Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jean-Bertrand Pontalis

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeMer 16 Jan 2013 - 20:35

Jean-Bertrand  Pontalis A249

Jean Bertrand Pontalis vient de mourir à 89 ans. Ses amis, et ils étaient nombreux, l' appelaient familièrment JB. C' était un homme affable, chaleureux et discret. Mais c' était aussi un homme actif. Il était psychanaliste et avait écrit un manuel qui fut longtemps une référence sur la psychnalise et qu' on nommait simplement le Laplanche et Pontalis. Il écrivit de nombreux articles dans des revues spécialisées, notamment sur la bisexualité. Il faisait partie du comité de lecture de Gallimard et créa une revue de psychanalyse.

Il consacra les dernières années de sa vie à des romans souvent autobiographiques. Il parle de son enfance, de son frère et de sa famille, de Sarte qu' il eut comme professeur. Et on découvrit ainsi un écrvain perspicace, subtil, à la mémoire précise et affectueuse.


Bibliographie

1965 Après Freud, Paris, Julliard, coll. « Les Temps modernes »,
1977 Entre le rêve et la douleur, Paris, Gallimard,
1980 Loin, Paris, Gallimard,
1986 L'Amour des commencements, Paris, Gallimard,
1988 Perdre de vue, Gallimard,
1990 La Force d'attraction, Paris, Le Seuil,
1996 Un homme disparaît, Paris, Gallimard,
1997 Ce temps qui ne passe pas, suivi de Le Compartiment de chemin de fer, Paris, Gallimard,
1998 L’Enfant des Limbes, Paris, Gallimard,
2000 Fenêtres, Paris, Gallimard,
2002 En marge des jours, Paris, Gallimard,
2003 Traversée des ombres, Paris, Gallimard,
2004 Le Dormeur éveillé, Paris, Mercure de France,
2006 Frère du précédent, Paris, Gallimard, Prix Médicis Essai
2007 Passé présent, avec Jacques André - Françoise Coblence et Jeffrey Mehlman, Paris, PUF,
2007 Elles, Gallimard,
2009 Le Songe de Monomotapa, Paris, Gallimard,
2010 En marge des nuits, Paris, Gallimard, 2010
2011 Un jour, le crime, Paris, Gallimard,
2012 Avant, Paris, Gallimard,
2012 Le Laboratoire central, Paris, Éditions de l’Olivier,
2012 Freud avec les écrivains, avec Edmundo Gómez Mango, Paris, Gallimard,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeJeu 17 Jan 2013 - 20:41

bizarrement le décès de J.B. Pontalis m'émeut alors que je n'ai jamais lu un de ses livres, en revanche j'ai souvent entendu parler de lui, de sa liberté d'esprit et de son refus de tout dogmatisme. Un homme qui a traduit Freud, qui a travaillé avec Lacan et qui a su rester indépendant : c'est assez beau pour être souligné. Et surtout, un éditeur : avec la collection chez Gallimard L'Un et l'autre dont j'ai lu quelques ouvrages qui m'ont beaucoup séduite...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille


Dernière édition par shanidar le Ven 18 Jan 2013 - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MartineR
Main aguerrie
MartineR

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeVen 18 Jan 2013 - 9:54

Cet été je l'avais découvert dans une série d'émissions sur France inter, il y racontait son parcous avec humour & érudition

émissions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeVen 18 Jan 2013 - 15:04

Vous avez raison toutes les deux. JB Pontalis frappait par son intelligence et la sympathie immédiate qu' il suscitait.

En tout cas, c' est ainsi qu' il apparait dans tous ses livres d' inspitration autobiogrpahiques que je vous recommande vivement. Pour ma part, je vais acheter Elles, l' un de ses derniers ouvrages, consacré aux femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeVen 18 Jan 2013 - 18:29

MartineR a écrit:
Cet été je l'avais découvert dans une série d'émissions sur France inter, il y racontait son parcous avec humour & érudition

émissions

Tout pareil, je l'ai même entendu encore très récemment à la radio. Sans avoir lu aucun de ses livres, je l'avais découvert ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeVen 18 Jan 2013 - 22:28

Bien envie de découvrir, mais par où commencer ?
Bix, quel est le premier livre de Pontalis que tu as lu ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeVen 18 Jan 2013 - 23:24

colimasson a écrit:
Bien envie de découvrir, mais par où commencer ?
Bix, quel est le premier livre de Pontalis que tu as lu ?

Je pense que c' était L' Amour des commencements, et ensuite Fenetres. Il a beaucoup écrit sur son pssé, son enfance, sa famille, ses amis et son frère. Je pense qu' il savait avec clairvoyance que son temps était compté et qu' il avait la mort aux trousses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeDim 20 Jan 2013 - 21:35

C'est parti... je note le premier titre à ma liste...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Constance
Zen littéraire
Constance

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeMer 23 Jan 2013 - 19:45

Le décès de J.B Pontalis m'a profondément affectée car je me sentais en intimité avec cet homme, dont l'humilité faite de questionnements sur lui-même et ses alter ego, me menait fréquemment au bord des larmes.
Affirmer que j'ai lu l'intégralité de l'oeuvre de J.B Pontalis serait de l'outrecuidance, cependant je pense avoir lu l'essentiel de son travail littéraire.

Je suis incapable d'indiquer un choix péremptoire sur l'un de ses ouvrages à lire : peut-être "Le songe de Monomotapa" ou "Un homme disparaît", ou "Traversée des ombres", "En marge des nuits", "En marge des jours", ou ... , ou ... "L'enfant des limbes", etc ... c'est dire que cet auteur ne peut se résumer à un ou deux ouvrages.


Dans le fil des citations, il me semble, sans certitude, avoir placé quelques réflexions extraites de son oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: a   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeMer 23 Jan 2013 - 20:55

...JB Pontalis a eu beau se dévoiler dans tous ses livres, mosaiques d' impressions, de souvenirs, de réflexions sur son monde intérieur et extérieur, il est resté enveloppé dans une brume opaque, que sa tabagie maintint jusqu' au bout dans son bureau d' éditeur chez Gallimard où il aimait se nicher :

"La cigarette a cette vertu, comme le sein maternel, d' etre à la fois un excitant et un calmant."

Tenter d' évoquer son souvenir, de retracer son activité multiforme, qu' il qualifiait d' insomnie du jour", c' est se mettre à la place du héros de son roman Un homme disparait, qui aperçoit à la terrasse du Café de l' Oubli, un inconnu dont il se sent mystérieusment proche....

"Je ne raconterai pas une vie. Je n' ai aucune idée de ce que peut etre une vie, la mienne ou de qui que ce soit. Ce seront des fragments, ce ne pourra etre que cela. Ici et là, des blancs. Des lacunes. Des ruptures. Et entre lui et moi, des passages."

Entre JB Pontalis et ses lecteurs, les passages sont des paragraphes lumineux, des bribes de phrases essentielles... Au fil d' aphorismes nés de ses reves ou de ses lectures, de ses rencontres ou de ses consultations, il y couche une oeuvre au dessein noble et impalpable.

"Ecrire à partir de ce qui ne se dit pas. Peindre ce que l' oeil ne saurait observer. Rendre perceptible l' air qui nous permet de respirer, de vivre, nous qui, par bonheur, sommes nés inachevés."

En cure psychanalytique, JB laissait entrer ses mots dans les grilles vides préparées par le patient :

"Progressivement, je perçois comme une évidence que sa parole comme la mienne ne sont porteuses de rien, ne portent vers rien, qu' il n' y a dautres présence en lui, en moi que celle de l' absence."

Cette absence devenue sienne, JB la comble avec des livres qu' il disait tous semblables, forant les peurs humaines à petits pas. Sa plus grande terreur était la mort. Au point de demander d' emblée à son interviewer de ne pas l' interroger sur le sujet. Tout en confessant s' etre fait le serment de ne plus jamais fréquenter les cimetières :

"Par peur de rejoindre les morts, et par impossibilités de les quitter. Un deuil doit accompagner le mort comme si l' on était mort soi-meme."

Extraits de l' article de Marine Landrot, Télérama, n° 3 289, 23/01/13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDNA
Posteur en quête
MDNA

Messages : 56
Inscription le : 27/12/2012
Age : 26

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeJeu 24 Jan 2013 - 10:22

C'est en lisant ce topic que je découvre sa mort... On le croise beaucoup en cours. Son vocabulaire de la psychanalyse, avec Laplanche, est vraiment indispensable. Il a fait pas mal de traductions et de préfaces aussi (Freud, Winnicott...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeJeu 28 Fév 2013 - 16:44

Traversée des ombres, J.-B. Pontalis
Fermer le livre la première fois, et le laisser ouvert...

Jean-Bertrand  Pontalis Traversee-des-ombres-jean-bertrand-pontalis-9782070319114

Esthétique de l’αἴσθησις : écrire l’« épreuve ».
Laisser parler les mots, les laisser peser, exploser, éternuer. Traversée d’ombres ou traversées d’ombre-s, en tout cas véritable (en)quête scrutatrice d’obscurité, cette marche, ce parcours dans le noir, à tâtons et pas feutrés laisse apparaître un « Je » élégant, dont on ne saurait dire de qui il est la voix, de l’analyste ou du poète – des deux, sans doute, ou d’aucun. Œuvre hybride d’un auteur singulier, fascinant faisceau où s’entremêlent les voix les plus inattendues, véritable polyphonie enfin (à l’image de ce centon de R. Burton, Anatomie de la mélancolie, dont J.-B. Pontalis éprouve la lecture) dans laquelle pourra surgir, par brefs moments, l’écho indistinct d’un homme cheminant parmi les ombres, parfois les siennes, dans l’espoir de les éclairer, non pour en dissiper l’obscurité, mais pour mieux faire « jouer ensemble » la lumière et l’ombre, dans l’ « entrelacement » qui les révèle sans les confondre : « Faites-moi croire que c’est le même. »

« Le réverbère (tiens, il y a rêve dans ce mot-là) réfléchit une lumière fragile, trouble ; non seulement il n’efface pas toute ombre, il se crée autour de lui un grand halo laiteux. Il ne désenchante pas la nuit. Il n’a pas la violence de l’électricité qui vise, elle, quand son règne triomphe, à tout éclairer, à abolir la nuit, le cycle des jours et des nuits. »

Soit, le psychanalyste sera donc « l’allumeur de réverbère », d’une subtilité capable d’éclairer l’ombre sans l’émousser, la heurter, l’effrayer, sans la « désenchanter ». Mais le moyen d’y parvenir ? Le moyen de transmettre – de tra-duire son « inquiétante étrangeté » sans la dénaturer sous l’aveuglant éclat de ces concepts qui nous protègent de la nuit, du désordre, du monde enfin ? Refuser les concepts, « nos outils du jour », car « la vie et la mort sont inconcevables », car il y a, indéfectiblement, de la lumière dans l’ombre et de l’ombre dans la lumière – faux oxymore où s’étiole le langage conceptuel.

« Je soumets, que je le veuille ou non, les pensées qui me viennent à l’ordre du langage articulé, je respecte la syntaxe, je veille à la ponctuation, à l’orthographe. Souvent, le langage, comme l’autoroute encombrée, n’est qu’une prison, n’est que contrainte. Il aliène ma liberté en excluant tout ce qui n’est pas lui, il exige les pleins pouvoirs. Mais parfois, grâce à lui, nous empruntons des routes de traverse, riches de sensations nouvelles ou oubliées, leur donnant même une intensité accrue. Il parvient à faire entendre l’inouï, à rendre visible l’invisible. » (pp. 174-175).

« [Mettre] au silence le langage » pour « [inventer] une écriture » (P. Quignard), une écriture « asociale » qui laisserait émerger l'inquiétant, non sans trouble mais sans le troubler, écriture « en mouvement qui s’avance vers l’inconnu », parole éminemment poétique où l’on pourrait voir (ou plutôt percevoir, percer l’obscurité, la traverser) surgir le je ne sais quoi, le « quelque chose noir » qui veille – rêve ? – en l’homme.


Jean-Bertrand  Pontalis Chirico
G. De Chirico, L'énigme du jour, 1914
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeJeu 28 Fév 2013 - 18:22

Merci Sullien ! En plus d' une écriture, Pontalis avait une voix feutrée, oui, et qui laissait toujours entrevoir plus qu' il n' en disait. Je l' écoutais dans le noir, à minut, interrogé par Alain Veistein et c' était un vrai régal !

A propos, quelqu' un a lu Anatomie de la mélancolie de Richard Burton ? Voilà un titre dont j' entends parler depuis des années... Il y a une traduction française, mais j' aimerais en savoir un peu plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeJeu 28 Fév 2013 - 18:29

bix229 a écrit:
Merci Sullien ! En plus d' une écriture, Pontalis avait une voix feutrée, oui, et qui laissait toujours entrevoir plus qu' il n' en disait. Je l' écoutais dans le noir, à minut, interrogé par Alain Veistein et c' était un vrai régal !
J'ai écouté ses entretiens dans Hors Champs, retransmis il y a peu, comme toi, dans le noir.
On sent, dans son écriture, sourdre le même silence paisible, je trouve.

Citation :
A propos, quelqu' un a lu Anatomie de la mélancolie de Richard Burton ? Voilà un titre dont j' entends parler depuis des années... Il y a une traduction française, mais j' aimerais en savoir un peu plus...
L'ouvrage a beaucoup dérouté J.-B. Pontalis, à l'en croire ! sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitimeJeu 28 Fév 2013 - 19:22

Pour ce que je sais, l' Anatomie de la mélancolie a attendu trois siècles pour etre traduite en français. Et c' est semble-t-il une somme sur la mélancolie. Un livre unique, qu' on peut rapprocher des Essais de Montaigne. Finalement, c' est l' éditeur José Corti, l' éditeur, qui s' est occupé de publier cette édition en français.

Je suppose que Pontalis s' est penché sur cette ouvrage en tant que psychanalyste, mais aussi en tant que lecteur. Et il était un très grand lecteur, à titre professionnel et privé.

www.jose-corti.fr/titresetrangers/anatomie-melancolie.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jean-Bertrand  Pontalis Empty
MessageSujet: Re: Jean-Bertrand Pontalis   Jean-Bertrand  Pontalis Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Bertrand Pontalis
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» recherche des infos sur un certain Jean Ceux
» Jean RASPAIL
» FLOTTILLE 31 F
» Jean Ferrat
» Denis et Pierre-Jean Cherer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: