Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean Bodel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Jean Bodel   Jeu 20 Déc 2012 - 10:51

[url=http://www.servimg.com/image_preview.php?i=16743&u=11695915][img]http://i13.servimg.com/u/f13/11/69/59/15/a28.jpg[/img][/url]
[size=9]Miniature datant du XIIIe siècle extraite d'un recueil de poésies de Jean Bodel et qui le représente (homme tenant un texte dans ses mains).
Miniature de la Bibliothèque nationale de France, à Paris.[/size]

Trouvère arrageois, Jean Bodel débute dans la carrière littéraire comme jongleur vers 1190. En 1194, il est membre de la confrérie des jongleurs et bourgeois d'Arras en même temps que sergent de l'échevinage. Il prend la croix en 1199 ou 1200, lors de la prédication de Foulques de Neuilly qui prélude à la IVe Croisade, mais, devenu lépreux en 1202, il se retire à la léproserie de Beaurain, près d'Arras, où il meurt. (source Universalis)


[b]Le jeu de Saint Nicolas[/b]

Un classique du temps d’Adam de La Halle et de quelques autres qui on bâti l’édifice de notre belle littérature nationale.
Ce jeu est une de nos plus vieilles pièces de théâtre, dont il faut imaginer la magie de la gestuelle et des décors symboliques.
Il y a un arrière-fond historique puisque nous sommes aux alentours des années 1200, l’auteur lui-même a vécu l’euphorie des croisades et on peine à rallier pour la quatrième. Est-ce un écrit propagandiste en faveur de la foi et des conversions de masse ? On le dit.

Mais c’est à nuancer car le portrait de l’ennemi du moment, le Sarrasin, est brossé ici sous les traits d’un roi fort riche, plutôt avisé et entouré d’une cohorte d’orientaux parés et valeureux.
Il y a guerre idéologique et militaire entre les 2 camps irréconciliables (chrétiens et mahométans) et Bodel s’appuie sur une tradition hagiographique pour construire sa trame : celle de Saint Nicolas.

Il reprend et adapte cette belle histoire qui raconte que la statue du saint protège les trésors quand elle est posée dessus et que les malheureux voleurs qui tentent de se les approprier risquent de voir apparaître le saint lui-même pour remettre en bon ordre ledit trésor et leur conscience. De la morale donc, du merveilleux aussi, qui donne bien le ton de ces « miracles médiévaux ».

Ici, le roi Sarrasin a capturé un ennemi chrétien. Un brave homme, un de ces « prud’hommes » pieux, sincères et confiants en Dieu. Il risque la torture et promet au roi que Saint Nicolas fera doubler ses richesses.

Le Maure, narquois, est prêt à lui laisser une chance et annonce que son trésor est accessible à tous, mais que la statue de l’impie est censée le protéger.

Et il attend.

Au même moment, dans une sombre taverne, une bande de coquins joue aux dés et s’abandonne au vin enivrant. Ils décident d’approcher le trésor du roi Sarrasin…

Le dérobent et condamnent ainsi notre innocent prisonnier à mourir torturé car Saint Nicolas n’est qu’une affabulation.

C’est sans compter sur la foi et la prière de notre lumineux prisonnier ! Saint Nicolas lui-même vient alors morigéner les voleurs et leur enjoint de rendre le trésor. Dans la foulée, il en double la valeur.

Le Sarrazin capitule, la foi chrétienne est la vraie foi, opérative, il se détourne de Mahomet et se convertit au christianisme.

L’ensemble finit sur une prière commune.

Difficile d’interpréter ce texte, sans y voir un certain militantisme que je qualifierais de pacifique puisqu’ici, point de sang ou de violence. Juste un miracle, un fait surnaturel qui suscite l’adhésion du « païen », forcé de reconnaître la supériorité et la bonté des chrétiens.

Jean Bodet a-t-il lui-même rêvé une telle réconciliation entre ces deux idéaux religieux, si guerriers à son époque ?

Il y aurait beaucoup à méditer, mais je confirme l’extraordinaire qualité de cette œuvre, sa force et son charme.


:bravo:


Dernière édition par tina le Ven 21 Déc 2012 - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Jean Bodel   Jeu 20 Déc 2012 - 19:27

Une lecture de saison. Wink

Je ne connais pas ce texte, mais la littérature du moyen âge est méconnue et pourtant il y a des merveilles à découvrir. Je note Tina.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Jean Bodel   Jeu 20 Déc 2012 - 22:24

Moi aussi je découvre et je reste très étonnée de la quantité de choses qu'on n'apprend pas à l'école. Combien de noms célèbres ne sont jamais prononcés.
Par exemple, je finis de lire La chanson de Roland, hyper connue certes, mais dans mon cas, jamais évoquée dans aucun cours d'histoire ou de littérature.
J'ai bien conscience que les profs ne peuvent pas tout donner, mais je me dis que notre système est quand même très lacunaire. En gros, il faut trouver du temps dans sa vie d'adulte pour approfondir les grandes bases qu'on nous inculque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Jean Bodel   Ven 21 Déc 2012 - 9:28

La chanson de Roland je dois encore avoir le vieux petit classique Larousse qu'on nous a fait acheter au collège. On a pas décrié à une époque les Lagarde et Michard, pour des raisons qui ne sont pas injustifiées d'ailleurs, le côté moralisateur et bien pensant est par moments insupportable, mais cela donnait au moins des repères dans l'histoire de la littérature qui pouvaient servir de cadre pour organiser une approche de découverte un peu systématique.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Bodel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Bodel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.
» intervention de Jean Lassalle
» Saint-Jean-de-la-Neuville
» Saint Jean de Folleville - LEGER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: