Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Le Goret

Aller en bas 
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Le Goret  Empty
MessageSujet: Le Goret    Le Goret  Icon_minitimeVen 26 Oct 2012 - 17:23

LE GORET
(Frank Pig Says Hello)
de Patrick McCabe

Le Goret  Le-gro10

Ecrivain irlandais contemporain, Patrick McCabe écrit surtout des romans et nouvelles qu’il adapte souvent lui-même pour le cinéma.
Son roman le plus célèbre : The Butcher Boy fut récompensé en 1992 par la plus haute distinction littéraire irlandaise.
C’est ce roman qu’il a adapté pour la scène qu’a traduit en français Séverine Magois.
Le texte de la pièce est paru, sous le titre Le Goret, en octobre 2012 aux éditions Espaces 34. La traduction a été réalisée avec le soutien de la Maison Antoine Vitez – Imaginaire Irlandais.

« McCabe sait nous raconter cette terrible et sinistre histoire sans jamais tomber dans le mélodrame. Par la forme dramaturgique qu’il a choisie et le rythme de la pièce, il ne nous laisse pas le temps de nous appesantir sur des jugements et des sentiments. On est pris dans un vertige d’émotions brutes, entraînés dans le même funeste tourbillon que le personnage.
Et surtout, l’auteur ne tombe jamais dans l’écueil d’un manichéisme facile. La pièce oscille toujours entre la pitié et la terreur, entre la compassion et l’effroi… et nous sommes pris en permanence dans cette dialectique de la fascination et de la répulsion. Car Frank est à la fois un monstre, un assassin, et un être infiniment fragile et attachant, un enfant en mal d’amour et à l’innocence bafouée dont les appels au secours déchirants et torturés ne seront entendus de personne. »

Séverine Magois

La pièce a été créée en 1992 au Festival de Dublin et a fait l’objet de plusieurs mises en scène.
Le Goret est présenté en France pour la première fois dans une mise en scène de Johanny Bert (production Le Fracas, Centre dramatique national de Montluçon – Région Auvergne).

« Le Goret, de Patrick McCabe, n’a jamais été monté en France. J’ai été séduit et bouleversé par cette histoire d’un adulte, Franck, qui raconte, rétrospectivement, sa mutation depuis l’adolescence. Totalement perdu, sans repères, dans un contexte familial compliqué, entre une mère dépressive et un père alcoolique, il n’arrive pas à construire ce qu’il doit être comme adulte. Le texte est écrit en séquences très courtes, la langue est vive : on a l’impression d’une dérive permanente dans le flot de la pensée. A travers le prisme de son regard, on découvre l’histoire de Franck et la folie qui le gagne peu à peu. »
Johanny Bert


Avec une énergie folle, un débit de parole ininterrompue, Franck, Le Goret, un jeune boucher enfermé dans ce qui pourrait être un asile, dresse le récit morcelé de son histoire, celle d’un « pʼtit cochon » de malheur, dans un monde cruel où « il n’a pas sa place», et ce n’est pas faute d’avoir essayé.

Dans son village d’Irlande du Nord, au début des années 60, Frank était un enfant moqué, méprisé, isolé, surnommé P’tit Goret, à cause d’une malformation.
Sa mère dépressive ne cesse de se pendre ou d’aller «se faire réparer au garage »…
Son père, musicien raté, est alcoolique.
En mal d’amour et d’attention, le garçon est en demande pressante d’amitié, mais ne connaît que le rejet ou la trahison.
Alors P’tit Goret est en colère, et l’enfant attachant peut devenir féroce face à un entourage aussi hostile.
C’est comme s’il se blindait…comme si peu à peu plus rien ne pouvait l’atteindre…Un petit animal...Il prend les claques du destin et fonce toujours, va de l’avant toujours, mais tellement seul et tellement en colère qu’ il sort du bon chemin…
La seule note de lumière et de couleur dans son récit reste le souvenir merveilleux d’un ciel couleur d’orange un jour aperçu au-dessus de la flaque d’eau glacée
« Le ciel était de la couleur des oranges. Quelqu'un avait peint le ciel en orange. Jusqu'au fin fond de l'horizon. Orange. »

Dans la pièce de Patrick McCabe, Franck dialogue avec les figures de son passé, tous ceux qui l’ont blessé, volontairement ou non, et l’ont mené à sa perte.
Le metteur en scène Johanny Bert a pris un autre parti :
« Assez vite, est venue l’idée de faire jouer tous les personnages par un seul acteur : semblent ainsi jaillir de Franck tous ceux qui ont miné son enfance. L’acteur, Julien Bonnet, fait exister les objets par la précision de son jeu et sa maîtrise des techniques de manipulation. Trois techniciens manipulateurs apportent autour de lui des éléments supplémentaires, qui permettent à l’écriture scénique de se créer au plateau. »
Johanny Bert

Il faut rendre hommage, non seulement au metteur en scène mais aussi au « seul acteur » : Julien Bonnet !
Quelle énergie ! Quelle palette d’émotions ! Quelle(s) voix ! Quelle performance !

Avec lui, quatre régisseurs-manipulateurs, dont un musicien en direct, sont ses « servants de scène ».
Le Goret  Legore10 Le Goret  Legore11 Le Goret  87284810 Le Goret  Legore12 Le Goret  Legore13
Photograhies Jean-Louis Fernandez


« Comme une rencontre intime avec la folie, l’écriture de McCabe m’a parlé immédiatement de façon brute de la schizophrénie. Franck se cogne à la vie avec une inébranlable gaieté de vivre, jusqu’à ce que les entailles, trop nombreuses, creusent un abîme irrécupérable. C’est son histoire et sa folie qui me fascinent et c’est bien à traversson corps qu’il me semble juste de retranscrire un amoncellement d’autres personnages. Un acteur, seul en apparence, interprète tous les personnages qui le dévorent : formes marionnettiques, prothèses, bouts de viande, objets. Quatre manipulateurs autour de lui dont un musicien électro l’accompagnent. Ombres discrètes ou apparitions fugaces. »
Johanny Bert

Le Goret  Bert-j10


Johanny Bert crée ses spectacles à partir de formes marionnettiques sorties de son imaginaire fabuleux, et de comédiens qu’il dirige avec beaucoup de talent. Un théâtre d’acteur et d’objets donc.
Le jeune metteur en scène (30 ans) vient d’être nommé à la direction du CDN de Montluçon.
A suivre….

J’ai trouvé ce spectacle éprouvant mais fort mais magnifique.
Eprouvant par sa noirceur.
Magnifique par sa mise en scène et l’interprétation de Julien Bonnet.
Le récit et la mise en scène sont parfois teintés d’humour mais moi je ne percevais que le fond tragique.
Je crois que Le Goret va marquer mon esprit pour longtemps.

Johanny Bert parle de son spectacle Le Goret

La tournée passe par :

création au Fracas, CDN de Montluçon
du 12 au 18 octobre
vendredi 12, samedi 13, mardi 16, jeudi 18 octobre à 20h30
mercredi 17 octobre à 19h30

Yzeure Espace
mardi 23 octobre

Théâtre de Cournon d’Auvergne
samedi 27 octobre

Théâtre des Célestins à Lyon
du mardi 20 novembre au samedi 1er décembre

Centre Dramatique National de Besançon Franche-Comté
mercredi 5, jeudi 6 et vendredi 7 décembre

La Comédie de Valence
du lundi 18 au jeudi 21 février

Scène Nationale de Dieppe
le mardi 9 avril

Biennale internationale des Arts de la Marionnette 2013 à Paris en mai (date à préciser)


Le Goret. Le site du Fracas


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Le Goret  Empty
MessageSujet: Re: Le Goret    Le Goret  Icon_minitimeVen 26 Oct 2012 - 19:25

Je me disais bien que ce nom me disait quelque chose. Butcher Boy était un film de Neil Jordan qui avait un thème assez proche de ce Goret. Ton commentaire me donne envie de voir ce spectacle. Ce sera donc en mai à Paris probablement.

coline a écrit:
Johanny Bert parle de son spectacle Le Goret
Intéressant ce jeune metteur en scène à suivre...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Le Goret  Empty
MessageSujet: Re: Le Goret    Le Goret  Icon_minitimeSam 27 Oct 2012 - 17:46

Marko a écrit:
Je me disais bien que ce nom me disait quelque chose. Butcher Boy était un film de Neil Jordan qui avait un thème assez proche de ce Goret.

Le thème en est plus que proche puisque le scénario du film de Neil Jordan et la pièce(Frank Pig Says Hello, en français: Le goret) sont adaptés du roman Butcher boy, par Patrick McCabe lui-même.
Après avoir vu la pièce j'ai regardé le film de Neil Jordan (saucissonné sur YouTube) etmême s'il raconte la même histoire, il s'avère beaucoup plus léger et drôle que la pièce. Mais pour ma part j'ai trouvé la mise en scène de la pièce par Johanny Bert beaucoup plus forte que le film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Le Goret  Empty
MessageSujet: Re: Le Goret    Le Goret  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Goret
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Théâtre, spectacles :: Pièces vues par des parfumés-
Sauter vers: