Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yvette Z'graggen [Suisse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kali
Main aguerrie
avatar

Messages : 419
Inscription le : 18/06/2007
Age : 32

MessageSujet: Yvette Z'graggen [Suisse]   Sam 7 Juil 2007 - 0:11


Yvette Z'Graggen est née en 1920 à Genève d'un père suisse alémanique et d'une mère d'origine hongroise.
Elle fait ses études à Genève et à l'Université de Florence, puis fait plusieurs années de secrétariat. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle collabore à la Croix-Rouge internationale (de 1941 à 1946). Elle participe alors à différentes missions, entre autres à Paris, en Italie et en Tchécoslovaquie.
De 1949 à 1952, elle travaille en tant que secrétaire aux Rencontres Internationales de Genève et à la Société européenne de culture à Venise.
De 1952 à 1982, elle produit des émissions culturelles et littéraires à la Radio suisse romande, Studio de Genève. De 1982 à 1989, elle travaille à la Comédie de Genève sous la direction de Benno Besson.
Parallèlement à ces activités, elle a publié des articles et des nouvelles dans la presse, rédigé une trentaine de pièces radiophoniques diffusées en Suisse et dans divers autres pays, traduit des ouvrages de l'italien et de l'allemand et enfin publié des récits et romans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kalistina.over-blog.com
kali
Main aguerrie
avatar

Messages : 419
Inscription le : 18/06/2007
Age : 32

MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   Sam 7 Juil 2007 - 0:13

Le filet de l'oiseleur

Emblème de ce sentiment étrange et fréquemment partagé, celui d'être mal aimé de son père, Le filet de l'oiseleur retrace la quête initiatique d'une toute jeune femme, Anne Guillard. De la mort à la vie, de la souffrance à l'apaisement, du repli sur soi à l'écoute du monde, voilà par quels chemins de la conquête de soi, toujours actuels, nous emmène l'écriture forte et dépouillée d'Yvette Z'Graggen.

Ce livre est une très bonne surprise. C'est un roman fort, trahi par une couverture kitche/moche. Impossible de trouver l’image sur le Web, mais c’est publié par France Loisirs dans les années 80 et ça se voit ! Une nana les cheveux dans le vent et le regard hagard, sur un fond de verdure…
Le style est sobre mais touchant, on entre totalement dans l'histoire, qui est parfois bien émouvante, je n'ai pas pu m'empêcher de verser quelques larmes. J'ai vraiment été touchée par le drame de l'héroïne. Il lui arrive ce qui à mon sens est le pire de tout : elle est seule et sans affection. Dans ses moments de détresse, ce qui m'a touchée, ce n'est pas le chômage auquel elle doit faire face ni même la faim qui la tenaille ; elle n'a rien à manger certes, mais surtout elle est seule et ne peut compter sur personne. Son absence de confiance en elle l'empêche de sortir du drame familial qu'elle vit depuis toujours.
La fin est peut-être un peu trop en suspens, mais n'est pas frustrante pour autant, pas "queue de poisson".

C’est à lire et c’est bien dommage qu’il semble difficile à commander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kalistina.over-blog.com
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 42
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   Mer 26 Déc 2007 - 23:02

Ciel d'Allemagne

Yvette Z'Graggen, genevoise de naissance et d'existence, a tissé des liens très particuliers avec l'Allemagne et plus particulièrement la langue de Goethe. Sa seconde langue. Des racines fortes créant un attachement durable. A cause d'un arrière-grand-père berlinois, d'un grand-père viennois, d'un père suisse alémanique et d'une mère empreinte de nostalgie autrichienne.
En 1996, à Berlin, alors qu'elle veut réaliser une étude sur la perception de la réunification par les Allemands, Yvette Z'Graggen éprouve, plus fortement encore, le besoin de coucher sur papier l'histoire de ces liens et de son attachement au monde germanique. Des souvenirs, des observations, des regrets, des espoirs. Une correspondance aussi, celle échangée avec un ami de la Ruhr pendant une dizaine d'années.
Tous ces élements, sensibles, humains, visionnaires aussi, constituent la réussite de ce recueil écrit avec beaucoup d'amour et de simplicité. J'ai été touchée par la douceur (et aussi le brin de naïveté) avec laquelle l'auteur raconte son enfance, sa famille, son Allemagne. Comme elle pose également les yeux sur une société qu'il a fallu oublié après-guerre, dont il ne faisait plus bon se recommander. Pas facile, surtout quand on l'a dans la peau et dans le sang. C'est tout un peuple qu'Yvette Z'Graggen interroge, toute une histoire, la sienne et celle d'un monde collectif. Un travail autobiographique entamé dans d'autres ouvrages et qui fait indiscutablement établir le lien avec son roman "Matthias Berg". Beaucoup de lucidité et d'attachement dans ce roman nostalgique, une longue tranche de vie racontée avec sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 42
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   Mer 26 Déc 2007 - 23:03

Un étang sous la glace

Yvette Z’Graggen nous livre ses souvenirs de jeunesse à travers un roman court et sensible.
Alors qu’elle se rend chez le dentiste, Agnès découvre un quartier inconnu de sa ville, elle n’y a jamais mis les pieds et pourtant, il y a un petit air de déjà vu. Déambulant à la recherche d’indices, Agnès découvre, coincée entre des immeubles modernes, une vieille façade jaune. C’est la rupture, Agnès se souvient de cette maison, c’est celle qui se situait à côté de la maison de son grand-oncle, dont il ne reste plus aujourd’hui de trace, un immeuble immense l’ayant remplacée.
Paralysée par l’émotion, Agnès reste prostrée dans sa voiture, en face de cette maison jaune, laissant les souvenirs enfouis revenir à la surface.
Nous partons en 1933, sur la trace de dix jours qui ont bouleversé la vie de la fillette. A l’époque, Agnès était une adolescente jolie et insouciante, ignorant tout des secrets du corps et du cœur. Agnès est naïve, sa mère dit qu’elle n’a pas voix au chapitre, qu’elle est trop grande pour certaines choses et trop petites pour d’autres. Agnès se révolte parce que son arrière-grand-mère adorée, Mamidèle, qui a élevé la maman d’Agnès, va être placée en maison de retraite sans même avoir son mot à dire. Exclue des discussions des grands, Agnès se sent encore plus proche de cette aïeule qu’on exclut de la maison familiale. Une maison qui accueille Agnès, sa mère, Mamidèle, mais aussi la cousine Arlette, la bonne à tout faire Heidi et Attilio, un jeune italien fuyant le fascisme de son père qu’il ne supporte plus. C’est la vie de cette maison qui s’étale au fil des pages, de manière langoureuse et douce, empreinte de pudeur et de sensibilité, de musique et de soleil, d’espaces verts et de promenades silencieuses. Tout cela respire la douceur de vivre.
Attilio et Agnès flirtent, très légèrement, puis un soir, c’est le drame. Attilio rentre ivre, puis disparaît de la circulation. Un autre drame se joue : on retrouve Mamidèle noyée.
Des douleurs qu’Agnès taira pendant longtemps, dont elle refusera l’entrée de sa mémoire. La vision de cette façade jaune fait tout ressurgir. Plusieurs décennies plus tard. Un voyage douloureux et intimiste, beaucoup de tact dans la plume de cette romancière suisse que je vous invite à découvrir. Au-delà du simple plaidoyer pour une mort digne ou un droit à vieillir en paix, c’est le bouleversement de l’adolescence qui cède peu à peu la place au monde des adultes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 42
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   Mer 26 Déc 2007 - 23:05

La nuit n'est jamais complète. Journal de l'an 2000

L’année 2000 a été symboliquement forte pour Yvette Z’Graggen. Parce que c’était l’an 2000, parce qu’elle fêtait ses 80 ans, parce que cette année a compté son lot de catastrophes en tous genres mais aussi d’émotions personnelles.
Une belle occasion pour entamer un journal, livrer ses pensées, raconter sa vie par petits morceaux.
Le début du récit est consacré à la peur millénariste ravivée par ce chiffre 2000 tout rond. Vision angoissée de Yvette Z’Graggen qui se demande où va le monde et comment acquérir la sérénité. Une démarche que l’on retrouve au fil des pages, partageant avec l’auteur ses craintes et ses interrogations sur l’homme, la vie, le monde et aussi elle-même. L’écriture de Yvette Z’Graggen est sensible et très intime, elle se livre sans détours avec ses mots simples et précis. Elle nous raconte les maux de la vie, petits et grands, nous parle de sa famille, de sa santé parfois chancelante, de son amour du sud ensoleillé. Une intervention chirurgicale et une hanche douloureuse rendent le quotidien de Yvette Z’Graggen parfois difficile, particulièrement sur le plan de la mobilité. Un handicap que l’auteur ressent souvent comme un enfermement dont elle essaie de sortir comme elle peut, l’évasion est nécessaire et il passe notamment par de nombreuses lectures (beaucoup de pudeur dans ses mots, elle ne veut pas qu’on s’apitoie et en même temps, elle nous livre la situation de manière très réaliste, inutile de faire semblant. Pour partager avec elle cette sensation d’emprisonnement lorsque la mobilité se fait la malle, j’apprécie d’autant plus la justesse de ses propos).
De chez elle, Yvette Z’Graggen lance un regard curieux et interrogatif sur le monde qui l’entoure, sur la société, sur la Suisse et ses recoins obscurs, sur son passé, sur sa famille, son travail à la Croix-Rouge ou à la RSR, ses amis, sa vie intime, sa fille et son petit-fils.
L’esprit d’Yvette Z’Graggen ne se repose jamais. Si le corps prend ses distances, la tête fonctionne bien. Vite. Efficacement. L’auteur s’intéresse à tout, c’est impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   Mer 18 Avr 2012 - 8:44

Yvette Z'Graggen s'est éteinte le 16 avril 2012 à Genève dans sa 92e année.

Il est temps de relire ses livres, ceux cités ci-dessus ou bien encore Un temps de colère et d'amour, La Punta et aussi Matthias Berg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   Mer 18 Avr 2012 - 9:28

Maline a écrit:
Un temps de colère et d'amour
lu il y a si longtemps qu'il ne me reste pratiquement plus de souvenirs.. et je ne suis jamais retournée vers elle..
tu as raison, c'est peut-être le moment de le faire Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yvette Z'graggen [Suisse]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yvette Z'graggen [Suisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Flotte Suisse sur le Lac Léman
» l'armée suisse
» NYX en Suisse
» Velorail de la Suisse Normande
» La Suisse Normande classée site naturel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: