Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ismet Prcic

Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Ismet Prcic Empty
MessageSujet: Ismet Prcic   Ismet Prcic Icon_minitimeMar 5 Fév 2013 - 15:18

Ismet Prcic 48b5f410

Citation :
Néà Tuzla en Bosnie en 1977, Ismet Prcić a émigré en Amérique en 1996. Diplômé de théâtre de l'université de Californie, auteur de nombreuses pièces et professeur de théâtre, il a travaillé comme réalisateur et acteur aussi bien aux États-Unis qu'à l'étranger. Ismet Prcić vit actuellement avec sa femme à Portland, dans l'Oregon. Son premier roman, California Dream, est d'inspiration autobiographique.
Source : Editions Les Escales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Ismet Prcic Empty
MessageSujet: Re: Ismet Prcic   Ismet Prcic Icon_minitimeLun 11 Fév 2013 - 14:46

Ismet Prcic 13408010

California Dream
Citation :
Ismet, un jeune comédien bosniaque, fuit la guerre en Bosnie grâce à sa troupe de théâtre invitée à se produire en Ecosse, en 1995. Il rejoint son oncle d'Amérique et s'installe en Californie, son rêve depuis toujours. Là, il va être confronté aux avatars du rêve américain, à la douleur de l'exil et va se réfugier dans l'art pour échapper aux horreurs de la guerre qui le hantent.

Un premier roman à forte teneur autobiographique. Un récit tortueux qui se partage entre la Bosnie natale et l'Amérique terre d'accueil. California Dream, d'Ismet Prcic, est un torrent de (sur)vie qui charrie tous les sentiments du monde, de l'espérance au désenchantement en passant par la honte, la culpabilité, le désir, la nostalgie, la peur, etc. Prière de ne rayer aucune mention inutile. En bousculant les structures narratives classiques et en dégommant la chronologie avec gourmandise, Prcic prend le risque d'égarer son lecteur qui se raccroche à ce qu'il peut dans ce flot continu, puissant et désordonné. Ismet, le héros du livre, est confronté à une sorte de double, Mustafa, qui a vécu la guerre en Bosnie, alors que lui l'a fui. De ce roman fiévreux et chaotique, il faut accepter de se laisser submerger par l'urgence et la folie ou alors il faut renoncer à suivre le romancier dans ses errances, ses interrogations et ses fantasques embardées. Ce serait dommage. Le jeu en vaut tout de même la chandelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ismet Prcic Empty
MessageSujet: Re: Ismet Prcic   Ismet Prcic Icon_minitimeLun 11 Fév 2013 - 17:38

merci d'avoir (encore une fois) fait le cobaye Wink
j'étais tentée par le résumé... ton commentaire me rend un peu plus réticente, je le note quelque part

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Ismet Prcic Empty
MessageSujet: Re: Ismet Prcic   Ismet Prcic Icon_minitimeMar 6 Aoû 2013 - 17:56

California Dream.

La guerre sème le chaos dans les existences ordinaires. Qu’on y participe en tant que soldat, qu'on la subisse en tant que civil, ou qu'on la fuie pour un hypothétique paradis californien. La guerre  détruit tout, détruit les vies, détruit les familles, détruit les personnalités. C'est ce qu’on comprendra en lisant California Dream, le premier roman grandement (mais pas totalement) autobiographique d'un Bosniaque émigré aux Etats-Unis. En tout cas si l'on en arrive au bout, car Ismet Prcic a décidé de nous faire un portrait de cela  de l'intérieur, son livre lui-même est un chaos qui part dans tous les sens, et s’'étouffe lui-même parfois dans sa propre virtuosité au risque de parfois, Traversay l’a déjà dit, lasser le lecteur .

Ismet Prcic explose son récit en alternant  différentes époques, depuis l’enfance et l’adolescence écartelée entre le désir d’une vie normale (jouer avec son frère, entendre ses parents se disputer, premiers émois amoureux) et l'absurdité terrifiante de la violence, des bombardements, des haines religieuses, jusqu'à la fuite pour échapper à la mobilisation, et la lente dérive aux Etats-Unis. Il expérimente différents supports (du récit simple, une confession thérapeutique, des lettres, un carnet de bord), différentes typographies, différents modes d'écriture (« il », « tu », chapitres sans paragraphe ni ponctuation). Et comme si cela ne suffisait pas, le héros, incarnation éponyme de l'écrivain, écrit des fictions sur des personnages qu'il a croisés, ou qu'il aurait pu être, dans lesquelles il intègre des éléments vrais de sa propre biographie pour mieux brouiller les pistes. Tout cela, même si cela fait par moments assez prodigieusement monter l'émotion et l'impression de dislocation complète du héros face à la réalité,  finit par faire un peu trop . On a parfois l'impression de feuilleter un catalogue des différents exercices d'ateliers d'écriture.


Au total cela donne un roman assez irrégulier, avec des moments d'écriture (ou de traduction ?) assez moyenne et plate, des moments où l’excessif  désir d’originalité peut lasser, et d’autres extrêmement prenants, inventifs où  la tension et l'émotion sont à nouveau captés. Il n'en demeure pas moins qu'il y a une belle montée en puissance, une bonne dose d’humour, une lucidité cynique à décrire les défauts des Bosniaques, toujours une bouteille d’alcool cachée sous leur siège, et plein de passages intéressants sur le déchirement face à la violence de la guerre, son impact définitif, l’absurdité d’une enfance vécue sous son emprise,  la douleur de l’exil, l'impossibilité du migrant à  trouver sa place dans un monde qui le fascine mais qui n'est pas le sien.  Car son propre monde,   il le traîne  comme un boulet alourdi par la culpabilité  d’avoir abandonné les siens,  de s’être comporté finalement en traître et en lâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Ismet Prcic Empty
MessageSujet: Re: Ismet Prcic   Ismet Prcic Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ismet Prcic
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: