Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 23 ... 32  Suivant
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 17 Mar 2014 - 20:24

Les Monstres - Si loin, si proches (2013) de Stéphane Audeguy




Monstrueuses sont les archives dans lesquelles Stéphane Audeguy s’est faufilé pour  extirper quelques fringants morceaux qu’il expose entre les pages de son livre sobrement intitulé Les Monstres.  Avec délectation, on découvrira des illustrations, reliques et sculptures assez rares pour captiver une attention qui se croyait déjà aguerrie aux prototypes monstrueux les plus grotesques qu’il soit ; on se surprendra à (ré)apprécier les figures monstrueuses des temps anciens, avant de retrouver nos plus récents monstres modernes.


Dommage que le texte des Monstres ne suive pas cette tendance horrifique et ne se perde pas sur mille chemins le long desquels nous attendent des créatures contre-nature. Les propos de Stéphane Audeguy exaltent moins que les illustrations et se contentent de retracer un parcours très conventionnel de l’image du monstre dans l’histoire. On n’évitera malheureusement pas de toucher au fameux point Godwin, digression de mauvais goût et raccourci politique évident dont l’ouvrage aurait pu se passer. Stéphane Audeguy semblait surtout vouloir nous présenter ses découvertes artistiques monstrueuses ; le texte n’est qu’un pardessus nécessaire destiné à rendre l’ouvrage présentable sur les rayonnages des magasins.


Citation :
A côté des célèbres représentations de chasseurs, de bisons, de mammouths, l’art pariétal offre à nos regards des géants, des créatures mi-animales, mi-humaines. A Jabbaren (dans la région de Tissali, en Algérie), nos lointains ancêtres ont desiné un être immense et blanc, dont la tête semble présenter deux yeux étranges et excentrés. A Séfar, c’est une créature anthropomorphe deux fois plus grande qu’un homme, apparemment pourvue d’une queue et de grandes oreilles (à moins que ce ne soient des cornes…). Dans la grotte des Trois-Frères, en Ariège, l’on peut voir un personnage à corps humain avec des oreilles et une queue animales.  


Conrad Gessner


Citation :
Qu’on l’y trouve ou qu’il en vienne, le monstre n’a que deux patries : l’Ailleurs, le Commencement. Dans toutes les traditions, le monstre est lié à la genèse de l’Univers : une femelle serpent a engendré tous les dieux, selon la croyance mésopotamienne ; pour les hindouistes, l’Univers est couché sur le Serpent du monde ; le serpent Jörmundgandr entoure le monde dans la mythologie scandinave, et il se dressera à la fin des temps pour affronter les dieux. Une lutte analogue aura auparavant vu le dieu Thor combattre sans cesse les forces du chaos, incarnées par des géants.



Anonyme, Portrait d'un nain


A propos d'Elephant Man :

David Lynch a écrit:
L’Elephant Man a quelque chose à l’intérieur de lui, qui pousse dans son corps. Il n’était pas un être humain parfaitement accompli mais il avait quand même des qualités très spirituelles. C’était comme si deux choses se passaient en lui, une dans son corps et l’autre qui gardait sa personnalité si innocente et bonne.



Jean Riolan, De monstro nato Lutetiae



Le Géant Giovanni Bona



L'Ethiopie, miniature de Robinet Testard dans Secrets de l'histoire naturelle



Portrait de  Gregor Baci



Thomas Grunfeld

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 17 Mar 2014 - 20:43

Chymère a écrit:

Tant qu'on est dans la psychologie, j'apprécie beaucoup aussi les travaux de Stanislas Grof, qui s'est beaucoup inspiré de Jung au départ, sur la psychologie transpersonnelle, les états modifiés de conscience et la mort.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislav_Grof

Merci, je vais aller fureter !

Edit : par quel ouvrage vaut-il mieux commencer ? ...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 17 Mar 2014 - 21:22

colimasson a écrit:
Dommage que le texte des Monstres ne suive pas cette tendance horrifique et ne se perde pas sur mille chemins le long desquels nous attendent des créatures contre-nature. Les propos de Stéphane Audeguy exaltent moins que les illustrations et se contentent de retracer un parcours très conventionnel de l’image du monstre dans l’histoire. On n’évitera malheureusement pas de toucher au fameux point Godwin, digression de mauvais goût et raccourci politique évident dont l’ouvrage aurait pu se passer. Stéphane Audeguy semblait surtout vouloir nous présenter ses découvertes artistiques monstrueuses ; le texte n’est qu’un pardessus nécessaire destiné à rendre l’ouvrage présentable sur les rayonnages des magasins.

ah c'est bien dommage, j'avais noté ce livre parce que j'aime bien Stéphane Audeguy... mais je pense que je vais alors l'oublier Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mar 18 Mar 2014 - 9:52

Colimasson a écrit:
Edit : par quel ouvrage vaut-il mieux commencer ? ...

Bah, comme je n'ai pas l'habitude de faire autrement qu'au feeling pour ce genre de question... j'ai envie de dire par celui dont le thème te parle le plus...  jemetate 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mer 19 Mar 2014 - 14:07

kenavo a écrit:

ah c'est bien dommage, j'avais noté ce livre parce que j'aime bien Stéphane Audeguy... mais je pense que je vais alors l'oublier Wink

Oh non je pense que tu te délecterais toi aussi des photos, à défaut d'apprendre beaucoup de choses par le texte ! Very Happy

Chymère a écrit:
Colimasson a écrit:
Edit : par quel ouvrage vaut-il mieux commencer ? ...

Bah, comme je n'ai pas l'habitude de faire autrement qu'au feeling pour ce genre de question... j'ai envie de dire par celui dont le thème te parle le plus...  jemetate 

Cette réponse me convient, merci Wink

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 22 Mar 2014 - 14:12

La Légende dorée - Vie des douze apôtres de Jacques de Voragine (1261), traduit du latin par Teodor de Wyzewa (1902)




La Légende dorée et son cortège de 150 saints et martyrs ont de quoi donner des frissons. Si une telle lecture peut sembler indigeste, cette édition plus modeste de la Vie des douze apôtres guérira des appréhensions compréhensibles. Parmi toutes les saintes existences évoquées par  Jacques de Voragine, chroniqueur italien du 13e siècle, béatifié en 1816, nous ne sélectionnerons que leurs variantes apostoliques –à peine un dixième du volume original. L’édition est d’ailleurs si modeste qu’elle nous lâche dans le texte sans indication préalable. D’où surgit le déferlement d’informations que nous fournit Jacques de Voragine ? Il faudra se renseigner de sa propre initiative pour apprendre que ses sources sont d’une densité exceptionnelle et comptent par exemple des évangiles apocryphes ou des Pères latins Grégoire de Tours, Saint Augustin, Saint Jérôme ou grecs Jean Chrysostome. Ce travail gigantesque est condensé en quelques pages aussi brèves et savamment articulées que des nouvelles. Eléments attestés, légendes, miracles et symboliques s’entrecroisent dans des ébauches de vie dont la plus ou moins grande crédibilité passe souvent au crible du jugement de Jacques de Voragine. La vie des douze apôtres semble entièrement dirigée dans l’objectif de prouver la lutte de Dieu contre les puissances hérétiques qui se déchaînent au cours des siècles suivant la venue du Messie. On découvre alors un paradigme entièrement exotique faisant se mêler foi et politique sans conscience coupable, les empereurs et princes révélant parfois d’une folie religieuse plus déchaînée encore que celle qu’on aurait préféré attribuer aux apôtres.


« […] Vespasien avait dans le nez, depuis l’enfance, une espèce de vermine, d’où lui était venu son surnom même de Vespasien. […] « Je crois que s’il a pu ressusciter les morts, il pourra me délivrer de mon infirmité ! » Et aussitôt les vers lui sortirent du nez, et il retrouva la santé. »
Cette Légende dorée abrégée délivre un lot de trésors narratifs apte à chambouler le plus blasé des lecteurs modernes. Dans le style médiéval le plus épuré, Jacques de Voragine aligne une succession de faits et de renseignements qui font s’alterner l’anecdotique au plus sanglant sans manifester le moindre état d’âme. Les textes religieux ne sont pas ennuyeux comme le sermon d’un prêtre en église lorsqu’ils retrouvent leur véritable source dramatique. On découvrira que l’empereur Domitien fit plonger Saint Jean dans une marmite d’huile bouillante, que Judas tua son père pour un sac de pommes, que des mères misérables découpaient et faisaient revenir la chair de leurs enfants dans de grandes marmites pour se nourrir ou que Néron fut dupé par des médecins lui faisant avaler des grenouilles afin de satisfaire sa curiosité de la gestation maternelle.



Si les douze apôtres revenaient sur Terre, quels miracles pourraient-ils encore accomplir et comment se heurteraient-ils à l’incrédulité contemporaine ? La Légende dorée, même abrégée, nous donne déjà l’aperçu d’une époque qui, sans doute non exempte de défauts, connaissait une passion et une excentricité qui nous feraient presque pâlir d’envie…




Origine de l'expression du "baiser de Judas" :

Citation :
« Son nom [à Saint Jacques le Mineur] de « frère du Seigneur » lui vient, croit-on, de ce qu’il ressemblait si fort au Seigneur, par les traits du visage, que plus d’une fois on le confondit avec lui. Aussi, lorsque les Juifs vinrent s’emparer du Christ, craignirent-ils de prendre Jacques au lieu du Christ ; et c’est pour ce motif qu’ils ordonnèrent à Judas de leur désigner le Christ en lui donnant un baiser. »


B.C. n'a qu'à bien se tenir :

Citation :
« A table, l’évêque et cette femme s’assirent l’un en face de l’autre ; et il ne cessait point de considérer son visage et d’admirer sa beauté. Et, pendant que ses yeux la fixaient, son âme se blessait : l’antique ennemi de notre race y enfonçait profondément sa flèche. La femme devenait plus belle d’instant en instant ; et déjà l’évêque était sur le point de consentir à commettre avec elle une œuvre illicite dès qu’une occasion s’offrirait à lui, lorsque, tout à coup, un pèlerin se présenta devant la porte, y frappant à grands coups pour être introduit. "


Néron et les joies de la maternité :

Citation :
« Mais Néron : « Faites en sorte que je conçoive un enfant dans mon sein, afin que je puisse me rendre compte de ce que ma mère a souffert en m’enfantant ! » Et les médecins : « La chose est impossible, étant contraire à la nature et à la raison ! » Mais Néron : « Si vous ne faites pas en sorte que je conçoive un enfant, vous mourrez tous dans les pires supplices ! » Alors les médecins, l’ayant enivré, lui firent avaler une grenouille, qui gonfla dans son ventre et lui donna l’illusion d’être pareil à une femme enceinte. Mais bientôt, la douleur devenant trop forte, il dit : « Hâtez l’heure de mon accouchement, car ma grossesse me fatigue et m’étouffe ! » Ils lui donnèrent alors un vomitif, et aussitôt il rendit la grenouille qu’il avait dans le ventre, mais tout infectée d’humeur et toute tachée de sang. »



*peinture : Le baiser de Judas Iscariote, Anonyme 12e s.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 31 Mar 2014 - 13:00

Paranormal - Raymond Moody

Le livre est sous-titré "Une vie en quête de l'au-delà", et ça a son importance : en effet, c'est plus une biographie et une exposition de sa démarche par l'auteur, qu'un livre sur les NDE, au un autre sujet en particulier.
Moody revient sur son parcours, son enfance, ses études et tout ce qui l'a conduit a mené ses recherches avec sincérité et honnêteté. Sans se faire de concessions à lui-même, et je dirais même non sans un certain courage, parce qu'il expose des événements (notamment sa grave maladie endocrinienne qui, diagnostiquée tardivement, l'a mené aux portes de la folie et l'a conduit à commettre une tentative de suicide) dont pourraient se servir contre lui ses détracteurs.

Je pense qu'il faut mieux avoir lu d'autres livres de Moody, vu qu'il y fait sans cesse référence, mais quand on s'intéresse au sujet et aux différents auteurs qui gravitent dans ce domaine (et qui sont en général connus uniquement de leurs lecteurs, et jamais vraiment exposés pour le grand public tant ces sujets sont tabous en France), il a le mérite de faire connaître plus "personnellement" l'homme Moody, et de parfois remettre au clair sa démarche scientifique (quand souvent les éditeurs jouent sur le sensationnalisme de la chose), pour nous mettre en face d'un homme authentique, et authentiquement chercheur, au sens noble du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Main aguerrie
avatar

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 31 Mar 2014 - 13:12

Merci pour ton commentaire, Chymère, et pour cette précision :

Chymère a écrit:
Je pense qu'il faut mieux avoir lu d'autres livres de Moody, vu qu'il y fait sans cesse référence.

J'essayerai un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 31 Mar 2014 - 13:17

Son premier livre, La vie après la vie, est vraiment un tout petit bouquin, et très facile à lire. Il constitue une bonne entrée en matière sur le sujet (même s'il date un peu, mais les jalons qu'il a posé sont toujours d'actualité).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 31 Mar 2014 - 14:58

Cosmogenèse (2013) de Zecharia Sitchin




La Bible n’a rien inventé –et les textes sumériens dont elle s’inspire sont des témoignages vivants de la vie des Annunaki. Zecharia Sitchin a passé une grande partie de sa vie à étudier des tablettes cunéiformes de l’époque prébabylonienn. Croisées avec les représentations divines et scientifiques de leur civilisation, il lui semble très probable que ces divinités sumériennes soient d’origine extraterrestre. Alors que les dernières découvertes scientifiques s’engagent unanimement dans la recherche active d’exoplanètes et de vie extraterrestre, certains indices laissent à penser que les communautés scientifique et gouvernementale en savent plus qu’elles ne veulent bien nous le dire. Cet argument d’autorité faisant ployer les quelques résistances naturelles qui pourraient être nôtres, Zecharia Sitchin s’appuie ensuite sur l’hypothèse d’une 12e planète en orbite autour de notre Soleil pour expliquer la provenance des Annunaki.  On croirait lire de la science-fiction. Zecharia Sitchin ne laissera pas notre scepticisme en paix et avance de nombreux arguments qu’il met en parallèle avec des sources d’autorité pour dominer une incrédulité entièrement légitime. Son développement est parcouru de documents achevant de souligner les parallèles existant entre les représentations sumériennes et les Annunaki, certains alphabets anciens et les alphabets grecs et crétois, ou encore les particularités géologiques observées à la surface de Mars et les traces de civilisations terrestres. Aux mystères astrophysiques et mythologiques actuels, Zecharia Sitchin oppose les conclusions de plusieurs décennies d’études sumériennes :


• La constitution du système solaire révèle plusieurs incohérences, au nombre desquelles on peut citer les exceptions physiques constatées sur Uranus. Le basculement de son équateur, sa masse disproportionnée par rapport à sa position dans le système solaire ainsi que ses satellites récents, prouveraient la survenue d’un événement cataclysmique ayant eu lieu après la formation de notre système solaire. Cet événement, les sumériens l’évoquent en narrant l’entrée de la planète Nibiru –rebaptisée Marduk par les Babyloniens- dans notre système solaire.
• L’origine de notre Lune est encore soumise à de nombreuses hypothèses qui ne satisfont jamais unanimement la communauté scientifique.  Les textes sumériens parlent de la collision de Nibiru et de Tianmat pour expliquer la formation de ce satellite aux caractéristiques physiques exceptionnelles.
• Cette collision expliquerait aussi que l’âge des plus anciennes roches terrestres n’excède pas les 4 milliards d’années.
• La théorie de la panspermie et, plus généralement, l’hypothèse que les comètes soient des messagers célestes transportant les molécules nécessaires à la vie découlerait de leur affiliation avec Nibiru, dont elles partagent l’écliptique et le sens de rotation.
• La théorie de la soupe primitive laisse de nombreuses interrogations irrésolues. Ainsi, comment peut-on expliquer la mémoire génétique des cellules ? Zecharia Sitchin avance l’hypothèse de l’argile, catalyseur vital, usine de transformation des substances brutes inorganiques en molécules plus complexes, cette « glaise du sol » dont parle la Bible.
• L’hypothèse de l’Eve mitochondriale est corroborée par les écrits sumériens relatant leur mode de fabrication du premier prototype humain, issu d’une greffe effectuée à partir de l’ovule d’une femme africaine.  
• Le système sexagésimal propre à la civilisation sumérienne trouve son explication au regard des mouvements zodiacaux. Mais la durée d’une précession, qui échappe à toute notion temporelle humaine, n’a pas pu résulter des seules observations d’une civilisation, même étendue sur des millénaires. L’intermédiaire d’Emmeduranki, prêtre enseignant, aurait été nécessaire pour transmettre aux scribes sumériens des portions du savoir Annunaki.
• La disparition des satellites d’observation Phobos et Phobos 2 relève du mystère gouvernemental. D’étranges photos ont été capturées par les satellites avant leur disparition. Celles-ci révèlent la présence d’une ombre de portée de 25 à 30km, soit le diamètre du plus petite et mystérieux satellite gravitant autour de Mars. Les caractéristiques supra-physique de cette lune, combinées aux relevés géologiques martiens qui soulèvent l’hypothèse d’une vie ancienne aux rites civilisationnels proches de nos cultures mayas ou égyptiennes, révèleraient que Mars a pu accueillir –ou accueille encore- une base spatiale, tremplin des Annunaki vers d’autres mondes.


Zecharia Sitchin croise ces données à l’aune d’une réinterprétation biblique qui se concentre sur le récit des premiers jours de la Création. Les textes sumériens n’en sont guère éloignés mais ils semblent détenir la primeur du récit, qu’ils exposent en termes beaucoup moins hermétiques une fois passée la barrière de la traduction. Zecharia Sitchin n’a malheureusement pas pu poser les axiomes de base utilisés pour sa traduction, ceci dans un souci bien compréhensible de ne pas s’éparpiller.


Cette théorie, qu’elle soit véridique ou non, véhicule une philosophie de l’humilité. Homme, tu n’es pas le fruit de l’évolution, la créature la plus achevée qui soit du système solaire –tu n’as même pas été capable de te construire seul, et ton existence est l’œuvre de la population extraterrestre des Annunaki. Ceux-ci, arrivés sur Terre 4 milliards d’années plus tôt afin d’extraire des ressources aurifiques vitales à leur existence, fomentèrent une mutinerie pour protester contre leurs conditions de travail. Leur maître Enki, avec l’aide de sa collaboratrice Ninti, élaborèrent alors un prototype Annunaki à partir d’un hominoïde terrestre auquel auraient été greffées certains gènes extraterrestres. L’homme serait donc le produit d’une greffe génétique et son origine est celle d’un esclave dévolu aux Annunaki. Ces dieux que nous considérons immortels ne sont autres qu’une civilisation extraterrestre dont les cycles de vie, hors de notre portée, s’étendent sur une durée si étendue qu’ils nous semblent éternels. Ainsi que des millions de générations de mouches peuvent se succéder au cours de la vie d’un homme, des millions de générations d’hommes se succèderaient au cours de la vie d’un Annunaki. Quel intérêt ceux-ci auraient-ils donc pu avoir à créer un prototype aussi éphémère ? La Bible revient encore et nous parle des débuts de l’humanité, citant les âges exceptionnels de ses plus anciens représentants :


« A en croire la Bible, Adam a vécu neuf cent trente ans, son fils Seth neuf cent douze ans et son fils Enoch, neuf cent cinq ans. Même si nous avons des raisons de croire que les scribes de la Genèse ont réduit d’un facteur soixante les durées de vie bien plus longues transcrites par les textes sumériens, la Bible reconnaît que l’espèce humaine vivait beaucoup plus longtemps avant le Déluge. »


Comme le mouton Dolly a dégénéré plus rapidement qu’un mouton issu d’une reproduction classique, l’homo sapiens sapiens est soumis à la faillibilité génétique à un rythme accéléré. Ce qui ne présage rien de bon pour l’avenir de l’humanité…


Que les hypothèses de Zecharia Sitchin nous fassent rêver ou qu’elles nous indignent parce qu’elles mêlent ésotérisme et sciences dans un brouhaha hérétique, on ne peut leur ôter le mérite de leur cohérence ni de leur originalité. On leur reprochera peut-être de ne rien nous apprendre de certain sur les origines de notre planète et de notre humanité ; on ne pourra toutefois pas leur reprocher de ne pas réussir à modifier notre perception des textes religieux et mythologiques à la base de notre civilisation : et si ceux-ci n’étaient pas rien que les textes primitifs d’une humanité balbutiante, mais l’enseignement majeur que nous ne devrions jamais oublier ?


Description de l'orbite de la 12e planète :



Qui sont les Sumériens ?

Citation :
« Les Sumériens sont les représentants de la première civilisation connue, apparue soudain il y a six mille ans, surgie de nulle part. on lui prête virtuellement toutes les grandes « premières » d’une haute civilisation, inventions et innovations, concepts et croyances, autant de fondements de notre propre culture occidentale et de toutes les autres civilisations et cultures sur Terre : la roue et la traction animale, les bateaux pour les rivières et les navires pour les mers, le four et la brique, la construction des tours, l’écriture, les écoles et les scribes, les lois, les juges et les jurys, la royauté et les conseils de citoyens, la musique, la danse et l’art, la médecine et la chimie, les textiles et le tissage, la religion, la prêtrise et les temples –tout a commencé ici, en Sumer, un pays situé au sud de l’Irak actuel, dans l’ancienne Mésopotamie. »

La comète de Halley, messagère céleste :

Citation :
« La croyance, ou superstition, que la comète de Halley fût associée aux guerres et aux bouleversements était surtout nourrie par les évènements passés, témoins de ses apparitions précédentes : la révolte des Indiens Séminols contre les colons blancs de Floride en 1835, le grand tremblement de terre de Lisbonne en 1755, le début de la guerre de Trente ans en 1618, le siège de Belgrade par les Turcs en 1456, le début de la mort noire (la peste bubonique) en 1347. Tous ces événements accompagnaient ou précédaient l’apparition de la grande comète, finalement reconnue comme la comète de Halley, établissant ainsi son rôle de messager du courroux de Dieu. »




Efficacité du système sexagésimal des Sumériens :

Citation :
« Le système chiffré sumérien est dit « sexagésimal », ce qui signifie « base 60 ». Le décompte courait de 1 à 60, comme pour nous de 1 à 100. […] Quand leurs instructions de calcul stipulaient « prends la moitié », ou « prends un tiers », il faut comprendre une moitié de 60 = 30 et un tiers de 60 = 20. Système apparemment encombrant et compliqué, éduqués que nous sommes au système décimal (« 10 fois »), adapté aux dix doigts de nos mains. Mais pour un mathématicien, le système sexagésimal est un délice. […]
Vu que nous avons hérité du 12 sumérien dans notre comptage des heures du jour, de 60 dans notre comptage du temps (60 secondes dans une minute, 60 minutes dans une heure) et de 360 en géométrie (360 degrés dans un cercle), le système sexagésimal est encore et toujours le système parfait pour les sciences célestes, les calculs du temps et la géométrie (où la somme des angles d’un triangle est de 180 degrés, et celle des angles d’un carré de 360 degrés). »


S'il ne fallait retenir qu'une chose...


« […] Le récit de la Genèse n’est pas celui de la formation initiale du système solaire, il y a 4,6 milliards d’années. Il est celui de la Bataille céleste entre Nibiru/Marduk et Tiamat, environ quatre milliards d’années en arrière. »


*peinture : L'adoration des mages,  Giotto di Bondone


Pour une critique théorique du livre : ICI

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !


Dernière édition par colimasson le Lun 31 Mar 2014 - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 31 Mar 2014 - 15:07

Chymère a écrit:
Son premier livre, La vie après la vie, est vraiment un tout petit bouquin, et très facile à lire. Il constitue une bonne entrée en matière sur le sujet (même s'il date un peu, mais les jalons qu'il a posé sont toujours d'actualité).

Voilà qui me rappelle de très vieux souvenirs de lecture Very Happy
Merci pour ce commentaire sur un livre plus récent.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mer 2 Avr 2014 - 14:03

L’Art de la Mémoire (1966) de Frances A. Yates




Les figures occultes et ésotériques du Moyen Age trouveront-elles enfin un début d’explication ? Avec son Art de la Mémoire, Frances A. Yates avance une hypothèse expliquant sinon en totalité, du moins en partie, de nombreuses gravures hermétiques du Moyen Age. Leurs origines remontent à l’Antiquité, à une époque qui utilisait peu l’écriture et qui devait essentiellement se fier à sa mémoire pour se souvenir des faits nécessaires à remémorer. Une des techniques les plus utilisées consistait alors à imaginer des scènes englobant la totalité des informations à transmettre sous une forme imagée et frappante. Cet ancêtre de nos métaphores s’inscrivait dans des lieux terrestres :


« Quel est cet homme qui se déplace lentement dans un bâtiment solitaire et s’arrête de temps à autre, le visage attentif ? C’est un étudiant en rhétorique qui forge un ensemble de loci de mémoire. »


Au début du Moyen Age, la technique est reprise et modelée sous l’influence des Pères du christianisme qui essaient de transposer les images de lieux terrestres en lieux religieux afin de trouver Dieu dans la mémoire. Doucement, les fondements rhétoriques des systèmes mnémoniques glissent vers l’éthique. Les « ficta loca », lieux imaginaires qui décrivent les sphères célestes, expliquent en partie la construction plus tardive de la Divine Comédie de Dante. Plus tard, au cours de la Renaissance, se développent à la fois un art de la mémoire occulte, influencé par le néoplatonisme et l’hermétisme, et un art de la mémoire dialogique qui trouve toute son ampleur dans la société élisabéthaine. Cet affrontement de forces apparemment contradictoires se matérialise dans une discorde opposant Giordano Bruno et Pierre Ramus. Le premier des deux hommes a déjà fait l’objet de nombreux ouvrages de Frances A. Yates et nous ne serons donc pas surpris de lire qu’elle se consacre essentiellement à expliquer l’évolution de l’art mnémonique à partir des contributions de Giordano Bruno. Celui-ci, dans la frénésie de ses recherches mnémoniques mêlant roues combinatoires et images occultes, aurait annoncé la génération suivante des hommes rationnels que sont Descartes, Leibniz ou Bacon. Frances A. Yates avance une hypothèse audacieuse : et si tous ces systèmes compliqués, reflets de leur époque, visaient seulement à dévoiler une méthode rigoureuse à partir de laquelle les sciences mathématiques pourraient s’établir ?


« Le ramisme, le lullisme, l’art de la mémoire, sont des constructions confuses, élaborées à partir de toutes les méthodes mnémoniques ; elles encombrent la fin du 16e siècle et le début du 17e siècle. C’est qu’elles sont des symptômes qui révèlent la recherche de la méthode. Si on les replace dans ce contexte, celui de la recherche, d’un besoin grandissant de la méthode, les systèmes de Bruno prennent toute leur signification : ils manifestent moins de la folie qu’une volonté inébranlable de trouver une méthode. »


Pour comprendre cette présentation de l’évolution des systèmes mnémoniques, il faudra accepter d’emblée certains axiomes définissant les différentes périodes traversées. On distinguera nettement une Antiquité vouée au règne de la Rhétorique, un Moyen Age modelé par les Pères du christianisme puis par l’hermétisme, avant de parvenir à une Renaissance plus rationnelle et humaniste. Frances A. Yates ne nous explique pas pourquoi l’art mnémonique s’est manifesté sous les formes qu’on lui connaît aux périodes parcourues, mais comment il s’est adapté à ces différents paradigmes, conditionnant en même temps celui qui suivra. L’art de la Mémoire est dense et il faudra beaucoup de concentration pour suivre les explications de Frances A. Yates, à moins de partager ses références –en vrac : Raymond Lulle, Johannes  Romberch, Pierre de Ravenne, Bernardus de Lavinheta, Marsile Ficin, Francesco Patrizi, Torquato Tasso, Jean Hannequin, Natalis Comes, Johann Henrich Hainzell, Elias Ashmole, Cecco d’Ascoli, Polidoro Virgilio, Pic de la Mirandole, Pietro Passi ou Cosmas Rossellius. Même si certains développements nous perdent, Frances A. Yates parvient toujours à dégager les structures principales de son raisonnement. Il se produit alors des illuminations ponctuelles. Comme l’écrit l’auteure :


« L’histoire de l’organisation de la mémoire touche des points vitaux de l’histoire de la religion et de la morale, de la philosophie et de la psychologie, de l’art et de la littérature, de la méthode scientifique. »


L’hypothèse des systèmes mnémoniques ne fut sans doute pas la seule à agir en faveur de ces domaines mais elle fournit déjà des pistes convaincantes et soulève de nouvelles questions, que Frances A. Yates laisse à la curiosité de ses lecteurs.



A propos de Prudence de Titien

Citation :
« Nous voyons, au degré de la Caverne, le célèbre symbole du temps, les trois têtes d’un loup, d’un lion et d’un chien, qui signifient le passé, le présent et le futur. Ce symbole pourrait êter utilisé comme symbole de la Prudence et de ses trois parties : memoria, intelligentia, providentia ; hypothèse confirmée par le célèbre tableau de Titien intitulé Prudence. »



La roue de Lulle

Citation :
« Les figures des ouvrages alchimiques pseudo-lullistes ressemblent quelque peu aux figures lullistes originales. Par exemple, dans un diagramme tiré d’un traité d’alchimie pseudo-lulliste paru au 15e siècle et reproduit dans le livre de Sherood Taylor, nous voyons, à la racine d’un arbre-diagramme de type lulliste, quelque chose qui ressemble aux roues combinatoires avec lettres inscrites ; au sommet de l’arbre, on trouve des roues sur lesquelles sont inscrites les douze signes et les sept planètes. Un alchimiste aurait très bien pu inventer cette figure à partir de ce qui est dit sur les correspondances élémentaires et célestes, dans le texte qui accompagne l’ « Arbre des éléments » et l’ « Arbre du ciel » dans l’Arbor scientiae de Lulle. »


Se compliquer la vie pour mieux se la faciliter...

Citation :
« Tullius voudrait pourtant que nous traduisions les propria en metaphorica afin de nous en souvenir ; il dit, par exemple, que, pour nous rappeler une affaire où un homme est accusé d’en avoir empoisonné un autre pour un héritage et où il existe de nombreux témoins à la culpabilité du prévenu, nous devons placer dans la mémoire l’image d’un malade dans son lit, celle de l’accusé debout à côté du lit, tenant à la main une coupe et un document, et celle d’un médecin tenant les testicules d’un bélier (Albert le Grand a traduit medicus –l’annulaire- par médecin et il a donc introduit une troisième personne dans la scène). Mais n’aurait-il pas été plus facile de se rappeler de tout cela grâce aux faits eux-mêmes (propria), plutôt qu’en recourant à ces métaphores (metaphorica) ? »


Pour un avènement des méthodes rationnelles...

Citation :
« Leibniz croyait que le progrès des sciences mènerait à une connaissance plus large de Dieu, son Créateur, et donc à une extension plus large de la charité, source de toutes les vertus. Le mysticisme et la philanthropie sont liés à l’encyclopédie et au calcul universel. Quand nous envisageons cet aspect de Leibniz, sous sommes à nouveau frappés par le parallèle avec Bruno. Les Sceaux de Mémoire cachaient la religion de l’Amour, de l’Art, de la Magie et de la Mathesis. Une religion de l’amour et de la philanthropie universelle devait se manifester ou se réaliser grâce au calcul universel. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 3 Avr 2014 - 13:33

Les Mille facettes de la beauté géométrique – Les Polyèdres (2011) de Claudi Alsina




Qui n’appréciait pas déjà le mystère géométrique ne pourra s’y convertir à la seule lecture de ce livre ; mais qui le pressentait déjà succombera plus facilement au charme esthétique des figures polyédriques.

Nous aurions pu nous contenter d’une définition simple :

« Un polygone est une figure géométrique composée d’une succession de sommets S1, S2…, Sn, Sn+1 = S1, et d’une succession de côtés (consécutifs et non alignés) S1S2,S2S3…,SnS1 »

…mais en élevant le polygone à la troisième dimension, nous rejoignons les intuitions cosmiques et artistiques des pythagoriciens, reprises de siècle en siècle par les esprits mathématiciens les plus classiques ou dissidents. En ouvrant l’œil, nous distinguerons partout des polyèdres. Que peuvent avoir en commun une brique Tetrapack, un jeu de Lego, des tableaux de Salvador Dali, le virus du V.I.H., une carte d’identité et certaines constructions architecturales ? L’unité polyédrique les entoure…


Citation :
Le nombre d’or […] est la relation qui existe entre la diagonal d’un pentagone régulier et le côté de ce dernier. […] D’autre part, la célèbre série de Fibonacci est générée par deux premiers termes qui valent un, puis par des termes qui représentent la somme des deux termes antérieurs consécutifs (1,1, 2, 3, 5, 8, 13…). Le rapport entre chaque terme et le terme précédent est égal au nombre d’or. De nos jours, le nombre d’or est omniprésent dans de nombreux objets comme les puces magnétiques ou les documents d’identité.


Citation :
La formule d’Euler F + S = A +2 est valable pour tous les polyèdres convexes.
[…]
Une formule pour une famille infinie et hétéroclite est quelque chose qui doit attirer l’attention. Ce n’est pas normal. Il n’existe que de rares formules qui sont valables pour des figures aussi différentes.


Les hypercubes de Salvador Dali :


Corpus Hypercubicus


La conquête de l’air de Roger de la Fresnaye :




L'éponge de Menger - le premier fractal de dimension 3 :




Kubuswoning – Piet Blom : des cubes retournés pour un gain de place.




Walden 7 – Anna et Ricardo Bofill : extension horizontale et verticale d'un quartier.




Et une envie de lecture : Flatland d'Edwin Abbott :

Citation :
Flatland est une allégorie écrite en 1884, où l'auteur, Edwin Abbott Abbott, donne vie aux dimensions géométriques, le point, la ligne et les surfaces, avant d'en arriver à faire découvrir l'univers des volumes par un carré. Cette allégorie n'est pas sans rappeler la sortie de la caverne, voire le cheminement de Don Quichotte, l'hidalgo de Cervantes. Flatland suggère également l'existence de dimensions spatiales supérieures aux trois dimensionnelles que nous connaissons.
Wiki

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Max
Main aguerrie
avatar

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 10 Avr 2014 - 23:41



Le Qui suis-je ? sur Brasillach, par Philippe d'Hughes aux éditions Pardès.

Ils sont très biens ces petits bouquins. J'avais entendu Marc Laudelout, le fondateur du Bulletin Célinien, dire du plus grand bien du Qui suis-je ? sur Céline. Du coup, je me suis jeté sur celui de Brasillach.
On ne peut plus instructif et passionnant, réinformatif...
L'ensemble est agréable à lire même s'il y a quelques (très très rares) passages vraiment mal écrits... Mais rien de méchant, il s'agit avant tout d'une biographie débordant un peu sur l'étude.

J'ai dit petit bouquin, mais mine de rien, 120 pages avec un texte serré à l'extrême et qui déborde de partout sur les marges, ça fait du contenu.

Je compte évidemment me ruer sur les autres de cette collection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 11 Avr 2014 - 9:35

Ah oui, je connais cette collection... j'ai celui sur Joséphin Péladan, et j'en ai plusieurs autres en ligne de mire.
Ils sont bien faits, oui. Comme les B-Aba, les Que sais-je ?, les Pour les Nuls etc... ils peuvent constituer une source d'information fiable et concise, qui ouvrir beaucoup de perspective pour approfondir un thème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 32Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 23 ... 32  Suivant
 Sujets similaires
-
» -Les Pages Oranges- INDEX
» Essais nucléaires:le Parlement vote l'indemnisation des victimes
» message breton
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» insérer un de mes documents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: