Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yamada Eimi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Yamada Eimi   Mar 20 Nov 2012 - 22:22

YAMADA Eimi
(Tokyo, 08/02/1959 -)
Eimi Yamada, née en 1959 à Tokyo, a fait des études à la faculté des lettres de l'Université Meiji. Elle débute comme écrivaine en 1985 en publiant sa première œuvre Amère Volupté (ベッドタイムアイズ ; œuvre autobiographique d'une passion sexuelle), qui lui vaut le prix Bungei sho. (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eimi_Yamada).

Ses thèmes de prédilection sont la sexualité, les relations interraciales, l'enfance, les brimades à l'école (Musique après l'école, Hōkago no Kii Nooto, 放課後の音符, 1989).
Les titres de ses oeuvres sont souvent en anglais.

Elle a reçu quantité de prix : Naoki en 1987 (Soul Music Lovers Only), Izumi Kyoka 1996 (Animal Logic), Tanizaki en 2005 (Merveilleuse saveur, Fūmizekka, 風味絶佳), Noma en 2012 (Gentleman, ジェントルマン).


Dernière édition par eXPie le Mar 20 Nov 2012 - 23:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yamada Eimi   Mar 20 Nov 2012 - 22:22


La Chrysalide brisée (Chocho no tensoku, 1987). Récit traduit du japonais en 1995 par Jean-Christian Bouvier. 93 pages. Picquier poche.
Citation :
"A seize ans, la vie n'avait plus de secrets pour moi. Cela peut sembler présomptueux, je le sais, mais moi je ne bluffe pas. Qu'appelais-je donc « la vie » à l'époque ? Tout ce qui concerne les garçons ? Ces plaisirs, parfois à double tranchant - amour, alcool, cigarette, sexe - qui sont comme des obligations par lesquelles tout adolescent doit passer ? Vous n'y êtes pas du tout ! Sur ce plan, je n'étais qu'une gamine innocente. En revanche, je connaissais la haine. Et, à seize ans, la haine m'offrait un regard privilégié sur la vie." (page 5).

On a bien sûr l'inévitable petite scène de sexe :
Citation :
"Ce jour-là, j'ai découvert la saveur des rayons du soleil couchant. Ma langue courait après eux sur tout le corps de Mugio en une poursuite sans fin. C'étaient mes premières caresses avec un garçon : si je suis restée si calme, c'est sans doute à la suavité du soleil sur sa peau que je le dois." (page 7).
Rapidement, heureusement, on perçoit la motivation initiale à cette scène :
Citation :
"Pas une seule fois je n'avais pensé à Eriko.
« Tu es le genre de fille qui ne m'arrive pas à la cheville ! » murmurai-je avec délectation." (page 19).
Une revanche, en somme, ou plutôt un match à distance.

La narratrice, Hitomi, vit dans l'ombre d'Eriko depuis des années. Par un flash-back, on assiste à leur rencontre, alors qu'elles avaient cinq ans, puis on suit leur relation amitié-haine, Hitomi étant une sorte de prisonnière consentante qui ne rêve que de s'évader, de dire ce qu'elle pense vraiment, mais sans jamais passer à l'acte : elle est le faire-valoir de la jolie Eriko, qui est toute mignonne, conquiert les garçons avec ses petits effets, ses larmes d'actrices qui trompent tout le monde... sauf Hitomi, bien sûr.

Un petit texte lisible et vite lu. Pas extraordinaire, donc, très loin de là, mais lisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
 
Yamada Eimi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: