Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Vénus Khoury-Ghata [Liban]

Aller en bas 
AuteurMessage
MartineR
Main aguerrie
avatar

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

MessageSujet: Vénus Khoury-Ghata [Liban]   Lun 7 Jan 2013 - 13:25



Vénus Khoury-Ghata

Née au Liban dans le même village que Khalil Gibran , V. Khoury-Ghata vit à Paris depuis 1972. Romancière et poétesse, elle est l’auteur d’une oeuvre importante, que plusieurs prix littéraires ont récompensée.




Le facteur des Abruzzes

<< Helena, qui guette le retour du violeur de sa fille avec un fusil depuis trente ans pour le tuer et lui faire payer la dette de sang, accueille la veuve du docteur avec des youyous. Les femmes de la vallée affluent de toute part, échevelées, en babouches, et demandent d'une même voix des nouvelles de leur sang. "Le medico l'a-t-il regardé de près ? qu'a-t-il vu de déplaisant ? laquelle d'entre elles vivra centenaire ? laquelle s'enrichira, et a-t-il toujours sa grosse seringue qui traverse le bras d'un côté à l'autre ?" Assimilent-elles le sang au marc de café ? Partie sur les traces de son mari biologiste mort dix ans plus tôt, Laure découvre Malaterra, un village perdu des Abruzzes. D'abord considérée comme une intruse, elle va peu à peu se faire adopter par la population composée de personnages drôles ou émouvants aux destins singuliers : Helena, qui a pendu sa fille déshonorée au figuier de son jardin ; le bouquiniste kosovar à qui personne ne parle dans sa boutique poussiéreuse ; Mourad, le boulanger qui propose à Laure de l'épouser ; Yussuf, le facteur qui fait sa tournée même s'il n'a pas de courrier à distribuer... La présence de Laure bouleverse le cours des choses : les langues se délient et des secrets refont surface... >>

Le style très poétique de Vénus Khoury-Ghata est à l'image de l'ambiance violente et tragique qu'elle nous décrit, exubérant, imagé, lyrique.
Dette d'honneur,loi du sang, vengeance, mort, isolement au sein d'une communauté d'origine albanaise, sont quelques uns des thèmes qu'évoque le facteur des Abruzzes.

On retrouve la quête de l'absent & l'enfermement comme dans d'autres de ses romans précedents en particulier *Sept pierres pour la femme adultère*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Vénus Khoury-Ghata [Liban]   Mar 8 Jan 2013 - 12:43

Trouvé sur le OneShot

Charlie a écrit:
Sept pierres pour la femme adultère
(2007)

Citation :
Résumé de l’éditeur :
Dans un village aux portes du désert, Noor attend son châtiment : coupable d'adultère, elle doit être lapidée. Elle n'imagine pas se soustraire à la justice. C'est compter sans une Française qui, pour la sauver, déploiera des trésors de volonté. Formidable conteuse, Vénus Khoury-Ghata brosse les portraits de femmes au destin tragique, déchirées entre le respect de la tradition et le droit à la liberté.

Il y a quelques années, j’avais lu « La Maestria » et j’avais été éblouie par Vénus Khoury-Ghata mais ce livre-ci ne m’a pas véritablement accroché….
Pourtant le sujet est grave: la lapidation des femmes dans les pays musulmans, leur soumission fataliste aux hommes, aux traditions ancestrales…ça fait froid dans le dos !
Ainsi, alors que l’humanitaire parisienne (l’auteur ne lui a pas donné de nom….) se rend chez le ministre de la Répression du vice ( !!!!) pour défendre la cause de Noor , il l’invite :
« à cesser de mettre dans la bouche de ces femmes des revendications indignes d’elles.
- Nos femmes ne pensent pas, même si elles parlent. Elles existent et cela suffit à leur bonheur. Elles sont utiles pour la procréation.
C’est tout juste s’il n’a pas dit qu’elles sont « utilitaires » au même titre que la marmite, la louche ou la bassine. »
(p. 77 – éd. Folio)

L’auteur nous propose aussi une réflexion sur l’aide humanitaire qui ressemble parfois à du colonialisme !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vénus Khoury-Ghata [Liban]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bâtiment belge engagé au Liban l’an prochain ?
» Liban : Elections présidentielles
» Liban - Salade croquante au chèvre frais
» Cèdre du Liban
» FUSILIERS MARINS ESPAGNOLS AU LIBAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature du Moyen-Orient (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: