Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Claudie Hunzinger

Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée
Main aguerrie
Cassiopée

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeDim 4 Nov 2012 - 16:48

Claudie Hunzinger Claudi10

Claudie Hunzinger,
née le 9 avril 1940 à Colmar dans le Haut-Rhin, France, est une artiste et un écrivain française. Elle place l’écriture au centre de son travail, explorant le concept du livre, construisant des Bibliothèques en cendre, tout en publiant chroniques et récits.

Bibliographie

Bambois, la vie verte, Stock2, 1973
Bambois, la vie verte, J'ai Lu, 1975
De toutes les couleurs, Stock, 1976
Petit paysage avec la tempête, Stock, 1979
Bambois, Stock, 1979
Les enfants Grimm, Bernard Barrault, 1989
V'herbe, FRAC Alsace / Musée d'art et d'histoire de Belfort, 2003
Elles vivaient d’espoir, Grasset, 2010
La survivance, Grasset, 2012


Claudie Hunzinger Surviv10


C’est un livre qui vous parle au cœur.
Rempli de nostalgespérance, de mélancodresse, tous ces sentiments mêlés que nous exposent, que nous partagent « deux vieux fous ».
De ces vieux fous qu’on rêve de rencontrer, de connaître, d’être ?

Il en faut du courage pour fermer la porte de sa librairie adorée, lorsqu’on a plus le choix et à soixante ans, se retrouver, en train de survivre dans une vieille bicoque sans confort, avec un chien, un âne … et des livres ….. Il en faut de l’envie pour rester droit, faire face à la neige, au froid, aux cerfs, à l’inconnu…
Mais qu’est ce qui les tient debout ces deux sexagénaires ? Les livres !
Ils sont présents tout au long de ce roman comme autant de « bâtons de vieillesse », de tuteurs, de réceptacles ou de catalyseurs de leur(s) humeur(s) ; de leur(s) chagrin(s), de leur(s) joie(s)…
Ils sont le lien entre eux, ils sont le lien avec le lecteur, ils sont la vie…
Ils sont évoqués par l’intermédiaire du classement imaginé par Aby Warburg * (1866-1929) qui rangeait sa bibliothèque de façon très originale, les livres se côtoyant par « bon voisinage**».
Dans les conversations et les silences de nos deux protagonistes: Sils et Jenny, chaque livre sera nommé à un moment précis de l’histoire, comme une évidence, parce que c’est à ce moment-là qu’il a sa place, qu’il « voisine » avec le reste du texte. D’ailleurs, même l’ânesse a son mot à dire sur les lectures.
Au plus triste de leur désespérance, la lecture les nourrit, elle les porte, les supporte, même lorsqu’il faut se séparer d’un de ces recueils qu’on a toujours eu avec soi pour un peu de monnaie.
Je me suis plu à imaginer Jenny avec le visage de Claudie Hunzinger, portant un pantalon un peu court avec des poches au genou, de grosses chaussettes, humant la terre, la forçant à donner le meilleur d’elle-même pour qu’elle puisse manger les légumes qu’elle avait plantés.
Je les ai vus, tous les deux, discutant, renâclant, avançant, vivant de bric et de broc mais vivant libres …..

Ce livre est magnifiquement écrit, comme une partition musicale, chaque terme est pesé, associé aux autres sans précipitation pour être mélodieux. Une grande sérénité nous habite malgré les moments difficiles vécus par les personnages. Les mots s’enchaînent formant ainsi une douce chanson pour notre plus grand bonheur.



* Selon la légende familiale, Aby Warburg, premier né d'une fratrie de sept enfants et héritier d'une dynastie bancaire installée à Hambourg depuis le xvie siècle, scella son destin à l'âge de treize ans, lorsqu'il céda son droit d'aînesse à son cadet Max contre la promesse que celui-ci lui achèterait, sa vie durant, tous les livres qu'il voudrait.
** La loi de bon voisinage » est l’expression curieuse que Warburg choisit de donner au principe établi pour sa bibliothèque. Cette loi repose sur l’idée que le livre que l’on cherche, dans bien des cas, n’est pas le livre dont on a réellement besoin. Par contre, grâce à l’organisation thématique des étagères, il est probable que le livre d’à côté, bien qu’on ne puisse le deviner à son titre, contienne « l’information vitale ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeDim 4 Nov 2012 - 19:55

Tiens Claudie Hunzinger ! Quand je l' ai connue, elle élevait des chèvres... Elle a fait du chemin depuis. Merci pour la nouvelle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeLun 5 Nov 2012 - 9:12

ça tombe bien, j'ai emprunté un de ses romans pour mes vacances.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Cassiopée
Main aguerrie
Cassiopée

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeLun 5 Nov 2012 - 9:15

mimi54 a écrit:
ça tombe bien, j'ai emprunté un de ses romans pour mes vacances.....

Lequel?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Sage de la littérature
Noémie

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeMar 6 Nov 2012 - 13:19

Ce livre me tentait beaucoup et tu donnes encore plus envie de le lire..Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeLun 26 Nov 2012 - 20:48

La Survivance

Il y a quelques jours je grimpais, derrière Rick Bass à la découverte des grizzlys. Et me voilà collée aux basques de Jenny, l’héroïne de La Survivance, à crapahuter derrière un troupeau de cerfs

Qu'est-ce qui a bien pu me faire attraper ce livre ? Je me souviens même d’avoir ébauché une petite grimace en lisant le quatrième de couverture. On allait encore me parler de civilisation finissante sauvée par le retour à la nature...Ces leçons de morale me lassent assez souvent. Et puis j'ai tourné la première page, et il ne m'a pas fallu plus de 20 lignes pour être dedans: l'histoire d'une rédemption quasi mystique, de deux vieux fous qui ne laissent rien passer, surtout pas la chance d'être plus fous encore, plus libres, plus heureux...

Quand ils avaient 20 ans, s’aimant avec toute la démesure de leur âge, Jenny et Sils vécurent un printemps dans une ruine perdue en pleine montagne. Puis 40 ans durant, il tinrent une librairie de livres d'occasion, accolée aux vignes, un vrai pied de nez à une société pragmatique, consumériste, raisonnable. Arrivés à 60 ans, cette société s'étant chargé de leur rappeler qu'on ne vivait pas de ses seuls désirs, ils n'eurent d'autre ressource que de retourner dans leur havre secret, de communier avec la nature, affrontant la solitude, les éléments, s'accrochant l’un à l'autre, s'aimant avec toute la tendresse de leur âge, baignant dans leurs livres et leurs savoirs autodidactes, s’épanouissant face à cette beauté quotidienne dans une liberté resplendissante.

Citation :
J'avais perdu en grand et gagné dans les choses menues mais innombrables. Par exemple, j'avais gagné le picotement de la pluie placée sur mon visage, le cou, les bras, rien du tout, apparemment, mais délicieux, amusant. Et je me suis mise à rechercher ce qui me touchait, m’empoignait, ça ne manquait pas, l'énergie de l'orage, les pluies tièdes de midi, le feu du soir, les morsures de l’eau à 7°, le gluant de la terre trempée, le corps inquiétant du vent, jusqu'aux brûlures des orties, aux épines des ronces. J'avais les bras d'une sauvage qui se serait battue avec dix lynx : lacérés, rouges. Les mains d'une taupe : deux pelles.

Une vie comme un conte philosophique, une écriture magique qui emporte à chaque page, une folie douce et lumineuse, un grand régal de lecture.

Citation :
J'avais là-haut une approche de la joie tellement à l'opposé de ce que l'on vous dit d’ordinaire, une approche ténue mais intense, comme un fourmillement de couleur.

Citation :
Nous étions dans une sorte d'arche en compagnie des restes périmés, devenus incongrus, d'une civilisation de l'écrit, tandis qu'autour de nous montait l'eau d'innombrables écrans plasma et autres inventions, annonçant un monde fabuleux, bien plus fort que l'ancien. Encore plus destructeur. Encore plus dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeMar 27 Nov 2012 - 9:17

Claudie Hunzinger est aussi plasticienne; elle fait des livres de foin, des pages d'herbe et des bibliothèques de cendre
Dans son livre elle cite une phrase de l'artiste Robert FILLIOU que j'ai beaucoup aimée:
Citation :
L'art est ce qui rend la vie plus intéressante que l'art

Claudie Hunzinger 05_liv10Claudie Hunzinger 11_gra10Claudie Hunzinger Oeuvre10


son site
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitimeMer 2 Jan 2013 - 10:35

La survivance

Jenny et Sils sont deux jeunes sexagénaires alsaciens. Irrémédiablement fauchés. Ruinés. Chassés de leur librairie, ils doivent se replier au cœur de la montagne vosgienne, dans une maison rustique, sans confort et pas mal délabrée ; mais qui a l’immense avantage de leur appartenir. C’est dans ce cadre austère fait de pessières enneigées, de toit nanti d’un trou béant, et de cerfs comme voisins que ces deux tourtereaux qui font chambre à part depuis des lustres vont tenter de se reconstruire. Monsieur n’est pas très enthousiaste. Mais aucune autre alternative ne s’offrant à lui, il s’est fait une raison. Madame est davantage tentée : cet emménagement étant l’occasion de repartir de zéro. Et de se remémorer de bons souvenirs vieux de quarante ans et liés à ce lieu isolé de tout.

On reconstruit le toit, on débroussaille le terrain abandonné depuis longtemps, on s’installe, on se rappelle ses jeunes années. On observe les cerfs qui envahissent la clairière une fois la nuit tombée. On retourne à la civilisation de façon périodique pour le ravitaillement. Et on cherche un mystérieux pigment bleu utilisé (si j’ai bien tout compris) par le peintre Matthias Grünewald pour le retable d’Issenheim. Retable brûlé en 2011 avec le musée d’Unterlinden dans lequel il était exposé (catastrophe dont je n’ai d’ailleurs trouvé aucune trace dans l’Histoire de lieu et qui semble avoir été montée de toute pièce par l’auteur).

Avec ce bleu, Claudie Hunzinger part dans des considérations poétiques et philosophiques élevées qui m’ont totalement échappées. Je suis trop terre à terre : j’avoue être passé entièrement à côté de ce volet (important) du livre. Si bien que j’ai fini par me perdre totalement. A ne plus rien saisir du propos poétique de l’auteur. A ne plus rien comprendre du tout en dehors de l’apparition quasi magique des cervidés sous les fenêtres de Jenny. Ce qui ne m’a pas suffit à raccrocher le dernier wagon qui déjà s’éloignait inexorablement en me laissant sur le bord de la voie (métaphore de la voie ferrée d’un usager lisant dans le train). Bref ! On commence à lire en travers, ce qui aggrave encore l’incompréhension. Et moins on comprend, plus on lit vite en ayant hâte d’en finir. Cercle vicieux qui m’a happé et englouti pour me contraindre à abandonner ma lecture à 70 pages à peine de la fin. J’étais complètement perdu et n’avais plus la moindre idée de ce dont pouvait bien parler l’auteur.

Un loupé !

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Contenu sponsorisé




Claudie Hunzinger Empty
MessageSujet: Re: Claudie Hunzinger   Claudie Hunzinger Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Claudie Hunzinger
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les déferlantes , Claudie Gallay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: