Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anonyme - L'Akrite

Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Anonyme - L'Akrite   Jeu 14 Fév 2013 - 20:17


L’Akrite, une épopée byzantine

Byzance, son histoire, sa culture et sa littérature reste en très grande partie méconnue. Quelques images somptueuses ou décadentes, quelques rares noms, constituent à peu près les seules traces qu’elle a laissée. Un monde entier à découvrir. Et l’édition de l’Akrite publiée par Anacharsis permet d’en avoir un aperçu. Le texte lui-même est précédé d’une présentation du poème, mais aussi d’une synthèse de l’histoire, fournit quelques éléments sur la littérature, la langue, la civilisation. Une introduction fort utile, et intéressante, faite par Paolo Odorico, qui a traduit le poème, et rédigé les notes, souvent bienvenues pour mieux comprendre le texte.

Comme la plupart des épopées, la question de la genèse se pose. Paolo Odorico fait l’état des lieux des recherches et tranche pour une création du texte au XIIe siècle, à partir de chants populaires, développés dans la région et dont certaines versions ont subsistées au XXe siècle. Une version originale perdue aurait existée, il reste actuellement plusieurs versions, toutes un peu différentes, qui en auraient découlées. Le texte était très célèbres, il a connu des adaptations, dont une russe donnée dans le livre. Digénis Akritas était un personnage emblématique, connu de tous. Une bonne façon de se familiariser avec l’univers byzantin.

Le texte est en quelque sorte divisé en deux parties : l’histoire des parents de Digénis, puis la sienne propre. Un émir arabe faisant une razzia, capture une noble jeune fille byzantine. La mère de cette dernière adjoint à ses fils d’aller libérer leurs sœur, qui vont jusqu’au camp de l’émir pour le provoquer en duel. Le plus jeune des frères défait l’ennemi, qui plutôt que de renoncer à la jeune fille préfère se faire chrétien et l’épouser. De leur union naît Digénis, le héros de notre épopée.
Evidemment, dès son jeune âge, il manifeste des dons exceptionnels. Tout jeune, il veut participer à la chasse aux animaux les plus dangereux qu’il vainc sans aucun problème. Puis il va trouver les apélates (sortes de mi-brigands, mi-soldats) car il veut faire partie de leur groupe. Enfin, il enlève la fille d’un puissant stratège, et défait son père et son armée. Il va mener avec son épouse une sorte de vie errante aux confins des frontières de l’Asie mineure, en combattant qui se présente, apélates, amazones ou dragons. Il finit par se bâtir une merveilleuse demeure, mais la mort qui frappe tous les être humains vient frapper à sa porte alors qu’il est dans la force de l’âge.

Un étrange texte, très différents des épopées médiévales françaises, d’une époque proche. Un côté épique existe, mais il y aussi des liens avec les romans, historiques ou amoureux. Et le côté un peu décousu de l’ensemble frappe aussi, les différentes parties pouvant être presque indépendantes. L’idéal byzantin est très différent des héros, enlever une fille semble être un passage obligé de tout personnage qui se respecte. Et on est complètement en dehors de toute vraisemblance, quelle que soit la quantité d’adversaires que Digénis affronte (des milliers) ils n’ont aucune chance contre lui seul. C’est vraiment un objet curieux, mais très intéressant, et le texte est vraiment beau, même si je ne suis pas sûre que la traduction soit la meilleure possible, peut être à tort. Un aperçu d’autant plus intéressant, que le livre est complétée par le texte russe, très différent (avec beaucoup plus de contenu religieux), et le Chant d’Armouris conservé aussi bien en manuscrit que sous la forme de chants oraux. Ce dernier texte est littérairement très différent, beaucoup plus ramassé, les événements sont condensés, alors que dans l’Akrite tout est infiniment plus développé, avec beaucoup de détails, des procédés de répétitions…

Une bonne façon de s’initier à la littérature et culture byzantine, que j’aimerais bien poursuivre, mais il n'y a pas beaucoup de textes disponibles.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)


Dernière édition par Arabella le Jeu 14 Fév 2013 - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Jeu 14 Fév 2013 - 20:48

Merci pour ton commentaire, Arabella ! bonjour

Je vais tâcher de me le procurer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Jeu 14 Fév 2013 - 20:56

Pas facile à trouver. Mais je peux le prêter...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Jeu 14 Fév 2013 - 22:37

Ah, c'est vrai qu'on ne trouve plus que le livre sans la version slave, c'est bien curieux... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Ven 15 Fév 2013 - 16:15

C'est étrange ce que tu dis, ma version est celle-ci :



C'est paru chez Anacharsis, réédité tout récemment. Comme c'est un petit éditeur on ne le trouve pas dans toutes les librairies, même genre Fnac mais on peut commander sans problème. Et là il y a la version slave, plus Le chant d'Armouris.
Mais dans l'introduction, il est fait mention d'une traduction antétérieure, par un autre traducteur (C. Jouanno). Je n'en ai pas trouvé trace, et c'est dommage car c'est traduit à partir d'une autre version du texte, qui semble relativement différente : des épisodes différents, une écriture et une langue plus soutenues et littéraires et moins populaires. J'aurais donc aimé pouvoir comparé. Si tu as des infos, je suis preneuse

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Ven 15 Fév 2013 - 19:15

Arabella a écrit:
C'est étrange ce que tu dis, ma version est celle-ci :



C'est paru chez Anacharsis, réédité tout récemment. Comme c'est un petit éditeur on ne le trouve pas dans toutes les librairies, même genre Fnac mais on peut commander sans problème. Et là il y a la version slave, plus Le chant d'Armouris.
Mais dans l'introduction, il est fait mention d'une traduction antétérieure, par un autre traducteur (C. Jouanno). Je n'en ai pas trouvé trace, et c'est dommage car c'est traduit à partir d'une autre version du texte, qui semble relativement différente : des épisodes différents, une écriture et une langue plus soutenues et littéraires et moins populaires. J'aurais donc aimé pouvoir comparé. Si tu as des infos, je suis preneuse

Pardon, je m'étais fait avoir avec les intitulés de la première édition et de la deuxième, j'avais cru que la version slave ne figurait que sur la première.
En ce qui concerne l'autre version, c'est :


C'est apparemment encore trouvable, chez Decitre, par exemple (je viens de tenter la commande, je vais voir si au bout de quelques jours il me disent qu'en fait ils n'en ont plus...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Ven 15 Fév 2013 - 19:42

En effet, c'est trouvable, chez Price Minister, plusieurs vendeurs le proposaient en neuf.
A cause de toi, j'ai encore acheté un livre. jemetate

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Ven 15 Fév 2013 - 19:55

Arabella a écrit:
En effet, c'est trouvable, chez Price Minister, plusieurs vendeurs le proposaient en neuf.
A cause de toi, j'ai encore acheté un livre. jemetate
Tu charges ma conscience ! rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Dim 10 Mar 2013 - 21:15

Digénis Akritas, le héros des frontières/ présentation et traduction de Corinne Jouanno

Il s'agit de la traduction d'une autre version de l'épopée, dite de Grottaferrata. Il est donc difficile de savoir si les différences dans le texte viennent des versions ou des traductions, et la comparaison entre les deux est donc délicate.

Néanmoins je trouve l'Akrite paru chez Anacharsis préférable pour une découverte. La présentation du texte est déjà plus facile à saisir pour un non initié, bien que plus courte, elle explique d'avantage des choses liées à l'histoire et à la civilisation. Corinne Jouanno fait une analyse très poussée du texte, donnant plusieurs exemples à chaque fois; elle met en évidence le côté hybride du texte, faisant des rapprochements avec l'épopée, le roman, le récit hagiographique...A chaque fois avec un nombre très élevés d'extraits du texte et des rapprochements. Cela devient un peu fastidieux et long, pour un lecteur moyen, un exemple ou deux aurait suffit. Et toute la présentation est un peu sur ce type, elle cherche à démontrer, et s'adresse donc plus à des personnes averties. On apprend des choses, c'est certain, mais ce n'est pas toujours passionnant à suivre.

Les deux textes sont différents comme je l'ai dit plus haut, la version de Grottaferrata est plus littéraire, use de procédés et vocabulaire plus recherchés. Elle est aussi beaucoup plus religieuse et morale, les personnages remercient sans cesse Dieu de leurs succès, ont le soucis du pêché, ce qui n'est pas vraiment le cas dans la version de l'Escorial. C'est aussi une version plus longue, avec un certain nombres d'épisodes qui ne sont pas présents dans la version de l'Escorial. Enfin la construction du récit en tant que tel est beaucoup plus cohérente, dans la version de l'Escorial on a parfois la sensation d'être confronté à des épisodes éparses, sans de liens très forts les uns avec les autres, reprenant peut être différents chants populaires, décrivant tel ou tel épisode de la vie du héros et les collant ensemble tels quels. Mais je trouve la traduction de Paola Odorico plus intéressante pour un lecteur, il essaie de retrouver un rythme de vers, et fait des efforts stylistique, alors qu'on a la sensation que la traduction de Corinne Jouanno est très littérale, sans doute proche du sens du texte, mais peut être justement trop, sans effort de lui donner un aspect artistique.

Les deux textes sont complémentaires, compte tenu des différences dans les manuscrits, et les avoir lu tous les deux enrichi sans aucun doute la compréhension.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Lun 11 Mar 2013 - 7:52

Merci pour ta critique, Arabella ! bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Lun 11 Mar 2013 - 8:26

Joli commentaire Arabella ! Je suis encore à me demander si je l'ajoute à ma LAL ...
Pourrais-tu m'aider dans ma décision en donnant quelques citations ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Lun 11 Mar 2013 - 11:22

Quelques petites extraits, pour comparer je vais vous donner des extraits d’un même moment du récit dans les deux textes. Il s’agit du début du récit dans le texte de l’Escorial (édition Anacharsis traduction P. Odorico), alors que dans le texte de Grottaferrata, il y a un prologue. En plus le tout début manque dans le texte de l’Escorial. Un émir arabe suite à une razzia a enlevé une noble byzantine ; la mère de la jeune fille ordonne à ses frères d’aller la délivrer, quelque qu’en soit le prix. Ils se rendent au camp de l’émir, qui leur propose un défi : l’un d’entre eux va l’affronter en combat singulier, si l’émir triomphe, les cinq frères deviendront ses esclaves, s’il perd il leur rendra leur sœur. Le sort désigne le plus jeune pour affronter le redoutable adversaire. Nous sommes avant le combat :

Citation :
Texte de l’Escorial, traductioin P. Odorico

« Que ne t’effrayent pas les cris, les coups et les menaces,
Crains l’anathème de notre mère, ne crains point la mort ;
Gare-toi de la malédiction, pas des blessures, des douleurs.
N’aie garde d’en sortir honni, même s’ils te coupent un membre.
Oui, qu’ils nous tuent tous les cinq ! Qu’ils prennent alors notre sœur !
Mais vas-y, affronte vaillamment la hardiesse de l’émir
Et aie soin de tes deux mains : du reste que Dieu nous aide »
L’émir alors monte à cheval, se précipite contre lui.
Il montait un destrier tacheté, sa robe avait une étoile tout en or,
Et ses sabots, tous les quatre, étaient couverts d’argent ;
Avec des clous tout en argent il avait été ferré,
Et sa queue était embaumée, ornées de perles précieuses.
Il avait derrière, sur sa selle, un drap vert et rouge :
Le drap protégeait son dos des rayons du soleil.
L’émir brandissait une lance toute couverte d’or, et bleue.
Alors à nouveau l’émir lui adressa ces paroles :
« Je reviens de nombreuses guerres, je sors de maintes épreuves,
je me crois capable de remporter la victoire »
Mais un Sarrasin parle à l’émir, il lui dit dans sa langue :
« Mon émir, ne le bafoue point, ne te moque pas de lui ;
je vois là un jeune homme vaillant et fort dans la bataille,
et si ce jeune homme a du courage, s’il volte rapidement,
je vois sa hardiesse ( )
il est capable de prendre sa sœur et notre butin entier »

Citation :
Texte de Grottaferrata, traduction C. Jouanno

Que les cris, frère, lui disait-il, ne te terrifient nullement, que ni le tapage ne t’effraie, ni les coups ne t’épouvantent ! Même si tu vois l’épée nue, ne te laisse pas aller à fuir, et quand tu verrais plus terrible encore, ne cherche pas le salut en faisant volte-face ! N’épargne pas ta jeunesse au mépris de la malédiction maternelle ; fort des prières de notre mère, tu jetteras bas ton ennemi : car Dieu ne permettra pas que nous devenions esclaves. Va, mon enfant, d’un cœur vaillant ; n’aie nulle crainte !
Et debout vers l’Orient, ils invoquèrent Dieu :
- Ne consens pas, Seigneur, à ce que nous devenions esclaves !
Puis, après l’avoir embrassé, ils le poussèrent en avant, en lui disant :
- Que la prière de nos parents te vienne en aide !
Et lui, monté sur un cheval noir d’excellente race, après avoir ceint son épée, prit sa lance et emporta sa massue dans son porte-massue. Puis s’étant protégé de toute atteinte par un signe de croix, il éperonna son cheval et s’élança vers le champs de bataille. Il fit d’abord jouer son épée, puis sa lance, et certains des Sarracènes invectivaient le jeune homme :
- Voyez qui ils ont envoyé affronter en combat singulier celui qui remporté de si grands triomphes en Syrie !
Mais l’un des Sarracènes, un guerrier Dilémite en poste aux frontières, adressa à voix basse ces propos à l’émir :
- Tu vois son coup d’éperon, comme il est habile ? Et la parade de son épée et les rotations de sa lance ? Tout cela révèle expérience et bravoure ; veille donc à ne pas affronter ce jeune garçon à la légère.
L’émir sorti à son tour, monté sur son destrier. Il était plein de hardiesse et avait un aspect redoutable ; ses armes réfléchissaient les rayons du soleil ; il brandissait une lance bleue, décorée d’or.

Pour connaître l’issue du combat, il va falloir lire le livre…

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Lun 11 Mar 2013 - 12:02

Cruel dilemme ! Je me suis même demandé si je lisais le même passage : les versions sont si différentes ....
Je me sens plus à l'aise avec le style déployé dans la version de l'Escorial alors que celle de Grottaferrata me semble plus proche de l'original et d'une traduction littérale.
Les deux démarches me semblent intéressantes comme l'a déjà signalé Arabella ....
Finalement je penche pour le texte de l'Escorial : il est plus probable que je finisse cette version ...
Merci Arabella pour cette découverte !
Et hop dans ma LAL ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   Lun 11 Mar 2013 - 12:50

La version de l'Escorial me semble plus adaptée pour découvrir cette oeuvre, pour différentes raisons dont j'ai cité un certain nombre plus haut. Et elle est finalement assez courte, le texte de l'épopée elle-même fait moins de 100 pages, relativement aérées.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anonyme - L'Akrite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anonyme - L'Akrite
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une addict presque anonyme
» La laïcité ou la fraternité anonyme
» CAHIER DES DOUZE ETAPE DES OUTREMANGEUR ANONYME
» Miss'O, Make-Up Addict Anonyme
» L'herbe bleue (Anonyme)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: