Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Marc Graciano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Marc Graciano   Jeu 14 Fév 2013 - 11:33


Marc Graciano est un romancier français né le 14 février 1966.

Il vit "au pied des montagnes aux confins de l'Ain et du Jura".

Liberté dans la montagne, 2013, José Corti, est son premier livre.

(source éditeur)

Mon commentaire suivra prochainement, mais n'hésitez surtout pas à poster le vôtre si vous l'avez déjà lu!
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Jeu 14 Fév 2013 - 15:15

Graciano était interviewé hier soir sur F. Culture, à minuit et vous pouvez toujours podcaster l' émission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marc Graciano   Jeu 14 Fév 2013 - 15:18

Oui, je l'ai noté quand tu as posté l'info sur le fil radio, merci!

Ecouter
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Jeu 14 Fév 2013 - 15:31

Merci pour ce fil Nezumi, la date de la création lui va bien Wink

Je suis à la moitié de ce livre et après Jim Harrison et son odysée américaine, Marc Graciano va être mon 2e grand coup de coeur pour 2013. L'année commence très très bien.

Ce qui est marrant c'est que ce sont souvent les livres dont on n'aurait pas pensé qu'ils allaient vous transformer autant, qui deviennent les grands coup de coeur. Moi et le Moyen-Âge? Pas trop, j'aurais dit.. mais là, il emporte son lecteur sur un voyage dont on ne peut plus détacher les yeux à partir du moment qu'on est en pleine lecture..
en tout cas moi je passe un très bon moment avec ce livre et j'ai même envie de le laisser durer un peu plus parce que je ne voudrais pas l'abandonner trop vite...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Ven 15 Fév 2013 - 10:13

Citation :
Il est des livres qui vous happent et vous emmènent dès les premières pages. Ils vous prennent par les yeux d’abord, puis par la gorge et le cœur, puis par tous les pores de la peau : vous transpirez, vous avez peur, vous vivez avec les personnages. Ils ne vous lâchent plus et vous ne les lâchez plus. Même lorsqu’une pause s’impose et que la vie hors de l’acte de lecture reprend ses droits, les images persistent et vous hantent, elles s’impriment. Liberté dans la montagne, premier roman de Marc Graciano, publié aux éditions Corti fait partie de ceux-là, de ces grands livres à l’écriture tellement forte qu’une musique s’installe et que des images s’impriment.

c'est tout à fait ce qui m'est arrivée! Pour lire la suite, c'est par ici

il y a eu en même temps une rencontre dans cette librairie, qu'on peut réécouter ici

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Jeu 28 Fév 2013 - 19:14


Liberté dans la montagne
Citation :
Présentation de l’éditeur
« Depuis bien des jours le vieux cheminait avec la petite le long de la rivière. Quelquefois le vieux tenait la main de la petite mais, le plus souvent, il la laissait voyager seule autour de lui » :
telle est la première phrase de cette histoire puissamment envoûtante tant par la tension dramatique constante que Marc Graciano parvient à conserver tout au long de ce voyage initiatique, semé d’embûches, dans un temps très ancien, que par son style unique, fait de litanies.
Dans leur périple vers l’amont de la rivière, le nord, le vieux et la petite traversent une nature à la fois splendide et sauvage, croisent des personnages inoubliables, comme le veneur.
Vers où les conduira leur destin ?

Cela fait plusieurs jours que je viens de le terminer… et j’ai l’impression que je ne vais toujours pas arriver à formuler mes impressions de cette lecture, tout à fait à part pour moi.

Qu’est-ce qui fait qu’un livre nous fascine plus qu’un autre ? Je pense qu’on est tous des lecteurs sur ce forum qui rencontrent de temps en temps des livres qui ne semblaient pas du tout « faits » pour nous, et qui nous offrent une lecture si marquante et éblouissante qu’on réalise que c’est en fait cela : la magie de lire !

Marc Graciano m’a donné, après Jim Harrison, mon 2e grand coup de cœur de cette année, et cela se peut qu’il va être LE coup de cœur de cette année, tellement il m’a enchantée.
D’autant plus étonnant qu’en principe un tel livre ne serait jamais arrivé entre mes mains. Si on m’aurait demandé si j’étais intéressée de lire un livre « médiéval », assez cru et dur, racontant un périple énigmatique – j’aurais dit ‘Non, merci, je passe’.

Mais voilà un commentaire dans Le Magazine Littéraire qui a suscité ma curiosité… et le sentiment que c’est un livre à lire. Et je ne me suis pas trompée.

J’ai voyagé avec Marc Graciano et ses personnages, j’ai été fascinée par son écriture, abattue par moment par la cruauté, écœurée parfois par son amour pour révéler tous, mais vraiment tous les détails, passionnée par la magie de ce texte, étonnée du talent pour s’imaginer une telle histoire… et même si je donne l’impression que c’est un « travail dur » de lire ce livre, non, non, c’est un bijou qu’on n’a pas souvent la chance de découvrir… allez-y les yeux fermés !

Au cas où vous voulez savoir plus, je vous invite de visiter la page de l’auteur sur le site de l’éditeur, il y a, entre autre, deux commentaires qui sont vraiment plus valable que mes mots :

Benoît Laureau | Quinzaine littéraire |Mars 2013:
Citation :
Liberté dans la montagne n’est pas un conte romantique, c’est un roman tragique et superbe.
Thomas Stélandre | Le Magazine Littéraire n° 528 | février 2013:
Citation :
Qu’est-ce qu’un premier roman, sinon la découverte d’une voix ?

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Jeu 28 Fév 2013 - 19:16

Extrait
(copié de la page de l'éditeur)

1
Depuis bien des jours le vieux cheminait avec la petite le long de la rivière. Quelquefois le vieux tenait la main de la petite mais, le plus souvent, il la laissait voyager seule autour de lui. À cette fin, le vieux veillait à libérer la petite de tout faix. Le vieux veillait aussi à toujours régler son pas sur celui de la petite. Le vieux marchait doucement et quand la petite découvrait une chose inconnue et qu’elle s’arrêtait pour l’observer et qu’elle s’accroupissait sur les talons et qu’en se grattant impudiquement les fesses elle questionnait le vieux, le vieux s’arrêtait aussi. Le vieux interrompait leur voyage et, chaque fois qu’il le pouvait, il nommait à la petite ce qu’elle voyait. Chaque fois qu’il le pouvait, le vieux enseignait la petite sur les êtres et sur les choses qu’ils rencontraient. Le vieux nommait à la petite toutes les choses qu’elle découvrait et, quand il le connaissait, il lui en décrivait l’usage. Souventefois aussi, la petite demandait au vieux l’origine des choses et le vieux faisait toujours l’effort de lui répondre le plus sérieusement et le plus complètement possible mais, quand il ignorait la réponse, le vieux l’avouait à la petite.
2
Presque toujours en fin de journée, parce qu’elle était fatiguée, la petite demandait à être portée. Le vieux prenait alors la petite dans ses bras ou bien il la laissait grimper sur son dos. La petite s’affourchait sur le dos du vieux en accrochant ses bras autour du cou du vieux mais inexorablement, à cause des cahots de la marche, son corps finissait par glisser vers le sol et, de ce fait, elle étranglait le vieux. Le vieux tançait alors la petite et il lui demandait de mieux se tenir et, d’un brusque mouvement de hanches, il la remettait droite sur son dos mais quand, malgré ses remontrances, la petite recommençait à mollement se laisser aller et à l’étrangler de nouveau, le vieux la reposait à terre. Le vieux savait alors qu’il était temps de faire étape.
3
La petite était sortie de l’infans. Elle avait les membres allongés et amincis par la croissance et elle était autonome dans ses déplacements et elle était capable d’un début de raisonnement et elle était capable de jugement et elle était aussi capable d’affirmer ses goûts naissants mais elle avait gardé cependant de la gaucherie et de la maladresse dans ses mouvements. Elle avait aussi conservé, comme une petite enfant, le besoin d’établir, à temps réguliers, un contact physique avec le vieux. Quelquefois aussi, la petite s’effrayait des choses et des êtres inconnus rencontrés sur le chemin et elle cherchait alors refuge dans les bras du vieux. Le vieux acceptait la petite dans ses bras chaque fois qu’elle le voulait.
4
La petite portait une robe chasuble de lin gris et elle portait des chausses de lin gris et elle portait des bottes de chanvre à lacets et elle avait, pour les temps froids, un gilet en peau de mouton que, lorsqu’elle ne l’utilisait pas, le vieux portait pour elle roulé en sautoir sur sa propre taille à l’aide de la longue cordelette de cuir qui était cousue au gilet en office de ceinture. La petite avait des cheveux très blonds, presque blancs à force de blondeur, qu’elle portait libres ou bien attachés par le vieux avec un lacet de cuir en une couette unique à l’arrière du crâne. Elle avait le nez retroussé avec beaucoup de taches de rousseur et elle avait les oreilles petites et décollées. Elle avait la peau très mate et elle avait des yeux gris et elle portait, autour de son frêle cou longiligne, un collier de coquillages marins dont les surfaces extérieures étaient parfaitement lisses ou bien naturellement sculptées de fines cannelures qui apparaissaient en relief mais dont la nacre des revêtements intérieurs était toujours brillante et grise.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marc Graciano   Sam 2 Mar 2013 - 19:47

J'ai fini ma lecture et si dans l'ensemble j'ai vraiment bien aimé, je suis un peu moins enthousiaste qu'au début de ma découverte de ce roman.
J'ai été bien sûr impressionnée et charmée par le style, puissamment poétique, entre incantation chamanique et geste médiévale, qui sied tout à fait au récit de ce voyage initiatique, de ce périple à la fois terrestre et intérieur (pour reprendre les mots du "veneur"), et qui chante la beauté de la création dans son ensemble, les liens étroits entre l'homme et son environnement, entre la vie et la mort.

Cependant sur la durée il y a comme un essoufflement, et les litanies virent parfois aux répétitions un poil lassantes. Pas trop convaincue non plus par le virage gore que prend le récit sur la fin. A ce stade là on a bien compris que la vie recèle autant de splendeur que de violence, ces lignes insoutenables servent-elles vraiment le récit ?
Un autre truc gênant, ce sont les fautes plus qu'occasionnelles (du type "ils courraient", ou "il avait essayer"), plutôt (d)étonnantes chez un éditeur aussi spécialisé "belles lettres" que José Corti...

Un premier roman avec ses défauts mais cependant prometteur par son style très personnel !
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Dim 3 Mar 2013 - 7:28

dommage que ton enthousiasme n'a pas tenu jusqu'à la fin
je pense que cela aurait aussi été le cas chez moi, mais dès la moitié du livre j'ai fait une 'pause' et par après seulement lu un chapitre ici et là..
au début c'est un vrai tourne page, mais par après, faut se donner un peu d'air
je pense qu'on est d'accord qu'il s'agit d'un auteur qui promet et dont je suis curieuse de voir la suite...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive


Messages : 19337
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Jeu 21 Mai 2015 - 21:44

Liberté dans la montagne

Le vieux et la petite cheminent en suivant la rivière. Dans le but de cheminer, essentiellement. Ils font des rencontres, heureuses ou pas, croisent des personnages intrigants, découvrent. Dans un univers plutôt médiéval, mais sans précision de date ni de lieu. Presque un espace métaphorique. Le tout dans des phrases courtes, mais avec des répétitions, comme une sorte de scansion. Avec un vocabulaire très recherché.

C'est sans aucun doute un premier roman prometteur et qui sort du lot. Mais comme Nezumi, j'ai un peu moins adhéré à la fin. Une sorte de délectation dans la violence. Et l'écriture finissait par relever un brin du procédé, et un côté un peu artificiel tout de même. Mais une originalité dans les partis pris, et un univers dont j'ai du mal à trouver des équivalents. Il faudra voir ce qu'il donne par la suite.

Une incohérence, tout de même. Dans cet univers médiéval, il est question de "fabrique" et de kaolin (p 19), or les premières tentatives européennes de reproduire la porcelaine chinoise datent du XVIIe...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Marc Graciano   Ven 22 Mai 2015 - 5:57

Arabella a écrit:
Mais comme Nezumi, j'ai un peu moins adhéré à la fin.
et tout comme pour Nezumi je peux comprendre
ton commentaire a au moins donné l'occasion à ce fil de sortir de la section "à découvrir" Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marc Graciano   Aujourd'hui à 5:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Marc Graciano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réclusion à perpétuité pour le bourreau du petit Marc
» Justice : Marc Machin
» Normandie : Jean-Marc Barr et Bruno Solo en tournage sur la côte aujourd'hui et demain...!!!
» Je me présente, je m'appelle Marc MORTREUX
» Je suis content de m'être accroché à mon rêve - Jean-Marc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: