Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 27 ... 32  Suivant
AuteurMessage
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 7 Mar 2015 - 0:33

L'affaire de Montigny, ce sont 2 gamins tués à coups de pierres sur une voie ferrée. Patrick Dils avait été accusé et jugé pour ce crime, avant d'être disculpé. Et les soupçons se portent très fortement sur Heaulme qui est du coin, et était chez sa grand-mère qui vivait justement à Montigny...
Et le crime, désordonné, erratique, avec des "armes" d'opportunité, lui ressemble beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 8 Mar 2015 - 3:18

Mais il n'a jamais été accusé pour ou si? Je ne me souviens pas bien de cette affaire. D'ailleurs Heaulme ne se cantonnait pas à une sorte de victime. Mais pour ce qui est des complices qu'il a réussi à convaincre...je me demande comment on peut se laisser convaincre à faire des choses comme ça. Surtout qu'il a toujours été dit que ce n'était pas le plus malin.... il y avait la pauvre fille qu'il avait emmené en forêt, avec un complice.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 8 Mar 2015 - 22:47

Il devait passer aux assises pour ce crime l'année dernière, mais le procès a été reporté, justement parce que le second larron est passé au statut de suspect...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 12 Mar 2015 - 10:31

Toujours en attente donc...
Tiens je viens d'écouter Le masque et la plume et il parlait d'un livre qui pourrait t'intéresser. Mauvais sang ne saurait mentir de Walter Kirn sur Christian Karl Gerhartsreiter qui se faisait appeler Clark Rockefeller. Tu connais? Je te mets le lien de l'article de Télérama.  

Ici

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Jeu 12 Mar 2015 - 11:17

J'ai vu passer l'histoire au moment du procès, je crois bien...
Le livre a l'air sympa, je prends note. Merci ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Sam 14 Mar 2015 - 21:23

Byzance, 4e-15e siècle (1997) d’Alain Ducellier et Michel Kaplan




Alain Ducellier et Michel Kaplan ne peuvent pas se contenter d’évoquer seulement la cité de Byzance lorsqu’ils orientent leur regard en direction de la période qui s’étend du 4e au 15e siècle : Byzance, le cœur de l’Empire Byzantin, est aussi au cœur du territoire eurasiatique et draine les dynamiques de l’église occidentale, de l’islam et des slaves, pour n’en citer que quelques-uns.


Le risque de se dissiper est donc immense. Alain Ducellier et Michel Kaplan parviennent à dresser un plan d’attaque de la problématique byzantine en ne choisissant jamais s’ils préfèrent un classement thématique ou chronologique. On passe donc de l’un à l’autre, forçant le lecteur à faire une petite entorse à la démarche didactique habituelle qui catégorise soit par thème, soit par chronologie, pour plus de facilité. Il faudra revenir sur les paragraphes précédents à de nombreuses reprises pour dégager un aperçu global.  


En-dehors de ce petit désagrément, ce livre documentaire respecte tout ce qu’on peut attendre de lui. En un peu plus d’une centaine de pages, il se montre synthétique et plutôt clair. La plupart des mots spécialisés sont regroupés dans un glossaire –il reste cependant des explications obscures qui nécessitent peut-être un minimum de prérequis.


Etudier l’histoire de l’Empire byzantin dans ses relations avec le reste du monde permet d’accéder à une compréhension renouvelée du monde actuel.




Qu'est-ce que l'empire Byzantin ?

Citation :
« Ainsi s’affirme l’identité de ce que nous appelons l’Empire Byzantin : un empire qui reste romain, qui se veut fondamentalement chrétien, qui reste à son corps défendant oriental et qui utilise la langue grecque. Cette définition restera valable durant les onze siècles de son existence. »


Le coeur du problème de la crise iconoclaste :

Citation :
« Soit on représente à la fois les deux natures [du Christ], on les confond pour pouvoir représenter le Christ-homme et l’on tombe dans le monophysisme. Soit on ne représente que la nature humaine ; on sépare les deux natures et l’on est taxé de nestorianisme. »


Les relations entre Rome et Byzance:

Citation :
« Entre un Empire gouverné par un souverain qui se veut le lieutenant de Dieu sur Terre et une papauté qui cherche à affirmer sa prééminence dans le domaine spirituel, les relations sont nécessairement complexes. Quand, à la fin du VIe siècle, Byzance perd le contrôle de l’Italie, elle ne peut assumer son rôle de protecteur et la papauté, qui refuse l’iconoclasme au VIIIe siècle, se tourne vers les Carolingiens, tout en jouant, avec la prétendue « donation de Constantin », la carte de son indépendance qui s’affirme au IXe siècle avec la décadence carolingienne. »


*Peinture de Théodore Poulakès, L’arche de Noé (2e moitié du 17e s.), icône peinte sur le modèle d’une gravure de Johannes Sadeler et Maerten de Vos.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mar 17 Mar 2015 - 18:26



Henri Grivois semble avoir été destiné à devenir psychiatre. Son grand-père François Arnaud et son oncle Frantz Adam étaient estimés dans la profession et vivaient avec leur famille, comme le faisait les aliénistes de cette époque, l’un à la maison de santé de Vanves (de 1889 à 1927) et l’autre à l’asile de Rouffach (de 1919 à 1956).  

Après s’être cherché pendant pas mal d’années, pendant lesquelles il multiplia les expériences : la guerre d’Algérie, une affectation à Saint-Tropez, une relation passionnelle, une dépression qui l’amena à faire une analyse psychanalytique, qui malgré l’intérêt qu’il lui porta, ne lui appris pas grand-chose, il retrouva son gout pour la médecine en rencontrant quelques grands maîtres (comme Jean Acar en Cardiologie qui lui apprit le respect des malades) dans les différents services où il fut Internist.

Petit à petit l’idée de devenir psychiatre refit surface. Mais alors que les aliénistes ne fondaient aucun espoir en leurs patients qui restaient souvent enfermés à vie, il reste critique et se pose moult questions sur la manière d’approcher ses patients. il veut donc se démarquer de sa famille.

Après sa dépression, il semble comprendre les patients qui traversent ce qu’il a traversé. Mais son intérêt se porte tout naturellement vers ces patients qu’il a observé pendant toute son enfance, les psychotiques. Et notamment le silence qui précède leur délire. Il sent bien que l’approche du patient pendant cette période, qu’il appelle la psychose naissante, est primordiale pour l’avancé du traitement.  

Alors que l’habitude était de bourrer les patients de calmants pour éviter qu’ils ne gênent, il brave ce silence qui le fascine et le déroute en décidant de dialoguer avec eux et de recueillir le peu de paroles qu’ils voulaient, ou pouvaient lui accorder. Il améliore le service des urgences à l’Hôtel-Dieu en instaurant un psychiatre de garde 24h sur 24, met en place des structures pour avoir la possibilité de garder les patients afin de leur apporter des soins immédiats. Ce système qui se révéla bénéfique aux patients, permit aux médecins de se consacrer aux urgences vitales et évita les hospitalisations inutiles.

Une unité médico-judiciaire fut aussi créé qui donna un surcroit de travail au psychiatre.

Mais ces structures mise en place, il n’avait pas l’impression d’avancer quant à l’approche des malades qui entrait en psychose naissante. Il est décontenancé et impuissant face à leur silence. Comment percer ce mystère ? Comment mettre en place une tactique anti-délirante ? Comment faire faire machine arrière à leur crise de concernement abusif ? L’empathie ne se révélait d’aucun secours, il lui était impossible de ressentir le mécanisme interindividuel de leur folie. Il comprit qu’en ne niant pas cette réalité qui était la leur et en les accompagnant, il brisait leur résistance et les amenait à participer à leur traitement.  

Mais qu’est-ce que le concernement ? Il donne cet exemple :

Je travaille seul dans une bibliothèque, quelqu’un entre. Sans me tourner, je suis concerné par sa présence. Je sais qu’il est là.

C’est une expérience primordiale antérieure, celle de l’existence des autres à l’extérieur de soi.

Lors d’une psychose naissante, ce concernement déraille, se dérègle et devient extrême.

La psychose est l’emballement du concernement humain.

Le psychotique se sent concerné par tout le monde et tout le monde est concerné par lui. Il est débordé par ce concernement à l’échelle planétaire (si ce n’est pas plus).

Son être est ouvert et public.

Comment, le psychotique pourrait-il  mettre ça en mots ? Et sera-t-il crû ? Il préfère rester silencieux. Et quand il délire, c’est trop tard.

Et pour retrouver les eaux calmes de leur concernement antérieur, les patients doivent entrer en délire, c'est-à-dire se couler dans une histoire à eux.

Henri Grivois a changé le service d’urgences à l’Hôtel-Dieu. Il a aussi découvert dans des unités psychiatriques au Canada, où il a passé quelques temps avec sa femme Lise (Pédopsychiatre) et leurs enfants, le miroir sans tain et l’a introduit dans son service.

Le miroir sans tain :

Après un entretien auquel toute l’équipe assiste, une discussion s’ouvre entre étudiants et enseignants. Chacun alors s’interroge, et donne un avis, fait une critique, suggère un traitement. C’est stimulant et formateur.  

Henri Grivois est un homme courageux, laborieux qui, même s’il raconte que l’approche des malades est parfois difficile et décourageante, veut faire évoluer les choses qui selon son expérience et l’observation qu’il en a depuis l’enfance sont à changer.
Il semble avoir l’intelligence pour déceler et interpréter ce que vient ses patients. Il semble les  aimer et respecter et veut les accompagner comme il se doit.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 22 Mar 2015 - 20:07

Tu nous livres un bien beau commentaire et tu nous présentes agréablement le personnage... quelle démarche intéressante et respectueuse ! tu confirmes mon envie de mieux le connaître.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 23 Mar 2015 - 17:33

merci! content j'imagine que si tu es psychotique et que tu croises son chemin, tu peux te considérer comme chanceux....

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 29 Mar 2015 - 13:59


Une si jolie petite fille, Gitta Sereny (2014)
Editions Plein Jour

Incroyable histoire (une petite fille de 11 ans tue deux enfants de 3 et 4 ans, à plusieurs semaines d'intervalle) et excellent livre.

Gitta Sereny s'intéresse immédiatement à l'histoire de Mary Bell, l'enfant meurtrière désignée comme démoniaque, et condamnée à perpétuité, et se questionne sur le système judiciaire, pénal, et psychologique en Angleterre.
D'abord un premier livre - presque à chaud - Meurtrière à 11 ans, puis des années plus tard (20 ans) une véritable enquête qui aboutit à un document d'une humanité, d'une justesse, et d'une nécessité indubitables.
Sereny a de longues discussions avec Mary Bell - et quelques unes des personnes qui l'ont côtoyée pendant toutes ces années - à essayer de comprendre, de dire, de révéler.
Un livre qui pose des questions : comment juger des enfants, comment définir leur responsabilité, nécessité de rendre en compte le milieu social et familial dans lequel l'enfant a grandit, suivi psychologique. Toutes ces choses auxquelles Mary Bell n'a pas eu droit.

Puis, comment faire face à son crime, quels moyens sont offerts aux prisonniers pour faire un travail de construction de soi, comment faire avec, comment envisager le quotidien, quand on est enfermé, et ensuite, comment reprendre une "vie normale".

Gitta Sereny écrit un livre documentaire prenant, palpitant et enrichissant. Une histoire bouleversante, pleine d'injustices, de maladresses, et d'espoirs aussi.
Un livre qui peut être dérangeant, mais l'auteur a toujours essayé de tenir les propos qu'il faut, pour ne pas minimiser le crime, mais bien comprendre "d'où vient le mal". (elle avait déjà écrit des livres sur Albert Speer, l'ancien ministre nazi, une autre de Franz Stangl, le directeur du camp de Treblinka).

Une histoire forte en émotions, et forte de sens.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vix
Espoir postal
avatar

Messages : 19
Inscription le : 27/03/2015
Age : 30
Localisation : Ain

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 29 Mar 2015 - 14:47

Citation :
Et pour retrouver les eaux calmes de leur concernement antérieur, les patients doivent entrer en délire, c'est-à-dire se couler dans une histoire à eux.
Cette phrase me fait penser au poème Le bâteau ivre de Rimbaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 29 Mar 2015 - 18:11

Je ne peux dire qu'une chose Queenie, cela m'a l'air extrêment intéressant. En effet pourquoi. Et le systême judiciaire est-il adapté dans ces cas-là. Et quelle est le poids du passé sur cette petite fille etc...

Merci Vix pour le poème. Je vais le mettre sur un autre fil. mais Grivois aime beaucoup la poésie, la littérature et la musique. Il parle beaucoup dans son livre d'un autre poème qui lui amène les larmes aux yeux à chaque fois qu'il le lit. Les pauvres gens de Victor Hugo.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 30 Mar 2015 - 8:52

pia a écrit:
Je ne peux dire qu'une chose Queenie, cela m'a l'air extrêment intéressant. En effet pourquoi. Et le systême judiciaire est-il adapté dans ces cas-là. Et quelle est le poids du passé sur cette petite fille etc...

Extrêmement intéressant, je confirme !
On me l'a mis dans les mains, presque sans me demander, je l'ai commencé, dubitative, le début est un chouia laborieux, et après, c'était passionnant, bien écrit, bien pensé, et questionnant.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 30 Mar 2015 - 10:21

Queenie a écrit:


Extrêmement intéressant, je confirme !
On me l'a mis dans les mains, presque sans me demander,

Tu as du le lire pour le boulot ? Tu as du avoir peur de faire du voyeurisme ? C’est le risque avec ce genre de livres. Enfin ça dépend de qui l’a écrit. Mais souvent au-delà de l’histoire qui est souvent…horrible, les à côtés peuvent nous apprendre plein de choses. Dernièrement j’ai lu un livre qui s’appelle « La sagesse du psychopathe » de Kévin Dutton, qui est professeur de recherche en psychologie à Oxford. Rien que ça. Si on se réfère au titre , on s’imagine un cinglé qui veut faire l’apologie de la psychopathie. Mais en fait il ne raconte pratiquement pas « d’histoires ». Et surtout il parle très peu de « ceux » (les psychopathes criminels) que l’on voit dans les médias. Il parle des différentes recherches sur le sujet. Il ébauche des théories. Il dédramatise. C’est souvent très technique. Et j’en ai appris beaucoup. Je n’ai pas fait de commentaire parce que je n’ai pas pris de notes. Je regrette maintenant parce que c’était un bouquin très intéressant.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   Mar 31 Mar 2015 - 21:14

La Contemplation du monde – Figures du style communautaire (1993) de Michel Maffesoli




Le courant du post-modernisme en sciences sociales souffre et bénéficie de l’impopularité qu’impliquent le manque de rigueur et le caractère spéculatif de sa réflexion. L’enthousiasme et l’animosité semblent se cristalliser particulièrement autour de la personne de Michel Maffessoli, et ce depuis qu’il a dirigé la thèse d’Elisabeth Teissier, célèbre astrologue pour média populaires, à peine sobrement intitulée « Situation épistémologique de l'astrologie à travers l'ambivalence fascination-rejet dans les sociétés postmodernes » (lire en particulier l'article suivant : LE MAFFESOLISME, UNE « SOCIOLOGIE » EN ROUE LIBRE. DÉMONSTRATION PAR L’ABSURDE).


Ne nous arrêtons pas à ces querelles de village et voyons plutôt ce que Michel Maffessoli a dans le ventre. Le programme est intéressant : le postmodernisme en sciences sociales se veut critique vis-à-vis de la tradition philosophique et rationnelle classique. Toutefois, la lecture de la Contemplation du monde, ouvrage déjà vieux de vingt ans, ne résiste pas à l’épreuve et les nouveaux moyens qu’il se propose de déployer pour analyser la société paraissent déjà plus moisis que ceux qu’il s’était proposé de dépasser. Se débarrasser des carcans d’antan serait certes libérateur si celui qui se libère n’en profitait pas pour exacerber sa propre ambition à devenir le gourou intellectuel des générations suivantes. Ainsi, Michel Maffessoli construit sa réflexion autour des axiomes arbitraires de ses opinions de comptoir, enrobées d’un verbiage complaisant :


« Progressivement, l’imaginaire, que la modernité pouvait considérer comme étant de l’ordre du superflu ou de la frivolité, tend à retrouver une place de choix dans la vie sociale. »


Là où les phénomènes ne surviennent pas, Michel Maffessoli les invente. Le post-modernisme s’apparente alors au discours de celui qui, pour se désennuyer, fait semblant de découvrir des vérités générales. Rien à dire ? Ce n’est pas grave, on se cache derrière le prétexte du post-modernisme : « Bien sûr je force le trait. Comme souvent, je propose l’analyse d’un paroxysme ». Catégorie fourre-tout, le post-modernisme est aussi décrit comme « reprise d’éléments pré-modernes qui sont utilisés et vécus d’une manière différente ». La pré-modernité concerne donc tout ce qui se passe avant les années 1960. En voilà du grain à moudre. Un homme de grande érudition, comme C. G. Jung par exemple, aurait peut-être eu des choses à nous apprendre à ce sujet (d’ailleurs, ne l’a-t-il pas déjà fait dans son œuvre ?), mais dans le cas de Michel Maffessoli, l’approximation est la seule rigueur connue :


« Je pense en particulier à la Grèce ancienne qui fit de la culture de soi le pivot de l’organisation de la cité. N’étant pas spécialiste en la matière, je fais uniquement une référence métaphorique, référence ayant pour but d’éclairer le temps présent ».


L’approximation n’est pas seulement de fond. Elle est aussi de forme, gonflée de corrections, de néologismes hasardeux, de modalisateurs, de guillemets et italiques approximatifs (« L’ensemble de la société est atteint par l’usure du temps. D’où l’espèce de palingénésie [en italique] que cela induit. Je veux dire que, par une sorte de processus cyclique, c’est à partir du chaos que s’opère une re-création totale »).


Bien qu’il comporte presque 200 pages, la Contemplation du monde pourrait se limiter à sa préface. Tout y est déjà dit (« J’entends […] établir un simple constat : reconnaître la profusion, le rôle et la prégnance de l’image dans la vie sociale ») et le reste de l’ouvrage ne serait qu’une laborieuse paraphrase. Vous pourrez toutefois la parcourir pour prendre connaissance d’une méthode originale, bien que sans valeur, et qui consiste à trouver dans les phénomènes sociétaux, les preuves d’un fantasme personnel. Ainsi, imaginant que l’image révolutionne la manière d’être à l’autre, Michel Maffessoli  énonce ces plates constatations : « L’image est consommé, collectivement, ici et maintenant. Elle sert de facteur d’agrégation, elle permet de percevoir le monde et non de le représenter. Et même si on peut la récupérer d’un point de vue politique, elle a surtout une fonction mythologique : elle favorise le mystère, c’est-à-dire des initiés entre eux » ; ou encore « […] la télévision permet de « vibrer » en commun ». Post-modernisme ou consumérisme ? L’un et l’autre ne semblent pas seulement reliés par un intérêt platonique (« J’essaierai de montrer que l’objet n’isole pas, mais qu’il est, au contraire, un vecteur de communion »). A cet égard, il serait bon de calmer l’enthousiasme halluciné de Michel Maffessoli en citant, par exemple, cet extrait de Beauté fatale écrit par Mona Chollet :


« L'anthropologue [ Bruno Remaury ] observe que la publicité emprunte aux "grands récits" mythologiques ou littéraires, voire les confisque, en les appauvrissant systématiquement : elle réduit par exemple la thématique du "vol merveilleux" au "confort d'un fauteuil d'avion", ou celle du philtre d'amour à une "bouchée chocolatée". Il pointe sa dimension simplificatrice, mensongère, infantilisante, qui inhibe l'individu et le rassure à bon compte là où les grands récits visent à le jeter hors de lui-même, à le transformer, à l'émanciper. Il estime toutefois que "le récit de marque est moins la cause d'un appauvrissement de l'imaginaire contemporain qu'il n'en est un des signes, un témoin majeur".


La pensée de Michel Maffessoli donnerait presque légitimité à l’inconscience généralisée des foules. Ses idées sont éthiquement contestables puisqu’il supprime la conscience individuelle au profit d’une conscience collective qui semble abrutie par l’image divine et l’objet sacré. Il enchaîne l’homme en méconnaissant ses causes, et réduit par exemple la sphère d’exercice du politique à l’individuel égocentrique, niant ainsi la responsabilité des hautes instances du pouvoir qui produisent et manipulent justement par l’image. La contemplation du monde ne serait-elle qu’un plaidoyer pour l’acception sereine de la propagande ?


Sortez dans la rue, discutez avec des amis ou des inconnus, allez vous biturer dans les troquets, vous apprendrez certainement plus qu’en lisant cet essai creux et pourtant prétentieux.




Si pensée il y a, et en admettant qu'elle circule, son moyen de transport est le véhicule-tautologie :

Citation :
« Le style comme ensemble de formes ordonnées, ressenties comme telles, est donc une caractéristique contemporaine largement répandue.»


Là où Maffesoli se différencie un peu de la majorité intellectuelle, c'est qu'il sublime le temps présent par rapport au temps passé. Ainsi, il redécouvre avec émerveillement que les êtres humains peuvent parfois se rassembler pour le simple plaisir d'être ensemble. On peut donner des cours à la Sorbonne pour transmettre un tel savoir :

Citation :
« Agrégations qui ne doivent plus rien à une programmation rationnelle, mais reposent plutôt sur le désir d’être avec le semblable, quitte pour cela à exclure le différent. »


*Photo de Jann Haworth

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
One-shot Essais/Documents [INDEX 1ER MESSAGE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 23 sur 32Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 27 ... 32  Suivant
 Sujets similaires
-
» 19.00$ à 20.00$ indexé!! C'est quoi ça??
» -Les Pages Oranges- INDEX
» Essais nucléaires:le Parlement vote l'indemnisation des victimes
» message breton
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: