Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ira Levin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 11:02




Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 27/08/1929
Mort(e) à : New York , le 12/11/2007
Biographie :

Ira Levin est un écrivain américain auteur de pièces de théâtre, de romans de science fiction, policiers ou de thrillers.

Étudiant de l’Université de New-York, Ira LEVIN écrit son premier roman à 22 ans seulement,. A Kiss Before Dying [1953] reçoit le prix du meilleur premier roman de l’Association des auteurs américains de romans à énigme [Mystery Writers of America]. Ce succès l’encourage dans cette voie.
Trois ans plus tard, après son service militaire, il s’attaque au théâtre et écrit sa première pièce, une adaptation de Mac Hyman’s No Time for Sergeants.

Il continuera pendant toute sa vie à écrire à la fois comme romancier et comme auteur de pièce. Parmi ses succès de théâtre, la comédie Critic’s Choice, la comédie musicale Drat ! The Cat ! et les suspenses Veronica’s Room et Deathtrap. Certaines de ces pièces sont jouées encore aujourd’hui à Broadway.

Son roman le plus célèbre est Le bébé de Rosemary [Rosemary’s Baby, 1967], roman doux-amer qui fait d’une naïve américaine la victime d’une secte satanique. On accusa même le roman d’avoir favorisé un certain retour à l’occultisme !
Selon le New York Times, Ira LEVIN était d’ailleurs mécontent d’être associé au satanisme populaire qui a suivi la publication de Rosemary’s Baby : "Je me sens coupable de voir que Rosemary’s Baby a conduit à L’Exorciste ou à The Omen, confiait-il au Los Angeles Times en 2002. Une génération entière a été exposée et a une plus forte croyance en Satan".

Rosemary’s Baby a été adapté au cinéma par le metteur en scène Roman Polanski en 1968, avec Mia Farrow et John Cassavetes dans les rôles principaux.

Dans Les femmes de Stepford [1972] (The Stepford Wives), un SF-thriller également adapté au cinéma en 1975, Ira LEVIN raconte la vie d’une petite cité pittoresque du Connecticut où les femmes sont remplacées par des robots. Un remake a été réalisé en 2004 avec Nicole KIDMAN.

The Boys From Brazil [Les Garçons du Brésil, 1976] est l’histoire d’un étrange complot nazi pour réscussiter Hitler et le Troisième Reich dans l’Amérique du Sud de la fin des années 70. Il a été adapté à l’écran en 1978, avec Gregory Peck et Laurence Olivier.

Ira Levin n'a écrit que sept romans en quarante ans de carrière mais en a vendu des dizaines de millions d'exemplaires.

Source : Babelio
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 11:13



Rosemary's baby

Tout le monde connaît le célèbre film de Roman Polanski qui a finalement un peu éclipsé le livre de Levin. Et pourtant ! Le livre, comme à de rares exceptions près, me semble bien meilleur que le film.
Connaissant déjà en grande partie l'histoire grâce ou à cause du film j'étais curieux de lire l'ouvrage de Levin pour comparer. Et force est de constater que mes plus grandes émotions ont été vécues avec le livre.
Levin par l'articulation raffinée de son récit nous oppresse de plus en plus, on s'identifie à Rosemary, on sait que cela va mal se passer mais l'on s'accroche à tout ce qui semble positif.
Nous ressentons sa grossesse, nous compatissons et nous ne pouvons qu'être spectateur impuissants à l'étau qui se resserre autour de l'héroïne.
L'écriture, dans les dialogues, principalement est gentiment datée avec des exclamations familières à l'époque qui seraient soutenues aujourd'hui mais cela ajoute un côté "vintage" à l'histoire qui est très agréable. Cela bonifie le style et le récit.
Etant agnostique j'ai également beaucoup apprécié l'absence de sermont morale autour du bien divin et du mal diabolique, pour ne pas soutenir un manicchéïsme qui n'a pas besoin d'être caricaturé et qui est souvent présent dans les histoires touchant au satanisme et dont nous n'avons pas besoin pour déceler ce qui est moral et ce qui ne l'est pas. Pas de ton professoral juste une histoire racontée celle de Rosemary et de son bébé et c'est tout ce que l'on peut justement apprécier.
Pour moi un ouvrage maître dans ce genre que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire.
J'ai bien entendu acheté la suite rapidement que je compte dévorer : Le fils de Rosemary
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 12:47

C'est surtout le portrait presque clinique (vécu de l'intérieur) d'une psychose puerpérale dont les hallucinations et la paranoïa laissent la possibilité d'une interprétation plus démoniaque. À déconseiller aux femmes enceintes !

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 13:13

Mais ce n'est pas une psychose, elle le vit vraiment ce qu'elle voit. Les morts qui entourent l'immeuble et ses amis également.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 13:42

Kierkegaard a écrit:
Mais ce n'est pas une psychose, elle le vit vraiment ce qu'elle voit. Les morts qui entourent l'immeuble et ses amis également.
Tout l'intérêt de l'histoire est de créer cette ambiguïté entre réalité et fantasme. On peut considérer que tout se passe dans son imaginaire ou que c'est la vérité. De la même façon qu'une femme qui fait une psychose puerpérale croit et adhère à son délire. Le roman et le film adoptent son regard comme si c'était une réalité objective. Sans cette ambiguïté le récit aurait moins de force je trouve. Et Polanski a continue à explorer la psychose dans Répulsion et Le locataire.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 13:43

Marko a écrit:
Kierkegaard a écrit:
Mais ce n'est pas une psychose, elle le vit vraiment ce qu'elle voit. Les morts qui entourent l'immeuble et ses amis également.
Tout l'intérêt de l'histoire est de créer cette ambiguïté entre réalité et fantasme. On peut considérer que tout se passe dans son imaginaire ou que c'est la vérité. De la même façon qu'une femme qui fait une psychose puerpérale croit et adhère à son délire. Le roman et le film adoptent son regard comme si c'était une réalité objective. Sans cette ambiguïté le récit aurait moins de force je trouve. Et Polanski a continue à explorer la psychose dans Répulsion et Le locataire.

Cette vision de la psychose ne tient pas une fois la suite lue... De même que la façon dont meurt l'entourage. Après c'est l'intérêt du livre on ne voit que ce qu'on veut y voir.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 13:51

Oui bien sur. Mais je trouve plus intéressant de créer cette ambiguïté (Polanski accentue d'ailleurs la dimension délirante potentielle) que de se contenter d'une histoire de sorcellerie et de complot démoniaque. C'est vrai que je n'ai pas lu la suite du roman.

Jette quand même un œil sur toutes les analyses psychanalytiques du roman et du film. Cette dimension de délire du post partum revient souvent. On a même qualifié de Rosemary's syndrome certaines formes de psychoses puerpérales à thématiques de possession et d'influence démoniaque.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 15:17

Certes je regarderai, mais les incidents, les premiers surviennent avant sa grossesse, et les drames qui surviennent sur ses amis ne sont proviennent pas d'une psychose donc ira Levin assume le côté fantastique du récit.
Et contrairement à toi qui accorde beaucoup d'importance à la psychologie moi je la remets volontiers en cause ou la laisse de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 18:09

Tu veux dire dans le film ou en général concernant la psychologie ? J'y attache de l'importance quand elle est présente dans une œuvre ou qu'elle est une lecture potentielle. J'aime souvent davantage des films qui ne s'y referent pas trop d'ailleurs. Je me souviens peu du roman que j'ai lu adolescent comme pas mal d'autres romans fantastiques ou d'horreur. Je retiens surtout le film de Polanski qui est un auteur dont la paranoïa est un des thèmes centraux et obsessionnels pour des raisons évidentes dans son parcours de vie.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 18:12

Marko a écrit:
Tu veux dire dans le film ou en général concernant la psychologie ? J'y attache de l'importance quand elle est présente dans une œuvre ou qu'elle est une lecture potentielle. J'aime souvent davantage des films qui ne s'y referent pas trop d'ailleurs. Je me souviens peu du roman que j'ai lu adolescent comme pas mal d'autres romans fantastiques ou d'horreur. Je retiens surtout le film de Polanski qui est un auteur dont la paranoïa est un des thèmes centraux et obsessionnels pour des raisons évidentes dans son parcours de vie.

Dans le livre c'est autrement plus axé sur le côté fantastique d'où notre débat je pense.
Disons qu'il y a certains courants de la psychologie notamment le behaviorisme toujours trop présents à mon goût que je trouve dangereux donc je remets en cause ce courant ainsi que certaines doctrines de psychologie sociale. Et ce quel que soit le domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 18:25

Toutes les formes de psychologie sont contestables pour partie comme bien d'autres domaines. Je ne connais pas de vérité fiable et définitive. C'est une discipline mouvante et qui ne cesse d'évoluer dans ses différentes orientations. Je n'ai pas de jugement aussi radical parce qu'il faudrait une grande maîtrise d'ensemble de ces théories pour les rejeter ou leur retirer de la pertinence ou de la valeur. Il me semble plus intéressant de s'intéresser un peu à tout de manière intégrative et de voir ce qui nous semble le plus en accord avec notre pratique ou notre sensibilité si on ne s'y intéresse que de façon théorique et intellectuelle (si on s'y intéresse).

Parenthèse faite, je serais curieux de savoir ce qui se passe dans la suite de Rosemary? Était-elle vraiment utile cette suite?

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ira Levin    Sam 6 Oct 2012 - 18:28

Marko a écrit:
Toutes les formes de psychologie sont contestables pour partie comme bien d'autres domaines. Je ne connais pas de vérité fiable et définitive. C'est une discipline mouvante et qui ne cesse d'évoluer dans ses différentes orientations. Je n'ai pas de jugement aussi radical parce qu'il faudrait une grande maîtrise d'ensemble de ces théories pour les rejeter ou leur retirer de la pertinence ou de la valeur. Il me semble plus intéressant de s'intéresser un peu à tout de manière intégrative et de voir ce qui nous semble le plus en accord avec notre pratique ou notre sensibilité si on ne s'y intéresse que de façon théorique et intellectuelle (si on s'y intéresse).

Parenthèse faite, je serais curieux de savoir ce qui se passe dans la suite de Rosemary? Était-elle vraiment utile cette suite?

Suis en train de la relire, je ferais un com' dés que j'ai fini.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Ira Levin    Dim 7 Oct 2012 - 23:50

Kierkegaard a écrit:

Suis en train de la relire, je ferais un com' dés que j'ai fini.
ok Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Ira Levin    Mar 8 Jan 2013 - 13:11

trouvé sur le OneShot

Steven a écrit:
Rosemary's baby d'Ira Levin.



Guy est acteur ; Rosemary est sa femme. Ils auront des enfants, un jour, c'est sûr ; quand Guy aura réussi dans sa carrière. POur l'instant, ils vont avoir un appartement ; ils ont signé le bail. Mais il y a cet autre appartement qui s'est libéré dans Bramford, ce si bel appartement. Rosemary le veut. Guy est acteur ; il sait trouver l'excuse pour résilier l'ancien bail.
Voilà le début de ce roman, tout simple ; une histoire sans histoires, l'histoire du'n jeun couple, heureux, qui fait des projets. On ressent quelques nuages sur le front de Guy, Guy qui souhaite tellement réussir... A tout prix !

Hutch, un ami intime, écrivain, essaye de les dissuader de prendre l'appartement ; Bramford est - a été - le haut lieux de crimes et de pratiques de sorcellerie. Mais Hutch est écrivain, à l'imagination trop volatile. Le couple s'installe.
Rosemary rencontre Terry, jeune fille, ex-droguée, recueillie par le couple, voisin de palier de Guy et Rosemary, Roman et Minnie Castevet. Elles sympathisent, se retrouvent, discutent.
Un soir, en rentrant, Rosemary et Guy vient un attroupement, et au milieu le corps de Terry qui s'est jeté par la fenêtre. Ce drame va rapprocher les Castevet et Rosemary, dans un premier temps, puis Guy. Pressants sans êtr envahissants, les Castevet sont toujours prêts à rendre service. Guy semble y voir une opportunité pour sa carrière : Roman semble connaître tant de monde... Sa carrière qui va prendre un essor fulgurant, bénéficiant de coups de pouce importants....


Je crois que ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est cette présentation simple et classique du couple, de ses relations de voisinage, de ses espoirs, de ses échecs... Puis, tout bascule, mais toujours aussi simplement, sans que le roman ne change de style. Rosemary est victime de cauchemars, Minnie est de plus en plus présente ; Guy n'y trouve rien à redire.

Au final, le livre monte ne puissance, s'écarte de la simple histoire du couple pour viser autre chose, plus fantastique, plus irréell. Et ça marche, plutôt bien même. Rosemary est un personnage complexe, bien plus que son mari. L'auteur réussit très bien ses personnages.

J'ai beaucoup aimé ce livre, qui préfigure tout un pan de la littérature d'horreur/fantastique américaine.

Ce qui m'a le plus intrigué : c'est l'utilisation des services des abonnés absents au téléphone. Je ne savais pas que ça avait existé... content Je me demande si ça existait aussi en France.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ira Levin    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ira Levin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Photographes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: