paul Desmond était en effet atteint d’un cancer au poumon). N'empêche, une seule note de l'altiste et tout le monde succombe. Alain Gerber le disait bien : Paul Desmond et le côté féminin du monde ! Quand à Eugène Wright il est malheureusement victime d’une prise de son qui le relègue bien loin derrière.

Le public ( on ne sait pas s'il est avisé de cette ultime réunion) est aux anges. Le quartet peut bien lancer La Paloma, le public jubile parce que ce quartet-là n'en fait qu'à sa tête, réinvente tout toujours.



Aucune pointe de nostalgie, aucune tristesse, pas la moindre effusion lors de ce dernier set qui ressemble à beaucoup d'autres.Juste l'ultime trace d'un groupe exceptionnel.

Jean-Marc GELIN
Ah oui, bien sûr, album commandé immédiatement suite à l'émission sourire

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeMer 5 Déc 2012 - 19:33

Dave Brubeck
6 décembre 1920 - 5 décembre 2012

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeMer 5 Déc 2012 - 21:08

J'ai entendu cela en rentrant.. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Invité
Invité



Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeMer 5 Déc 2012 - 22:07

Mon jazzman préféré je suis bien malheureux.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeJeu 6 Déc 2012 - 8:28

commençons la journée avec lui


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitimeMer 7 Aoû 2013 - 12:02


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Empty
MessageSujet: Re: Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]   Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Dave Brubeck (et son quartet) [Jazz]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Reprise - Finger Style] Take Five (Brubeck)
» L'HISTOIRE DU JAZZ
» De très belles illustrations par Loopydave.
» JAZZ A VIENNE
» SALON LIVRE ET MUSIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Musique, maestro… :: Classique-Jazz-
Sauter vers: