Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 20 ... 32  Suivant
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mer 2 Oct 2013 - 19:32

Epi a écrit:
colimasson a écrit:
Epi, pour les autres astuces, j'ai relevé celles-ci par exemple :

Citation :
On peut recycler certaines épluchures pour réaliser des soins de beauté. Celles du coing, macérées pendant 15 jours dans de l’eau-de-vie, seraient un excellent antirides selon nos aïeules.
Je ne m'y risquerais pas quand même sachant que l'alcool assèche la peau et une peau déshydratée rend les rides plus apparentes alors un soin à base d'alcool comme antirides ne me tenterais guère.
Son but caché est peut-être de défigurer tous ses lecteurs ? Suspect 

shanidar a écrit:
Le Shah, exil et mort d'un personnage encombrant de William Shawcross

J'ai tendance à lire tout ce que je trouve sur l'Iran... d'où cette lecture de la fin d'un règne, de l'exil et de la mort du Shah d'Iran, Mohammed Reza.
William Shawcross consacre son livre à cette période entre janvier 79 et juillet 80, durant laquelle l'ancien 'dictateur' perse a erré, passant de l'Egypte au Maroc, du Maroc aux Bahamas puis au Mexique, d'où il est envoyé pour raisons médicales aux Etats-Unis. A ce moment-là, à Téhéran, l'ambassade américaine est attaquée et 54 personnes sont prises en otages. Le Shah est donc prié de repartir vers le Panama puis vers l'Egypte où il mourra.

A travers ce périple chaotique, se lit le livre officiel de la diplomatie américaine (Carter président joue sa réélection contre Kissinger et Rockefeller tous deux amis du Shah). Il est donc bien sur question de politique mais aussi d'argent, de femmes, d'influence et surtout de maladie. Car là où Shawcross réalise un véritable travail d'investigation, c'est bien autour de la maladie cachée de l'Empereur. Car le Shah souffre d'un cancer, une maladie dont il connaitra le diagnostique très tardivement, trop tardivement pour sauver sa peau (mais fallait-il la sauver ? c'est un autre débat). La guerre des médecins (français, américains, mexicains, panaméens et égyptiens) aboutit à un véritable fiasco, qui laisse longuement songeur sur cette profession sensée sauver des vies et qui, ici, à force de tergiversations, d'ego surdimensionnés et d'indécisions précipite un homme vers la mort (dans la souffrance).

Le livre vaut d'être lu pour cet aspect des choses, mais son côté sensationnaliste à la Paris-Match, l'intérêt que l'auteur porte aux petites choses si vaines du quotidien, finissant par mettre dans l'ombre les enjeux géo-politiques du problème Shah, laisse un peu sur sa faim.

Une bio qui aurait gagné à être un peu rognée sur l'aspect 'people' mais qui reste un outil (certes léger) mais facile à lire pour comprendre ce que les derniers jours du Shah créèrent comme dangereux remous d'un côté comme de l'autre du Golfe persique...

Pas aussi inintéressant, donc, que la couverture le suggérait !
Voilà un personnage que je ne connais absolument pas... mais j'imagine qu'il est mieux de connaître un peu le contexte politique et historique pour mieux saisir certains détails de cette biographie.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 3 Oct 2013 - 10:48

colimasson a écrit:



shanidar a écrit:
Voilà un personnage que je ne connais absolument pas... mais j'imagine qu'il est mieux de connaître un peu le contexte politique et historique pour mieux saisir certains détails de cette biographie.
L'aspect 'people' rend finalement les choses un peu rock'n roll mais assez claires. Le shah apparait comme un homme vaniteux, qui par sa Révolution Blanche a proposé une évolution à 'marche forcée' vers l'occidentalisation laissant son peuple plus ou moins exsangue, alors que sa famille et lui-même s'enrichissaient outrageusement. Au moment où son pouvoir a commencé à vaciller, sous les coups répétés de Khomeiny (alors exilé en France), les Américains (aveugles à la problématique islamiste !!) ont lâché l'empereur qui a fui sans jamais vraiment comprendre pourquoi son peuple s'était rebellé contre sa dictature.

Les relations internes au Moyen-Orient de l'Egypte à l'Irak en passant par l'Arabie Saoudite sont bien expliquées (quoique assez rapidement). L'entrée en lice du Mexique et du Panama n'a rien d'anecdotique au regard de la politique américaine en Amérique Centrale, cela aussi est assez bien démontré. Bref, si Shawcross ne s'était pas tant étendu sur les tergiversations des uns et des autres, le livre aurait été un vrai bon livre de géopolitique...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 13 Oct 2013 - 13:24



Le 10 octobre dernier, Gabriel Nadeau-Dubois (plus communément connu sous l'acronyme GND) voyait son premier essai publié, Tenir tête. Le porte-parole de la CLASSE fut la figure publique la plus diabolisée du mouvement étudiant. Pour cause, il présidait l'ASSÉ, une association à la démocratie horizontale et qui défendait une conception plus combative de la lutte étudiante. Les médias mainstream, journalistes et décideurs politiques comprenaient assez mal le fonctionnement de l'association en question. Beaucoup de temps et d'énergie fut dépensée par ces dépositaires du statut quo à tenter de démolir la parole étudiante et militante.

Au moment de la lutte étudiante, GND avait 21 et 22 ans. Il fit face à une telle pression de l'opinion publique et certaines de ses interventions de nature à provoquer certaines idées convenues déplaisaient aux réfractaires face au mouvement collectif naissant. Le profil de GND se prête bien à la stature d'un militant syndical. Il a d'ailleurs déclaré ne pas nécessairement entretenir d'ambitions politiques. Cela pourrait tout de même changer avant longtemps. Pour le moment, il fait face à une procédure d'appel juridique pour renverser une décision le reconnaissant coupable d'outrage au tribunal. Cette décision fut retenue contre lui quand il s'est prononcé sur le sujet chaud des injonctions permettant aux étudiants de fréquenter les salles de cours moyennant une décision juridique en leur faveur et ce même malgré les mandats des associations étudiantes en grève.

Dans le livre, GND revient sur la longue aventure que constitua cette grève étudiante la plus massive de l'histoire du Québec. Dans un exposé qui fait appel à une implication simple et à l'importance des petites choses qui influencent le cours d'un mouvement encore naissant de grève, GND nous inculque le goût de l'engagement étudiant. Tout à fait humble et réaliste dans son récit, l'ancien porte-parole de l'ASSÉ revient sur le déroulement du conflit. Il dresse des constats et essaie de rester dans l'idée d'une lutte toujours en cours et qui présente un état de dormance. Il n'hésite pas à se prononcer sur une cause juridique qui le concerne et énonce clairement qu'il n'éprouve pas de remords quant à la manière que les choses furent présentées dans ce dossier et il rabroue les prétentions des magistrats conservateurs.

GND ne serait pas GND s'il n'avait pas une aptitude à interpeller les différents courants d'opinions. Prompt à prendre une posture antagoniste dans les débats et les adversités, il ne se fera pas nécessairement apprécier des politically correct. Il se déclare indépendantiste et prend position pour le parti politique Québec solidaire. Fait tout de même particulier pour les gens participant autour des cercles d'influence dont il est issu, il finit par choisir la maison d'édition Lux a contrario de la maison d'édition Écosociété. Il est tout de même prompt à citer énormément de titres de Lux dans ses notes de bas de page.

Je craignais que GND n'écrive pas aussi bien que lorsqu'il prend la parole en public. Dans certaines préfaces, je l'avais déjà trouvé un peu «endormant». Finalement, le texte qu'il vient d'écrire est assez passionné et transmet les passions dont il a été l'objet. Nous sommes en présence d'une personnalité de grande stature. Cela ne l'a quand même pas empêché d'être ébranlé par moments durant la durée du conflit étudiant. C'est normal... il était sous le feu nourri et au coeur de l'action médiatique. Son jeune âge fut contrebalancé par le fait qu'il était impliqué au coeur de l'ASSÉ depuis quatre années. Nous avons tout de même vu les exigences démesurées de l'industrie médiatique et du gouvernement à l'égard de la conduite des porte-paroles étudiants.

Une chose que j'ai aimé, c'est que GND n'a pas hésité à contredire Martine Desjardins, présidente d'une fédération étudiante concurrente, elle qui fut prompte à exiger que la CLASSE (ASSÉ et partenaires) soit incluse dans les discussions avec le gouvernement. Il n'avait pas peur de nourrir un débat d'idées porteur sur le fond des choses et l'essor d'une lutte à venir.


_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mar 15 Oct 2013 - 12:50

La vie share – Mode d’emploi (2013) d’Anne-Sophie Novel




Si le crowdfunding, le colunching ou le coworking ne vous évoquent rien, c’est que le système économique classique est encore trop présent dans notre quotidien pour nous avoir permis de découvrir totalement les nouvelles pratiques de l’économie de partage. La vie share se propose d’en répertorier les principaux mouvements et de figer ses élans fondateurs. Le paysage étant mouvant et défilant dans les sphères virtuelles de l’Internet pour mieux rassembler les pratiques concrètes d’hommes et de femmes bien réels, il y a fort à parier que ce manuel sera déjà obsolète dans un an. En attendant, plongeons-nous sans tarder dans la manne de bonnes idées et d’adresses que nous livre son contenu.


Dans presque tous les domaines de la vie courante, il est désormais possible de consommer autrement. Des spécialistes de l’économie de partage analysent le phénomène : face à l’individualisme croissant et à la précarité de la vie moderne, les hommes en quête de sens cherchent à créer de nouveaux réseaux et à tisser du lien social. Telle est la conclusion que tire Thanh Nghuiem, spécialiste de l’économie collaborative et open-source :


« La vie dans les métropoles est dure, chère, anonyme, quand l’économie du partage permet de créer de la souplesse, offrant une source organique de services de proximité. Fondée sur la valorisation des biens ou de compétences sous-utilisées, elle crée du lien social. Il serait regrettable de censurer cette source de développement local au motif qu’elle bouscule le statu quo. »


Si l’économie de partage permet de réaliser de menues économies, c’est surtout cette fameuse « convivialité » déjà chère à Ivan Illich qui apparaît à l’horizon des pratiques du troc, de la location, du don ou du partage. Outre ces pratiques déjà bien connues, on découvrira également d’autres systèmes qui rivalisent d’ingéniosité. Citons par exemple le partage de locaux ou de bureaux, l’échange de domiciles, le partage de loisirs ou de repas, la location de jardins, de places de parking privées ou d’espace libre pour stocker du matériel. Il est normal d’être intrigué par la mise en place de telles pratiques, et encore plus légitime de douter de leur fiabilité et de leur crédibilité. Qu’à cela ne tienne, novices en la matière, nous ne le resterons pas longtemps –tout du moins dans la théorie- grâce à des précisions juridiques et des témoignages éclaircissants. Anne-Sophie Novel connaît son sujet : docteure en économie et journaliste spécialisée dans le développement durable, l’innovation sociale et l’économie collaborative, elle a écrit ce livre en intégrant des partenaires impliqués dans les projets qu’elle énumère, qu’il s’agisse des fondateurs de Zilok (location d’objets entre particuliers), de Ouicar (location de voitures entre particuliers), de Blablacar (covoiturage), de Ouishare ou de la Ruche qui dit oui. Ces contributeurs n’ont pas l’intention de nous convaincre du bien-fondé de cette économie de partage. Elle se justifie d’elle-même et nous séduit par la promesse d’une vie qui fait sens, en nous épargnant la passivité néfaste d’une économie qui impose plus qu’elle ne propose.


Citation :
Votre cuisine cache peut-être dans ses placards une machine à crêpes ou un appareil à raclette ? Vous possédez sans doute dans votre garage une tondeuse ou des appareils de bricolage que vous n’utilisez pas au quotidien ? Pourquoi les laisser dormir dans un coin alors qu’ils peuvent servir à d’autres quand vous n’en avez pas l’usage ?
Zilok
E-loue
Tipkin


Citation :
Prenons la voiture par exemple. Elle connaît un vrai désamour chez les jeunes et l’imaginaire automobile n’est plus ce qu’il était : en 2011, seulement 59% des 18-24 ans possédaient un véhicule, contre 74% il y a vingt ans.
Carpooling
Blablacar
MonsieurParking
Je loue mon camping-car


Citation :
Conçues comme des « écoles éphémères participatives », les « trade schools » fonctionnent donc grâce au troc entre particuliers passionnés : des cours de « taekwondo pour les nuls » au « choix de la non-scolarisation de ses enfants », en passant par des cours de guitare pour débutants ou un enseignement sur « la meilleure façon de danser du Michaël Jackson sur des talons de 15 centimètres », nul doute que vous devriez vous y amuser !
Cup of teach
Skilio
Leeearn



Interview d'Anne-Sophie Novel sur RUE 89.









_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 31 Oct 2013 - 19:23

On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps : Les derniers jours des grands hommes

Patrick Pelloux

L'objectif de cet ouvrage m'a au premier abord fait craindre le pire : encore une resucée des morts célèbres ! Premier bon point : on oublie ce brave Eschyle sur les pentes de l'Etna et on laisse la tortue et l'aigle vaquer à leurs vies propres et non mélangées. Si ce livre ne m'avait pas été prété, le premier chapitre m'aurait fait courir loin de ces pages : on s'attaque à Jésus-Christ, rien de moins ! Mais la tome fraîche se marie à la purée de pommes de terre : l'aligot prend et on suit le fil (note : un bon aligot file, file et s'effile ...) du trépas de JC en précisant et décrivant chronologiquement et anatomiquement les étapes de son supplice. Et là réside l'intérêt de ce livre qui traite d'un sujet dont les publications trop nombreuses sont dommageables à la diversité des écosystèmes tropicaux en raison de l'exploitation effrénée de ses grumes tentatrices ... Et ainsi de chapitre en chapitre, on se rapproche doucement de notre époque avec des descriptions "gore" comme la fin de Louis XIII ou complètement bidon comme celle de Jean-Baptiste Botul. Ici Pelloux m'a déçu en prenant le lecteur pour un béotien à la petite semaine en croyant qu'on avalerait comme cela que le botulisme aurait été inventé par un certain monsieur Botul... Dans ce cas, Saturne aurait découvert le saturnisme etc ...
Passons donc ...
Ce livre est donc finalement une bonne surprise où l'auteur met en valeur ses compétences d'Urgentiste pour revisiter les derniers jours de certains grands noms de l'histoire ou encore moments comme le D-Day ..
Mention spéciale pour les derniers jours pour les héros animaux de séries TV comme Saturnin le canard, Flipper le dauphin ... que je découvre et qui m'empêcheront je pense de les regarder sereinement à nouveau ...
Pensée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 31 Oct 2013 - 20:21

Très bien Pelloux ! Un urgentiste comme on les aime. C' est lui qui avait jeté l' alerte lors de la canicule
de 2003 et montré clairement que la France n' était pas préparée à la situation et que les personnes
agées en avaient fait les frais.

En plus, c' est un homme sympathique, chaleureux, intelligent, plein d' humour et de bon sens. Je lis
avec plaisir ses chroniques dans Charlie Hebdo. Des histoires sensibles, souvent douloureuses toujours
dignes d' interet.
Lisez ses chroniques regroupées en livres, vous ne le regretterez pas !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 29 Nov 2013 - 10:12



Ferdynand OSSENDOWSKI - Bêtes, Hommes et Dieux



La Mongolie : état qui profita de la chute de l’empire chinois et de l’arrestation de Puyi, le dernier empereur mandchou, pour proclamer son indépendance en 1911. Etat qui fut de nouveau envahi de tout côté six ans plus tard lorsqu’à la suite de la révolution russe de février 1917, les « blancs » se réfugièrent de l’autre côté de la frontière. « Blancs » qui furent aussitôt poursuivis par les « rouges » qui pénétrèrent à leur tour sur le sol mongol, bientôt rejoints par les chinois qui sautèrent sur l’occasion de reconquérir leurs anciens territoires. Pour parachever cette embrouillamini extrême oriental, les autorités mongoles largement dépassées ont dû faire avec le Japon et ses vues expansionnistes. Désireux de conquérir le monde (rien que ça – et il n’abandonna cette utopie qu’à la suite de son effondrement en 1945), le pays du soleil levant était convaincu qu’il devait d’abord poser un pied sur le continent en envahissant la Chine voisine et avant cela de s’approprier la Mongolie, plus faible. Aussi mandata-t-il le baron Urgen von Sternberg, surnommé le « baron fou », et sa troupe de cosaques (pro-« blancs ») d’aller semer un peu plus la pagaille (pas évident à suivre tout ça).

C’est dans ce climat pour le moins confus que s’ouvre le livre de Ossendowski, en 1920 au moment où l’on vint prévenir l’auteur que les soldats de l’Armée Rouge arrivaient pour l’arrêter. Nous sommes en Sibérie russe, à Krasnoïarsk en plein hiver, et l’auteur n’hésita pas à s’enfuir précipitamment pour se réfugier en forêt seulement muni d’une bonne parka, d’un fusil et de quelque argent. Géologue et universitaire, l’homme est aussi aventurier sur les bords. Une errance boréale commença : slalomant entre les patrouilles bolchéviques (décrites comme la lie de la société), il franchit à son tour la frontière, bien décidé à traverser la Mongolie et une partie de la Chine pour rejoindre le port le plus proche ouvert sur le Pacifique. Une bonne balade en perspective.

Mais ayant appris que les chinois de Mongolie sympathisaient avec les amis de Lénine, Ossendowki changea ses plans et décida de piquer plein sud au lieu de partir vers l’est. Traverser la Mongolie dans la largeur, les hauts plateaux chinois, le Tibet (orthographié « Thibet » dans ce récit) et se faufiler dans les passes himalayennes pour rejoindre les colonies britanniques de l’Inde. L’entreprise était jugée difficile (voire dangereuse, et c’est un euphémisme), mais ce gars-là ne doutait de rien. Et c’est à la tête de sa petite troupe constituée de soldats « blancs » en déroute accrochés au train en cours de route que l’aventurier s’aventura. Si le désert de Gobi n’a qu’à peine freiné sa progression, les bandits qui infestaient le plateau tibétain eurent raison de son entreprise hasardeuse, l’obligèrent à faire demi-tour, à revenir en Mongolie occidentale et à se réfugier dans la ville de Ouliassoutaï. Là, Ossendowski se trouva fort marri : le sud avait failli lui être fatal ; le nord bolchévique lui était interdit ; l’ouest était aux mains des chinois du Kirghizstan. Quant à l’est, une guerre civile venait d’éclater en Chine (1921) rendant la zone plus périlleuse que jamais…

Ossendowski mit 18 mois à rejoindre Pékin d’où il put enfin quitter l’Orient et rentrer en Pologne. Au cours de son voyage, il décrit abondamment les paysages traversés, les interminables forêts de conifères, les fleuves géants pris dans les glaces hivernales depuis l’embâcle d’automne à la spectaculaire débâcle printanière. Il parle de ses rencontres avec les autochtones qui l’accueillent sous la yourte, des tribus soyotes pacifistes, des mongoles résignés, des cosaques belliqueux, des bouriates, des kirghizes, des tibétains et autres kalmouks. Une large place est réservée au bouddhisme et au lamaïsme, omniprésents dans ces contrées et dans le récit. Evocations des traditions, us et coutumes, croyances et autres superstitions, mythologie et hiérarchisation des différents courants religieux : on croise ainsi des personnages hauts en couleur comme le Bouddha vivant de Ourga (le Bogdo Khan), le Houtouktou de Narabanchi… Nombreuses sont les références au Dalaï-Lama, et à d’autres personnages historiques comme Gengis Khan et son petit-fils Kubilaï Khan. Mais, personnellement, il m’a manqué une vision d’ensemble sur ces religions pour pouvoir remettre à sa place chaque point abordé par l’auteur. Beaucoup me sont passés bien au-dessus de la tête, comme cette référence ésotérique du dernier chapitre sur le Royaume souterrain et du Roi-du-Monde à laquelle je n’ai pas compris grand-chose.

Somme toute, un récit d’aventures intéressant qui m’a permis d’apprendre beaucoup de choses sur cette région du monde. Beaucoup de détails que je risque d’oublier à brève échéance, relatés d’une manière fort conventionnelle et d’une écriture sans attrait particulier.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 29 Nov 2013 - 21:08

Est-ce le hasard ou une véritable envie de connaître un peu mieux la Mongolie qui t'a amené à cette lecture ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 29 Nov 2013 - 23:48

@Harelde : On dirait presque le scénario d'un film d'aventure ou un nouveau Michel Strogoff avec un petit peu de Corto Maltese.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 30 Nov 2013 - 9:36

Rien que ça ? Laughing

Et une lecture en passant...

Anatomie de la couleur – L’invention de l’estampe en couleurs (1996)




Sur la couverture du livre se déploie, sur un fond noir permettant de mieux mettre en avant la couleur des chairs à vif, une « Femme vue de dos, disséquée de la nuque au sacrum ». Certains petits malins l’appellent aussi « L’Ange anatomique ». Il fallait bien André Breton pour trouver une telle dénomination mais d’autres « poètes » du langage, enthousiasmés par la redécouverte de certains procédés picturaux de la Renaissance, se sont aussi laissés porter par leur verve. Ainsi Jacques Prévert décrivit-il ce morceau de chair palpitante : « Une jolie jeune femme aux épaules nues ou plutôt dénudées avec la peau rabattue de chaque côté… Horreur et splendeur viscérale ».


En 1996, à Paris et à Lausanne, L’anatomie de la couleur est une exposition qui retrace l’évolution des procédés permettant de coloriser les estampes. Si, pour attirer le chaland, le titre et la couverture nous laissent penser qu’il sera uniquement question de dissections, le contenu du catalogue est en réalité plus nuancé. Avant de manier le scalpel et le bistouri, les inventeurs de l’estampe coloriée ont aussi représenté des scènes plus classiques. Paysages, scènes mythologiques, portraits officiels ou religieux permettent de réaliser les premiers essais de colorisation.


Le catalogue se présente comme un livre de vulgarisation à part entière. Découpé en plusieurs chapitres denses, il retrace d’abord un historique général de l’estampe et de ses premiers procédés de colorisation avant de se concentrer sur quelques grands noms tels que Jean L’Admiral ou Gautier-Dagoty. Malgré la volonté de rendre l’invention de l’estampe en couleurs, simple et compréhensible, le discours ne sera pas accessible par le commun des mortels. Des prérequis sont nécessaires pour comprendre les subtilités caractérisant les différents âges la technique.


Restent les estampes qui parlent d'elles-mêmes de l’évolution et du perfectionnement de la technique. Approchant de la Renaissance et de son florilège de découvertes anatomiques, les écorchés vifs se multiplient. Qu’ils se nomment « tronc vu de face, disséqué », « Intestins, planche anatomique » ou « squelette avec le cœur en position », ils nous permettent de comprendre la pensée qui relie émulation artistique et médicale. Reste à savoir quel domaine a le plus influencé l’autre. La médecine aurait-elle d'abord été une imagination macabre se nourrissant des détails les plus morbides ? On le croirait presque...


Qu'est-ce qu'une estampe ? a écrit:
Une estampe est une image multipliable à l’identique à partir d’un élément d’impression, ou matrice, tel qu’une planche de bois ou une plaque de métal gravée, qui, encrée, transfère lors de son passage sous une presse, sa charge d’encre sur une feuille de papier ou tout autre support offrant la même souplesse.


William Hogarth, Mary Toft et ci-dessous, l'histoire qui lui est liée :


Citation :
Une sage-femme des environs de Londres, mécontente de ce qu’un jeune médecin, qui était venu s’installer dans la même localité qu’elle, lui enlevait à peu près toutes ses clientes, résolut de se débarrasser du nouveau venu par un subterfuge. Cette matrone [connue sous le nom de Mary Toft] avait une fille sans doute aussi rusée qu’elle, à laquelle elle enseigna de simuler un accouchement en montrant, comme en étant le fruit, un lapin vivant préalablement dissimulé avec adresse sous son vêtement.



Charles-Nicolas Jenty, Femme enceinte



Jacques-Fabien Gautier, Buste disséqué de face, la tête tournée à droite



Jacques-Fabien Gautier, Femme de dos, disséquée de la nuque au sacrum


Citation :
Dans cette série de planches [Observations], la maladresse du report et les défauts de l’encrage font surgir d’étranges fleurs, à la fois précieuses et repoussantes qui ont séduit la sensibilité des surréalistes, qu’une simple description de la nature aurait rebutés. Désormais [Jacques-Fabien] Gautier interprète le corps humain à sa manière, plus en visionnaire qu’en philosophe, fasciné par des accords chromatiques rares et des situations ou le macabre se mêle au délicat, l’horreur au sourire.


Jan l'Admiral, Coeur humain, planche anatomique



Jan l'Admiral, Intestins, planche anatomique



Jan l'Admiral, L'os innominé



Pierre-François Tardieu, Anatomie d'un petit garçon

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 30 Nov 2013 - 10:25

Hummm... merci Coli, de bon matin, c'est top. Laughing 

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 30 Nov 2013 - 10:57

Toujours se méfier si on vous dit qu'on est beau de l'intérieur ...dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 30 Nov 2013 - 10:59

Surréaliste à tes heures, GGG? Wink

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 2 Déc 2013 - 17:50

Heyoka a écrit:
Hummm... merci Coli, de bon matin, c'est top. Laughing 
Oui, je sais, ça m'éveille aussi l'appétit ! Very Happy

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 2 Déc 2013 - 18:16

Ah... je viens seulement de voir que ce topic existe... Laughing (je suis rarement bien réveillée, je crois...)

Donc, je voulais en parler, et je ne savais pas où. Ben maintenant, je sais...


Nous ne mourrons jamais - Bernard Jakoby



Alors certes, le sous-titre peut effrayer le béotien... mais les éditeurs de ce genre de livres adorent ce genre de sous-titres bien tape à l'oeil. Même quand l'auteur est plutôt dans une position tout ce qu'il y a de plus humble et sincère, il faut qu'ils mettent des bandeaux qui clignotent, des fois qu'on prenne le livre d'à côté avec un bandeau qui clignote, je suppose... jemetate 
Il ne faut donc pas se laisser impressionner... rire 

Je ne connaissais pas encore cet auteur, un conférencier/chercheur allemand, mais je dois dire que j'ai été agréablement surprise. L'auteur fait à la fois la synthèse de ce qui a pu se dire sur les NDE et les contacts avec l'au-delà avant lui, et en même temps y ajoute des témoignages inédits que lui même a reçu.
Dans un style clair, son exposé coule tout seul, et il peut aussi bien convenir à une personne n'y connaissant rien, qu'à un spécialiste (sans prétendre à ce statut, j'y ai appris des choses quand-même). Je pense que c'est un des meilleurs bouquins que l'on peut trouver dans ce qui est sorti récemment (en dehors de grands classiques qui peuvent commencer à dater, comme ceux de Raymond Moody ou du Père Brune, par exemple).

Après, tout n'est affaire que de foi et de vision personnelle (moi-même, il y a des détails dans ce bouquin sur lesquels je ne suis pas aussi sûre que lui, mais bon, c'est le jeu dans ce domaine), et le sceptique convaincu ne sera pas converti... mais certains témoignages demeurent troublants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 32Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 20 ... 32  Suivant
 Sujets similaires
-
» -Les Pages Oranges- INDEX
» Essais nucléaires:le Parlement vote l'indemnisation des victimes
» message breton
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» insérer un de mes documents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: