Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Le retour du cinéma de traversay

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeMar 27 Aoû 2013 - 15:17

Dans la rubrique des plus beaux couples du cinéma que se choisit toujours traversay en avatars, disons que celui-ci est de loin le plus torride!
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeMer 28 Aoû 2013 - 1:47

Oui, belle photo, et merci messieurs de votre réponse!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeSam 31 Aoû 2013 - 21:11

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 4450410
Coupable ? (Yvan Noé, 1951)
Résumons l'affaire : Walter, exploitant forestier a donné sa chance à Noël. Ce dernier s'aperçoit que la femme du premier le trompe avec un contremaitre retrouvé assassiné. N croit W coupable et s'accuse à la place du susdit. Mais c'est bête parce que W n'a rien fait. Comme on est en 1951, il risque la peine de mort, le pauvre. On se croirait presque chez Fritz Lang (L'invraisemblable vérité), on est chez Yvan Noé. Le cinéaste de l'inénarrable Le château des quatre obèses a fait des progrès et son film policier tient la route malgré quelques embardées. Et il y a surtout l'angélique Junie Pastor et l'excellentissime Raymond Pellegrin pour tenir fermement le volant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeSam 31 Aoû 2013 - 21:28

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Therac10
Le cercle infernal (The Racers, Henry Hathaway, 1955)
Tous les films ayant pour thème la compétition automobile se ressemblent : têtes brulées, rivalité amoureuse, accident au tournant. Henry Hathaway fait le travail sans rechigner et sans conviction. Kirk Douglas crispe les mâchoires comme il faut. Petit plaisir : on aperçoit Fangio, l'espace d'un instant.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Cercle10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeMar 3 Sep 2013 - 21:45

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 En840810
On ne joue pas avec le crime (5 against the House, Phil Karlson, 1955)
Quatre étudiants en droit et une copine (Kim Novak, encore un peu tendre) décident de dévaliser un casino, de Reno, juste pour le fun. Le scénario hésite entre la comédie (répliques cinglantes), le film de braquage (un mini Ocean's Eleven), le suspense psychologique (les gars ont fait la guerre de Corée) et la série B. Avec un final de film noir lequel se révèle très faible. Plaisant tout de même sur le mode mineur, en particulier pour sa superbe photo en noir et blanc.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 5-agai10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeMar 10 Sep 2013 - 11:29

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 El2bho10
Le cabinet des figures de cire (Das Wachsfigurenkabinett, Paul Leni, 1924)
Un jeune homme est engagé pour rédiger des histoires illustrant la vie de trois mannequins figurant dans un musée de cire : Haroun al-Rachid, Ivan le Terrible et Jack l'Éventreur. Trois parties très inégales (la dernière est tronquée) pour un film qui déçoit si l'on réfère aux grands chefs d'oeuvre du cinéma expressionniste allemand. L'aspect sentimental voire humoristique court-circuite la dimension fantastique et visionnaire qui demeure légère et inconsistante.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Leni_c10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeVen 20 Sep 2013 - 19:37

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Three_10

Trois étrangers (Three Stangers, Jean Negulesco, 1946)
Trois étrangers se retrouvent un soir à faire un voeu devant une statuette chinoise. Souvent considéré comme une pâle copie du Faucon maltais, le scénario a en fait était écrit bien avant par ... John Huston. Le film, noir comme de la suie, évoque en parallèle trois destins funestes. On peut compter sur Negulesco, un vrai petit maître, pour donner de la substance à ces histoires sans relief particulier. Il bénéficie de deux atouts maîtres : l'imposant Sidney Greenstreet et l'inquiétant Peter Lorre, pour une fois amoureux !

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Z0110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeSam 21 Sep 2013 - 21:59

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 5522610

Les frères Rico (The Brothers Rico, Phil Karlson, 1957)
L'aîné des Rico doit retrouver ses frères qui ont trahi "l'organisation". Ca sent sacrément le roussi et il va y avoir du sang dans la poussière. Tiré d'une nouvelle de Georges Simenon, le scénario a du coffre, nonobstant un dénouement abominablement bâclé. La mise en scène de Phil Karlson est plus poussive qu'une locomotive à vapeur. Que c'est dommage. Un bon rôle pour Richard Conte, mâchoires serrées et brushing impeccable.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeDim 22 Sep 2013 - 11:06

bonne description de Richard Conte ! sourire 

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeMar 24 Sep 2013 - 21:26

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 The_ra10

Les pièges de Broadway (The Rat Race, Robert Mulligan, 1960)
Deuxième film de Robert Mulligan qui n'a pas encore trouvé son style. Le glamour des années 50 commence à s'effriter pour laisser place à un certain réalisme. Le film est entre deux eaux, fortement marqué par la pièce de théâtre de Garson Kanin, dont il est issu. Pleins d'espoir de réussite artistique en débarquant à New York de leur province, les deux héros devront s'adapter. Le désenchantement règne dans cette comédie romantique aux petits pieds. Tony Curtis et Debbie Reynolds imposent leur charme et leur talent.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 81657010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeVen 11 Oct 2013 - 22:35

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 1009410

Le baron fantôme (Serge de Poligny, 1943)
Un château en ruines, un chat noir, un somnambule et faux Louis XVII ... Contrairement à ce que son titre semble indiquer, Le baron fantôme n'est pas un film fantastique mais une oeuvre poétique et romantique aux dialogues signés Jean Cocteau. Une rêverie amoureuse qui culmine dans une très belle séquence nocturne qui n'est pas sans rappelle une merveille du genre, le Peter Ibbetson de Hathaway. Alain Cuny et Odette Joyeux excellent dans des rôles d'ingénus mais la vraie vedette est Jany Holt, remarquable dans un rôle mi-ange, mi-démon. A l'image de l'autre film qu'elle tourna en 1943, Les anges du péché de Robert Bresson.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Le-bar10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeJeu 24 Oct 2013 - 22:39

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 2326210

L'Atlantide (Georg Wilhelm Pabst, 1932)
Pabst a tourné simultanément trois versions de cette adaptation du roman de Pierre Benoit : allemande, anglaise et française. Avec des acteurs différents, hormis Brigitte Helm. On a parlé parfois de "Loulou des sables." C'est un peu exagéré, malgré les belles images de désert, saharien à voir. L'aspect expressionniste est convaincant mais ne fait pas disparaître la gêne occasionnée par le surjeu de Pierre Blanchar et consorts. Il a bien vieilli ce Pabst là, beaucoup plus que certains de ses films muets.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Atlant10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeSam 26 Oct 2013 - 19:17

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 5331210

Les Reivers (The Reivers, Mark Rydell, 1969)
Une balade automobile dans le sud des Etats-Unis au début du XXe siècle. Avec Steve McQueen au volant, ça ne se refuse pas. Le deuxième film de Mark Rydell, lointaine adaptation de Faulkner, est d'une grande fraîcheur. Un récit initiatique pour un garçon de 11 ans qui se forgera des souvenirs pour la vie. Sympathique et même plus que cela.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Reiver10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeDim 27 Oct 2013 - 22:27

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Tight-10

Coincée (Tight Spot, Phil Karlson, 1955)
Ginger Rogers est dans de sales draps : soit elle témoigne pour faire extrader un gangster, soit elle retourne illico en prison. Un flic corrompu (Brian Keith) et un procureur droit dans ses bottes (Edward G. Robinson) sont là pour la convaincre. Film noir typique de la Warner, c'est à dire compact, fauché et un tantinet mécanique. Ca fonctionne quand même par la sécheresse des dialogues et l'abattage des acteurs. Mise en scène fonctionnelle de Phil Karlson.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 A20tig10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitimeLun 28 Oct 2013 - 23:50

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 86908110

Dans la gueule du loup (The Mob, Robert Parrish, 1951)
Acteur puis monteur, Robert Parrish débute dans la réalisation en 1951 avec Cry Danger puis The Mob. Ce dernier comporte quelques figures imposées du film noir : le monde rude des dockers, un flic infiltré dans la mafia, un policier corrompu ... Rien d'original, évidemment. Mais le rythme ne faiblit pas, l'humour n'est pas absent, les dialogues sont incisifs et la violence sèche. Et aucune touche de glamour dans le casting avec des gueules comme celles de Broderick Crawford et Ernest Borgnine.

Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Mob20t10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Contenu sponsorisé




Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Le retour du cinéma de traversay   Le retour du cinéma de traversay - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour du cinéma de traversay
Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» me voilà de retour
» Le retour de Michel Polnareff
» Retour à la case départ!
» Retour dans le droit chemin - rehab
» Retour de couche...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio-
Sauter vers: