Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Hari Kunzru

Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Hari Kunzru Empty
MessageSujet: Hari Kunzru   Hari Kunzru Icon_minitimeLun 10 Déc 2012 - 11:01

Hari Kunzru Avt_ha10

Citation :
Hari (Mohan Nath) Kunzru est né à Londres en 1969.
D'origine anglaise et indienne (Cachemire), Kunzru a grandi dans l'Essex. Il a fait ses études à la Bancroft's School, puis à Wadham College, à Oxford, et obtenu un Master of Arts en philosophie et littérature à l'Université de Warwick.

Il a travaillé de 1995 à 1997 à Wired UK puis comme journaliste depuis 1998, écrivant pour des publications telles que The Guardian et The Daily Telegraph. Il a été correspondant pour le magazine Time Out, et a travaillé comme présentateur TV. Il a reçu en 1999 le titre d’Observer Young Travel Writer of the Year. De 1999 à 2004, il a été aussi l’éditeur musical du magazine Wallpaper et depuis 1995 il contribue à la publication de Mute, un magazine de culture et technologie. Il a remporté un Betty Trask Award et le Somerset Maugham Award pour son livre The Impressionist. Transmission, son deuxième roman, a été publié pendant l’été 2004 et a été désigné comme l’un des livres remarquables de l’année par le New York Times. Il a également publié en 2005 un recueil de petites histoires nommé Noise.

En 2003, Hari Kunzru a été reconnu par le magazine Granta comme l’un des vingt meilleurs jeunes écrivains britanniques. En 2005, le magazine Lire l’a cité comme l’un des '50 écrivains pour demain'. Il a également été récompensé par le prix John Llewellyn Rhys pour les écrivains de moins de 35 ans, l’un des plus anciens prix littéraires de Grande-Bretagne.
Son oeuvre est traduite dans une vingtaine de pays.

Source : wikipédia

Bibliographie française :

L'illusionniste, 2003
Leela, 2005
Mes révolutions, 2008
Dieu sans les hommes, 2012
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Hari Kunzru Empty
MessageSujet: Re: Hari Kunzru   Hari Kunzru Icon_minitimeLun 17 Déc 2012 - 16:46

Hari Kunzru 97827010

Dieu sans les hommes
Citation :
Dans le vide immense et brutal du désert de Mojave, Nicky, une rock star en fuite, cherche sa rémission. Laila, jeune Irakienne réfugiée, joue à la guerre dans une reconstitution orchestrée par les commandos américains. Dawn, elle, désormais seule dans son motel, traîne le souvenir doux-amer de la communauté hippie qui l'a vue grandir...
Dans ce même espace, un enfant disparaît, projetant ses parents dans un enfer de douleur et de culpabilité. Mais le désert est par nature inexplicable et miraculeux, et voici que le destin de Raj et de tous les autres converge vers une zone étrange éloignée de tout, au pied d'une spectaculaire formation rocheuse : les Pinnacles, terrain propice aux plus folles aspirations. Là retentissent comme un écho les histoires de ceux qui avant eux se sont aventurés dans ces paysages puissants, hostiles, imprégnés de mystère.

Au coeur du désert de Mojave, les Pinnacles, des élévations rocheuses qui sont sources de mystère et de mysticisme. Plus que les nombreux personnages qu'il peuplent Dieu sans les hommes (notez le pluriel du titre original, Gods without Men, qui aurait dû être conservé), c'est ce paysage qui tient la vedette dans le dernier roman de Hari Kunzru. L'intrigue est chorale, déconcertante, les époques s'entrechoquant entre elles de 1778 à 2009, avec un récit qui refuse toute linéarité chronologique pour ajouter au chaos ambiant. A travers plusieurs épisodes, ou la raison se perd, où le fantastique s'insère, l'auteur raconte tout un pan de l'histoire de l'Amérique, symboliquement. Avec la profusion d'intrigues, il est facile de s'égarer dans ce désert aride que même les dieux semblent avoir abandonné. Fort heureusement, le romancier met peu à peu en avant une de ses nombreuses histoires, celle d'un petit garçon autiste perdu dans cet environnement et, de façon concomitante, le déclin de l'amour qui unissait ses parents, jusqu'aux confins de la folie. Dieu sans les hommes n'est pas, à proprement parler, un livre de SF, il en épouse certaines codes, mélange étrangeté et réalisme dans un récit aux multiples ramifications temporelles où tout est dans tout, et réciproquement. Une sorte de trip halluciné qui demande un bel effort de concentration au risque d'être largué corps et âme dès le premier tiers du livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
 
Hari Kunzru
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: