Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Edmund De Waal

Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitimeMer 16 Jan 2013 - 21:05

Edmund Arthur Lowndes de Waal

Edmund De Waal Indexn10

Edmund de Waal est un artiste céramiste britannique. Il a travaillé comme conservateur, conférencier, critique d'art et historien d'art et est Professeur de Céramique à l'université de Westminster. Il a reçu plusieurs prix et honneurs pour son travail.
De Waal est né en 1964 à Nottingham, Angleterre, fils du révérend Dr Victor de Waal, doyen de la Cathédrale de Cantorbéry.

Il a publié en 2010 une histoire de sa famille, les Ephrussi, riches banquiers juifs à l’égal des Rotschild.
Edmund De Waal Indexn11 Edmund De Waal Images19 Edmund De Waal Edmund10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Re: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitimeMer 16 Jan 2013 - 21:19

La mémoire retrouvée

Edmund De Waal Nnnn10


Charles Joachim Ephrussi, l’ancêtre quitta son shetl au XIXèmesiècle pour Odessa, fit fortune dans le commerce des céréales, fonda une banque, envoya ses 2 fils l'un à Vienne l'autre à Paris pour favoriser son commerce et étendre son influence.

Edmund de Waal, le descendant, céramiste britannique renommé, nous raconte l'histoire de cette dynastie de juifs assimilés richissimes, frivoles, amateurs d'art, insouciants, déchus plus bas que terre quand le nazisme s’en mêla. Charles, le parisien, qui fréquente les salons et les impressionnistes, inspira en partie à Proust le personnage de Swann. Devant Viktor, le Viennois, on ne peut s'empêcher de penser aux Buddenbrock.

La grande originalité de ce livre, c'est que le récit s'attache au sort d'une collection de netsuke, petits objets miniatures japonais sculptés, qui furent acquis par Charles, l’esthète parisien, et transmis au sein de la famille, voyageant à Vienne, sauvés de la cupidité des nazis, récupérés à Londres, puis retournant ensuite au Japon, trésor attachant choyé par chaque génération, personnage du livre à lui tout seul, vivant un destin aux rebondissements multiples.

Il ne faut pas attendre une grande qualité littéraire, mais une forte charge émotionnelle, un roman d'histoire à travers une saga familiale, de passionnantes notations sur l'art japonais et les folies qu’il déchaîna une réflexion sur la transmission, l'héritage et le secret.
La quête d'Edmund de Waal se lit comme un roman, ce livre vaut le détour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Re: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitimeMer 16 Jan 2013 - 21:28

A propos des netsuke

Le vêtement traditionnel japonais (le kimono) est dénué de poche. Les femmes japonaises ont souvent recours à des sacs à main pour garder auprès d'elles papiers, clés, médicaments ou monnaie. Pour garder sur lui ce genre de petits objets, l'homme utilise des boîtes ou des bourses qu'il fixe à la ceinture de son kimono. L'ensemble des éléments qu'il porte à cette large bande de tissu appelée obi reçoit le nom de sagemono (les objets suspendus). En effet, les bourses, le nécessaire à écrire (yatate), l'étui à pipe (kiseru-zutsu) et la boîte à médicaments ou à sceaux (inrô) sont maintenus par des cordons, ces derniers sont passés entre la ceinture et le kimono. Fixé à l'extrémité supérieure de chaque cordelette, le netsuke (« Ne » : racine ; « tsuke » : attacher) est placé au-dessus de l'obi ; de par sa forme et son volume, un peu à la manière d'un taquet, il bloque le cordon et maintient le sagemono à la ceinture.

Objet de petite taille, le netsuke a donc, avant tout, un rôle utilitaire.

L'usage, dans la vie quotidienne, des sagemono induit donc celui du netsuke qui doit, avant tout, être fonctionnel. Si, à son origine, il est un simple morceau de racine non ouvragé, il devient rapidement une miniature finement sculptée que cela soit par un artisan spécialisé ou par son propre propriétaire. Il peut avoir de multiples formes typiques telles que la forme ronde et aplatie (la forme manju) ou la forme très allongée (le netsuke de forme sashi est alors planté dans l'obi, à la manière d'un poignard). Mais le netsuke le plus prisé (la forme katabori) reste sculpté en ronde-bosse, avec un soin égal porté à la réalisation de toutes les faces (y compris la base).

Pour autant, certains aspects liés à sa fonction le caractérisent. Le netsuke doit être de dimensions adaptées (entre 3 et 8 cm environ) et sa forme doit être suffisante pour bloquer le cordon dans l'obi. De plus, il ne doit pas être trop lourd ou trop volumineux pour gêner dans les tâches quotidiennes.
Un autre aspect fondamental réside en sa compacité. Pour son usage, le netsuke ne doit pas posséder d'aspérités qui pourraient s'accrocher à l'étoffe ou le fragiliser.

Enfin, le netsuke présente deux trous permettant de fixer le cordon. Ces deux trous forment les extrémités d'un canal (himotoshi) en forme de U ou de L. Leurs emplacements sont savamment étudiés pour offrir la meilleure présentation de l'objet lors de son utilisation à la ceinture. La présence de ces deux trous n'est pas obligatoire car certains types présentent des perforations intégrant la miniature tout en servant de canal pour les cordons (l'espace entre un bras et le tronc d'un personnage par exemple).

Si les anciens netsuke sont réalisés à partir d'une simple racine, très rapidement, les sculpteurs de netsuke (netsuke-shi) vont utiliser de nombreux matériaux. Le bois demeure largement employé avec des essences dures et nobles comme le buis ou l'ébène mais aussi le cerisier, le cyprès (bois léger), l'if…
L'ivoire (d'éléphant, de morse, de cachalot,…) est, aussi, abondamment utilisé. Il est très souvent importé et il n'est pas rare qu'il présente des gerces parallèles provoquées par les chocs thermiques subis lors des voyages.
S'ajoute à ces deux matériaux principaux un grand nombre de matières telles que la laque pure, le corail, l'os, la corne, la porcelaine, le métal, le fruit séché et sculpté…

Les netsuke sont (sauf rares exceptions) sculptés d'un seul bloc. Néanmoins, il n'est pas rare qu'ils présentent un travail de patine soulignant les reliefs ou teintant la matière d'origine. Certains netsuke peuvent aussi être peints ou laqués. Des petits morceaux de jade, de corail, de nacre peuvent être incrustés sur certains spécimens pour souligner certains éléments de la miniature (les yeux, par exemple, sont presque toujours en corne brune).
L'inspiration des netsuke-shi est multiple et puise autant dans les superstitions, les croyances et les religions que dans l'observation du monde, de la société japonaise et de la vie quotidienne. Il est d'ailleurs important de souligner que la séparation occidentale du fantastique et du religieux, d'une part, et du trivial, d'autre part n'est pas de mise dans la pensée japonaise.

Une observation minutieuse de la nature, des attitudes et un souci de précision et d'harmonie caractérisent bon nombre de réalisations. Les personnages sont souvent traités avec bonhomie et de nombreuses attitudes semblent issues des théâtres kabuki et Nô et de leurs masques.

D'après alienor.org, l'article complet :ICI

Edmund De Waal P1120810 Edmund De Waal Netsuk10 Edmund De Waal Netsuk11 Edmund De Waal Images20 Edmund De Waal Images21 Edmund De Waal Artbit10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Re: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitimeMer 16 Jan 2013 - 22:24

Merci pour ce fil, très intéressant tout cela

topocl a écrit:
La grande originalité de ce livre, c'est que le récit s'attache au sort d'une collection de netsuke, petits objets miniatures japonais sculptés, qui furent acquis par Charles, l’esthète parisien, et transmis au sein de la famille, voyageant à Vienne, sauvés de la cupidité des nazis, récupérés à Londres, puis retournant ensuite au Japon, trésor attachant choyé par chaque génération, personnage du livre à lui tout seul, vivant un destin aux rebondissements multiples.
si un de ces jours tu arrives à proximité de Düsseldorf (Allemagne), faut pas hésiter de visiter le Kunst Palast, ils ont eu la chance d'avoir une des plus grandes collections (La Werdelmann Collection) de netsuke, environ 1100 pièces, j'étais scotchée lors de ma visite et ne voulait plus quitter la salle avec les vitrines de ces belles choses

Edmund De Waal A250
malheureusment je n'ai pas trouvé si ce livre existe en français

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Re: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitimeJeu 17 Jan 2013 - 7:36

La collection des Ephrussi en contenait 264, achetés d'un coup à un marchand parisien spécialisé dans le japonisme et qui connaissait bien les envies de ses clients.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Re: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitimeJeu 17 Jan 2013 - 9:03

Concernant les Netsuke, voir un article (qui date de 2009...), ici, et qui parlait de l'invasion des faux netsuke chinois.
Citation :
"Dans un livre sur les netsuke paru aux Etats-Unis en 2007, seuls deux ou trois sont authentiques. Les autres sont tous des faux", affirme cet expert français, respecté dans le monde entier. "Et la collection de netsuke du musée d'Orléans (sud de Paris) est, elle, pratiquement composée de copies."

M. Fleischel reconnaît que les Chinois sont capables de faire de bonnes reproductions de netsuke en forme d'animaux ou d'objets, mais n'arrivent pas encore à reproduire les visages japonais. "On peut imiter la patine d'un netsuke en ivoire de la fin du 19e ou du début du 20e siècle, mais pas ceux plus anciens", ajoute-t-il.
[...]
Auteur de nombreux ouvrages sur les netsuke, M. Fleischel prend soin de ne pas publier les photos en trois dimensions des netsuke afin de ne pas faciliter le travail des faussaires. "On me commande mes catalogues depuis Hong Kong et la Chine, et un mois plus tard, il y a les mêmes netsuke sur eBay", déplore-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Edmund De Waal Empty
MessageSujet: Re: Edmund De Waal   Edmund De Waal Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Edmund De Waal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tarzan ( wall disney )
» Minéralier SS Edmund Fitzgerald
» les plans de Julius de WAAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Histoire-
Sauter vers: