Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Alain Blottiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Alain Blottiere   Lun 15 Oct 2012 - 20:26

Alain Blottière




Alain Blottière est un écrivain français né en 1954 à Neuilly-sur-Seine.

Auteur de romans, de récits de voyage et d'essais, son œuvre se caractérise par son inspiration exotique et souvent historique, où se révèle sa profonde nostalgie pour un âge célébré (l'enfance et l'adolescence)1, et des époques (l'Antiquité, le XIXe siècle...) ou des pays (l'Égypte , les Îles de la Sonde...) lointains : autant de mondes dont il aime retrouver -inventer- les émotions disparues.

Rimbaldien, Alain Blottière a également rédigé la préface et les notes des Œuvres Complètes du poète dans la collection Bouquins (Robert Laffont, 1980).

En 1998, après Si-Amonn, plongée dans les bas-fonds de la ville de Cyrène, colonie grecque de Libye, au IVe siècle avant notre ère, Alain Blottière écrit: « J'aimerais beaucoup qu'on le lise à petites gorgées. Car il n'y en aura pas d'autres. Ce qui m'anime n'intéresse pas grand monde, et je l'ai déjà beaucoup répété. Si-Amonn est donc mon dernier roman. »

En 2011, après une série d'essais et articles sur l'Egypte, où il séjourne régulièrement, il publie ecpendat Le Tombeau de Tommy. « Il m'a fallu dix ans pour me débarrasser d'un certain ressassement »

Œuvres

Saad, roman, Gallimard, coll. « Le Chemin », Paris, 1980 . Prix Littéraire de la Vocation.
Le Point d'eau, roman, Gallimard, Paris, 1985
Intérieur bleu, roman, Balland, Paris, 1990
L'Oasis: Siwa, récit, Quai Voltaire, Paris, 1992 édition de poche : Payot, Paris, 1994 .
L'Enchantement, roman, Calmann-Lévy, Paris, 1995 Prix Valery Larbaud.
Si-Amonn, roman, Mercure de France, Paris, 1998
Tableaux des oasis égyptiennes, récit, Arthaud, 1999
Petit dictionnaire des dieux égyptiens Zulma, Paris, 2000
Un voyage en Égypte au temps des derniers rois, récit, Flammarion, Paris, 2003
Comme une image, récit, in La Nouvelle Revue française N° 582, Gallimard, Paris, 2007
Aimer encore l'Égypte, préface à Fils de roi, Portraits d'Égypte de Denis Dailleux, photographies, Gallimard, Paris, 2008
Le Tombeau de Tommy, roman, Gallimard, Paris, 2009 ; édition de poche : Folio (Gallimard) n° 5203, Paris, 2011
Rêveurs, roman, Gallimard, Paris, 2012

Wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Alain Blottiere   Lun 15 Oct 2012 - 21:08

Rêveurs

J'avais beaucoup aimé Le tombeau de Tommy, « confrontation entre un adolescent héroïque d'autrefois et un adolescent a priori banal d'aujourd'hui ». L'adolescent héroïque d'autrefois, c'était un jeune résistant du groupe Manoukian, l’ adolescent a priori banal, le jeune acteur choisi pour incarner son rôle au cinéma : celui-ci ressentait une étrange fascination pour son héros, et un parallèle passionnant s'établissait entre les deux.

On retrouve quelque chose d’assez proche dans Rêveurs. Le livre est construit sur le schéma assez classique de deux adolescents, vivant dans des lieux et non plus en des temps différents.L'auteur les met en parallèle et, on s'en doute, ils vont se rencontrer à la fin du livre. Il s'agit de Nathan, petit bourgeois banlieusard paumé qui se sent étranger au monde, et cherche à s’en évader à travers la pratique de jeux vidéo et celle, qui devient addictive, du jeu du foulard. Les rêves qu'il en retire sont d'une beauté intense et dérangeante, mais je me suis par moments ennuyée aux états d’âme de cet adolescent sensible mais finalement plutôt ordinaire. Ses difficultés paraissent assez fades quand on découvre le deuxième personnage, orphelin illettré des bidonvilles du Caire pendant le printemps arabe, qui a capté mon émotion et mon intérêt.

De belles pages, un style plutôt riche et travaillé (parfois un peu trop, des phrases un peu trop longues) nous attachent à ces deux adolescents qui rêvent chacun à sa façon d'un monde meilleur, finissent par se croiser dans une scène assez sublime, pour reprendre chacun un chemin où la rencontre aura, peut-être, ouvert de nouvelles perspectives.

Pour souligner le parallèle entre ses deux héros, Alain Blottière enchaîne les paragraphes parlant de l’un, parlant de l'autre, et la continuité est marquée par les derniers mots qui deviennent les premiers mots de la partie suivante. C'est une technique que l'on trouvera, selon son humeur, soit inventive et pleine de sens, soit gadget et un peu surfaite. Je ne suis pas arrivée à trancher.

Au total, un roman qui se tient, qui dégage un charme, qui doit beaucoup à cet adolescent cairote débrouillard qui se débat avec vaillance dans un monde à la fois hostile et chaleureux. Ce livre est comme un retour vers une adolescence à la recherche d’un sens, je l'aurais aimé plus ambitieux, plus lyrique, moins sérieux aussi peut-être. Et j'espérais une fin (après la rencontre) plus travaillée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
FrançoisG
Envolée postale
avatar

Messages : 281
Inscription le : 29/09/2009
Localisation : Au calme dans ma maison

MessageSujet: Re: Alain Blottiere   Mer 19 Déc 2012 - 1:16

Le tombeau de Tommy

Alain Blottière se met dans la peau d’un metteur en scène qui fait un film sur la vie de Thomas Elek, résistant fusillé pendant la seconde guerre mondiale pour avoir fait dérailler des trains.

Tout au long du livre, on suit le récit, exprimé à la première personne, des recherches de documentaliste entreprises par le cinéaste et on découvre au fur et à mesure les scènes du film qu’il a tournées avec Gabriel dans le rôle de Tommy.

Le ressort de l’intrigue tient aux conséquences de ce rôle. Pendant le tournage, Gabriel, l’acteur principal, semble habité par la personnalité du résistant Tommy et quand on sait que le personnage réel et mort fusillé, on nourrit les plus grandes craintes quant au sort final de Gabriel.

À plusieurs reprises, l’auteur affirme, dans la bouche du cinéaste, qu’il ne veut rien inviter, ou du moins le minimum. J’aurais pourtant aimé qu’Alain Blottière ne reste pas à mi-chemin.

Les petits paragraphes présentés en italique correspondent aux scènes du film qu’ils tournent. Chaque scène est séparée de la suivante par des justifications du cinéaste sur le résultat de ses recherches documentaires. J’ai pourtant eu l’impression que c’était l’auteur du livre qui parlait le plus souvent.

Résultat : Il m’a été impossible de me plonger dans le film puisque les chapitres, les scènes, ne se suivent pas. Bien souvent, les explications données à la première personne par le cinéaste semblaient émaner d’Alain Blottière lui-même.

J’aurais préféré lire une histoire sous forme de roman retraçant les activités de résistance de Thomas Elek. D’autant que l’auteur en a manifestement le talent. Ce livre est merveilleusement écrit et bien des phrases sont magnifiques de virtuosité et d’élégance.

Un roman aurait évité ces coupures entre scène de film et explications sur la réalité de l’époque à la première personne des recherches de documents. Un roman m’aurait permis de m’identifier avec le résistant, de vivre ses actes de sabotage et de trembler avec lui pendant les jours les plus pénibles.

Evidemment, sous forme de roman, cette histoire n’aurait pu contenir l’intrigue de l’identification de l’acteur avec le résistant. Mais cette question, si souvent annoncée au fil des pages comme finissant en tragédie connait finalement un dénouement qui m’a laissé sur ma faim.

Je tire de cette lecture un bilan mitigé. L’architecture du livre faite d’une succession de plans de film et de chapitre d’explications ne m’a pas convaincu. L’écriture est pourtant sublime. En conclusion, je considère donc que l’auteur n’a pas tiré le meilleur parti de ses recherches, de cette histoire vraie poignante et de son talent.

J'ai apprécié ce livre, sans plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Alain Blottiere   Mer 19 Déc 2012 - 8:41

J'avais trouvé une vraie originalité dans cette mise en parallèle, c’était un coup de cœur pour moi (mais trop lointain pour argumenter plus)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alain Blottiere   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alain Blottiere
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Communiqué d'Alain Lambert.
» Alain Genestar.
» alain dit chocho
» Alain Le Vern en a décidé ainsi...
» Alain, dit SPS ou Spletts...c'est selon M902 en 1988

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: