Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ikeido Jun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Ikeido Jun   Mar 25 Déc 2012 - 21:36

IKEIDO Jun
(Préfecture de Gifu, 1963 - )

Ikeido Jun présentant son roman La Fusée de Shitamachi.


Son premier roman, Sans fin (Hatsuru soko naki, 1998) remporte le prix Edogawa Rampo.

Il remporte le prix Naoki 2011 avec La Fusée de Shitamachi. Grand succès : plus de 350 000 exemplaires vendus.

Il aime les livres qui se déroulent dans le milieu des grandes entreprises, les banques.
C'est d'ailleurs un milieu qu'il connaît :
"[...] j’ai été employé de banque pendant 7 ans, qui m’ont paru passer aussi lentement que 30 années ! Je suis donc doué pour décrire l’esprit tordu des salarymen ! Je m’occupais des prêts pour environ 500 petites et moyennes entreprises, c’était à la Tôkyô Mitsubishi Bank avant qu’elle ne fusionne avec d’autres groupes bancaires." (on pourra lire la totalité de l'entretien avec l'auteur sur le site de Books Editions - dont le texte français parle de l'avocate Kamiya, alors que dans le livre il s'agit d'un homme, mais ça n'est pas bien grave).


Dernière édition par eXPie le Mer 26 Déc 2012 - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ikeido Jun   Mar 25 Déc 2012 - 21:36

La Fusée de Shitamachi (Shitamachi roket, 下町ロケット 2010). Books Editions, traduit par Patrick Honnoré en 2012. 469 pages. Prix Naoki 2011 (le Prix Naoki récompense une oeuvre de littérature dite "populaire", le Prix Akutagawa récompensant une oeuvre de littérature "pure").
Le roman commence sur les chapeaux de roues.
Citation :
"- Cette fois, on y est ! Je ne sais pas pour toi, mais ça secoue dans la cage thoracique ! lança son collègue Mikami Takashi d'une voix tremblante, dans la salle de contrôle hypertendue.
Tsukuda Kôhei jeta un regard sur le moniteur pour voir le pas de tir, vérifia les données de l'anémomètre sur la droite de l'écran. Le vent était toujours fort, vélocité quinze mètres par seconde.
- Huit minutes avant allumage. Début du compte à rebours vocal. Début de la séquence synchronisée." (page 7).

Tsukuda Kôhei est le héros du livre. C'est un ingénieur de haut vol, un type vraiment très fort (d'ailleurs "des types comme lui, cela n’existe que dans les mangas !", dit Ikeido Jun dans l'interview mentionnée précédemment). Après un prologue animé, on le retrouve à la tête de la Tsukuda Kôhei, une PME de deux cents employés spécialisée dans les "moteurs compacts". Il y a pris la succession de son père.
Être aux commandes d'une PME qui se développe rapidement dans un environnement fortement concurrentiel, ça n'est pas facile tous les jours. Et d'autant moins quand, coup sur coup, un gros client vous lâche et qu'un géant du secteur, la Nakashima Kôgyô, vous fait un procès vicieux pour une histoire de brevet.

Ecoutons un représentant de cette grosse société, qui accuse notre héros :
Citation :
"Vous contrevenez à un brevet qui nous appartient, ce qui constitue un acte de concurrence déloyale et de parasitisme. Il est juste de mettre fin à ces pratiques. Mais il est inutile d'en parler davantage, laissons le tribunal trancher." (page 48).
Le brevet en question concerne une technologie utilisée dans le produit phare de notre PME. Or, cette dernière avait déposé un brevet auparavant, mais pas tout à fait correctement, et la grosse entreprise, avec l'aide de son armée d'avocats, s'est engouffrée dans la faille.
Citation :
"Les grosses entreprises cotées en Bourse bénéficient a priori de la confiance de la population, qui les considère comme les héros de l'économie nationale." (page 62).
Les clients n'imaginent pas qu'une grosse société irait faire un procès à une petite alors qu'elle est dans son tort...
Or, si la PME coule, il n'y aura pas de service après-vente... Immédiatement, donc, avant même le début du procès, notre gentille PME perd des clients, ce qui rend la situation financière de notre PME quasiment intenable, d'autant plus qu'elle se fait lâchement lâcher par sa banque. Or, le soutien d'une banque est nécessaire à cause du décalage entre les ventes et les rentrées d'argent (problèmes de fonds de roulement).
Citation :
"Quand une grande société attaque une petite en justice, la réaction naturelle est de se dire : « Pour qu'une société comme celle-là prenne la peine de faire un procès, il faut vraiment qu'en face ce soient des escrocs de la pire espèce.» Et le petit peut toujours protester qu'il n'a rien fait de mal, qu'il est dans son droit, il ne trouvera personne pour croire en lui." (page 63).


Mais le but de la méchante société n'est pas de faire couler la PME de Tsukuda.
Citation :
"- Alors je vais t'expliquer ça autrement, reprit Mita en dressant l'index. Imagine que tu sois l'amiral de la flotte anglaise.Tu aperçois la flotte de Napoléon chargée de butin. Qu'est-ce que tu fais ? Tu crois qu'en envoyant la flotte ennemie par le fond, tu as fait ce qu'il fallait faire ?
- Avant, je mets la main sur le magot, chef ! répondit Nishimori en se mettant au garde-à-vous." (page 81).
Eh oui, leur but est donc d'asphyxier la PME concurrente qui, au bord du dépôt de bilan, ne pourra qu'accepter une offre de rachat. Et voilà comment on se débarrasse d'un concurrent qui risque de prendre trop de parts de marché, et que l'on récupère au passage leur expertise technologique.

Écoutons maintenant un avocat de notre PME :
Citation :
"- Leur philosophie, voyez-vous, c'est que du moment qu'ils restent dans la stricte légalité, tous les moyens sont bons. C'est par ce biais que la Nakashima Kôgyô a acquis un certain nombre de technologies conçues et développées par des petites et moyennes entreprises. Ils utilisent la loi à revers pour faire peser une énorme pression sur une cible plus faible qu'eux, c'est leur stratégie. Et aujourd'hui, dites-vous que leur cible, c'est vous." (pages 108-109).


Dernière édition par eXPie le Mer 26 Déc 2012 - 23:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ikeido Jun   Mar 25 Déc 2012 - 21:36

Mais le roman ne se résume pas à une bataille juridique, et ce d'autant moins (sans tout raconter) que le livre aborde d'autres sujets. Par exemple : vaut-il mieux vendre un brevet et faire de l'argent sans risque, ou bien utiliser soi-même le brevet pour produire, avec les aléas que cela comporte ? Autrement dit, argent "facile" à court terme, puisqu'on fait faire, ou bien argent plus difficile à obtenir, en prenant des risques, mais en acquérant par la même occasion de l'expérience et une expertise qui pourra déboucher sur un développement futur de l'entreprise ?
Citation :
"Si nous nous laissons aller à la facilité cette fois-ci, c'est fini, on ne fabriquera bientôt plus rien nous-mêmes, nous trouverons que c'est trop pénible, trop difficile, trop compliqué." (page 230).
Là, on peut penser à Disney, qui à un moment a préféré se faire de l'argent en distribuant les productions de Pixar plutôt qu'en produisant lui-même des films...

On voit aussi les experts financiers râler sur le montant du poste Recherche et développement qu'ils jugent trop élevé. Les salariés aussi, d'ailleurs : ils préféreraient avoir une bonne prime, plutôt que de voir de l'argent réinvesti massivement dans une recherche qui débouchera peut-être sur quelque chose, ce qui est loin d'être sûr. Ces problèmes de rentabilité à court ou long terme, d'investissement dans la qualité, etc. ne datent pas d'hier (voir par exemple le film de Robert Wise : La Tour des Ambitieux, Executive suite, 1954)

Il y a également la différence entre la théorie (l'enseignement) et la pratique (le chef d'entreprise qui est confronté aux réalités de la vie). Ça peut paraître idiot, mais cette différence entre la théorie et la pratique, le fait que ceux qui ne vivent que dans la théorie ne comprennent pas que, en vrai, ça ne marche pas toujours comme sur le papier, tout cela reste très vrai dans les entreprises (dans la "mienne", du moins).

Citation :
"C'est la jungle, seuls ceux qui sont capables d'arracher les yeux d'un cheval vivant sont aptes à survivre ! Si vous savez juste vous cacher derrière des procédures correctes, ça ne suffit pas !" (page 272).
En France, dans certaines entreprises, cela suffit malheureusement.


Certaines scènes sentent le vécu, par exemple les salariés qui parlent plus facilement au bar (izakaya), l'alcool aidant.
Citation :
"Il comptait sur une occasion comme celle-ci pour dissiper le malaise en parlant franchement d'homme à homme, mais, décidément, avec les jeunes de maintenant, la communication par la boisson, la nomunication*, ça ne marchait plus." (pages 276-277).
Une petite note explique : "* De nomu : boire".
En voilà une bien jolie dénomination !

J'aime bien aussi cette comparaison qu'on ne trouverait pas dans la littérature occidentale :
Citation :
"L'aube avait commencé à donner au ciel cette couleur « pousse de poireau », mélange de bleu-vert et de jaune pâle - une vision si magnifique qu'elle se dispensait de mots." (page 415).

Alors, bien sûr, c'est parfois un peu didactique (à un moment, ça m'a rappelé les cours de compta, les fameux SIG - Soldes Intermédiaires de Gestion).
Et puis c'est parfois un peu caricatural ; il y a des bonnes grosses ficelles. Par exemple, tous ceux qui appartiennent à une grande société se croient très forts et très intelligents, et méprisent les petits génies débrouillards des PME (évidemment, ça n'est pas parce que quelque chose est un peu cliché que ça n'est pas vrai pour autant : est-ce que Tepco, par exemple, ne serait pas tombé dans ce genre de travers ?). Du coup, on est bien sûr à fond pour les gentils méprisés mais si forts, et on se doute bien qu'ils vont donner du fil à retordre aux grands méchants sûrs d'eux !

Comme de bien entendu, notre héros est divorcé, il a une fille avec laquelle il a du mal à communiquer, mais heureusement, contrairement aux livres d'Indridason par exemple, ça n'occupe que quelques pages : c'est une composante de la vie de notre héros, mais pas une piste approfondie. De manière générale, la vie privée des gens, la psychologie, tout ça n'est pas fouillé, car ce n'est pas le sujet du livre.
On voit que, dans les entreprises japonaises, chacun est caractérisé ou désigné, beaucoup plus qu'en France, par son titre hiérarchique, qu'une note de Patrick Honnoré explicite (shachô, fuku-shachô, senmu, jômu, buchô...)


En dépit des quelques ficelles et autres, La Fusée de Shitamachi est un roman très intéressant, extrêmement efficace, qui se lit tout seul - peu de descriptions, beaucoup de dialogues ; et puis Ikeido Jun ne cherche pas à "faire" de la grande littérature, c'est très appréciable - et qui aborde de vraies questions de société(s).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ikeido Jun   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ikeido Jun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: